Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BOLIVIE : AVEC PRES DES DEUX TIERS DES SUFFRAGES LE PRESIDENT INDIGENE EVO MORALES EST EN PASSE D'ETRE REELU !

Publié le par Tourtaux

Bolivie, élections présidentielles : premières projections à la sortie des urnes

La Paz, 6 Décembre 2009 20:49 (00:49 GMT) La quatrième victoire électorale consécutive d’Evo Morales semble maintenant assurée avec 63,2% aux résultats préliminaires du décompte des votes, la consigne cette fois est le développement de la politique d’Evo Morales vers les régions du "Croissant" où l’opposition a maintenu durant quatre ans un pouvoir impénétrable au Mouvement Au Socialisme (MAS).

GIF Selon la projection des résultats à la sortie des urnes donné par le réseau de télévision ATB, indique une victoire du MAS à Tarija avec 47,3% des votes, suivi par le Plan Progreso para Bolivia (PPB-Convergencia) avec 37,2%. Un ballottage technique existe à Santa Cruz (MAS 43,5 % et PPB 43,2 %) et à Bombé (PPB 48,5% et MAS 47,0%). La suprématie de l’opposition, dominée par PPB, se maintient dans le Beni, où la force de Manfred Reyes Villa obtient 48,1%, 36,0% pour le MAS. Dans les provinces de La Paz, Oruro, Potosí, Cochabamba et Chuquisaca le vote est amplement favorable au MAS.

Le processus électoral fut marqué par une vaste participation depuis l’ouverture des bureaux de vote, jusqu’à la fermeture de ceux-ci, qui a commencé à partir de la 16:00 l’heure locale (20H00 GMT). Le président Evo Morales a insisté pour ce que le processus électoral de ce dimanche soit historique parce que les boliviens auront l’occasion de décider "si le continuent doit approfondir les changements vers la démocratie ou suivre le modèle néolibéral". Son adversaire principal le candidat du PPB-CN Manfred Reyes Villa, aurait obtenu 23 % et l’entrepreneur Samuel Dorio Medina candidat de l’Unidad Nacional a obtenu seulement 9% des votes.

Conformément aux premiers sondages réalisés à la sorite des urnes, Morales a obtenu un triomphe dans les six départements suivants : La Paz, Oruro, Potosí, Cochabamba, Chuquisaca et Tarija. Pour sa part, Manfred Reyes Villa l’aurait remporté à Santa Cruz, à Beni et Bombé, les départements qui avec Tarija, appartiennent à la région dénommée le Croissant, placée à l’est du pays, où existe un fort mouvement conservateur.

Manfred Reyes Villa du PPB-CN {JPEG} Pour le Sénat, les enquêtes indiquent que le parti de Morales a obtenu ou serait tout près des 2/3 avec 24-25 des 36 sénateurs possibles en face de 10-11 pour la formation PPB-CN. Plus tôt, le Chef d’État bolivien, a souligné que "les résultats de ces élections marqueront un autre tournant dans le pays parce le soi-disant Croissant cessera d’exister pour devenir la Pleine lune de l’unité entre tous les boliviens".

Le troisième candidat en lice, l’entrepreneur paceño Samuel Doria Medina, leader de l’Unité Nationale (UN), aurait obtenu un appui électoral d’environ 7,7 à 10%. Les médias locaux boliviens ATB, Red Uno et Unitel ont diffusé ces données après 18.00 heure locale (22.00 GMT), comme le permet la réglementation électorale nationale.

Avant la diffusion des résultats à la sorite des urnes, le président Evo Morales, avait déclaré dans une conférence de presse donnée à Cochabamba, qu’il estimait gagner avec une vaste marge d’appui, "au moins de 70% des citoyens" selon ses déclarations. La Constitution de la Bolivie indique qu’un candidat accède directement à la présidence, si plus d’1% des votes passe la barre des 50% ou qu’il arrive à 40% de suffrages avec une différence de 10 points sur son adversaire immédiat.

