Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA CORREZE ENTRE EN RESISTANCE !

Publié le par Tourtaux

02Cet été morose tant sur le plan météorologique que social, a été jalonné par l’affaire WOERTH-BETTENCOURT, le ministre WOERTH qui, rappelons le ici, est chargé de la mise en œuvre de la réforme des retraites dont vous découvrirez la nocivité tout au long des quelques pages de ce journal de rentrée.

 Si le débat ultra-sécuritaire lancé par le Président de la République le 30 juillet à GRENOBLE, stigmatisant tout un Peuple, les Rom, et  créant des sous-Français selon leur origine -une décision néfaste à la cohésion sociale- si le discours de Nicolas SARKOZY donc, a pu divertir les médias, la CGT du CG 19 n’en oublie pas pour autant les graves mesures de récession et de rigueur qui, après avoir décimé les plus modestes, s’attaquent désormais à la classe moyenne.

 Ce discours sécuritaire, que ne renierait pas Jean marie LEPEN, n’a comme ultime but que de dissimuler le bilan économique catastrophique du gouvernement : en 2009, 337 000 emplois ont été détruits dans le secteur privé, auxquels il faut ajouter les 190 000 en 2008, soit près d’un demi-million de travailleurs sur le carreau en  deux ans. Ces chiffres sont les pires que la France a connu depuis la guerre. Nous n’omettrons pas non plus le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, et qui va supprimer ainsi la bagatelle de 100 000 postes en moins de quatre ans. Le coût de cette crise qui est née de la sphère financière, de la bourse et des banques, est donc bien porté par les salariés ; le bouclier fiscal grève toujours le budget, la défiscalisation des heures supplémentaires et la TVA électoraliste à 5,5% pour les restaurateurs, enfoncent chaque jour un peu plus notre Pays dans la dette.

 Marie Antoinette Christine LAGARDE, ministre de l’économie, a beau joué de la méthode Coué  ou Candide, en ânonnant que tout va très bien Madame la Marquise, la consommation des Français, unique moteur de la croissance, est au ralenti, faute de pouvoir d’achat. En GRECE, trois petits mois après le grave plan d’austérité mis en place par le gouvernement socialiste sous la pression du FMI, des marchés et de leurs agences de notation, on s’aperçoit que ce sont les salariés qui trinquent une nouvelle fois : hausse du chômage, augmentation des impôts, perte du pouvoir d’achat, libéralisation du secteur énergétique…

La réforme des retraites, une des pires d’Europe, est dans la droite ligne de la volonté des marchés : faire payer encore et toujours la crise par les seuls salariés.

De ce triste constat, qui peut encore douter que derrière chaque campagne du gouvernement sur la sécurité, sur l'identité nationale, sur la burqa, on cache misère, incompétence, sales affaires et l'incapacité à assumer la justice sociale : il est en effet plus facile d’expulser une famille de Rom que de créer des emplois à MEYMAC…ou ailleurs !

Résistance, tel est le titre de ce billet. Résistance car il va falloir être fort, plus fort encore que le 24 juin dernier qui avait drainé près de 2 millions de personnes dans les rues, dont 20 000 dans notre seul département. Plus fort parce que chaque temps dans la mobilisation est plus puissant que le précédent. Plus fort, car ne rien faire, c’est laisser faire…


 

LE 7 SEPTEMBRE, POUR NOS RETRAITES, NOS SALAIRES, NOS EMPLOIS !!

LA RENTREE SERA BRULANTE !

Par Michel CHANCY

 

http://cgt-cg19.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

POUR LA DEFENSE DES RETRAITES, LE SDVC APPELLE TOUS LES SALARIES DE DISNEYLAND PARIS A MANIFESTER CE MARDI 7 SEPTEMBRE

Publié le par Tourtaux

Lundi 6 septembre 2010 1 06 /09 /2010 18:28 Le SDVC appelle tous les salariés de Disneyland Paris à manifester le 7 septembre 2010

 

Salariés de Disneyland Paris et du privé partout ailleurs Le 7 septembre 2010 est une chance historique de vous faire entendre, et de dire non au recul de l'âge de départ à la retraite.

