Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INVITATION LES 29-30 AVRIL à BRUAY : LES 5 UL CGT D'AUCHEL-BETHUNE-BRUAY-ISBERGUES-LILLERS COMMEMORENT LES 140 ANS DE LA COMMUNE DE PARIS ET LE 70ème ANNIVERSAIRE DE LA GREVE DES MINEURS DE 1941

Publié le par Tourtaux

 INVITATION LES 29-30 AVRIL à BRUAY : LES 5 UL CGT D'AUCHEL-BETHUNE-BRUAY-ISBERGUES-LILLERS COMMEMORENT LES 140 ANS DE LA COMMUNE DE PARIS ET LE 70ème ANNIVERSAIRE DE LA GREVE DES MINEURS DE 1941

 

Vendredi 29 et samedi 30 avril 2011

70e anniversaire de la grève des mineurs de Mai-Juin 1941

L’hommage de La Chorale francophone de Basse-Silésie
à la résistance polonaise en France


Composée en partie de Polonais originaires du Nord-Pas-de-Calais, l’Association culturelle « La Chorale des Francophones de Basse-Silésie animera les rencontres commémoratives et festives de ces vendredi 29 et samedi 30 avril à Bruay-la-Buissière. Une façon pour l’association organisatrice Front solidaire de rester fidèle à « la tradition internationaliste du mouvement ouvrier ».
Dès le vendredi soir, la formation silésienne entonnera L’Internationale et La Varsovienne lors du dépôt de gerbe en hommage aux 100.000 mineurs grévistes dont des centaines d’ouvriers polonais qui s’élevèrent contre l’occupant nazi et le Patronat des Mines coupable de collaboration.
Formée en partie de Polonais originaires du Nord-Pas-de-Calais, la Chorale des Francophones fait la fierté de Szczawno Zdroj. Cette ville thermale de Basse-Silésie jouxte la cité minière de Walbrzych qui a eu le privilège d’accueillir, dans la foulée de la libération de la Pologne par l’URSS, des centaines de Polonais de France. Des « rapatriés » soucieux de rebâtir la terre de leurs ancêtres, sortie exsangue de la Seconde Guerre mondiale.
Le samedi 30, les choristes donneront de nouveau un aperçu de leur talent à la salle Carpentier de Bruay-la-Buissière… Ils y animeront un stand de spécialités artisanales et culinaires polonaises.

Invitation 29-30 avril à Bruay la Buissière

FRONT SOLIDAIRE, Association culturelle et de mémoire internationaliste, créée en 2011 par les 5 Unions Locales CGT d’Auchel-Béthune-Bruay-Isbergues-Lillers.
ORGANISE* à BRUAY-LA-BUISSIÈRE
2 JOURS DE FÊTE DES TRAVAILLEURS !

DANS LE CADRE DE LA COMMÉMORATION DES 140 ANS DE LA COMMUNE DE PARIS DE MARS A JUIN 1871 ET DU 70ème ANNIVERSAIRE DE LA GRÈVE DES MINEURS DE MAI Á JUIN 1941, CONTRE LE PATRONAT DES MINES ET LES NAZIS.

 

Vendredi 29 avril de 18h30 à 23h00

Au cinéma Les Etoiles. Rue du Périgord.

18h30  : Dépôt de gerbe en hommage aux mineurs antifascistes, victimes de la répression, de la torture et de la déportation par l’occupant nazi.

19h15 : Accueil par les mineurs, entrée gratuite.

20h00 : Projection du film de Louis Daquin « Le point du jour », en présence de Louisette Faréniaux, universitaire du cinéma, suivi du pot de l’amitié avec le pain d’alouette.

 

Samedi 30 avril de 10h00 à 23h00

Salle des Sports du Lycée Bertin (Travaux Publics), Salle Carpentier. Rue d’Aire.

10h00 : Message d’accueil de Pierre Lebrun (Président de l’association Front Solidaire) et de Jacques Taillieu (secrétaire général de l’UL CGT du Bruaysis) et inauguration de l’exposition sur la Commune de Paris.