JPEGUn total 5 138 583 cityoens, un chiffre record dans l’histoire électorale du pays, sont allés voter pour les élections générales de ce dimanche où le président Evo Morales aspire à la réélection dans une lutte avec sept candidats adverses. Les centres électoraux en Bolivie ont commencé à fermer leurs portes à 16:00 heure de ce dimanche après huit heures d’une journée de vote catalogué par des représentants de l’Organisation des États Américains (OEA) comme massive, pacifique et joyeuse.

Des sources de la Cour Nationale Électorale (CNE) font remarquer qu’à partir de 16:00 un heure locale (20H00 GMT) a commencé la fermeture qui pourrait être en retard dnas quelques endroits, cela étant dus à la participation massive des électeurs, pour que tous les boliviens inscrits dans le recensement biométrique puissent exercer leur droit, de plus continueront à être ouverts les bureaux qui ont eu des retards à l’ouverture.

Evo Morales, actuel président et candidat du MAS {JPEG}Le calme et l’absence d’incidents a été le tonique de la journée de vote en Bolivie, où plus de cinq millions de citoyens étaient appelés aux urnes et où pour la première fois les boliviens résidants à l’étranger ont pu voter, spécifiquement en Espagne, en Argentine, aux États-Unis et au Brésil.

L’envoyée spéciale de teleSUR au pays andin, Patricia Villegas, a expliqué que selon la loi bolivienne, tant qu’il y a des personnes dans la file des bureaux de vote ceux-ci doivent rester ouverts.


Source : TeleSur Evo Morales gana las elecciones con 62%, según sondeos a boca de urna
Traduction : Primitivi

lundi 7 décembre 2009, par Primitivi

Publié dans Les Amériques

Partager cet article
Repost0

UN NOUVEAU COUP TORDU DES DIRIGEANTS DE LA CGT QUI ENTERRE LE MOUVEMENT DES SANS PAPIERS ET BRANDIT LE TORCHE CUL DE BESSON COMME UN TROPHEE

Publié le par Tourtaux

http://humaniterouge.alloforum.com/nouvelle-greve-sans-papiers-t2913-1.html

 

un nouveau coup tordu des dirigeants de la CGT

La CGT enterre le mouvement des sans-papiers et brandit le torche-cul de Besson comme un trophée.



A lire : les articles du blog ouvalacgt
Circulaire Besson : la confédération stupéfiante de culot !
Fraternisation de tous les sans-papiers !
______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Autre élément confirmant l'attitude de la CGT :
lu sur la liste ZPAJOL.

La "circulaire de régularisation" n'est qu'un nouveau piège contre les ouvriers sans papiers et leurs familles.


LE SEUL CRITERE POUR REGULARISER, C'EST LA VIE ICI ! !

1) La "circulaire de régularisation" c'est un nouveau piège tendu aux ouvriers et à leurs familles par le ministre BESSON et la CGT. Il n'y a qu'à voir les critères imposés. Pour tenter d'être régularisé il faut : être là depuis 5 ans, et avoir un emploi déclaré dans un métier en tension et avoir déjà un contrat avec des fiches de paie sur les douze derniers mois et avoir un contrat d'au moins douze mois pour l'année qui vient et parler correctement le français et être convenablement logé. En plus, le patron doit s'engager à payer une taxe de plus de 1000 €uros. Quels ouvriers (es) avec papiers ou sans papiers, français ou étrangers, peuvent aujourd'hui apporter autant de garanties dans un emploi stable aussi bien passé que futur ? Tout cela n'est qu'un piège.
Il y a le piège pour mettre à jour les fichiers des préfectures et pour expulser massivement ceux qui vont se présenter. Et il y a le piège plus subtil pour faire accepter la politique de tri et d'inégalité : cette circulaire pose clairement que "d'accord les ouvriers sans papiers travaillent, mais ce n'est pas une raison de leur donner des droits". Certains seront "choisis", au cas par cas (entre 500 et 1000 a dit BESSON) , et pour les autres, c'est la persécution pour les mater et pour montrer à tout le monde comment ça marche à présent. C'est ça, les critères : une façon d'adhérer sur le fond à la politique sarkozyste de persécution et de non droit. C'est pourquoi au Rassemblement nous disons que le seul critère raisonnable et juste de régularisation c'est de prendre en compte la vie et le travail de chacun ici et de les respecter.

