Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UGTG : SOLIDARITE DES TRAVAILLEURS ET DU PEUPLE DE GUADELOUPE AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE TUNISIEN ! A BAS LA PWOFITASYON !

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

UGTG

Solidarité des Travailleurs et du Peuple de Guadeloupe avec les Travailleurs et le Peuple Tunisien ! A bas la pwofitasyon !

mis en ligne vendredi 21 janvier 2011 par jesusparis


Depuis plus d’un mois les jeunes, les travailleurs, le peuple de Tunisie, sont mobilisés contre le régime en place, contre l’exploitation et la domination.

 

Durant des semaines, cette mobilisation s’est dirigée contre les institutions garant de l’exploitation des travailleurs et du peuple au profit des multinationales, du maintien du régime de la terreur, garant donc de la pwofitasyon.

 

C’est donc un processus révolutionnaire qui a abouti à la chute de Ben Ali.

 

Le mouvement qui a vu la classe ouvrière, la jeunesse et le peuple descendre dans les rues et s’organiser en comité de défense a eu raison de Ben Ali malgré la répression sanglante ; plus d’une centaine de morts.

 

Démocratie et Souveraineté de la Nation Tunisienne

Le peuple Tunisien a réussi à déchouké Ben Ali et ne veut pas se laisser déposséder de son avenir.

 

Nous assistons, comme cela s’est fait en Guadeloupe après les 44 jours de grève avec « leurs états généraux », à une tentative de reprise en main pour maintenir le système de pwofitasyon sans Ben Ali mais avec les mêmes ministres, les mêmes lois, y compris le parti de Ben Ali et sa politique de pillage mise en œuvre depuis des décennies.

 

C’est l’objectif du gouvernement d’union nationale formé par le premier ministre. Il s’agit de donner des gages au FMI, à l’Union européenne, aux pays occidentaux, notamment à la France, ….. pour le maintien des accords signés avec eux et surtout pérenniser l’exploitation, le mépris, la domination. En définitive, il faut rassurer le système capitaliste, maintenir, poursuivre et développer la pwofitasyon contre les Tunisiens.

 

La révolution ne fait que commencer

Le peuple Tunisien ne veut pas se voir confisquer sa révolution. Il doit et veut décider lui-même de son avenir. C’est le sens des manifestations des 17 et 18 janvier qui ont entrainé la démission des ministres proches de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail). Le Peuple Tunisien scande : « De l’eau, du pain, dissolution du parti de Ben Ali, c’est tout le régime qui doit partir…. Nous voulons un gouvernement qui nous représente et applique nos choix ».

 

Comme le mouvement en Guadeloupe, le peuple Tunisien ouvre une voie qui met à l’ordre du jour le combat des travailleurs et des peuples du monde entier pour l’instauration de nouveaux rapports sociaux :

 

A bas l’exploitation ! A bas la pwofitasyon ! A bas la répression !

 

Solidarité des Travailleurs et du Peuple de Guadeloupe avec les Travailleurs et le Peuple Tunisien !

 

Vive les travailleurs et le Peuple de Tunisie !

 

Le Secrétaire Général de l’UGTG : Elie DOMOTA, Pointe-à-pitre, le 19 janvier 2011

Publié dans colonialisme

Partager cet article
Repost0

CE VENDREDI 21 JANVIER à 18h30, UNIVERSITE OUVERTE A LA COORDINATION DES INTERMITTENTS ET PRECAIRES

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

CIP-IDF

Université ouverte le 21 janvier à la CIP-IDF

mis en ligne vendredi 21 janvier 2011 par jesusparis


18h30 Université ouverte à la coordination des intermittents et précaires

Puisque "négociations" Unedic il y a, prolongeons la réflexion lors de cette rencontre avec Mathieu Grégoire (Centre d’études de l’emploi, Institut Européen du Salariat).

 

Mathieu Grégoire a publié L’assurance-chômage vue depuis l’intermittence, retour sur un diagnostic convenu ainsi que Travailler à l’émancipation salariale, un point de vue socio-historique sur les combats des artistes du spectacle depuis 1919.

 

Cantine : la séance sera suivie d’une soupe ou/et du partage d’autres denrées.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LE COURAGE TRANQUILLE DE LA MILITANTE BASQUE AURORE MARTIN QUI ANNONCE QU'ELLE REPRESENTERA EUSKAL HERRIA BAI AUX ELECTIONS CANTONALES DE TARDETS

Publié le par Tourtaux

lejpb logoslogan

 

Aurore Martin annonce qu’elle représentera Euskal Herria Bai aux cantonales de Tardets
p003_01_96410.jpg

 

21/01/2011

A.E.

