Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BONDY : NON A L'EXPULSION ! VENEZ MANIFESTER VOTRE SOUTIEN ! PIQUE-NIQUE ANTI-EXPULSION LE DIMANCHE 5 SEPTEMBRE à 12h AU 50 RUE MICHELET

Publié le par Tourtaux

  2 24 /08 /2010 07:43

1008Tract.jpgLe marchand de sommeil propriétaire du 50 rue Michelet à Bondy veut en expulser les résidents. Ils ont le tort à ses yeux de défendre leurs droits. Nous refusons cette expulsion : le propriétaire doit assumer ses responsabilités et remettre les lieux en état.

Le 50 rue Michelet à Bondy est une clinique, transformée illégalement en immeuble d’habitation par son propriétaire. 150 personnes y vivent dans des petites chambres louées à des prix exorbitants (parfois plus 500 euros par mois pour 10 m2). Les résidents ont tous des baux, payent leur loyer, travaillent, payent leurs impôts. Mais certains étaient sans-papiers, les mettant en situation de vulnérabilité face aux prédateurs immobiliers. La grande difficulté à se loger en Ile-de-France permet à des personnes comme le propriétaire de la clinique Michelet de pressurer des locataires.

Le 50 rue Michelet n’est pas entretenu. Les normes de sécurité ne sont pas respectées. En avril 2009, un incendie a d’ailleurs ravagé trois des chambres. Heureusement, il n’y a pas eu de blessé. Certaines chambres ont fait l’objet d’arrêts limités d’insalubrité.

Condamné à remettre les lieux en état et aux normes, le propriétaire profite du mois de juillet pour assigner tous les résidents devant le tribunal le 13 septembre 2010 en vue d’une expulsion ! Il prépare manifestement une nouvelle opération immobilière spéculative sur le dos des résidents!

L’association des résidents de Michelet-Bondy ne se laissera pas faire! Nous les résidents, nous voulons faire valoir nos droits à un logement décent.

Le comité de soutien à Michelet-Bondy, qui soutient depuis plus de 2 ans la régularisation des quelques dizaines de sans-papiers du 50 rue Michelet, refuse cette expulsion et s’y opposera par tous les moyens.

Nous réclamons que les autorités municipales et préfectorales prennent enfin pleinement leurs responsabilités dans ce dossier. Au lieu de tergiverser, elles doivent reconnaître le caractère indigne de ces logements. Elles ont les moyens de faire pression sur le propriétaire pour qu’il respecte la décision de justice, remette les lieux en état et reloge les habitants. Encore faut-il que la préfecture de Seine-Saint-Denis et la mairie de Bondy empêchent le propriétaire de vider les lieux!

 

Venez manifester votre soutien !

Pique-nique anti-expulsion le dimanche 5 septembre à 12h au 50 rue Michelet

 

Qui est le marchand de sommeil du 50 rue Michelet ?

C’est une société anonyme qui assigne les résidents devant le tribunal pour les expulser alors qu’ils payent leur loyer et ont des baux.

Mais le véritable propriétaire est un ancien médecin anesthésiste, qui a possédé plusieurs cliniques dans le département et semble plus préoccupé de spéculation immobilière que de médecine.

En conflit avec la mairie de Bondy au sujet de l’utilisation de la clinique comme logements, il a perdu récemment ses derniers recours devant la cour de cassation : ce délinquant est condamné à remettre les lieux en état et aux normes.

 

Tract en PDF

 

Source : http://libertaires93.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

JEAN LEVY : LE 7 SEPTEMBRE : REDOUBLONS D'EFFORTS POUR " DEBORDER ", NON SEULEMENT UN POUVOIR AUX ABOIS, MAIS LES CENTRALES SYNDICALES ELLES-MEMES

Publié le par Tourtaux

L’OFFENSIVE DU POUVOIR

CONTRE LES RETRAITES ET LES RETRAITES

LA REACTION DES SYNDICATS

ET L’ACTION DE MASSE NECESSAIRE

 

Le point de vue

de Jean LEVY

 

Les confédérations syndicales se sont  réunies le 23 août, à deux semaines de la journée revendicative du 7 septembre. Si elles ont réaffirmé leur volonté commune de participer ensemble à l’action, seule Force Ouvrière fait du retrait de la réforme, son objectif majeur.

Les autres centrales s’opposent uniquement à certaines des mesures prévues dans la « réforme » gouvernementale.

Et de ce fait, elles ne remettent pas en cause le bien fondé de celle-ci.

Elles acceptent ainsi de « négocier  en recul », c’est-à-dire sur la base du projet concocté par le Medef et présenté par le pouvoir.