10h30 : causerie de Jacques Tourtaux autour de son ouvrage « Guerre d’Algérie. Souvenirs d’un appelé anticolonialiste »

11h15 : conférence de Saïd Bouamama, sociologue : « La Commune de Paris : mère des Révolutions »

12h30 : intervention de Pierre Outteryck, historien sur la Grève des mineurs de 1941

12h45 : 1er passage de la Chorale populaire de Paris (durant l’apéritif).

13h30 : causerie de Jacques Kmieciak, journaliste, autour des Rapatriements des Polonais du Nord à la Libération

14h15 : conférence de Georges Gastaud, philosophe : « Patriotisme et internationalisme à la lumière des évènements de la Commune de 1871 et de la Grève des Mineurs de 1941 » 16h00 : 2ème passage de la Chorale populaire de Paris.

16h30 : scène musicale ouverte avec Gaby.

17h00 : causerie autour de l’actualité de livre de Robert Linhart « Lénine, les paysans, Taylor » animée par Jean-Paul Cruse (journaliste, fondateur de la section CGT du journal Libération) et Jacques Lacaze (Secrétaire général de l’UL CGT Liévin)

17h45 : 3ème passage de la Chorale populaire de Paris.

18h15 : causerie de Roger Sylvain (CGT Métallurgie) autour de son livre : « Mai 68 à Renault-Billancourt »

20h00-23h00 : diner-concert avec la compagnie « Les voisins d’en face » (réservation des repas)

Renseignements et réservations :

Jean-Louis BOULET : 03-91-80-49-21 Jacques TAILLIEU : 06-88-82-87-55

Toute la journée : Stands – animations – expositions – restauration…

Entrée gratuite

BONNE AMBIANCE ASSURÉE !

* Avec le soutien de la CSD CGT 62

 

 

 

Lors de la journée du 30 avril 2011

Je dédicacerai mes ouvrages sur l'Histoire Sociale de la Classe Ouvrière


"GUERRE D'ALGERIE
SOUVENIRS D'UN APPELE ANTICOLONIALISTE"
Avant-Propos d'Henri ALLEG, l'auteur de La Question

 

"LE CHEMIN DE L'HONNEUR D'UN TRAVAILLEUR DU RAIL"

 

"LES APPARATCHIKS"

 

"GUERRE D'ALGERIE
L'ENFANT DE LA MISERE
L'ETAT COLONIAL ET SA JUSTICE DE CLASSE"


Pour tous renseignements : Tel. 03.26.40.62.15.
Mail : jacques.tourtaux@orange.fr


Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

MANIFESTATION DE SOLIDARITE MARDI 3 MAI 2011 à 11h à la GARE DE COMPIEGNE AVEC XAVIER MATHIEU, SYNDICALISTE CGT, TRAINE DEVANT LE TRIBUNAL POUR REFUS D'ADN

Publié le par Tourtaux

 

 

Communiqué du Comité de lutte et de l’Intersyndicale

de Continental-Clairoix, avec l’ensemble du personnel :

Appel aux travailleurs et à la population, aux organisations syndicales, partis politiques, associations et organisations

se plaçant sur le terrain de la défense des libertés collectives

Nous vous appelons à vous joindre à la manifestation que nous organisons :

Mardi 3 mai 2011

à 11 heures à la gare de Compiègne

pour se rendre en manifestation place du château à l’entrée du palais de justice où est convoqué à 13h30 l’un d’entre nous, Xavier Mathieu, poursuivi devant le tribunal correctionnel pour avoir refusé de se soumettre à un test de fichage ADN.

Xavier-Mathieu-Continental-a-Clairoix-300x173Cette nouvelle procédure est la suite des poursuites que le gouvernement avait engagées contre 7 travailleurs de Continental, suite à la manifestation d’avril 2009 à la sous-préfecture de Compiègne. Le pouvoir avait voulu prendre en otage 7 salariés pour faire un exemple à l’encontre des travailleurs qui se battaient pour faire respecter leurs droits. Finalement la Cour d’Appel d’Amiens a annulé les condamnations prononcées par le tribunal correctionnel de Compiègne sur réquisition du parquet et a transformé le tout en simple amende. De même les demandes d’indemnisations extravagantes demandées ont été ramenées, pour le principe, à quelques centaines d’euros.

