Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA TRAHISON DES COMMUNISTES MUTANTS DE L'AGGLOMERATION REMOISE

Publié le par Tourtaux

Lors de mon article du mardi 23 septembre dernier, je dénonçais un déni de démocratie de la gauche caviar de Reims Métropole. La députée-maire socialiste, présidente de Reims Métropole, Adeline Hazan annonçait la création d'une Taxe des Ordures Ménagères pour Reims Métropole.

Cette taxe a été supprimée en 1978 par la municipalité communiste dirigée par Claude Lamblin. Je ne vais pas revenir sur la totalité de cet article mais simplement sur le fait que je ne me suis hélas pas trompé quant au vote des élus communistes qui, grâce à leur vote avec leurs alliés de la gauche plurielle viennent de nous coller un impôt, une taxe, appelons ça comme on voudra, pouvant aller de 100 à 170 euros par personne imposée, voire 250 à 300 euros et comme cet impôt nouveau s'adresse à tous, il pénalisera également les ménages les plus modestes. Cette taxe variera selon la commune et le quartier d'habitation.

Je viens de lire le compte-rendu du conseil communautaire du 29 septembre 2008. Michel Guillaudeau, conseiller municipal communiste de Reims a fait la proposition d'amendement suivante :

" Le projet de délibération 203-08 concerne les questions des déchets, de l'eau et des transports, c'est-à-dire trois budgets différents. La pratique habituelle est que les débats autour du Budget de la Communauté d'Agglomération s'organisent budget par budget.

Je propose donc que les débats et les votes concernant la délibération 203-08 soient organisés en trois parties distinctes : eau, transports, déchets, dans l'ordre indiqué dans le libellé de la délibération." 

Réponse de la présidente : cela ne me semble pas opportun, les trois sujets étant liés.

En clair, où les élus communistes votaient contre cet impôt appelé taxe pour la circonstance, ou ils votaient pour ou s'abstenaient, ce qui reviendrait au même quant au résultat désastreux pour les contribuables de l'agglomération.

Les communistes Michel Guillaudeau, conseiller municipal de Reims et Jean-Claude Mauduit, adjoint au maire socialiste de Bétheny (qui était absent), ont voté contre cet impôt.

Selon le quodidien régional L'Union de ce jour, les autres élus communistes ont voté pour cette taxe. Je cite : "Adeline Hazan avait pourtant bien tenté dès le départ de mettre la pression sur ceux qui voteraient contre la mise en place d'une taxe d'enlèvement des ordures ménagères... Mais hier soir, neuf conseillers communautaires sont allé à l'encontre et se sont opposés à cette décision.

Le leader du PC, Michel Guillaudeau a ainsi voté contre rappelant que "les Rémois paient déjà pour ce service par le biais d'autres impôts".   

A Bétheny, le communiste Jean-Claude Mauduit s'est également opposé s'interrogeant sur la rapidité de sa mise en place à un taux, "très élevé", 

Les autres élus communistes, de Reims comme d'ailleurs, ont par contre tous voté pour..."

"Diriger l'agglomération, c'est avoir du courage", a insisté la présidente Adeline Hazan. Cette décision n'est ni de droite, ni de gauche..."

Le journal L'Union ajoute : "Pour faire passer la pilule, Adeline Hazan a fait voter trois autres décisions : la réduction de 10% du prix de l'eau à partir du 1er janvier 2009, le gel des tarifs des transports pendant deux ans et l'exonération pour moitié du titre annuel  de transport pour les bénéficiaires de la CMU.



Il est bien évident que l'ancien maire de droite a laissé un cadeau empoisonné mais, les communistes savaient à quoi s'attendre en s'alliant avec les socialistes et les verts lors des dernières élections municipales. En s'accoquinant avec la députée socialiste européenne Adeline Hazan, grande amie de lamartine Aubry et de Lionel Jospin qui l'a parachutée sur Reims, le PCF devait s'attendre à ce que se renouvelle le "je t'aime, moi non plus" déjà patent dans la précédente municipalité où ils avaient été élus avec la gauche caviar sur une liste d'opposition. 