 

A 60 ans, il est temps de se reposer. I

 

l y en a marre de toujours courir pour que les patrons s'en mettent plein les fouilles.

 

On a cotisé, et on veut être payé en retour.

 

Nous disons non à la mort au travail.

 

Nous produisons plus que tout autre pays en moins de temps, et ces cadences de travail nous usent.

 

Nous avons le droit à un repos bien mérité pour profiter un peu de la vie qui n'est pas aussi longue qu'on veut nous le faire croire.

 

Combien de travailleurs n'ont jamais pu profiter pleinement de leurs retraites parce qu'ils n'avaient plus la santé suffisante pour le faire?

 

Si vous ne vous mobilisez pas le 7 septembre pour défiler avec l'ensemble des travailleurs en lutte, ne venez pas pleurer que les syndicats ne font rien pour vous.

 

C'est vous qui n'aurez rien fait pour vous!

 

De nombreux bus sont prévus pour se rendre à Paris pour manifester.

 

Renseignez vous auprès des camarades de la CGT, de FO, de la CFDT ou de la CFTC. Les étiquette auront peu d'importance car il s'agit d'une manifestation unitaire.

 

C'est la masse populaire en mouvement qui fera plier ce gouvernement sur un projet injuste et qui ne pénalise que les travailleurs!

 

Les vieux cons

 

http://www.cyril-lazaro.com/


Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

COMMUNIQUE DU FRONT SYNDICAL DE CLASSE : L'UNION EST UN COMBAT ! L'OUBLIER MENE A LA DEFAITE

Publié le par Tourtaux

logo-FSC.jpg L’union est un combat !

L’oublier mène à la défaite.

 

 

On se demandait quand cela allait arriver, c’est fait.

 

Dans Le Monde du 1er septembre, Chérèque vient d’annoncer qu’il pourrait y avoir un terrain d’entente avec le gouvernement, si celui-ci acceptait d’étudier 4 propositions : reculer à 2018 (au lieu de juillet 2016 !) l’entrée en vigueur des 67 ans pour le taux plein, discuter sur les carrières longues, la pénibilité et les polypensionnés (soit les trois domaines sur lesquels le gouvernement a dès le début laissé entendre qu’il pourrait y avoir des « avancées »). En clair, Chérèque s’apprête à capituler sur le projet Woerth-Sarkozy-Medef et la régression qu’il programme, pourvu qu’il obtienne quelques concessions, prévues d’avance lors des multiples rencontres entre les dirigeants syndicaux, le gouvernement et le MEDEF.

 

Ce faisant, la CFDT est fidèle à elle-même et à son rôle historique.

Il n’est même pas question d’affirmer ici que Chérèque est un « traître » aux travailleurs puisqu’il n’a jamais été de leur côté. Chérèque fait simplement son travail de secrétaire général de la CFDT : être l’agent du grand patronat et de ses gouvernements au sein du mouvement syndical.

N’oublions pas que cette centrale est issue d’une scission organisée de la CFTC en 1964. La CFTC fut créée en 1919 sur des bases de collaboration de classe avec l’intervention active du Vatican pour lutter contre la CGT et les idées marxistes au sein du mouvement ouvrier. En 1964, après l’échec de l’expérience des prêtres-ouvriers (quasiment tous passés à la CGT et à la lutte des classes), fut décidée la création de la CFDT afin de combattre « par la gauche » l’influence de la CGT et du syndicalisme de classe. Contrainte de tenir un discours en apparence radical dans les années qui suivirent mai 1968, la CFDT a toutefois rapidement recentré sa position pour devenir le soutien actif de toutes les régressions sociales. Un de ses faits d’armes majeurs fut la signature d’un accord avec Fillon en plein mouvement contre la casse des retraites en 2003.