Le gouvernement a subi ainsi un désaveu et la cour d’appel a reconnu la légitimité du combat contre la collusion des patrons-voyous de Continental et du pouvoir.

Et lorsqu’ensuite notre camarde Xavier Mathieu a refusé, au nom de ses droits et de sa liberté individuelle, que l’on prélève son ADN, en l’assimilant ainsi à un auteur de crime, le procureur avait décidé de classer cette affaire. Il faut dire qu’on était en pleine mobilisation. Mais, quelques mois plus tard voilà que le dossier est ressorti avec convocation au tribunal avec en ligne de mire un risque de condamnation. En clair le gouvernement, qui donne ses instructions aux procureurs, voudrait montrer qu’il est toujours obstiné à essayer par ce biais d’obtenir une condamnation pouvant aller jusqu’à un an de prison contre le représentant des salariés qui ont eu le courage de relever la tête. Aussi :

-Pour exiger l’arrêt des poursuites et de l’acharnement du pouvoir contre les travailleurs de Continental et leur porte-parole.

-Pour reconnaître le droit à chaque citoyen de refuser de se soumettre à un test qu’il juge dégradant et attentatoire à sa liberté individuelle.

-Pour refuser d’assimiler le combat des travailleurs pour la défense de leur droit à un délit.

Nous vous appelons à vous joindre à cette manifestation

L’ensemble des représentants de Continental et des appelants s’exprimeront place du château avant l’audience.

Clairoix, le 13 avril 2011.

 

http://eldiablo.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LIBYE : UN INCENDIE QUI PEUT TOUT EMBRASER

Publié le par Tourtaux

 

Libye : un incendie qui peut tout embraser
Fidel CASTRO


On peut être d’accord ou non avec les idées politiques du Kadhafi, mais nul n’a le droit de contester l’existence de la Libye comme État indépendant et membre des Nations Unies.

Le monde n’a pas encore atteint ce qui constitue aujourd’hui à mon avis une condition sine qua non de la survie de notre espèce : l’accès de tous les peuples aux ressources matérielles de cette planète, la seule de notre système solaire à réunir les facteurs les plus élémentaires de la vie que nous connaissons.

Les États-Unis eux-mêmes se sont toujours efforcés d’être un creuset de toutes les races, de toutes les croyances et de toutes les nations : blanches, noires, jaunes, indiennes et métisses, sans d’autres différences que celles de maîtres et d’esclaves, de riches et de pauvres, mais toujours dans les limites des frontières : au nord, le Canada ; au sud, le Mexique ; à l’est l’Atlantique ; à l’ouest, le Pacifique. L’Alaska, Porto Rico et Hawaï étaient de simples accidents historiques.

Le hic, c’est qu’il ne suffit pas du noble désir de ceux qui se battent pour un monde meilleur, ce qui est aussi digne de respect que les convictions religieuses des peuples. Il suffirait que des quantités relativement petites d’un certain nombre d’isotopes radioactifs émanent de l’uranium enrichi consommé par les centrales atomiques – car ils n’existent pas dans la nature – pour mettre fin à la fragile existence de notre espèce. Maintenir ces volumes croissants de déchets sous des sarcophages de béton et d’acier est l’un des plus gros problèmes de la technologie.

Des faits comme l’accident de Tchernobyl ou le séisme du Japon ont mis en lumière ces risques mortels.

Mais là n’est pas la question que je veux aborder aujourd’hui, sinon le spectacle étonnant que nous a présenté hier Walter Martínez dans son programme Dossier de la télévision vénézuélienne : la réunion entre le chef du département de la Défense étasunien, Robert Gates, et son homologue britannique, Liam Fox, qui s’est rendu aux USA pour discuter de la guerre criminelle déclenchée par l’OTAN contre la Libye. Un spectacle difficile à croire, mais digne d’un Oscar : le ministre britannique était un paquet de nerfs, il était tendu, il parlait comme un fou, on avait l’impression qu’il crachait ses mots.