Il faut rappeler qu'Adeline Hazan a fait campagne pour le OUI au référendum et qu'elle et ses amis ont été sévèrement défaits. Il faut aussi rappeler que lors de la forfaiture socialiste qui a permis à Sarkozy de passer en force contre l'avis des 55% de français qui ont dit NON à l'Europe du fric, Adeline Hazan avait annoncé qu'elle voterait comme ses amis socialistes, donc aussi comme l'UMP et les centristes.

Alors que deux élus communistes ont voté contre cette Taxe honteuse qui va frapper douloureusement la population laborieuse, il apparait que les élus communistes n'ont pas eu tous une position cohérente et commune. C'est tous ensemble que les élus communistes devaient rejeter cet impôt. Il n'y a pas d'échappatoire possible, ni d'excuse immaginaire. Les élus communistes n'avaient pas le droit de faire le "coup du lapin" aux habitants de l'agglomération.

Il est parfaitement clair que ce sont les contribuables les plus pauvres qui vont encore être mis en difficulté et que l'on ne vienne pas me dire que le parti communiste n'a pas changé. Ce type d'exemple d'alliance contre nature n'est plus rare désormais.

Quittons l'agglomération Rémoise et regardons autour de nous. Au plan national, 80% des militants ont quitté le parti ou en ont été écartés, évincés d'une manière où d'une autre parce qu'ils n'ont pas accepté la position mutante du PCF. Si celui-ci continue conmme ça après son congrès national prochain, il n'existera plus. Le PS s'en balance puisqu'il oscille tantôt à droite, tantôt à gauche, toujours du côté du plus fort. Le PS n'a plus besoin du PCF puisque celui-ci n'a plus l'audience que lui ont permis d'avoir les militants. 

Si lors des dernières élections municipales, certains candidats ont fait d'honorables scores, c'est parce qu'ils se sont présentés drapeau communiste sorti. Partout, où les candidats communistes ont "ramassé une veste", c'est lorsqu'ils ont camouflé leur sigle PCF. 

Le Conseil Economique et Social de notre région Champagne-Ardenne, n'a-t-il pas un communiste, représentant CGT, élu au-delà des suffrages auxquels il pouvait prétendre? N'a-t-il pas été élu par des conseillers appartenant à la mouvance de droite ?

Cet autre membre de ce même Conseil Economique et Social, syndicaliste de son état,  qui a voulu me "mettre sa main sur la gueule" pour reprendre son expression, lors d'une manif où je vendais mes livres à la criée, n'at-il pas lui aussi sa carte au parti ? Je pense et je ne suis pas le seul, que ces communistes-là ne peuvent parler le langage des communistes vrais, celui de Marx, de Lénine, de Pierre Sémard et de tant d'autres de nos bons camarades. 

Ce qui vient de se passer au niveau de l'agglomération Rémoise est très grave. Des élus communistes ont, avec la gauche caviar asséné un coup terrible aux habitants, notamment ceux de condition modeste qui, pour les Rémois vont payer deux fois pour engraisser une entreprise privée. 

Pas de quoi pavoiser, les communistes mutants !
Jacques Tourtaux


























 






   
  

















 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

A BAS LE CAPITALISME MONOPOLISTE D'ETAT

Publié le par Tourtaux

POLE POSITION DU PRCF-30 SEPTEMBRE 2008

Derrière la crise financière, la récession,, la montée brutale du chômage, la baisse des salaires réels, il y a la crise structurelle du capitalisme !

NON A L'UNION NATIONALE DERRIERE SARKO-FILLON, "TOUS ENSEMBLE" CONTRE LES PARASITES DU CAPITAL FINANCIER ET LEURS COMMIS DE L'ELYSEE, DU MEDEF ET DE L'UNION EUROPEENNE !

