Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES MANIFESTATIONS DU 1er MAI A PARIS

Publié le par Tourtaux

 

Manifestations du 1er mai à Paris
04/27/2009

Trajet / parcours : départ 14h30 place Denfert-Rochereau vers Bastille Itinéraire : place Denfert-Rochereau, avenue Denfert, Bd St Michel, rue de Rivoli, Bd St Antoine, Bastille

Ordre du défilé : CGT, UNSA – CFDT FSU FO CFTC SOLIDAIRES CGC Autres

Rendez-vous spécifiques:

• 12h00 : rassemblement unitaire du 18e arrondissement – métro Château-Rouge
• 11h30 : manifestation libertaire – place des fêtes
• 12h30 : UNSA : angle du Bd Raspail, Avenue Denfert-Rochereau
• 13h00 : CFDT : angle de la Place Denfert-Rochereau et de la rue Froideveaux
• 14h00 : Opération «Chômage Année Noire» : à coté des grilles du jardin du Luxembourg, au 58 boulevard Saint-Michel, au niveau de l’arrêt de bus. Signes de reconnaissance : Parapluies «Chômage Année Noire» et banderoles.
• 14h00 : CIP – Coordination des Intermittents et Précaires – devant lʼentrée principale de lʼhôpital St Vincent de Paul (rue Denfert Rochereau)
14h00 : CNT : Port-Royal

Voir les différents tracts ici : http://www.demosphere.eu/node/12883

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

CE SAMEDI 1er MAI, à 20h, NOTRE CAMARADE XAVIER MATHIEU EST INVITE CHEZ ARDISSON

Publié le par Tourtaux

9505_image.jpg

Nous vous  invitons à regarder l'émission "salut les terriens " sur canal + en clair qui passera samedi 1 mai 2010 à 19h . Très sympa le Ardisson!! d'avoir invité notre camarade Xavier Mathieu l'extraterrestre de Clairoix .

Par CGT PHILIPS EGP DREUX

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

TROIS DIRIGEANTS DE L'HOPITAL DU CREUSOT RETENUS PAR LES SYNDICATS ET ALORS ???

Publié le par Tourtaux

           
Trois dirigeants de l'hôpital du Creusot retenus par les syndicats

[ 30/04/10  - 18H33 - AFP  ]

© AFP/Archives - Philippe Huguen
© AFP/Archives - Philippe Huguen

Trois dirigeants du groupe hospitalier Creusot-Montceau-les-Mines étaient retenus vendredi sur leur lieu de travail, a annoncé l'intersyndicale, qui dénonce des conditions de travail dégradées depuis la fusion des hôpitaux de ces deux villes de Saône-et-Loire.

Pierre Muller, l'administrateur général du groupement hospitalier, Cyril Politi, secrétaire général et la directrice des soins, Isabelle Tabyaoui, étaient retenus depuis la mi-journée par l'intersyndicale CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC dans leurs bureaux. La direction de l'hôpital n'était pas joignable pour confirmation vendredi soir.

Une centaine de personnes se trouvait à l'intérieur et devant les bâtiments de l'administration, situés près de la gare TGV du Creusot, en arborant des drapeaux syndicaux, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Depuis la fusion des deux sites en novembre 2009, le personnel est en souffrance avec des réaffectations et des diminutions de postes dans les services", a déclaré par téléphone à l'AFP Sylvie Sniezek, membre de l'intersyndicale, depuis l'intérieur du bâtiment.

"On a fait des sacrifices énormes et, pour l'instant, l'engagement de l'Etat à hauteur de 15 millions d'euros pour le futur hôpital (qui doit être construit en 2012) n'a pas été honoré. On est inquiets pour notre avenir", a-t-elle ajouté.

"Nous demandons un rendez-vous avec un responsable de l'ARS (Agence régionale de santé) pour parler de la situation financière du groupement hospitalier", a déclaré Jean-Pierre Mugnier, également de l'intersyndicale.

Cet incident intervient alors que se tient vendredi après-midi à Dijon la réunion de présentation de l'ARS de Bourgogne, créée le 1er avril 2010.

Copyright © 2005 AFP. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) (dépêches, logo) sont protégées pas des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune des informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations."

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

COMMENT L'EX GAUCHE TRAHIT LA GREVE DES TRAVAILLEURS SANS PAPIERS

Publié le par Tourtaux

France : Comment l'ex-gauche trahit la grève des travailleurs sans-papiers

 

France : Comment l'ex-gauche trahit la grève des travailleurs sans-papiers

Le rassemblement du 17 avril pour la grève des travailleurs immigrés sans-papiers sur la Place de l’Hôtel de Ville à Paris a souligné le gouffre politique existant entre les travailleurs immigrés et l’establishment politique français. Des syndicalistes de la CGT et des membres du Parti socialiste (PS) étaient présents, de même qu’un grand nombre de groupes anciennement de gauche, y compris le Parti communiste français (PCF), le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et Lutte ouvrière (LO).