Bien entendu, Gates l’attendait à l’entrée du Pentagone. Les drapeaux des deux pays, celui de l’ancien empire colonial britannique et celle de son fils putatif, l’empire étasunien, ondoyaient de chaque côté tandis que retentissaient les hymnes nationaux. La main droite sur le cœur, le salut militaire rigoureux et solennel de la cérémonie du pays hôte. Ce fut la cérémonie initiale. Les deux ministres sont entrés ensuite dans le bâtiment de la défense étasunienne. Ils sont censés avoir longuement parlé, si l’on en croit les images que j’ai vues quand ils sont revenus avec chacun un discours – sans doute préparé à l’avance – à la main.

L’environnement de ce scénario était constitué par du personnel en uniforme. À gauche, on voyait un jeune militaire, grand, maigre, rouquin en apparence, le crâne rasé, la casquette à la visière noire enfoncée presque sur la nuque, présentant le fusil, baïonnette au canon, sans ciller ni même sembler respirer, la vraie image du soldat prêt à tirer une balle de fusil ou un missile atomique emportant un charge destructive de cent mille tonnes de TNT. Gates a parlé en affichant le sourire et le naturel du maître de maison. L’Anglais, lui, en revanche, l’a fait comme je l’ai expliqué.

J’ai rarement vu quelque chose de plus horrible : il suintait la haine, la frustration, la fureur, il menaçait le dirigeant libyen dont il exigeait la reddition inconditionnelle. On constatait combien il était indigné que les avions de la puissante OTAN ne soient pas parvenus à faire plier la résistance libyenne en soixante-douze heures !

Il ne lui manquait plus que de s’exclamer : « Des larmes, de la sueur et du sang », à l’instar de Winston Churchill quand il avait calculé le prix que devrait payer son pays dans la lutte contre les avions nazis. Mais avec une petite différence : c’est l’OTAN qui joue maintenant le rôle des nazi-fascistes en lançant des milliers de missions de bombardement avec ses avions les plus modernes au monde.

L’administration étasunienne n’a pas hésité, elle, à autoriser l’emploi de drones pour tuer des hommes, des femmes et des enfants libyens, comme elle le fait toujours en Afghanistan, à des milliers de kilomètres de l’Europe de l’Ouest, mais cette fois-ci contre un peuple arabe et africain, sous les yeux de centaines de millions d’Européens et rien moins qu’au nom de l’Organisation des Nations Unies !

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a déclaré hier que ces actes de guerre étaient illégaux et sortaient du cadre des accords adoptés par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les grossières attaques contre le peuple libyen qui prennent un caractère nazi-fascistes peuvent devenir le lot de n’importe quel peuple du Tiers-monde.

La résistance de la Libye m’étonne vraiment.

Maintenant, cette organisation belliciste est à la merci de Kadhafi. Si celui-ci résiste et refuse ses exigences, il passera à l’Histoire comme l’un des grands personnages des pays arabes.

L’OTAN attise un incendie qui peut tout embraser !

Fidel Castro Ruz
Le 27 avril 2011
19 h 34

Traduction J-F Bonaldi, La Havane

URL de cet article 13535
http://www.legrandsoir.info/Libye-un-incendie-qui-peut-tout-embraser.html

Publié dans colonialisme

Partager cet article
Repost0

SOLIDARITE AVEC LES MIGRANTS TUNISIENS

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

La Cimade

Pour une solidarité avec les migrants tunisiens

mis en ligne vendredi 29 avril 2011 par jesusparis


Des missions d’observations réalisées par l’Anafé (dont La Cimade est membre) et le Gisti, ont permis de dresser un état des lieux des pratiques préfectorales et policières à l’égard des migrants tunisiens arrivés en France avec un titre de séjour de trois mois délivré par l’Italie.

 

Des contrôles frontaliers illégaux

Il est ainsi aujourd’hui possible d’affirmer qu’il existe une véritable chasse aux Tunisiens. Dans les gares françaises voisines de l’Italie, la police aux frontières, la police ferroviaire, la police nationale et la gendarmerie sont mobilisées pour renforcer les contrôles d’identité, contrôles clairement discriminatoires, arbitraires et quasi-systématiques.

