Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CGT FERC : LA XENOPHOBIE D'ETAT INSULTE LA LAICITE

Publié le par Tourtaux

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 LA CGT  FERC

  


La xénophobie d’Etat insulte la laïcité

 

C’est fait : le parti au pouvoir a organisé, ce 5 avril 2011, son show xénophobe déguisé en « débat sur la laïcité ». La veille, le ministre de l’Intérieur C. Guéant, a déclaré à propos des musulmans : « Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème ». Comment ne pas voir dans ces propos la filiation de son prédécesseur, B. Hortefeux, condamné en première instance pour injure raciste après avoir asséné : « Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a beaucoup que ça pose problème ».

Depuis la création du ministère de l’« Identité nationale », que la FERC-CGT a fermement condamnée lors de son congrès de mai 2007, le gouvernement a fait de la stigmatisation des étrangers l’axe privilégié de sa communication politique. Au pitoyable « débat sur l’identité nationale » du ministre Besson, ont succédé les discours du ministre Hortefeux contre les Roms, l’assimilation immigration délinquance, puis les provocations de Guéant : les Français auraient « le sentiment de ne plus être chez eux » à cause d’une « immigration incontrôlée ». Une semaine plus tard, le même Guéant ajoute que non seulement les agents du service public « ne doivent pas porter de signes religieux, manifester une quelconque préférence religieuse mais les usagers du service public ne doivent pas non plus ». Le ministre de l’Education Chatel décide ainsi d’écarter les mères de famille portant le foulard de tout accompagnement de sorties scolaires, au moment où il met en place le conseil scientifique sur la discrimination à l’Ecole.

La laïcité, c’est la garantie de la liberté de conscience de tous et de l’indépendance des services publics. Elle est menacée par l’entreprise de destruction des emplois dans l’Education, la Justice, la Santé… Elle est foulée au pied par un président qui ne cesse de rappeler « les racines chrétiennes » de la France. Elle est insultée par les discours islamophobes qui préparent un rapprochement politique avec l’extrême droite. Ce ne sont pas les musulmans qui « posent problème ». C’est la politique antisociale de ce gouvernement.

C’est pourquoi, la FERC-CGT s’est associée à l’Appel à la manifestation nationale du samedi 28 mai « contre le racisme, la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans papiers ». Elle appelle à contribuer activement à son succès.

 

                                                                    Montreuil, le 6 avril 2011

 

Source : Patrice BARDET

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

CE SAMEDI 9 AVRIL LA CGT CARREFOUR APPELLE TOUS LES SALARIES DE L'ENTREPRISE A DES ARRETS DE TRAVAIL

Publié le par Tourtaux

- le 7 Avril 2011

9/04. Carrefour : journée nationale de mobilisation sur les salaires

La CGT Carrefour ainsi que les élus FO et CFDT du groupe appellent tous les salariés de l’entreprise à des arrêts de travail le samedi 9 avril 2011. Cette journée nationale de mobilisation se veut une réponse à l’épreuve de forces que Carrefour impose en permanence à ses salariés.

Encore ces derniers jours, à l’occasion des Négociations annuelles obligatoires (NAO), Carrefour a fait preuve d’une cupidité et d’un mépris révoltants en proposant une revalorisation des salaires de 1% à partir du 1er mars 2011 et de 1% supplémentaire au dernier trimestre 2011, soit sur 12 mois une augmentation moyenne de 1,08% brut mensuelle ; autant dire des miettes. Car cela n’est pas du tout à la hauteur de la hausse des prix prévue par l’INSEE, pour juin 2011 (en glissement annuel) : inflation d’ensemble de 1,4%, inflation des prix de l’énergie de 4,3% et des produits alimentaires (hors produits frais) de 1,8%. Il faut noter que ces deux postes de consommation (énergie et alimentation) pèsent pour plus de 20% dans les dépenses des ménages (INSEE, Note de conjoncture, déc. 2010) et qu’ils sont non seulement incompressibles mais aussi indispensables.

Dans ce contexte, Carrefour doit comprendre nos exigences salariales. Elles sont plus que justes puisqu’elles ne visent qu’à garantir aux salariés le niveau de vie qui est le leur aujourd’hui. Les salariés ne peuvent plus, comme on le leur demande depuis des années, continuer d’accepter de rogner leur pouvoir d’achat, pour la plupart déjà bien bas.