 

Aujourd’hui, cette histoire se poursuit et concerne malheureusement de plus en plus d’organisations puisque toutes les directions syndicales collaborent ensemble à la direction de la très jaunissante Confédération Européenne des Syndicats. Cela se traduit en France par la stratégie du « syndicalisme rassemblé » au sommet, qui fait de l’unité entre les directions syndicales la clé de toute action, qui aligne par le bas les revendications en mettant les travailleurs à la remorque des centrales les moins combatives et qui se traduit par des défaites ininterrompues depuis 20 ans.

 

Or, l’unité syndicale dont les travailleurs ont besoin n’est pas d’abord une question d’état-major. L’unité syndicale gagnante est toujours le résultat, tranché par le peuple salarié, du combat permanent entre deux conceptions différentes de la société, révolutionnaire ou réformiste, résistance et transformation ou accompagnement….

Mais pour être gagné, encore faut-il que ce combat soit mené : du temps des grandes victoires ouvrières, les dirigeants de la CGT n’hésitaient pas à dire la vérité sur les organisations « syndicales » au service du patronat. C’était même à partir de cette clarté que pouvait se construire l’unité réelle des travailleurs, pas celle entre états-majors, mais celle à la base, à partir des revendications réelles et pour gagner.


C'est pourquoi, la CGT, la FSU (et toutes les organisations qui se réclament de la lutte) doivent sortir du carcan du syndicalisme rassemblé au sommet pour retrouver une action indépendante et unitaire à la base. Gagner la bataille des idées contre les serviteurs du capital, ce n’est qu’à partir de là que l’indispensable unité se réalise et peut redonner à notre syndicalisme ses couleurs gagnantes.

 

Pour cela, les organisations de la CGT, FSU…, par ailleurs largement majoritaires dans leurs champs de syndicalisation, doivent défendre leurs mandats revendicatifs et démasquer la fausse unité de sommet, que la CFDT va de toute façon dénoncer :

- nous ne ferons pas grève le 7 pour permettre à Chérèque de négocier des aménagements à la contre-réforme,

- nous ferons grève d’abord pour le retrait du projet, condition nécessaire pour obtenir satisfaction sur les autres revendications (en particulier l’annulation des contre-réformes de 1993, 2003 et 2007 sur les régimes spéciaux).

 

Dès le 7 au soir ou le 8 au matin, c’est en bas que doit se réaliser l’unité, c’est en bas que doit être prise la conduite du mouvement, comme en 1968 ou en 1995.

 

 

LA RÉGRESSION NE SE NÉGOCIE PAS,

AMPLIFIONS L’ACTION

JUSQU’AU RETRAIT PUR ET SIMPLE

DE LA CONTRE-RÉFORME WOERTH-SARKOZY

 

 

 

Dernière minute

Décidément, la direction confédérale CGT peine à écouter la base. Cette semaine s’est déroulée une AG à l’UD CGT des Hauts de Seine pour faire le point sur la préparation du 7. Pour mémoire, l’UD CGT 92 a lancé un appel unitaire (avec la FSU, Solidaires et FO) appelant au retrait du projet de casse des retraites.

Montreuil avait envoyé à cette AG Frédéric Imbrecht, ancien secrétaire général de la Fédé de l’Energie devenu depuis le 49ème congrès le responsable Europe pour la Confédération, en prise directe avec la CES. Il a tenté d’expliquer qu’il faudrait arriver à une réforme, finissant par étaler tout son mépris pour la base combative en affirmant que le très fort courant dans la CGT pour le retrait de la contre-réforme était dû aux manœuvres de FO !

Il a été contré par des militants de base. Bravo à ces camarades, poursuivez votre travail unitaire sur les seuls mots d'ordre qui permettront à notre syndicalisme de redevenir gagnant.