Dans ces conditions, les confédérations limitent, en fin de compte, leur objectif à obtenir, au mieux, une « réforme un peu moins mauvaise » que celle mise en avant par Nicolas Sarkozy, alors que tout indique une mobilisation massive des salariés, le 7 septembre.

 

Comment la CGT peut-elle faire sienne une telle stratégie ?

 

L’argument avancé depuis des années par Bernard Thibault, c’est sa volonté de maintenir intacte l’alliance CGT-CFDT-FSU-UNSA-Solidaires-CFTC.

 

Piètre argument, alors que chacun a en tête l’attitude de la centrale de François Chérèque, brisant en 2003, le front intersyndical, au plus fort de la mobilisation populaire, faisant ainsi passer « la réforme Fillon », déjà, sur les retraites.

Tout porte à croire que la CFDT à en tête, cette année encore,  un « compromis » avec le gouvernement,  obtenu, y compris  par une négociation séparée, en pleine lutte.

 

Thibault le sait bien.

 

Alors pourquoi s’obstine-il à prôner « l’entente au sommet » comme gage suprême du succès ? En fait, soutien obstiné à la Confédération Européenne des Syndicats, dont l’objectif proclamé est de « sauver le capitalisme », la direction confédérale de la CGT a abandonné la lutte des classes comme moteur de son action. Elle s’est muée en force syndicale « d’accompagnement » du capital. La CGT se veut le ou l’un des interlocuteurs privilégiés du pouvoir. Les attitudes passées  de Bernard Thibault confirment cette orientation.

Ne déclare-t-il pas  en 2003, « qu’il n’était pas là pour paralyser la France » par la grève générale ?

En novembre 2007, il accourt dare-dare à l’Elysée, pour « négocier », à la nuit tombée,  en tête à tête  avec Sarkozy, la fin de la grève unitaire des cheminots, dès les premières heures de celle-ci. Et cela, alors que la mobilisation de l’ensemble du personnel de la SNCF n’avait jamais atteint une telle ampleur.

 

Et tout au long de ces dernières années, Bernard Thibault freine l’action revendicative ascendante par une « stratégie trimestrielle » des manifestations, refusant le « tous ensemble et en même temps » et la globalisation des luttes, démobilisant ainsi les salariés, convoqués comme à la parade, comme simple force d’appoint de la négociation.

 

La direction de la CGT veut-t-elle rééditer un remake du même scénario ?

 

Déjà, après le 7 septembre, la CGT évoque la date du 29 septembre, retenue pour une manifestation européenne de la CES. *

 

Toutes ces manœuvres peuvent et doivent être vouées à l’échec.

 

Tout  dépend d’abord du niveau la de manifestation du 7 septembre.

 

Si, ce jour-là, DES millions de salariés, du public comme du privé, retraités et privés d’emploi, déferlaient dans nos villes et dans nos rues, si les clameurs des manifestations exprimaient la réelle colère du monde du travail, si d’importantes grèves paralysaient la fonction publique, les transports, les grandes entreprises, alors les manœuvres de division et de trahison seraient plus difficiles à accomplir.

 

Le 7 septembre, les conditions d’un immense succès sont d’ores et déjà réunies.

 

La sourde colère du monde ouvrier et de plus larges couches sociales n’a jamais atteint une telle ampleur.

Le pouvoir et son président ont atteint, dans l’opinion, la cote d’alerte.

 

Plus des trois-quarts des Français refusent leur confiance à Nicolas Sarkozy (les 2/3 des sondés QUI REPONDENT). A sa politique dévastatrice, s’ajoute les scandales qui jettent une lumière crue sur les liens consanguins qui existent entre le monde politique (et pas seulement à droite) et le monde de l’argent.

 

Cette réalité existait bien sûr depuis que le capitalisme existe.

 

Mais la crise du système, exacerbant ses contradictions internes, a mis à jour la généralisation de pratiques mafieuses, qui ne peuvent plus être cachées au grand public.

Le mépris et le cynisme des couches dirigeantes heurtent de plein fouet l’opinion populaire.

 

C’est dans ce contexte que se prépare activement le 7 septembre et, aussi, la suite.

 

Raison de plus pour redoubler d’efforts pour « déborder », non seulement un pouvoir aux abois, mais les centrales syndicales elles-mêmes, pour contraindre celles-ci à tenir compte du sentiment de notre peuple.

 

Jean LEVY

Syndiqué CGT

depuis septembre 1944

 

·       « L’euro manifestation et les initiatives dans les pays d’Europe à l’appel de la Confédération européenne des syndicats le 29 septembre, contre la politique de rigueur, constitue également pour la CGT un rendez vous important en cette rentrée. Nous serons présents à Bruxelles au côté de milliers de manifestants. »

Déclaration confédérale du 16 août 2010

 

Source : http://canempechepasnicolas.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LE GISTI INTERPELLE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES EXPULSIONS DE ROMS EN FRANCE

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

Gisti

Le Gisti interpelle la Commission européenne sur les expulsions de roms de France

mis en ligne mercredi 25 août 2010 par jesusparis


Dans un courrier adressée à Madame Viviane Reding, Vice-présidente de la Commission européenne en charge de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, le Gisti, face au comportement des autorités françaises à l’égard des Roms, rappelle la plainte qu’il avait déposée avec plusieurs autres associations.

