Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HOTEL DE VILLE DE CALONNE-RICOUART (62) : JOURNEE NATIONALE DE SOLIDARITE AVEC GEORGES IBRAHIM ABDALLAH SAMEDI 23 OCTOBRE 2010

Publié le par Tourtaux

La solidarité est notre arme !
 

 

Soyons nombreux !
 

 

Journée nationale de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah
Militant communiste libanais de la cause palestinienne
 

 

Samedi 23 octobre 2010
Hôtel de Ville
Calonne-Ricouart
 

 

● 10h : point-presse organisé par le Comité « Libérez-les ! » de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59 - 62) en présence d’André Delcourt - maire PCF de Calonne- Ricouart et conseiller général du Pas de Calais.
 

 

● 10h30 : déploiement de la banderole « Libérez Georges Ibrahim Abdallah » sur le fronton de l’hôtel de ville.
 

 

● 10h30 - 12 h : rencontre avec la population et signature du livre d’or.
Comité « Libérez-les ! », 22 rue Nationale 62150 Rebreuve-Ranchicourt
http://www.liberez-les.info/ - liberez.les@gmail.com

 

Source : Jacques KMIECIAK

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LE CANCRE QUI NOUS GOUVERNE

Publié le par Tourtaux

 
LETTRE DE TROIS PROFESSEURS DE VONNAS (AIN).
 
Le surdoué qui nous gouverne, Sarkozy, un sous-doué à l'Elysée

Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et les chercheurs en particulier ?
Tout simplement parce que Notre Majesté souffre du complexe du cancre parvenu.
Président médiocre, il fut par le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre.
Mais aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae.
Et pour cause, il l'a customisé, l'animal.
Officiellement Notre Souverain Eclairé serait titulaire d'une maîtrise  de droit privé, d'un certificat d'aptitude à la profession d'avocat, d'un DEA de sciences politiques obtenu avec mention et aurait fait des études à l’Institut d'Etudes politiques de Paris.
 Waouh !
Mais alors pourquoi est-il aussi nul ?
Tout simplement parce que la plupart de ces titres universitaires sont faux.
Une enquête menée par Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le prouve.
 
http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article219 

 

En parcourant l'annuaire des anciens élèves de Sciences Po, il a pu  constater que Sarkozy de Nagy Bosca
n'y figure pas, ce qui signifie qu'il n'a pas mené ses études à leur terme et ne peut  donc se parer du titre d'ancien
élève réservé aux seuls diplômés.
 
Et son DEA ?
Pourquoi n'en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X  Nanterre ?

Tout simplement parce que si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le  procès verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s'être présenté à l’épreuve écrite terminale  et n'avoir pas rendu son mémoire.
 
Et son certificat d'aptitude à la profession d'avocat ?
 
Obtenu sur le fil avec la note médiocre de 20/40 (7/20 à la première  épreuve et 13/20 à la seconde)
Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au bac par le candidat 18917 en 1973
(Jury 80, lycée Molière) : 7/20 à l'épreuve écrite de français et 12 à  l'oral  (voilà pourquoi il s'exprime toujours dans un idiome approximatif), 9/20 en philo, 8/20 en maths (il a néanmoins su s'augmenter de 200 % !), 10/20 en anglais "magnifical" s'exclama-t-il un jour en présence de la reine d'Angleterre) et 11/20 en économie (on n'est pas sorti de la crise ! ).
Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut obligé de se présenter au repêchage.

Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent donc de la bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant souffert de ne jamais avoir été reconnu, à sa juste valeur par ses professeurs. Publié par DES PROFESSEURS DU COLLÈGE DE VONNAS (AIN).

Source Danielle GAUTIER

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

COMPTE RENDU DE L'INTERSYNDICALE DE LA HAUTE LOIRE DU 20 OCTOBRE 2010 : POINT SUR LES ACTIONS DE MERCREDI 20 OCTOBRE

Publié le par Tourtaux

Compte rendu Intersyndicale de Haute Loire du 20 octobre 2010

Étaient présents : CGT, FO, FSU, UNSA, SOLIDAIRES, CFDT.

Point sur les actions de mercredi 20 octobre :

- Sur le Bassin du Puy : Barrage filtrant zone industrielle de Blavozy (Ples de 1500 salariés bossent sur la zone) de 10 heures à 15 heures. Essentiellement avec les camarades de Michelin pour qui c’était le 11ème jour de grève (plus de 100 salariés) mais aussi des agent SNCF, EDF, Postier et une vingtaine d'enseignants

- Zone industrielle de Brioude : énorme barrage de 220 camions sur la RN102 de 9h15 à 14h15 (100 manifestants, SNCF, territoriaux, profs, salariés du bâtiment, de la SNOP, de Carrefour...)