 

Les conditions exigées lors de ces contrôles (avoir des ressources, avoir une adresse de destination, voire détenir un billet de retour !) sont très proches de celles demandées aux frontières externes de l’espace Schengen. Or le code des frontières Schengen interdit de telles pratiques. Pour contourner cette règle, la France et l’Italie sont alors allées jusqu’à demander la modification des conditions de suspension de Schengen, tout en continuant de contrôler massivement à leurs frontières intérieures. Il est vrai que déjà condamnée par la cour de Justice de l’Union européenne (arrêt du 22 juin 2010), la France continue régulièrement de réaliser des contrôles massifs et ciblés à ses frontières intérieures .

 

La suspension de Schengen rendra donc légales des pratiques illégales et pourtant déjà tellement communes.

 

Des procédures de réadmission ou d’expulsion stéréotypées et collectivisées

De plus, les contrôles se multiplient aussi sur le territoire français, dans les gares ou les autobus (maintenant dans les jardins publics). Seuls bien sûr, les hommes au « type » maghrébin sont contrôlés.

 

La préfecture des Alpes Maritimes a ainsi pris une note interne ciblant explicitement les Tunisiens. Il s’agit de les arrêter et de leur notifier une décision de renvoi vers l’Italie, pays d’où ils viennent, en évitant la garde à vue et le contrôle du parquet. Cette défiance marquée à l’égard du parquet est compréhensible lorsque l’on voit les procédures irrégulières, collectivisées et stéréotypées mises en œuvre par cette préfecture. Les Tunisiens se retrouvent enfermés en centre de rétention alors qu’ils disposent d’un titre de séjour et de ressources suffisantes.

 

On estime qu’un tiers des Tunisiens sont alors réadmis par l’Italie. Aux autres, est notifié un arrêté de reconduite à la frontière. Pourtant ces personnes ne sont pas en situation irrégulière, elles disposent du fameux titre de séjour italien ! En les interpellant sur le seul délit de faciès et en leur notifiant une mesure d’éloignement contestable, l’administration française bafoue leurs droits les plus fondamentaux.

 

Que les préfectures mettent en œuvre de telles procédures, en évitant le contrôle du parquet ou du juge, nous fait craindre le pire. Combien de migrants tunisiens vont être privés de liberté sans raison aucune ? Et pourquoi ? Alors que les forces de police sont mobilisées, que les centres de rétention du sud tournent à plein, les Tunisiens réadmis en Italie repassent la frontière peu de temps après et ceux qui ont été libérés restent en France.

 

S’agit-il d’alimenter la peur d’une invasion factice ? De faire croire, à force de gesticulation, à des fins politiques, que les migrants tunisiens représentent une quelconque menace ?

 

Refusons cette peur de l’invasion…

Rappelons encore une fois que depuis février, seuls un peu plus de 20 000 Tunisiens ont débarqués à Lampedusa, soit 0.2% de la population tunisienne (qui compte 200 000 diplômés chômeurs, les prévisions sont de 700 000 en juin). Que représentent 20 000 Tunisiens sur les 400 millions d’habitants de l’Europe ?

 

Lors de nos missions d’observation, comme dans les centres de rétention où La Cimade intervient, nous en avons rencontré beaucoup : beaucoup d’hommes jeunes venus essayer leur liberté fraîchement conquise pour rendre visite à leurs proches, travailler quelques temps avant de repartir en Tunisie, visiter la France…

 

Aujourd’hui, ils essayent de survivre dans des jardins publics, acculés, interpellés, privés de liberté pendant quelques jours, coincés dans des imbroglios juridiques incompréhensibles… Face à cette situation, la réponse doit être aujourd’hui politique : il s’agit pour l’Europe et pour la France d’accueillir dignement une poignée de migrants venus célébrer leur liberté, celle là même que nous avions salué.