L’accord NAO 2011 proposé par Carrefour est inacceptable pour la CGT. Elle ne le signera pas et entend à l’inverse, avec le 9 avril, les salariés et ses homologues syndicaux à la CFDT et FO, continuer à faire valoir le droit à un salaire décent pour tous.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

ISSOIRE : SARKOZY, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE BANANIERE BOUSCULE UN DELEGUE CGT QUI A REFUSE DE LUI SERRER SA PINCE !

Publié le par Tourtaux

http://www.lepost.fr/article/2011/04/07/2459174_un-delegue-cgt-declare-avoir-ete-bouscule-par-nicolas-sarkozy-suite-a-son-refus-de-lui-serrer-la-main.ht

Nicolas Sarkozy

 

Un délégué CGT affirme avoir été bousculé par Nicolas Sarkozy suite à son refus de lui serrer la main !
 

 

Alors que Nicolas Sarkozy visitait jeudi 7 avril l’usine Alcan à Issoire, un délégué CGT a commis le crime de lèse-majesté en refusant de serrer la main au Président de la République.


C’est en s’isolant avec des syndicalistes afin de remettre une lettre ouverte au chef de l'Etat que l’incident s’est produit.

Christian Lacoste délégué CGT a déclaré au micro d’Europe 1 : "Serrer la main au Président, je pense que c’était trahir des millions de Français". Le Président quant à lui, lui a répondu qu’il ne parlait pas aux gens qui ne lui serraient pas la main !

Un délégué qui ne se voyait pas saluer un homme qui n’a pas écouté le peuple lors des manifestations contre la reforme des retraites entraînant des millions de personnes dans les rues.

Christian Lacoste assure que juste avant le départ de Nicolas Sarkozy, ce dernier l’a provoqué en lui mettant un coup d’épaule volontairement. Une provocation à laquelle le délégué n’a pas répondu afin de ne pas créer un scandale.

Quant au responsable Force Ouvrière, il a déclaré tout en prenant ses distances avec le responsable CGT : "quand le chef de l’Etat se déplace, il faut le respecter".

La direction n’a fait aucun commentaire sur l’incident.


Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

TRES FORT SEISME AU JAPON, MAIS PAS DE TSUNAMI. LA CENTRALE NUCLEAIRE DU FUKUSHIMA N'AURAIT PAS SUBI DE DEGATS... MAIS ONAGAWA, UNE AUTRE CENTRALE EST CONCERNEE. DES FUITES D'EAU ONT ETE DECOUVERTES

Publié le par Tourtaux

 

Japon

BIS REPETITA

Très fort séisme au Japon, mais pas de tsunami
 
Un séisme de magnitude 7,1 a été ressenti dans le nord-est du Japon, jeudi soir. Selon les autorités japonaises, il n'aurait fait aucune victime mais aurait blessé 7 personnes, dont 2 grièvement.

 

(Sources : NHK)

Japon.

Captures d'écran de la télévision japonaise NHK

La secousse s'est produite à 23 h 23 heure locale (14 h 23 heure française), à une profondeur de 40 km, ont précisé les services météorologiques japonais. Son épicentre était situé dans l'océan Pacifique, à 40km de la côte, indique Le Parisien, et à 300km de Tokyo, où la secousse a été ressentie durant une minute selon les officiels japonais, cités par l'agence AP.

Fukushima pas touchée...
Point positif, la centrale nucléaire de Fukushima, située à seulement 118 km de l'épicentre, n'aurait pas subi de dégâts, annonce la télévision japonaise, citée par iTélé. Par précaution, les employés ont évacué le site. Par ailleurs, un vaste secteur au nord du Japon se retrouve maintenant privé d'électricité, annonce Reuters.

... mais une autre centrale concernée
A la centrale d'Onagawa, le séisme a provoqué des "anomalies" dans les "bâtiments abritant les réacteurs", selon Tepco, l'exploitant de la centrale. Des fuites d'eau ont été découvertes. La centrale est à l'arrêt depuis les catastrophes du 11 mars mais "le combustible qu'elle contient doit être en permanence refroidi", précise Le Monde.fr.

Un tsunami évité
Plus grave, un tsunami, un temps redouté, n'aura finalement pas lieu, indique la télévision NHK. Les services de météorologie du pays avaient annoncé qu'une vague, pouvant atteindre deux mètres de haut, pouvait dévaster les côtes déjà meurtries de la région de Sendai. L'alerte a été levée une heure et demie après le séisme.

Des expatriés français inquiets, mais pas alarmés


- A Osaka, une Posteuse sur place assure que "tout va bien ici" et que "personne ne sait s'il y a des dégâts au nord de la préfecture de Miyagi", située à une quarantaine de kilomètres de l'épicentre.