2) Avec l'apparition au grand jour et depuis plusieurs années des ouvriers (es) sans papiers, la politique du gouvernement basée sur le mensonge ne tient plus. Depuis plus de 10 ans les gouvernements vous ont dit "les sans papiers sont des clandestins qui ne travaillent pas qui n'ont pas de logement, ils sont louches et dangereux". Et maintenant le gouvernement de Sarkozy est obligé de parler en nous disant "ouvriers sans papiers qui ont des fiches de paie, qui paient les impôts...". Cela le gène et lui fait peur, c'est pour cela qu'il met en place, avec la complicité de la CGT et d'autres encore, ce grand piège de la circulaire, pour nous renvoyer dans l'ombre et le silence.
Qu'est-ce qui fait peur au gouvernement ? C'est d'avoir en face de lui des gens qui apparaissent pour ce qu'ils sont et pour ce qu'ils veulent, porteurs d'une idée du droit pour tous, de la justice et de l'égalité. Ici concrètement c'est nous, les ouvriers sans papiers qui disons avec nos amis la vérité sur notre vie, notre travail, et notre volonté d'avoir les droits et la dignité de tous.

3) La circulaire BESSON/CGT a été présentée sous le titre "Lutter contre l'emploi des étrangers en situation irrégulière". Mais pour régler cette affaire de "situation irrégulière" il n'y a qu'à reconnaître tout simplement notre travail et nous donner les papiers et les droits qui vont avec ! On voit bien que le gouvernement cherche autre chose : il prévoit une nouvelle loi contre nous pour début 2010 où sera permis et favorisé le mouchardage, par des associations professionnelles et des syndicats, d'un patron embauchant des ouvriers sans papiers. Comme ça ils pourront dire qu'ils luttent contre notre exploitation en nous faisant expulser ! Quelle est cette alliance entre Sarkozy et les syndicats. Que disent les syndicats la dessus ?

4) Il faut poser la question de la loi CESEDA qui nous met, nous les ouvriers, élèves mineurs, étudiants, malades, exilés sans papiers dans cette situation où notre vie et notre travail ne sont pas reconnus. Il faut poser la nécessité de se lever ensemble contre cette loi de cauchemar, de misère, de persécution. La bataille pour les droits pour tous et pour le respect de chacun passe par ce chemin. Qu'on soit français ou étranger, avec ou sans papier, il faut nous rencontrer et nous organiser, faire des collectifs et participer au Rassemblement pour gagner l'abrogation de la loi CESEDA et la régularisation de tous ceux qui vivent et travaillent ici. Immédiatement, il faut prendre position contre cette circulaire, s'organiser pour éviter le piège, ne pas se rendre en Préfectures, montrer qu'on refuse toute idée de tri et de choix des ouvriers ! Nous sommes pareils, il faut des droits pour tous !

5) Le Rassemblement participe et appelle à participer à la Réunion Publique du SAMEDI 23 JANVIER 2010 sur le thème :
"Être français ou être de France ? Eléments de réflexions pour un pays pour tous." A 15H00, Salle Duranti Osète, 6 rue du Lieutenant Colonel Pelissier. Métro : Capitole
Pas de piège contre les ouvriers sans papiers et leurs familles : il faut le respect de l'ouvrier, de son travail, de sa vie et de ses droits !
La seule chose raisonnable, le seul critère acceptable c'est prendre en compte la vie de chacun et la respecter.
Abrogation de la loi CESEDA ! Dissolution du ministère de l'immigration et de l'identité nationale !


Le Rassemblement des ouvriers sans papiers, gens d'ici et leurs amis

Pour nous contacter : tous les dimanches de 11h à 12h au matché saint sernin; . Mail : ouvriersgensdici@free.fr

 
Toulouse le 29/11/2009.