Ainsi donc, les Bush, Barroso (président de la commission européenne), Dominique Strauss-Kahn ( le milliardaire directeur "socialiste" du FMI), Parisot, Sarkozy, qui n'ont jamais un centime pour augmenter les salaires et qui ne cessent de "dégraisser" les retraites, les remboursements maladies et les services publics,  viennent de trouver d'un coup des centaines de milliards et d'euros pour renflouer, sans aucune contrepartie (les banques ne diminueront pas d'un kopeck la soit-disant "dette publique de la France") les spéculateurs irresponsables des sacro-saints "marchés financiers" !

Pour dorer la pilule, les hommes du grand capital, Sarko-Fillon en tête, ont le culot d'en appeler comme en 14, à l'union sacrée, des capitalistes et de leurs éternelles victimes, les travailleurs salariés et les membres des "couches moyennes" qui travaillent de plus en plus dur pour gagner moins... et pour voir maintenant leurs maigres économies dévorées par la spéculation ou par de nouveaux impôts déguisés qu'il va falloir payer pour régler la dette des milliardaires fainéants amis de Sarkozy.

Le Pôle de Renaissance Communiste en France appelle à refuser catégoriquement ce marché de dupes, néfaste pour la casse ouvrière, pour la France et pour son économie.

D'abord il faut voir clair dans la crise financière : celle-ci n'est pas seulement ni principalement l'effet des malversations de quelques boursicoteurs. Elle est d'abord l'effet direct des politiques néo-libérales qui ont dérégulé la finance depuis les années 80, sous le règne des ministres des finances successifs de l'UMPS, de Bérégovoy à Fabius en passant par Sarko-Lagarde. Ainsi, l'amnésique professionnel de l'Elysée se proposait il y a peu d'autoriser en France les prêts hypothécaires à l'américaine pour les petites gens !

Mais surtout, derrière la crise financière, il y a la crise structurelle du capitalisme que les marxistes ont prédité depuis des années (il est mensonger de dire que "personne" n'a vu venir la crise, la collection de journaux Initiative communiste montre le contraire !).

Ensuite, il faut démentir sans relâche la fausse opposition du "libéralisme" et de la "régulation étatique". En réalité, il y a belle lurette que le capitalisme du 19ème siècle est mort et enterré. Depuis longtemps fonctionne le capitalisme monopoliste d'Etat, aujourd'hui à l'échelle des Empires continentaux et non plus des Etats-Nations, ce capitalisme monopoliste d'Etat a pour mission de soutenir la chasse au profit maximal des monopoles capitalistes en les subventionnant au moyen de l'argent public. Aujourd'hui, face à l'ampleur de la crise, comparable pour son ampleur à celle de 1929, le subventionnement public du profit privé par les Etats-Empires des USA et de l'UE atteint des niveaux records. Mais loin de régler les problèmes, ce financement, qui serait mieux employé pour relancer l'emploi, les salaires et les services publics,  ne fera que renforcer la crise en appauvrissant la masse de la population et en détruisant l'école publique et la protection sociale. 

En outre, loin de "sauver la France", ce financement d'Etat des capitalistes que Sarkozy présente comme une position de gauche avec les renforts des Royal, Delanoë et autres DSK, va au contraire enchaîner davantage notre pays à l'UE du grand capital et au désastreux euro; il va se traduire par une perte totale de souveraineté budgétaire pour notre peuple avec un risque très grave de déclin irréversible de la production nationale industrielle, , agricole, halieutique...; celle-ci (Airbus, Renault...) aurait plus que jamais besoin d'une grande politique industrielle et sociale NATIONALE et démocratique, conduite sous l'égide d'un fort secteur public et nationalisé, avec un contrôle strict du commerce extérieur fondé sur l'échange égalitaire, et non sur le libre-échangisme destructeur.