 

FSC, le 4 septembre 2010

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) APPELLE LE MOUVEMENT SYNDICAL ET LES ORGANISATIONS PROGRESSISTES DU MONDE A AGIR ET PARTICIPER A LA JOURNEE D'ACTION QU'ELLE ORGANISE CE 7 SEPTEMBRE 2010

Publié le par Tourtaux

1 September 2010

  

international-action-day-spanish.jpgLa Fédération Syndicale Mondiale –FSM- appelle le mouvement syndical et les organisations progressistes du monde à agir pour participer en se joignant à nous le 7 Septembre 2010 pour participer à cette jounée d’action.

En 2009-2010, nous vivons une période de crise globale du système capitaliste. Cette crise est profonde et embrasse toutes les sphères du système, l’économie, les politiques, la culture, l’environnement et même les relations personnelles du peuple. Le Fonds Monétaire International ( FMI) attaque les pays avec la dette et impose avec les gouvernements de ces pays des politiques profondément contre le monde du travail.

L’espoir pour les travailleurs réside dans les luttes, sur l’engagement des jeunes, des femmes et des immigrants, du peuple de ces pays et dans ces combats. En Europe, en Asie, en Amérique Latine les peuples marchent dans les luttes et font des revendications.

Aujourd’hui, chaque groupe comprend que la crise concerne chacun. La crise est partout. Aussi la coordination devrait-elle s’organiser. Coordination, coopération- internationalisme et solidarité. Pas tout seul mais tous ensemble, dans tous les pays, tous les travailleurs, tous les chômeurs. Tous ensemble pour combattre avec des revendications modernes qui répondent aux besoins élémentaires.

Nous demandons pour sortir de la crise :

· Les travailleurs ne doivent pas payer la crise. Les trésors cachés doivent être interdits.

· Arrêt des dépenses pour les équipements militaires et cet argent doit profiter aux chômeurs et aux plus modestes

· Action maintenant pour annuler la dette des pays du Tiers Monde

· Gratuité de la santé publique, de l’éducation; de la nourriture et de l’eau pour tous.

· Investissement public pour la création d’emplois. Satisfaction des besoins élémentaires des travailleurs.

Par des petites et des grandes luttes, la classe ouvrière internationale comprendra que l’avenir de l’humanité ne peut se prouver que par l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme. Parce que le capitalisme ne peut s’amender!!!

Rejoignons les forces et les voix dans les mobilisations de la Journée d’Action,

7 Septembre 2010

Syndicat et organisations sociales dans leur pays respectif, leur région et les lieux de travail ajoutez vos revendications à l’appel de la FSM. Tenez des activités sur le lieu de travail et dans les branches professionnelles

Le 7 Septembre chaque syndicat peut choisir la voie de son action

7 Septembre Journée Internationale d’Action

Tous les travailleurs unis !

LE SECRETARIAT

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

NOUVEAU SUICIDE A FRANCE TELECOM : L'EMOUVANT ET TERRIBLE TEMOIGNAGE DU COMPAGNON DE VIE DE LA VICTIME QUI ETAIT MAMAN DE TROIS ENFANTS

Publié le par Tourtaux

Lundi 6 septembre 2010 1 06 /09 /2010 14:01

 

Après demande d'autroisation auprès de l'éditeur de cette lettre nous avons eu l'autorisation de la publier sur notre blog. Tout se passe de commentaire, c'est bouleversant.

 

De : Richard SJ - Envoyé : mardi 31 août 2010 10:46

  

Objet : Décès Véronique

Bonjour,

 

Je suis Richard Saint-Jean, le mari de Véronique Soulage Saint-Jean.

Je viens vous apprendre une nouvelle épouvantable : Véronique a décidé de nous quitter dans la nuit de vendredi à samedi.

Je me suis permis de regarder son carnet, j'ai trouvé vos adresses, certaines sont certainement erronées, tant pis.

Nous nous sommes connus sur les bancs de Sces Po, vivons ensemble depuis 1983, avons eu 3 filles merveilleuses (7, 18 et 21 ans) et avons vécu heureux, avec des hauts et des bas naturellement pendant un nombre d'années que je parviens plus à calculer !