Dans une lettre adressée au Journal du Pays Basque (cf. opinions), Aurore Martin annonce qu'elle sera candidate aux élections cantonales de mars prochain, dans le canton de Tardets. Sous l'étiquette Euskal Herria Bai, la militante abertzale confirme son intention de «continuer à mener son travail politique» avec Euskal Herria Bai.

A la suite de la décision de la justice française d'accepter le mandat d'arrêt européen lancé à son encontre par la justice espagnole en raison de son appartenance à Batasuna, mouvement interdit dans l'Etat espagnol mais pas en dans l'Etat français, Aurore Martin avait décidé le 21 décembre dernier de se soustraire à la justice française. Par un courrier adressé au JPB, la Souletine avait alors annoncé qu'elle se cachait en Pays Basque, afin de continuer son travail politique. Depuis, Aurore Martin est réapparue dans le journal télévisé de France 3 Aquitaine le lundi 10 janvier dernier, où elle a réaffirmé sa détermination à ne pas se rendre.

Candidate d'EH Bai

Aujourd'hui, celle qui risque de passer «douze années de prison en raison de ses idées politiques» dans l'Etat espagnol, annonce, dans un courrier adressé à la rédaction du JPB, qu'elle sera candidate d'Euskal Herria Bai, la plateforme électorale abertzale qui rassemble Batasuna, Eusko Alkartasuna et Abertzaleen Batasuna. Cette coalition organise demain à Bayonne une conférence de presse, dans laquelle elle va présenter l'ensemble de ses candidats sur les dix cantons basques renouvelables. Parmi eux, les abertzale des deux cantons renouvelables de Basse-Navarre ont rendu public le nom de leurs candidats : Daniel Olçomendy et Anne Pagola pour le canton d'Iholdy, et Dominique Bacho et Maider Larrieu pour celui de Saint-Jean-Pied-de-Port. Aurore Martin annonçant aujourd'hui sa candidature en Soule sur le canton de Tardets, EH Bai rendra public demain le nom de l'abertzale avec qui elle se présentera, ainsi que ceux des candidats se présentant sur les cinq cantons renouvelables de Bayonne, Anglet et Biarritz.

Enjeu en Soule

La présence d'Aurore Martin dans le canton de Tardets, alors qu'elle est devenue malgré elle un symbole du mouvement abertzale, réussira-t-elle à faire bouger les lignes dans ce scrutin qui s'annonce serré ? Le conseiller général actuel, Michel Arhancet, a annoncé qu'il ne se représentait pas, compte tenu de nombreux prétendants à sa succession. Son élection obtenue au second tour il y a sept ans, grâce à une avance de quelques dizaines de voix face au divers gauche Ruben Gomez qui avait obtenu le soutien des abertzale, augure d'un résultat indécis. En raison de l'écho international qu'a pris «le cas Aurore Martin», alors qu'elle est sous le coup d'un mandat d'arrêt, risque de projeter le canton rural de Tardets sous les projecteurs médiatiques. Les abertzale qui ont joué la carte du rassemblement ont l'audace de présenter parmi leurs porte-parole «une fugitive». Un bon coup de publicité. Une bonne manière aussi d'assumer leur soutien et leur solidarité à la militante basque recherchée.

Aurore Martin devient un symbole

La décision de justice prise à l'encontre d'Aurore Martin est un précédent encore jamais atteint. La lettre dans laquelle Aurore Martin explique avoir décidé de se cacher pour ne pas se laisser arrêter par la police française a eu un écho considérable, bien au-delà des seules frontières basques. Rares sont les médias français à ne pas avoir expliqué la situation de la militante abertzale. Partis politiques et syndicats de tous bords condamnent la décision judiciaire, tant au niveau local, départemental que régional. Le mouvement d'auto-inculpation rendu public la semaine dernière par une soixantaine d'élus et de personnalités locales annonçant «héberger dans leurs maisons ou appartements Aurore Martin» augure de la mise en place d'une dynamique empêchant l'arrestation de la militante abertzale. Le symbole que représente Aurore Martin pour le mouvement abertzale a réussi à devenir un sujet d'intérêt pour les habitants du Pays Basque, mais aussi dans l'Hexagone. De par sa position de «clandestine malgré elle», la candidature d'Aurore Martin au poste d'élue locale donnera aux abertzale une tribune intéressante.

 

Source : XARLO

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

A LA SUITE DES PLUIES DILUVIENNES ET CATASTROPHES HUMAINES AU BRESIL, LE PARTI COMMUNISTE BRESILIEN MET EN CAUSE LA SPECULATION IMMOBILIERE, LE CLIENTELISME ET LA PREDOMINANCE DE LA LOGIQUE DU CAPIT

Publié le par Tourtaux

 

deslizamento-rioNote du Parti communiste brésilien sur la catastrophe dans la région montagneuse de Rio de Janeiro



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Les événements tragiques des derniers jours dans la région montagneuse de l'État de Rio de Janeiro sont le reflet direct de divers facteurs qui vont de pair.