Face à cet énorme gâchis, qui risque de semer la misère et la ruine dans notre pays et dans le monde entier, le PRCF appelle

-dans l'immédiat, à revendiquer ouvertement dans les luttes la nationalisation des banques, , du crédit et des assurances sans indemnisation pour les grands actionnaires, avec annulation de la "dette publique de la France"; le contrôle des flux internationaux de capitaux; la taxation des revenus financiers des grands actionnaires; la nationnalisation des secteurs clés de l'économie, avec un plan démocratique de réindustrialisation du pays, de relance de l'Education nationale,  de la Recherche et de l'Université; le relèvement massif des petits et moyens salaires en faisant peser le fardeau principal sur les entreprises du CAC, l'annulation des déremboursements de soins médicaux, l'annulation des contre-réformes euro-libérales de Sarko-MEDEF (privatisation de la Poste et d'EDF, etc.); la remise en place d'un livret A par l'Etat et exclusivement délivré par la Poste et les Caisses d'épargne déprivatisées;

-à mettre en accusation l'UE du grand capital, qu'il est impossible de "réorienter de manière progressiste" comme le prétendent les menteurs qui dirigent le PS, le PCF et nombre de groupes trotskistes;
-à mettre à l'index le système capitaliste dans son ensemble : au-delà des "abus" de la finance, il faut en finir avec l'abus EN SOI que constitue un système fondé sur l'exploitation du travail par le grand capital; seul le socialisme, avec la socialisation des moyens de production et d'échange, avec le pouvoir du peuple travailleur, permettra de mettre enfin l'économie et la recherche scientifique au service de tous;

Par ailleurs, le PRCF invite les organisations et militants franchement communistes qui veulent réellement battre la direction socialo-dépendante du PCF et rendre à la France un vrai Parti Communiste, à se réunir sans exclusive au plus vite, non seulement pour mener la bataille idéologique pour le socialisme, non pour interpeler ensemble les communistes à l'occasion du prochain congrès du PCF, mais pour intervenir ensemble à la porte des entreprises en appelant les travailleurs et la jeunesse au combat anticapitaliste.

C'est ainsi, et non par des exclusions,  des conciliabules et des jeux d'appareils que nous ferons renaître le grand parti communiste dont notre peuple a un besoin vital et URGENT.

Les communistes véritables ont aussi un grand rôle à jouer dans la renaissance du
syndicalisme de classe, nécessaire pour en finir avec les trahisons des directions syndicales d'accompagnement et pour mettre en route le "tous ensemble et en même temps"; à partir de chaque lutte sectorielle, le "tous ensemble" est indispensable pour stopper Sarko-MEDEF et rouvrir la voie du progrès social, de l'indépendance nationale et de la démocratie.

Avec la crise ouverte du capitalisme, la menace du chômage de masse, les licenciements massifs dans l'industrie, la casse des services publics et des acquis sociaux, l'heure est aux grands affrontements de classe avec le grand capital. Si nous, les travailleurs, n'osons pas affronter ensemble le capitalisme, il nous piétinera et amènera de nouveau les pires catastrophes pour l'humanité : misère et chômage de masse, fascisation, guerres mondiales impérialistes pour s'approprier les profits, etc.

POUR CELA, UNION SANS EXCLUSIVE DE TOUS LES VRAIS COMMUNISTES !
UNION DE TOUS LES SYNDICALISTES DE LUTTE  !
UNION DE TOUS LES VRAIS REPUBLICAINS POUR SORTIR NOTRE PAYS DE CETTE UE ET DE CET OTAN DE MALHEUR

A BAS L'UNION EUROPEENNE DE LA FASCISATION ET DE L'EXTREME DROITE

Après  les élections italiennes, qui ont vu la montée en puissance des fascistes et des "post-fascistes" alliés de Berlusconi (le fasciste déclaré Alemanno dirige la ville de Rome), après l'élection d'un maire conservateur ouvertement rasciste à Londres, après l'élection de l'ultra-droite sarkoziste qui surfe publiquement sur les thèmes xénophobes empruntés à Le Pen, après la percée du nationaliste flamand le plus réactionnaire en Flandre belge, l'Autriche et la Bavière allemande viennent de donner des scores très élevés à l'extême-droite néo-nazie ou apparentée.