Depuis 2007, j'avais noté qu'elle avait de plus en plus de difficultés, dans un monde devenu toujours plus dur pour tous, où les relations humaines sont progressivement mais très rapidement passées au second plan, voire davantage, avec souvent de la "violence symbolique" (lire Bourdieu) utilisées à tord et à travers, tout ce que nous éprouvons tous avec difficultés, comme la lâcheté et l'indifférence, et qui peut nous mettre à notre insu dans une situation d'impasse.

Je ne peux qu'espérer que nos dirigeants en général cessent d'utiliser l'incertitude comme unique méthode de management et qu'ils comprennent qu'un être humain est infiniment plus précieux qu'un smartphone en panne pour lequel j'entends des appels désespérés à des hotlines, voire des injures jetées sur un malheureux bout de plastoc fabriqué à la chaine.

Les derniers mois, elle était épuisée devant l'étanchéité de son entourage face à ses problèmes, et aurait du se mettre en arrêt maladie, éprouvant des douleurs insupportables notamment cervico brachiales et aux bras. Il lui aura fallu mener un véritable combat pour avoir accès à un PC portable qui lui a permis de ne plus avoir mal, la position ordinaire lui coinçnt un nerf sans sa carcasse tendue à l'extrème par des moments d'angoisse.

Elle était restée au même coeff 4.2 depuis son embauche en ... 1995 !, ce qui l'affectait énormément ainsi que le fait que rien ne lui permettait de détecter une quelconque reconnaissance pour un travail auquel elle apportait toute son énergie.

Eh bien non, elle s'est battue jusqu'à la fin, n'a jamais cédé, mais n'a non plus jamais été aidée. Elle redoutait terriblement sa recherche de nouveau job car mère d'une petite de 7 ans et de deux jeunes de 18 et 21 ans en fac, son rôle de mère était en supplément une lourde charge qui devait coincider avec le fait de se lancer "from scratch"  dans un nouveau métier.

Elle avait opté pour un job où elle se serait sentie utile (ah, le concept d'utilité ! se sentir utile, n'est-ce pas notre but à tous ?) : aider les recruteurs à recruter, job rue de Madrid mais qui malheureusement semblait bouché pour des raisons que je ne suis pas arrivé à comprendre. Sans doute que si cette mutation avait été réussie, aidée, encouragée, en gros un peu mieux encadrée, elle se serait lancée un nouveau défi. Au lieu de cela, elle s'est sentie angoissée, ce qui aurait pu être un plaisir est devenu une charge potentielle supplémentaire dans son sac à dos.

Une occasion perdue ...

Je prie donc pour elle, mais c'est certain qu'elle ira directement au Paradis, ayant toujours été une femme exigeante envers elle même, comme pour son entourage (et je sais de quoi je parle), toujours à la recherche d'amour et toujours prête à en donner, et n'ayant comme défaut que sa recherche de la perfection qui l'a amenée à porter un sac à dos toujours plus lourd, que certaines personnes lui chargeaient sans même s'en rendre compte au point de la faire céder sous la charge.

Mais je prie aussi pour que son départ ne soit pas vain, et que ce soit l'occasion pour certaines personnes de se rendre compte des conséquences à long terme de leurs prises de position, ou pire de leur refus d'en prendre pour se protéger eux-mêmes. Ils ne sont pas en cause directement, naturellement, c'est un question de biotope. Nous somems tous dans un aquarium dont on nous a changé l'eau, je veux dire qu'on nous a changé nos valeurs à notre insu : certains s'adaptent à ces nouvelles règles, certains parviennent même à les inventer, mais d'autres, je pense la majorité souffrent sans comprendre pourquoi : simplement ils continuent à utiliser leurs anciens repères et philosophie, alors que tout cela est devenu inadapté.

Vous qui étiez ses amis, dont j'ai entendu parler plusieurs fois (je pense aux Anciens de la rue du 4 septembre notamment) vous comprenez ce que j'écris, vous en avez sans aucun doute parlé avec elle ou entre vous. Je pense même que certain(e)s ont été pour elle un soutien utile.