Ces forces, traînant derrière l’establishment français, considèrent les sans-papiers avec un mélange de crainte et de désillusion. Le potentiel de confrontation s'était révélé en mai 2008 lorsque des travailleurs sans-papiers auxquels le gouvernement avait demandé de passer par l'intermédiaire de la CGT pour leur demande de régularisation, avaient occupé la Bourse du Travail dans le 3ème arrondissement de Paris. Un commando de nervis de la CGT, aux côtés des CRS, s’était introduit dans le bâtiment en juin dernier pour expulser les sans-papiers.

Le rassemblement du 17 avril a eu lieu après que des groupes de sans-papiers ont demandé une manifestation de soutien de la part des partis politiques. Plusieurs milliers de travailleurs sans-papiers sont en grève depuis près de 7 mois pour exiger la régularisation de tous.

Le WSWS a parlé à Qing, une travailleuse sans-papier représentant les travailleurs chinois et dont la plupart ne parlent que peu le français. Elle a dit que la grève était « très dur[e], on est en grève depuis plus de six mois. On ne fait plus de piquets de grève. Nous sommes à peu près 1.800, venus de tous les pays, beaucoup d'entre nous font du travail de restauration [...] nous sommes 700 Chinois et le reste ce sont des Africains. » Elle a ajouté, « Nos patrons ne veulent pas nous régulariser, peut-être parce qu'on est chinois. Il y a des problèmes avec les circulaires. »

De nombreux travailleurs faisant partie du groupe de Qing portaient des badges CGT ou brandissaient des banderoles de la CGT. A la question de savoir si elle était membre de la CGT, Qing a dit, « Je ne suis pas déléguée de la CGT, je suis déléguée des Chinois. Nous sommes des sans-papiers, nous voulons nos droits. On veut que les syndicats, les associations soient ensemble avec nous, nous voulons une régularisation des sans-papiers. La CGT, ce n'est pas important. »

Le WSWS a également parlé à Sidibé Aliou, un travailleur de l’union locale de Bobigny, une banlieue ouvrière de Paris. Sidibé a dit : « Le but de la lutte est que les sans-papiers soient régularisés. [...] Les syndicats doivent demander de régulariser tous les sans-papiers. »

A la question de savoir s’il pensait qu’un gouvernement du Parti socialiste changerait la situation, Sidibé a dit, « Le PS au pouvoir n'a rien fait pour les sans-papiers. Si la gauche revient au pouvoir en 2012 [date des prochaines élections présidentielles], ce sera pareil comme en 1987 ou en 2002. Mais les conditions sont plus dures maintenant. » Il a indiqué qu'avant les travailleurs sans-papiers pouvaient cotiser aux systèmes de retraite et autres programmes gouvernementaux, mais que tout cela était fini et qu’une vague d’arrestations s’était abattue sur les sans-papiers. Il a ajouté, « Avec la victoire de Chirac en 2002, et surtout Sarkozy, les choses deviennent de pire en pire. »

Pour les partis politiques présents au rassemblement, toutefois, la lutte des sans-papiers était un moyen de régulariser la source de main-d’œuvre bon marché et d’unifier leurs forces dans une campagne commune. Sarkozy est en train de s’effondrer dans les sondages – 65 pour cent de l’opinion publique ne souhaite pas qu’il se représente pour un second mandat en 2012 – en raison surtout de sa campagne raciste contre la burqa et sur « l’identité nationale » menée avant les élections régionales du mois dernier. La pseudo-gauche d’une façon générale soutient la campagne anti-burqa de Sarkozy.

Pour ces forces, le fait de promouvoir une fausse image « anti raciste » et de construire une dynamique politique autour du PS pour préparer son éventuel retour au pouvoir sont des questions cruciales, de même que garder le contrôle des grévistes sans-papiers pour empêcher une nouvelle confrontation entre ces travailleurs et les syndicats. C’est pour ces raisons qu’ils sont prêts à se faire passer cyniquement pour des amis des sans-papiers même s’ils ne soutiennent pas les luttes des sans-papiers et leur revendication de régularisation de masse.