Aux effets des changements climatiques en cours, au niveau mondial, s'ajoutent des facteurs tels que les occupations désordonnées des sols sur les collines, le bord des fleuves et lacs et sur d'autres zones à risque dans cette région et dans la majorité des villes brésiliennes, sans aucun égard pour les exigences techniques de sécurité, occupations réalisées par des populations à faible revenu, faute d'alternatives, mais aussi par les couches moyennes et supérieures, par la spéculation immobilière. D'autres facteurs sont ce qu'on appelle l'imperméabilisation du sol urbain, par l'usage généralisé du bitumage des rues et du bétonnage des trottoirs, des places et d'autres lieux publics et l'absence d'études et d'actions préventives.



Ce dernier facteur, combiné au manque de préparation et à la précarité des équipements des organismes de la Défense civile et l'absence totale de concertation entre les gouvernements et les divers organes qui ont la possibilité d'agir en situation d'urgence – comme les Pompiers, les Forces armées, les polices et tant d'autres – révèle la vision court-termiste des politiciens bourgeois, pratiquant l'échange de faveurs contre les voix des électeurs, abandonnant toute perspective de gestion planifiée des villes dans l'intérêt populaire.



Cet ensemble de facteurs a une cause en commun: les intérêts du capital, la nature du système capitaliste. Patente est la voracité des intérêts des grandes entreprises productives dans l'exploitation des ressources naturelles, tant dans l'utilisation du bois que dans l'élevage du bétail. Dans les villes, les collines et le bord des cours d'eau sont occupés par des routes publiques et les familles à faible revenu – qui n'ont pas d'autre endroit où aller et doivent être près des centres urbains, où se trouvent, en général, la plupart des emplois et des services sociaux de base comme l'énergie, l'eau, les transports, les postes de santé – et par des habitations pour les couches aux revenus moyens et supérieurs, construites dans le cadre d'opérations de spéculation immobilière.



Enfin, l'absence d'actions préventives, telles que la surveillance du risque et les ouvrages de contrôle des pentes (des technologies sont disponibles pour cela), l'absence de capacité opérationnelle de la Défense civile, l'absence de coordination parmi les organismes concernés (sans aucun plan d'action d'urgence, ce qu'on appelle les « plans d'urgence ») dans ces situations découlent du désintérêt total des gouvernements pour les couches populaires et leurs besoins. L'absence de planification d'usage des sols, d'expansion des villes avec justes distributions des infrastructures et des services sociaux et urbains, pour tous, trouvent également leur origine dans le désintérêt des gouvernements envers la classe ouvrière.



enterrementIl est clair que, en ces moment de douleurs et de souffrances, la tâche immédiate est d'apporter la solidarité, de se retrousser les manches, d'aider les victimes. Mais une tragédie de ce type démontre clairement que l'usage des sols dans les intérêts du capital, l'occupation des villes au bénéfice des riches, l'absence de participation de la majorité de la population aux décisions politiques ne peuvent pas continuer.



Le Parti communiste brésilien propose aux forces et partis politiques de gauche, aux organisations ouvrières et à tous ceux qui se soucient et luttent pour la justice sociale de s'unir pour discuter et porter la lutte pour le contrôle populaire sur les décisions politiques concernant l'usage des sols urbains, l'offre de services publics et d'infrastructures urbaines, l'organisation de la Défense civile et des autres organismes liés aux actions de prévention des inondations, des glissements de terrain et autres désastres naturels.



Est urgente l'union des forces représentatives de la classe ouvrière visant à l'élaboration d'actions communes dans la perspective de la (re)-construction des villes sur de nouvelles bases: plan d'urgence pour répondre aux besoins immédiats des populations touchées par les intempéries: accueil des sans-abris, logement social, alimentation, soins médicaux, exemption de taxes et d'impôts; formation de conseils populaires pour surveiller l'utilisation des fonds fédéraux dans les communes dévastées par les pluies et l'application des politiques publiques qui vont être adoptées; plan à moyen-terme de construction de logements populaires dans des zones sûres et avec des conditions de vie dignes (infrastructures, santé, éducation, transport); plan permanent de préservation de l'environnement, en opposition à la logique capitaliste destructrice; construction du Pouvoir populaire en vue de la démocratie directe dans la prise de décision.



PCB - Parti Communiste Brésilien

Comité Régional du Rio de Janeiro – Commission Politique Nationale

Publié dans Les Amériques

Partager cet article
Repost0

UN ROLE SAOUDIEN DE PLUS EN PLUS DOUTEUX DANS LE MONDE ARABE

Publié le par Tourtaux

Un rôle saoudien de plus en plus douteux dans le monde arabe  20/01/2011

Un rôle saoudien de plus en plus douteux dans le monde arabe
20/01/2011 L’Arabie Saoudite est considérée depuis des décennies comme étant la mère protectrice des Arabes et des Musulmans de la région. Toutefois, les dernières positions politiques des dirigeants saoudiens face à la situation en ébullition sur la scène arabe font voir à l’opinion publique une réalité toute autre.