- A Sendai, un autre Français témoigne sur iTélé : "J'étais en train d'aller me coucher. D'un seul coup, ça s'est mis à trembler de partout. La secousse a duré 40 secondes... C'est incroyable. On a vécu la secousse du 11 mars et depuis, à chaque fois, on se demande ce que la prochaine secousse va faire comme dégâts. C'est épuisant."

- A Tokyo, l'ambassadeur de France, Philippe Faure, a expliqué sur Europe 1 que "la secousse a été longue, assez violente et durable, (...) (et) qu'elle ressemblait à celle du 11 mars". Il a ajouté : "On a beau s'y faire, on ne s'y fait pas."


Le 11 mars, un séisme de magnitude 8,9 et un tsunami avec une vague de 10 mètres avaient ravagé le nord-est du Japon, causant la mort de près de 30.000 personnes.

Sources : Le Figaro, NHK, Le Parisien, I>Télé, Europe 1, Reuters, Le Monde.fr

Publié dans L'Asie en lutte

Partager cet article
Repost0

DECLARATION DE LA CGT AU CA DE LA CPRP DE LA SNCF

Publié le par Tourtaux

Déclaration CGT au CA de la CPRP SNCF du 06.04.11 Page 1
Déclaration CGT au CA de la CPRP SNCF

 

Le mercredi 06 avril 201

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les administrateurs,

 