Le WSWS a parlé à Rémi Féraud, maire socialiste du 10ème arrondissement de Paris. Féraud a dit qu’il visait à « soutenir les sans-papiers » bien qu’« à court terme, on ne s'attend pas à grand-chose. Mais on ne désespère pas.  » A la question de savoir ce que le PS comptait faire pour les sans-papiers, il a dit, « Si le PS revient en 2012, les critères [d’immigration] évolueraient, non pas pour régulariser tous les sans-papiers, mais pour que certains puissent se régulariser. » En ajoutant, « La France a toujours été un pays d'immigrés, on ne peut pas les laisser en précarité. L'économie a besoin d'eux comme main d'oeuvre. »

A la question de savoir s’il pensait que le PS profiterait du soutien que les autres partis apportent au rassemblement, Féraud a répondu, « Oui, le PS va bénéficier de l'unité de la gauche en 2012. »

Le WSWS a également parlé à Jean-Louis Gaillard de Lutte ouvrière (LO). Il a signalé qu’une « section du patronat est pour eux [les sans-papiers] – l’intérim, le bâtiment, le nettoyage. » Il a critiqué l’opposition de Sarkozy à la régularisation des sans-papiers comme « politique, pas économique » -- c’est-à-dire fondée improprement sur l’appel politique de Sarkozy au sentiment néo-fasciste en opposition aux besoins de main-d’œuvre du patronat français.

En parlant de la lutte des sans-papiers, Gaillard a loué « le combat de la CGT, le rôle de la CGT est très bien. »

Lorsque le WSWS a demandé à Gaillard ce qu’il pensait de la collaboration de la CGT avec les CRS dans l’attaque des sans-papiers l’année dernière, il l’a défendu sans réserve. En parlant des sans-papiers, il a dit, « Il y en avait certains qui disaient que ça n'avançait pas à cause de la CGT. Ils avaient tort – la CGT essayait de les aider. » Après l’occupation des sans-papiers de la Bourse du Travail, Gaillard a dit, « les syndicats les ont un peu poussés. Ben oui, dix fois ils [la CGT] leur ont demandé de partir. »

Il a laissé entendre que, dans une situation analogue, il envisagerait également de recourir aux CRS à l’encontre des sans-papiers : « C'est vrai que ça fait drôle. Mais s'ils occupaient les locaux de LO, je ne sais pas comment ça se passerait. »

Source : alterinfonet.org.Agence de presse associative

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LES FAUX FRERES ENNEMIS

Publié le par Tourtaux

La CGT juge offensants des propos de Chérèque sur les grèves "inutiles" à la SNCF

[ 30/04/10  - 20H42 - AFP  ]

© AFP/archives - Jacques Demarthon
© AFP/archives - Jacques Demarthon

Le secrétaire général de la CGT-Cheminots Didier Le Reste a estimé vendredi "scandaleux et offensants" des propos de François Chérèque (CFDT), qui avait estimé que les 15 jours de grève en avril d'une partie des cheminots de la SNCF avaient été "inutiles" et avaient nui à l'image du syndicalisme.

Dans un courrier de trois pages envoyé vendredi au secrétaire général de la CFDT dont l'AFP a obtenu copie, M. Le Reste juge "incompréhensibles et intolérables" les propos de M. Chérèque le 25 avril.

Indigné que M. Chérèque ait "poussé la délicatesse jusqu'à mettre en cause l'honneur des cheminots en grève, qui auraient dû cesser le mouvement pour pallier aux déficiences de l'aviation, suite à l'irruption volcanique en Islande", M. Le Reste estime que le leader de la CFDT a "franchi le Rubicon".

"Qu'un dirigeant de votre niveau se mette à hurler avec les loups, (...), c'est purement scandaleux et offensant pour ceux qui se battent sur le terrain revendicatif et utilisent légitimement leur droit constitutionnel de faire grève", ajoute-t-il.

© AFP/archives - Bertrand Guay
© AFP/archives - Bertrand Guay

Alors que M. Chérèque avait jugé que la grève n'avait "rien apporté", M. Le Reste répond que "les effectifs supplémentaires gagnés par l'action sont loin d'être négligeables", avec "2.300 à 3.000 jeunes" recrutés "cette année". Il a également cité des acquis en matière d'organisation du travail.

Le cégétiste juge également "incohérent" le discours de la CFDT qui a "tenté de démobiliser les cheminots en argumentant qu'il fallait garder des forces dans la préparation d'une bataille à mener sur les retraites".

"La CGT n'a aucun conseil à recevoir de votre part", affirme M. Le Reste, rappelant que "ce ne sont pas l'attitude et la stratégie syndicale de la CFDT en 1995, en 2003 et en 2007 qui nous serviront d'exemple".

"De telles déclarations nuisent grandement à l'image de tout le syndicalisme et à notre capacité de nous rassembler pour servir la cause de tous les salariés", conclut M. Le Reste.

La CFDT-Fgaac et l'Unsa s'étaient retirés de l'appel à la grève après avoir obtenu un accord salarial auprès de la direction et la création de 450 emplois.

Copyright © 2005 AFP. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) (dépêches, logo) sont protégées pas des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune des informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations."

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0