 

Cette plainte à l’encontre de la France, datée du 31 juillet 2008, portait sur sa violation du droit communautaire en matière de libre circulation des personnes. A la date d’aujourd’hui elle n’a toujours pas connu de suite au moment où la France multiplie ses violations, et où la Commission elle-même commence à s’émouvoir de ces pratiques.

 


Madame Viviane Reding
Vice-présidente de la Commission européenne en charge de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté
BE - 1049 Bruxelles

 

Paris, le 20 août 2010

 

Objet : plainte contre la France pour violation du droit communautaire en matière de libre circulation des personnes du 31 juillet 2008

 

Madame la Vice-présidente,

 

Le 18 août dernier, la Commission européenne a exprimé sa préoccupation sur les événements qui se déroulent actuellement en France à propos de l’expulsion annoncée par les autorités françaises de 700 ressortissants Roumains, appartenant à la minorité Rom, d’ici à la fin du mois. Vos services ont également rappelé que la France doit respecter les règles sur la liberté de circulation et d’établissement des citoyens européens.

 

Pourtant, cette situation est loin d’être nouvelle. Le 31 juillet 2008, huit associations françaises (dont le Gisti) ont saisi vos services d’une plainte contre la France pour violation du droit communautaire. [1] Dans cette requête, nous faisions déjà état, de manière détaillée, de nombreuses pratiques administratives qui méconnaissent les droits de citoyens de l’Union : le droit à un examen individuel de la situation, le droit à la défense, l’interprétation pour le moins erronée de la notion de menace à l’ordre public selon les critères établis de longue date par la Cour de justice, etc. Vous trouverez ci-joint le texte de la plainte, dont les annexes vous ont été communiquées.

 

Nos associations n’ont cependant pas, à ce jour, obtenu une réponse sur les divers points soulevés, et ignorent si une saisine des autorités françaises sur ce qui avait été estimé comme contraire au droit communautaire est intervenue.

 

Dans l’attente d’une réponse de votre part, je vous prie d’agréer, madame la Vice-présidente, l’expression de mes sentiments distingués,

 

Stéphane Maugendre
Président

Notes

[1] http://www.gisti.org/spip.php?artic...

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

REGION PACA : COMMUNIQUE D'ASSOCIATIONS RROMS ET GITANES DU SUD DE LA FRANCE : APPEL A LA MOBILISATION DES TSIGANES JEUDI 26 AOUT 2010 à 11h AU LIEU DIT SALIERS

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

Mille babords

Mobilisation des Tsiganes de la région P.A.C.A.

mis en ligne mercredi 25 août 2010 par jesusparis


Communiqué d’associations rroms et gitanes du Sud de la France

 

Appel à la mobilisation des Tsiganes jeudi 26 août 2010 à 11 h au lieu dit Saliers

La chasse aux Roms orchestrée par le Président Nicolas Sarkozy et son ministre de l’intérieur Brice Hortefeux, bat son plein.

 

Les Préfets se montrent de bons élèves et expulsent à tout va... Les années sombres planent de nouveau sur le drapeau républicain. On sépare les femmes, les enfants et les hommes durant les rafles afin de briser les cellules familiales et de dompter toute résistance. On parle de désinfection des lieux de vie des Roms après leur expulsion... « Ce mot employé au sujet de mon peuple nous rappelle qu’on invitait nos parents à passer à la désinfection en les introduisant dans les chambres à gaz », dit Esméralda Romanez, présidente de l’A.M.I.D.T (association pour la Mémoire de l’internement et de la Déportation Tsigane) et Vice-Présidente de la Fondation des Kalé, Manouches, Romany, Sinté women élue au Lobby Européen des femmes.

 

« Oeuvrer pour la Mémoire dit-elle encore, sans faire un lien directe avec l’actualité du moment permettrait de donner raison aux négationnistes de tous poils. »

 

Ralliant à ses côtés Yohan Sales, Président du comité Tsigane de la région P.A.C.A., Alain Daumas Président de l’U.F.A.T. (Union fédératrice des associations tsiganes), Payou Baptiste Président et responsable des gitans du Languedoc Roussillon, elle appelle à la mobilisation des Tsiganes pour une manifestation avec prises de paroles devant le seul et unique Mémorial érigé en France à la Mémoire des Tsiganes internés et déportés, ce jeudi 26 aout 2010 à 11 heures précises au lieu dit Saliers, sur la départementale D 37, commune d’Arles, a mis chemin d’Albaron et de Saint Gilles.