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

CHARLEVILLE-MEZIERES : REUNION PUBLIQUE POUR LA DEFENSE DE L'HOPITAL PUBLIC MERCREDI 9 DECEMBRE 2009

Publié le par Tourtaux

L'hôpital de Charleville Mézières vient d'adopter un plan de redressement financier avec à la clé des fermetures de lits et des suppressions d'emploi, c'est à dire moins de personnels pour prendre en charge les malades, moins de qualité.
Ce n'est pas un cas isolé, puisque le nouveau mode de financement des hôpitaux publics entraîne la généralisation de ces plans de retour à l'équilibre financier.
La santé, notre bien le plus précieux, n’est pas une marchandise.
La véritable rentabilité d’un hôpital, c’est d’abord assurer sa mission de dispenser des soins de qualité et d’accueillir tous les malades sans restriction.
C'est pourquoi l'initiative a été prise d'organiser une réunion d'information et de débat sur la situation de l'hôpital de Charleville Mézières et des hôpitaux en France avec l'ambition d'amplifier le mouvement de protestation.
Michel Antony, président de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité a accepté de venir faire part de son savoir et de son expérience.
Source : http://michele.leflon.over-blog.com/

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LUCIEN PONS : LES MERVEILLES DE L'UNION EUROPEENNE

Publié le par Tourtaux

 
 
L'union européenne est-elle capable d'apporter un plus pour les personne qui vivent de leur travail ? 
L'europe peut-elle défendre les droits fondamentaux des travailleurs ?
Faut-il chercher à amender la dérive ultra-libérale de celle-ci en contestant de l'intérieur les diktats du libre échange et de la concurrence libre et non faussée qui en France conduisent à la mise à mort de tous les services publics, à l'abandon de politiques industrielles audacieuses, et d'autres ... ?
 
  • Ou peut-être faut-il s'engager sur la voie plus difficile de la désobéissance européenne ?
Elle est ni plus ni moins " le respect de la souveraineté populaire ". Elle marquerait la volonté de nos élus d'être fidèles à leurs engagements électoraux. Cela signifierait de considérer la constitution de la V° république comme devant être supérieure en droit à toute autre directive ou traité
 La constitution est garante de nos droits et libertés. En tout état de cause elle devrait primer sur les directives européennes. Actuellement 75% des lois votées à l'assemblée sont seulement des directives européennes retranscrites dans le droit français. Ainsi la fameuse directive  Bolkestein  revient par la fenêtre sous le nom gentillet de " Directive Services".  Le bon sens eût été que cette directive honnie, rejetée massivement par les français, disparaisse à jamais. Et bien non, on la fait adopter par petits bouts, sans bruit et sans débat...
 
  • Ou encore
Une autre solution pourrait être l'application de l'article 49 du traité de Lisbonne entré en vigueur depuis le 1° décembre 2009 ?
 
  • Vous trouverez ci-dessous un article apportant un éclaircissement sur la construction européenne. Le rôle de l' ERT par exemple.
 
 
Lucien Pons

Publié dans Europe

Partager cet article
Repost0

GRECE : UN AN APRES LA MORT D'ALEXIS, LA GRECE DE NOUVEAU DANS LA RUE

Publié le par Tourtaux

Emeutes en Grèce, un an après la mort d’Alexis

des policiers, vitrines de magasins cassées, poubelles en feu, rectorat occupé… A Athènes et à Salonique, des incidents ont éclaté entre les forces de l’ordre et des dizaines de jeunes, simples étudiants ou anarchistes. Résultat: plus de 150 interpellations.
Dans la capitale grecque, 6.000 policiers étaient mobilisés pour encadrer une importante manifestation en mémoire du jeune Alexis Grigoropoulos. Il y a un an jour pour jour, cet adolescent avait été tué par un policier lors d’un contrôle dans le quartier contestataire d’Exarchia. Sa mort avait déclenché des violences urbaines à travers le pays pendant un mois. Le nouveau gouvernement socialiste vit sa première épreuve du genre et n’a pas l’intention de retomber dans la même spirale. Le procès du policier inculpé d’homicide volontaire doit commencer fin janvier. Le gouvernement espère que cela apaisera les esprits. Avant l‘éclatement des émeutes, la grande manifestation commémorative de ce dimanche avait pourtant bien commencé. Plus de 3.000 personnes avaient défilé pacifiquement. Juste avant leur départ, une cérémonie privée s‘était tenue devant la tombe de l’adolescent dans le cimetière du Vieux Phalère, dans la banlieue sud de la capitale. La mère d’Alexis avait appelé les manifestants à honorer la mémoire de son fils dans le calme.

Copyright © 2009 euronews

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0