- Zone industrielle des Taillas à Ste Sigolène : 5 Barrages ont été organisés. Devant l’impossibilité des camions de rentrer dans la zone les patrons routiers ont bloqué les barrages à partir de 13 heures. Face à ce blocage, les salariés ont levé le camp pour laisser les patrons assurer le blocage. Les patrons ne nous voyant plus, ont levé le camp. Les salariés se sont alors repositionnés et ont repris le barrage. Les forces de l’ordre étaient déployées en nombre mais le barrage a tenu bon jusqu’à 17 heures.

 

"Perspectives" du 21 octobre 2010 en Haute Loire
>

[ Bassin du Puy :

- Barrage filtrant zone industrielle de Blavozy de 12h00 à 16h00.

- CAF-CPAM-URSSAF : Assemblée générale, distribution de tracts, conférence de presse et pique Nique dans la cour des Organismes sociaux au Puy de 10h30 à 13h00

- EDF : blocage rue Sainte Catherine à partir de 7h30 pour la journée et coupure d’électricité

[ Sur Langeac : Barrage filtrant à RECTICEL-COPIREL à partir de 7h00

[ Sur Brioude : Rassemblement Place de Paris à 10h00 pour décider des actions.

[ Sur Monistrol sur Loire :

- A partir de 10 heures, échangeur sur la RN88 vers France Lame, barrage filtrant

- Rassemblement à 17h00 Place Néron

Vendredi 22 octobre Manif aux côtés des lycéens à 11 h Place Cadelade au Puy PROCHAINE INTERSYNDICALE VENDREDI MATIN

 

Source : Danielle GAUTIER

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

DES SYNDICALISTES DU STC-MARINS CONDAMNES A LA PRISON FERME POUR REFUS D'ADN

Publié le par Tourtaux

Deux syndicalistes du STC-Marins ont été condamnés hier à la prison ferme pour refus d'ADN (cf. article ci-dessous). Les deux militants du STC ont appris la décision alors qu’ils se trouvaient en Guadeloupe pour assister au congrès du syndicat UGTG et pour soutenir des membres de ce même syndicat, adhérent au LKP, poursuivi également pour refus de prélèvement post-condamnation.

Pour leur envoyer des communiqués de solidarité:

STC Marins c/o UL STC-Bastia,
Maison Des Syndicats,
2 RUE DU CASTAGNO
20200 Bastia, CORSICA.
Téléphone : 04.95.31.25.15; Fax : 04.95.32.58.21

Email: stc.marin@wanadoo.fr

Relations extérieures du STC: jeanlucmorucci@hotmail.com

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Des syndicalistes du STC-Marins condamnés à la prison ferme pour refus d'ADN

De la prison ferme pour Alain Mosconi et Félix Da Gregorio. Les deux marins STC ont été condamnés à un mois de prison ferme le 19 octobre 2010 par le tribunal correctionnel de Bastia pour refus de prélèvement d’ADN.
Les deux militants du STC des marins ont appris la décision alors qu’il se trouvait en Guadeloupe pour assister au congrès du syndicat UGTG et pour soutenir des membres de ce même syndicat poursuivi également pour refus de prélèvement post condamnation. Des incidents entre militants nationalistes et forces de l’ordre ont ensuite éclaté à l’annonce de ce jugement. On déplore un blessé léger un jeune de 18 ans transféré au CHU de Bastia. Une interpellation au moins a eu lieu.
Alain Mosconi et Félix Da Gregorio, militants du STC, ont été condamnés à un mois de prison ferme. Le Tribunal correctionnel de Bastia a rendu son délibéré cet après-midi suivant les réquisitions émises par l’avocat général, le 5 octobre dernier. Alain Mosconi et Félix Da Gregorio, tous deux militants STC Marin, ont été condamnés à un mois de prison ferme pour avoir refusé de se soumettre à des prélèvements d’ADN dans l’affaire du Pascal Paoli. « Malheureusement, quand on est syndicaliste contestataire, on subit les foudres du pouvoir », a réagi Alain Mosconi.
Leurs avocats ont aussitôt indiqué qu’ils allaient interjeter appel de la décision du tribunal. Pour Maitre Rosa Prosperi il s’agit encore « d’une interpétation abusive de la loi qui ne colle pas à la personnalités des
accusés ».
L’annonce du verdict a été suivi par une série d’incidents à la sortie du tribunal, où une cinquantaine de jeunes manifestants s’en est pris violemment aux forces de l’ordre. Pendant près de deux heures, jets de
pierres contre gaz lacrimogène, les casseurs ont incendié diverses poubelles et lancé des bouteilles sur les forces de l’ordre. Un jeune a été interpellé. La circulation est toujours partiellement coupée aux abords
immédiats du centre ville de Bastia.