 

« Nous porterons tous un triangle marron dont les nazi affublaient nos parents afin de rappeler au gouvernement Français le risque d’un dérapage xénophobe en désignant le peuple Rom comme bouc émissaire... alors que notre peuple, et tout le monde le sait de nos jours, a toujours été le plus discriminé de tous les temps. »

 

Associations signataires :

 

-  A.M.I.D.T.
-  Fédération Kalé, Manouche, Romany, Sinté women
-  Samudaripen

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

L'ALGERIE ET L'IRAN ENVISAGERAIENT UN ACCORD DE LIBRE-ECHANGE. PAUVRE SARKOSETTE ! SA TRES CHERE UPM COULEE PAR UN MISSILE IRANIEN

Publié le par Tourtaux

L'Algérie et l'Iran envisageraient un accord de libre-échange  24/08/2010

Un accord de libre-échange entre l'Algérie et l'Iran dans un proche avenir ? Il en a été question dimanche à Téhéran lors d'une rencontre entre le ministre iranien du Commerce Mehdi Qazanfari et l'ambassadeur d'Algérie en Iran, M. Soufiane Mimouni. L'information rapportée par la Fars News Agency (FNA) reste imprécise et évoque un cadre plus général d'un accord de libre-échange entre l'Iran et les pays «africains musulmans».

 Le ministre du Commerce iranien s'est fait par contre plus précis sur le souhait de renforcer les relations commerciales entre les deux pays. Pour Mehdi Qazanfari, l'Algérie peut être une passerelle pour un renforcement des liens économiques de l'Iran avec l'Afrique du Nord. Il a estimé que la tenue de salon d'exposition spécialisé, l'ouverture de succursales bancaires ou la création d'une banque commune permettraient de stimuler les relations économiques entre les deux pays. L'ambassadeur algérien a souligné que les relations politiques entre les deux pays étaient très bonnes et a souhaité que les liens commerciaux, faibles actuellement, puissent atteindre un niveau satisfaisant.

 L'Iran, en butte à des sanctions économiques imposées par les Occidentaux, tente depuis quelques mois d'ouvrir un horizon africain à son économie. Officiellement - les dernières déclarations à ce sujet sont celles de l'ancien ministre du Commerce El Hachemi Djaaboub -, l'Algérie fait une «pause» en termes de conclusion d'accords de libre-échange. Il n'en demeure pas moins que l'Algérie, qui défend le droit des Iraniens au nucléaire pacifique, ne devrait pas, en théorie, avoir des objections de principe à la conclusion d'un tel accord de libre-échange.

Une relation libre avec l'Iran

Outre le fait que l'Algérie, contrairement à d'autres pays arabes du Golfe et le Maroc voisin, ne relaie pas la campagne occidentale anti-iranienne, il peut exister un intérêt économique évident entre l'Algérie et l'Iran. L'Iran, par exemple, qui dispose d'une des plus grandes réserves de gaz au monde, éprouve des difficultés à les exploiter. L'expérience et l'expertise de Sonatrach dans le domaine gazier pourraient être un atout. Il n'en demeure pas moins que la conclusion d'un accord de libre-échange entre Alger et Téhéran ne serait guère appréciée par les puissances occidentales qui tentent d'isoler l'Iran… Mais les relations, bonnes, entre Alger et Téhéran, peuvent aussi servir à lancer d'éventuelles médiations. Les sanctions occidentales ont bien sûr de l'effet sur l'économie iranienne, mais elles n'ont pas d'effets décisifs. Dans les faits, les relations économiques de l'Iran avec les Etats-Unis sont pratiquement nulles depuis la révolution islamique, et les liens avec l'Europe atteindraient, selon Ahmadinejad, les 23 milliards de dollars/an, ce qui ne pèse pas beaucoup sur l'économie iranienne qui est davantage orientée vers l'Asie. Les démarches iraniennes en direction du continent africain participent de la même démarche de réduction de la dépendance à l'égard des Occidentaux. Les rencontres entre officiels, Bouteflika a fait trois visites à Téhéran  témoignent du fait que l'Algérie refuse que sa relation avec l'Iran soit sous influence étrangère. Mais, au-delà de l'aspect politique fort important, les domaines de coopération dans le domaine spatial, la pétrochimie, l'habitant et l'automobile sont réels. Sans oublier, bien entendu, dans le domaine du nucléaire civil où l'expertise scientifique iranienne est très développée.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5142142 http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5142142

 

Source : http://www.alterinfo.net/Actualite-internationale_r1.html

Publié dans L'Afrique en lutte

Partager cet article
Repost0