 

Alors que la Tunisie, en pleine transition politique, a de son côté accueilli admirablement quelques 250 000 personnes fuyant la Libye, alors que des milliers d’entre eux attendent encore dans les camps montés à la hâte, l’empressement de l’Europe à fermer ses frontières et à refuser la liberté de circulation à des hommes qui viennent de se battre pour la récupérer fait terriblement triste impression.

 

La Cimade répète qu’il faut aujourd’hui construire une véritable solidarité européenne pour l’accueil des Tunisiens et non une « solidarité policière ». La libre circulation, avec possibilité de faire des allers-retours est la première réponse que l’Union européenne doit apporter à la Tunisie en soutien de sa transition démocratique. Elle doit également au minimum à ces peuples qui se sont battus pour la démocratie, le respect des règles du droit et de la justice.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

MAROC : REPRESSION A CASABLANCA

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

Afriques en lutte

Maroc : répression à Casablanca

mis en ligne vendredi 29 avril 2011 par jesusparis


Alors que des promesses de révision de la constitution et d’extension des libertés individuelles et collectives ont été annoncées, des citoyens faisant partie du mouvement du 20 Février pour le changement, subissent une répression systématique dans tout le royaume.

 

Exemple de cette répression, l’intervention sanglante qui a ciblé un rassemblement du mouvement du 20 Février à Casablanca le 13 mars ; ce jour-là, à 11 heures les forces de répression ont arrêté plus de 123 manifestants. Ces personnes seront relâchées au courant de la journée après avoir été tabassées et insultées. Le même jour, alors que des personnes s’étaient rassemblées devant le siège du Parti Socialiste Unifié pour demander la libération immédiate des manifestants détenus, dénoncer le retour des forces de répression, porteuses d’un projet de rétrécissement des libertés publiques et la permanence du Maroc de la matraque, vers 16 heures, une nouvelle intervention d’une violence inouïe a été opérée contre les manifestants. Bilan, 300 nouvelles arrestations, des blessures, des fractures et des cas de syncope. Les journalistes n’ont pas été épargnés. Nombre d’entre eux ont subi des agressions, des provocations et la confiscation de leur matériel de travail. Et dans une collusion ouverte avec ce régime tyrannique, des médecins urgentistes ont refusé (pour plusieurs blessés en état grave) la délivrance de certificats médicaux aux victimes des agressions policières.

 

Le « Maroc nouveau » qui avait manifesté sa volonté d’un changement profond, a confirmé aujourd’hui la permanence du passé, et de pratiques d’intimidation et de répression d’un mouvement pacifique au lieu d’apporter des réponses effectives à ses revendications. ATTAC condamne fermement les violences subies par les manifestants pacifiques de Casablanca, les intimidations, la répression de leur droit à l’expression par des rassemblements pacifiques et civilisés, et déclare :

 

-  Nous exigeons la présentation devant la justice des agents des forces de sécurité impliqués dans la terrible répression des manifestants de Casablanca tout en exigeant l’indépendance et l’impartialité du pouvoir judiciaire.
-  Nous exigeons la satisfaction des revendications du mouvement du 20 Février, au lieu de vider ces demandes de leur contenu.
-  Nous exigeons l’arrêt des campagnes répressives contre les militants des droits humains, politiques, syndicaux, associatifs et les journalistes.
-  Nous condamnons l’assaut des forces de répression contre le siège du PSU et l’agression des membres de leur conseil national.
-  Nous condamnons et nous exprimons notre consternation vis-à-vis de la couverture médiatique biaisée de 2M de ces événements. Cette chaîne s’est transformée en porte-parole du ministère de l’intérieur. Photos et vidéos des participants au rassemblement ainsi que des journalistes constituent un démenti à la version diffusée par cette télé.
-  Nous réaffirmons notre condamnation de la répression subie par les peuples Arabes de Libye, du Yémen, du Bahreïn… Nous condamnons toutes les tentatives de restreindre des libertés dans la région et nous affirmons notre soutien aux peuples dans leur marche vers la libération.
-  Nous appelons le peuple marocain à participer activement aux marches populaires … et nous affirmons que la lutte continue jusqu’à la réalisation des justes revendications du mouvement du 20 Février.

 

Source : www.attacmaroc.org

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>