Déjà dans les ex-pays socialistes dominent des pouvoirs violamment anticommunistes qui piétinent les droits de la classe ouvrière et se livrent à une véritable chasse aux sorcières contre les partis communistes et la gauche anticapitaliste.

Déjà, avec le rapport Lindblad, l'Union européenne et le "Conseil de l'Europe" se sont engagées dans la voie de la criminilisation du communisme et de son histoire dans le but de réprimer le combat anticapitaliste et de banaliser l'extrême-droite en amalgamant honteusement les nostalgiques de Hitler aux héritiers des nobles combattants de Stalingrad.

Dans ces conditions on voit à quel point il est faux de revendiquer, comme le font les eurodéputés du PCF Wurtz et Hénin, "l'Europe sociale". Ce mensonge social-impérialiste masque la nature de classe férocement antipopulaire de l'UE, cette prison des peuples qui broie les acquis sociaux et les souverainetés nationales pour favoriser les prédations et les guerres impérialistes du grand capital.

Plus que jamais, les communistes doivent se prononcer clairement pour sortir la France de l'UE afin de construire une nouvelle République fraternelle, souveraine et sociale tissant de nouveaux traités internationaux progressistes sur tous les continents.

Plus que jamais il faut dénoncer cette "construction européenne" qui nourrit les nationalismes réactionnaires au détriment du patriotisme républicain véritable et de l'internationalisme prolétarien. 

Plus que jamais, l'unité des véritables partis et organisations communistes devient une condition de survie et de reconquête pour toutes les forces progressistes d'Europe. 
















































































































 




























































  








































 





















Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LE PEUPLE EQUATORIEN ECRASE LES FORCES DU MAL

Publié le par Tourtaux

                           VICTOIRE ECRASANTE DU PEUPLE EQUATORIEN QUI VOTE A 64% POUR SA DIGNITE 
                                                        CONTRE LES OLIGARCHISTES ET L'ENNEMI YANKEE



L'excellent travail effectué par le président Corréa en faveur du peuple équatorien porte ses fruits puisque ce sont au moins 64% des votants qui, par référendum ont opté pour
le socialisme du 21ème siècle.

Le président indigène Corréa a lancé un message à l'intention de ses opposants, à qui il fait un "appel à l'unité, à ceux qui de bonne foi ont été pour le non".

"Nous leur tendons la main, pour qu'ils admettent leur défaite et que nous avançions ensemble dans une nouvelle direction, que la grande majorité du peuple équatorien et toute l'Amérique latine est en train de montrer (...) vers une socièté plus juste, plus équitable, sans autant d'inégalites et de misère".  

Ce scrutin devait décider du sort de 444 articles portant sur l'orientation socialiste du gouvernement. 50% de la population vit sous le seuil de pauvreté. La constitution si brillament approuvée va permettre aux 13,9 millions d'habitants d'accéder à la gratuité des services de santé et d'éducation. 

Je salue la victoire éclatante du peuple équatorien en marche vers le socialisme. 
Jacques Tourtaux































Publié dans Les Amériques

Partager cet article
Repost0

L'HLM DE CHRISTIAN PONCELET BIENTOT VACANT ?

Publié le par Tourtaux

L'ex-président du Sénat et ex-deuxième personnage de l'Etat ,Christian Poncelet, fait jaser et ragoter dans le landernau politique, tant à droite qu'à gauche à un point tel que le ministre du Travail, Xavier Bertrand s'est cru obligé de dénoncer publiquement les privilèges dont bénéficient le brave homme. 

Xavier Bertrand applique à la lettre les volontés de son patron Nicolas Sarkozy qui fait semblant de sermonner les responsables de l'effondrement du système monétaire alors qu'en réalité, il est leur complice. Ne vient-il pas encore de dilapider les deniers publics pour remplir les poches de l'affairiste et crapuleux Bernard Tapie ?