L’Etat Français a mis en place le Fichier National des Empreintes Génétiques en 1998 dans un contexte émotionnel très fort. Le 26 mars, Guy Georges, violeur et tueur en série impliqué dans 20 affaires criminelles
dont 7 meurtres, est identifié grâce à son ADN. Les prélèvements ne concernent alors que les auteurs de crimes sexuels. De 2001 à 2004, c’est l’escalade. La loi est rapidement étendue à tous les crimes graves, puis à la totalité des condamnés.

Les sanctions pour refus de prélèvements ADN sont d’un an de prison et 15
000 euros d’amende (deux ans et 30 000 euros dans le cas d’une personne
condamnée pour crime).
Source : XARLO

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

PICARDIE : NOS ACTIONS PORTENT : LE MEDEF ORDONNERA BIENTOT A SON LARBIN SARKOZY DE CEDER. SARKOZY T'ES CUIT !

Publié le par Tourtaux

 

Nos actions portent: le medef ordonnera bientôt à Sarkozy de céder

Sarkozy prétend encore qu'il ne bougera pas, mais il le criera encore, trente secondes avant d'avaler son chapeau!

Le Medef est en train de changer son fusil d’épaule, de renoncer à la réforme.

La preuve en Picardie, où le blocage de la Zone industrielle d’Amiens met à cran les patrons.

A lire en ligne sur le site de l'excellent Fakir... Journal totalement indépendant qui ne peut vivre que si l'on achète sa version papier...




C’est parti : le blocage de la Zone industrielle d’Amiens nord a démarré ce matin, et cette fois ça risque de durer. Les salariés peuvent passer, mais pas les camions de marchandises : les lignes de production chez Dunlop, Valeo, Procter et Gamble, etc. tourneront bientôt au ralenti, voire plus du tout. C’est le poumon économique de la Picardie qui est en train de s’asphyxier.

Et alors, qu’est-ce que ça change pour « la réforme des retraites»? Eh bien, il suffit de lire le journal. Même les journaux officiels. Dans le Courrier picard de samedi, Monsieur Medef – Somme regrettent que « les entreprises souffrent, notamment à Amiens nord, où le blocage de la zone industrielle a des répercussions directes sur l’activité, se plaint-il. Certaines sociétés ne peuvent plus assurer leurs livraisons convenablement…» (Jean-Claude Olesky, Courrier picard, 16/10/10). Malgré ces ennuis, lui se montre encore plein d’arrogance : « L’implication des lycéens dans le mouvement est lamentable. Leur première motivation, c’est certainement de sécher les cours », louant par ailleurs le « courage » de Nicolas Sarkozy.

Lundi, déjà, le ton change. C’est Monsieur Medef-Picardie, désormais, qui cause : lui aussi déplore les « blocages » - « tout cela est fort dommageable » - mais il estime, désormais, que « la lisibilité de la loi est en train de disparaître » (Jean-Jacques Blangy, Courrier picard, 18/10/10). En gros, le patronat picard est en train de tourner casaque : cette réforme lui coûte désormais trop cher.

Des appels au secours dans ce genre, le Medef doit en recevoir de partout, de Marseille bien sûr, mais aussi de Rouen, de Nantes, de Toulouse, etc. Du coup, ce mardi, Madame la Medef, Laurence Parisot, change de discours : « très inquiète » pour les « petites entreprises » (ça fait mieux que pour le CAC 40), elle souhaite l’ « apaisement » (Les Echos, 19/10/10). En gros, que Nicolas Sarkozy et les élus UMP fassent marche arrière sur le projet…

Bref, c’est pas le moment de mollir : on peut leur mettre une raclée. C’est pour ça qu’on retourne au charbon, là, et que nous n’avons pas le temps de vous raconter comment, par un patient travail de fourmi, Fakir a activement milité pour que cette action soit menée. Pour que s’opère la jonction entre les ouvriers de la Zone et les militants du centre-ville. Et maintenant, pour que ce point de résistance tienne bon. On garde ce récit pour une édition ultérieure…

Dernière minute : les chaînes de Procter et Gamble sont d’ores et déjà arrêtées ! Le reste va tomber comme un château de cartes…

A la fin, c’est nous qu’on va gagner ! Et ces temps-ci, la fin avance vraiment à grands pas…

********************************************************

Le journal Fakir est un journal papier, en vente chez tous les bons kiosquiers ou sur abonnement. Il ne peut réaliser des enquêtes, des reportages, que parce qu'il est acheté.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0