Je prie donc pour un monde meilleur, où les gens fassent attention à leur voisin, à commencer par ceux qui travaillent à un mètre d'eux, pour que les personnes chargées du présent et du devenir de subordonnés qui leurs sont confiés par leur entreprise et par leur destin (on ne choisit pas ses collaborateurs) se montrent à la hauteur de leurs responsabilités, pour que manger ensemble à midi soit un plaisir, un moment d'évasion et d'échange, pour que la recherche du profit, qui reste nécessaire pour la croissance et le partage des richesses crées, ne soit pas l'unique point de mire Il faut enfin penser que 10 heures ou plus passés ensemble au travail, c'est davantage que le temps passé avec les familles, 35 heures ou non.

Tout ceci a pour moi un horrible relent de gâchis, c'est épouvantable.

Au moins cela aura eu pour conséquence, durable je l'espère, de souder davantage notre famille et nos amis, et nous resterons les porte parole de Véronique qui n'a pas su comment verbaliser, extérioriser tout ce qu'elle encaissait jour après jour.

Vous me pardonnerez la longueur de ce texte et le contenu sévère, l'analyse de notre monde que vous ne partagerez peut-être pas, mais je pense qu'un minimum d'intelligence aurait certainement évité ce besoin de passage à l'acte en évitant de lui remplir son sac à dos.

Mon message final est clair : méditez ce qui peut arriver à quelqu'un fragilisée pendant plus de 3 ou 4 ans, soyez certains que l'amour de la famille ne peut pas être tout.

Si vous êtes chargés de personnel, passez le temps voulu avec chacun, détectez les début de souffrance au travail, parlez, allez déjeuner ensemble, soyez à l'écoute.

Et j'exhorte les Hauts Responsable dans les entreprises, les administrations, partout, pour que le personnel soit mis au même rang que les résultats financiers dans les objectifs personnel des dirigeants.

Cela existe (stakeholders) dans certains pays, pas encore en France, il serait temps de comprendre que l'humain est une "ressource" infiniment plus fragile que la machine la plus fragile.

La date de la cérémonie n'est pas fixée car je n'ai pas reçu le document nécessaire de l'institut médico légal, une messe sera dite dans notr quartier, et elle sera inhumée au cimetière Montmartre dns notre caveau de famille que j'avais acheté il y a quelques années sous les sobriquets familiaux, pensant en être le premier occupant et afin de ne pas causer de désarroi au cas où je viendrais à disparaitre.

Si vous souhaitez vous rendre à la cérémonie ou à l'inhumation, je vous remercie de me l'indiquer afin que je vous donne les informations dès que je les aurai reçues.

La vie est parfois une putain, mais nous devons l'aimer, la faire aimer, aimer notre Prochain plus que nous mêmes, toutes ces choses qu'on a tenté de nous faire oublier pendant des années, mais qui restera pour l'éternité et partout dans le monde ce que nous, Humains, avons de plus précieux.

Pour conclure, étant amoureux de ma femme depuis 1983, j'ai fait des milliers de photos d'elle et de notre famille. Dès que j'aurai un moment, je vous ferai parvenir un petit album souvenir daté, avec ses moments de joie pour qu'on se souvienne de ma petite femme chérie, de mon unique Amour, de celle qui m'a tout donné, de la maman de mes filles que j'aime aussi plus que tout, et qui restera gravée dans ma mémoire et certainement dans la vôtre.

Je vous passe celle de notre dernière ballade pendant nos vacances passées ensemble avant son retour à Paris, prise par notre amour de Marianne.

Je ne vous connais pas, je ne connais que votre nom ou votre prénom, mais je vous embrasse du fond du coeur et je vous exhorte à participer à la construction d'un monde un petit peu meilleur.

Bien à vous,

Richard

Par pc.duclos.cuers - Communauté : Un PCF de lutte des classes !

 

Source : http://pcfcuers.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0