Christian Poncelet possède un "pied à terre", c'est ainsi que le désigne la nomenclature officielle dans lequel il réside à Paris, dans les "beaux quartiers", comme dirait Louis Aragon. Située en plein coeur de Paris, à deux pas du jardin du Luxembourg, rue Bonaparte, le nid de ce notable ne fait jamais que 200 mètres carrés. De quoi donner des idées aux SDF et autres sans-papiers qui, à l'approche de l'hiver, seraient mieux là au lieu d'être parqués, entre deux jets de grenades lacrimogènes, comme du bétail. 

Il se murmure que Christian n'est pas pressé de quitter sa bicoque. Son grand âge va peut-être l'inciter à chercher une aile protectrice et donner refuge aux pauvres et indigents de ce quartier cossu de Paris.  

Le "pied à terre" de Christian Poncelet fait polémique. Voilà donc une demeure attribuée à vie par le Sénat en reconnaissance de ses bons et loyaux services. Ce nouveau rentier peut dormir tranquille, ses cheveux blancs le protègent et pas seulement. Entre autres avantages payés par notre poire, Cricri bénéficie d'une voiture avec chauffeur... Les sénateurs qui vivent à leur traintrain sont de sacrés privilégiés, de "menus" avantages sont planqués dans une réserve de 300 millions d'euros à distribuer généreusement entre honnêtes gens. 

Combien ça va chercher  une retraite de sénateur? Sarkozy ne vient-il pas d'enfoncer le coin dans les régimes spéciaux ? Il y a donc deux catégories de régimes spéciaux :

a) ceux qu'il faut abattre à tout prix, les traminots de la RATP, les cheminots et d'autres catégories de salariés,
b) ceux qui sont intouchables tels les militaires et les parlementaires.

Si le papy Christian Poncelet fait de la résistance parce qu'il ne veut pas finir SDF, Hortefeux va-t-il s'occuper de son cas et le faire expulser manu-military ?
Jacques Tourtaux


























     

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LE PARISIEN DELANOE REMET SON TREILLIS DE BRISEUR DE GREVE

Publié le par Tourtaux

Après la grève des éboueurs, le maire socialo-libéral de Paris, Bertrand Delanoë continue sur sa lancée. Après une piètre résistance, celui-ci a décidé de respecter la loi sur le service minimum. Ce brave homme qu'un rien occupe va de nouveau jouer au briseur de grèves.

Delanoë qui semble bien parti pour prendre la tête du PS lors de leur prochain congrès à Reims a le vent en poupe. Il faut dire que sa camarade Ségolène qui mélange les genres de la politique spectacle et de la politique vraie lui trace une voie royale. Bertrand n'a plus qu'à enfoncer une porte ouverte mais, sait-on jamais avec cette fouine, tout peut arriver, la preuve : voilà qu'il s'accoquine avec ses "ennemis intimes" de la droite. En effet, lors des futures grèves des personnels de l'Education nationale, Bertrand Delanoë, flanqué de son amie Rachida Dati, de Lamour et du Gougeon vont s'occuper des enfants pris en otages par les sales grévistes. 

Le costard et le noeud papillon seront remplacés par le treillis de camouflage qui ne sera pas de trop si un "lardon" venait à se solidariser avec son instit en grève.

Quand on pense que ce politicien s'est fait élire maire de Paris par des parents d'élèves et les salariés de la capitale, voilà que comme la plupart des socialos, il tourne le dos à ses promesses électorales et ma foi, pourquoi se gênerait-il de briser les grèves des enseignants parisiens et, si la fine équipe socialo-droite parisienne ne s'en sortait pas, elle pourrait toujours avoir recours à la police. Il parait qu'il y a mieux que le Karcher ! 

Priorité à droite a dit le Sarko, alors le Bertrand se soumet allègrement au bon vouloir du président et, qu'en pense le filou Lang de bois? Bertrand Delanoë ne surprend même plus son monde. La grève, c'est dépassé, Bertrand veut des parigos dociles et à sa botte, des moutons et, sus à l'Ecole Publique ! Sus à la laïcité!
Jacques Tourtaux

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>