Il y a déjà un mois, le voisin littoral de l’Arabie Saoudite, le Soudan, a été divisé en deux, sans que le royaume ne prononce un mot. Les analystes avaient alors exprimé leur grand étonnement face à l’absence complète saoudienne de cet événement dont l’impact affectera tôt ou tard toute la région arabe.

Peu de temps après, un autre litige non moins complexe a surgi au Liban. Faisant preuve de souci à protéger la stabilité dans ce petit pays, l’administration saoudienne, sous l’effet des pressions américaines, n’a pas tardé à renoncer sans aucun avertissement préalable à l’initiative commune avec la Syrie visant à résoudre la crise politique.

Pis encore, le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud AlFayçal est allé jusqu’à annoncer les prémices d’une division sectaire au Liban, attisant encore plus les tensions.

Cette ingérence négative de l’administration saoudienne est également perçue en Tunisie dont le peuple révolté appelle Ryad à lui livrer leur dictateur en fuite Zin AlAbidine ben Ali pour le traduire en justice au lieu de l’héberger et de le protéger.

Dans une interview télévisée diffusée cette semaine par la chaine satellitaire panarabe AlJazeera, le chef du mouvement AnNahda, l’opposant en exil Rached AlGanoushi, a fait part de l’insatisfaction du peuple tunisien quant à la présence de l’ancien dictateur dans cette terre sacrée. « Le Royaume saoudien est la qibla de la Tunisie et des Musulmans. Les Tunisiens ne sont pas du tout contents de voir ce dictateur là-bas », a-t-il dit.

De son côté, le rédacteur en chef du quotidien arabe AlQods AlArabi, Abdel Bari Atwane, s’est dit étonné de voir l’Arabie Saoudite se transformer en « une poubelle de dictatures » !

«Idi Amine (ancien président et dictateur en Ouganda entre 1971 et 1979 : ndlr) s’est réfugié en Arabie Saoudite, tout comme Mousharraf (Pervez Mousharraf, ancien président du Pakistan: ndlr), Nawwaz Shérif (Ancien Premier ministre pakistanais : ndlr) qui ont été chassés de leur pays pour corruption. Aujourd’hui, Zin AlAbidine ben Ali est en Arabie Saoudite. J’espère qu’il ne sera pas de mauvais augure pour ce pays, comme ce fut le cas de l’Egypte qui avait accueilli le Shah d’Iran lors du mandat d’Anwar Sadate. Celui-ci est mort quelques mois après. Nous appelons l’Arabie Saoudite à accueillir aussi les fugitifs qui échappent des régimes répressifs en Tunisie, en Algérie ou en d’autres pays, pour qu’il y ait au moins un certain équilibre », a-t-il poursuivi.

Toujours à ce sujet, de nouvelles révélations plus alarmantes ont été faites récemment par le mouvement islamique pour les réformes en Arabie Saoudite, selon lequel, le ministre de l’Intérieur Nayef Ben Abdel Aziz s’est engagé auprès de Ben Ali de mettre à son service toutes les capacités financières, politiques, et médiatiques du royaume pour faciliter son retour au pouvoir.

Selon ce mouvement, « des dizaines de milliers de membres de services de renseignements du parti tunisien au pouvoir procèdent à des actes de pillage et sèment le chaos dans le pays afin de pousser le peuple à revendiquer le retour de Ben Ali.

En effet, la coordination entre le dictateur tunisien et Nayef ben Abdel Aziz a commencé avant même que ce premier ne quitte le pays. Une chambre d’opération a été mise en place pour faciliter à ben Ali de diriger le pays depuis l’Arabie Saoudite ».

De plus, et toujours selon le mouvement de réforme saoudien, citant des sources du ministère de l’intérieur saoudien, ben Abdel Aziz a donné ordre aux médias saoudiens d’amplifier la couverture des scènes du chaos pour terrifier le peuple tunisien.


Ce même mouvement a enfin présenté ses excuses au peuple tunisien pour « le comportement humiliant du divan saoudien qui prétend que l’accueil de ben Ali vise à favoriser toute procédure bénéfique aux Tunisiens, ce qui reflète le soutien de la famille d’Al Saoud aux efforts de renseignements pour garantir le retour de ben Ali au pouvoir », a dénoncé le mouvement.

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=170906&language=fr http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=170906&language=fr

Publié dans L'Asie en lutte

Partager cet article
Repost0