Le courage, la dignité, la détermination, la soif de démocratie, et l’intelligence dont font preuve les peuples arabes, en ces premiers mois de l’année, inspirent le respect mais doivent surtout et avant tout requérir toute notre attention.
Les peuples arabes aspirent, comme nous, à la liberté, à la justice sociale.
Un vent de révolte secoue ces pays et comme le dit poétiquement Jean-Marie Gleize, "un mouvement révolutionnaire ne se répand pas par contamination. Mais par résonance. Quelque chose qui se constitue ici résonne avec l'onde de choc émise par quelque chose qui s'est constitué là-bas".
Parti de presque rien, résonant partout, le soulèvement populaire en cours crée pour le monde entier des possibilités inconnues.
La démocratie, la liberté, la justice, l’accès aux droits fondamentaux, le droit au travail, du travail, l’aspiration { vivre et travailler dignement, ne relèvent pas que d’une culture occidentale.
Le monde arabe était la seule région du monde { n’avoir connu aucun changement depuis quarante ans. La révolution tunisienne est l’hirondelle qui a annoncé le printemps des révoltes en Egypte, en Libye, au Yémen, mais la colère gronde dans toute cette partie de la planète : Algérie, Maroc, Iran,….pour n’en citer que quelques uns.
Qu’ils fassent la une des médias, qu’ils soient éclipsés par les enjeux de l’audimat ou qu’ils soient encore invisibles aux yeux du monde, les peuples sont debout et luttent pour en finir avec l’oppression, la corruption, les privilèges, les systèmes économiques et sociaux contrôlés par des oligarchies approuvées par le FMI.
Chaque pays, dans son contexte historique, s’est engagé dans un processus de démocratisation, qui ne s’arrêtera pas au rythme des saisons, malgré la répression féroce à laquelle il doit faire face.
La question sociale, économique, la question du travail, de l’accès { l’emploi est au centre de ces révolutions. La fin de l’arbitraire, l’aspiration { la dignité, { la justice sociale est tout aussi importante.
La prise en main de leurs affaires par la jeunesse, éduquée, qualifiée mais sans emploi, les femmes, les travailleurs, par delà leur religion, leurs opinions illustrent la grande nouveauté de cette marche vers la liberté.
« Quel qu'en soit le devenir, les soulèvements tunisiens et égyptiens ont une signification universelle. Ils prescrivent des possibilités neuves dont la valeur est internationale » nous dit Alain BADIOU.
Déclaration CGT au CA de la CPRP SNCF du 06.04.11 Page 2
La CGT apporte et apportera sa pierre pour que les choses changent véritablement en faveur des peuples ici et dans le monde, de manière durable et dans un processus progressiste, en travaillant les solidarités de luttes, l’unité, la coopération, et ceci dans un contexte de montée forte des idées d’extrême droite partout en Europe.
Cette démarche est d’ailleurs la meilleure réponse à apporter aux thèses frontistes, populistes, xénophobes, racistes ravivées dans la dernière période avec la volonté d’instrumentaliser les valeurs républicaines, de liberté, d’égalité, de fraternité que prône le syndicalisme CGT. Le Front National n’est pas un parti comme les autres et n’a pas sa place à la CGT.
Dans le même temps, les mauvais coups continuent de pleuvoir sur les salariés, les retraités, les privés d’emplois. Gouvernement et patronat, au diapason de la régression sociale, multiplient les mesures contre la population et en particulier les plus démunis.
Pour preuve, au cours des dernières semaines, les salariés s’alarment de la hausse du coût de la vie. Ils ont notamment constaté l’aggravation de leur facture énergétique.
Or, au lendemain des élections cantonales, les Français ont appris une nouvelle hausse de +5 % du prix du gaz.
Ainsi sur une période d’un an, nos concitoyens, frappés par la crise, ont vu leur facture augmenter de plus de 20 %.
Depuis la privatisation de GDF, leur note a bondi de 50 %.
Par ailleurs, alors que le Gouvernement a accordé une hausse des tarifs réglementés du gaz de + 15 % en 2010, le prix d’achat du gaz sur les marchés de gros a baissé de 30 % entre novembre 2008 et septembre 2010.
Cette hausse continue des tarifs est d’autant plus incompréhensible que GDF a réalisé des bénéfices de 4,6 milliards d’euros l’année dernière.
Voilà les effets de la libéralisation, des privatisations : enrichir une minorité d’actionnaires au détriment de l’intérêt général !
Plus largement, compte tenu de la hausse des prix de l’énergie, 47 % des Français déclarent envisager de réduire leur consommation si le coût continue de croître, et 40 % l’ont déj{ fait.
En réponse à cette situation, Christine Lagarde a promis le 10 mars sur France Info une surveillance des tarifs des carburants, confiée { l’Observatoire des prix et des marges, avec d’éventuelles sanctions en cas de dérapage des pompistes sur l’affichage des prix.
La ministre a aussi encouragé les automobilistes à préférer le vélo à la voiture !
C’est pathétique.
Pourtant, et au del{ d’un nécessaire et impérieux retour { une maîtrise publique, l’Etat dispose de l’arsenal juridique pour encadrer efficacement les prix.
L’article L. 410-2 du code de commerce permet aux pouvoirs publics de déroger, sur une période d’au plus 6 mois, au principe de libre concurrence pour l’établissement des prix, après consultation du Conseil National de la Consommation (CNC) :
Je cite : « Le Gouvernement arrête, par décret en Conseil d’État, contre des hausses ou des baisses excessives de prix, des mesures temporaires motivées par une situation de crise, des circonstances exceptionnelles, une calamité publique ou une situation manifestement anormale du marché dans un secteur déterminé. »
Déclaration CGT au CA de la CPRP SNCF du 06.04.11 Page 3
Cette procédure a déjà été utilisée durant la guerre du Golfe, avec le décret n° 90 701 du 8 août 1990 relatif aux prix de vente des produits pétroliers. Le contexte international crée { l’évidence les circonstances exceptionnelles permettant de mobiliser { nouveau cette disposition.
Autre mauvais coup porté contre les salariés en général et contre les 2000 salariés des CE/CCE, les 6000 contractuels de la SNCF, les cheminots des entreprises ferroviaires privés et nombre de cheminots SNCF poly pensionnés, les retraites complémentaires et le cycle de négociation débuté en novembre 2010 et terminé ces derniers jours.
Après consultation de ses organisations, la CGT a décidé de ne pas signer l’accord du 18 mars sur les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC.
Une des principales raisons à ce refus est l’alignement des régimes complémentaires sur les régimes de base en ce qui concerne les bornes d’âges.
La CGT, contrairement à FO, la CFDT et la CFTC, refuse d’apporter sa caution { un texte qui valide et grave dans le marbre le report des bornes d’âges qui a été combattu avec force en 2010.
Le MEDEF s’en réjoui d’ailleurs en écrivant dans une note interne, je cite : « Cet accord s’inscrit également dans la droite ligne de la réforme des retraites du régime général et du « Pacte pour l’euro » qui préconise très clairement que les régimes de retraites doivent évoluer en fonction de l’évolution démographique et donc de l’espérance de vie. Le recul des deux bornes d’âges, respectivement à 62 et 67 ans, est aujourd’hui entériné par le dialogue social. »
Et pourtant, rien n’y obligeait puisque ce sont les organisations syndicales de salariés, à égalité avec les représentants des employeurs, qui assurent le pilotage des régimes et qui sont en droit de maintenir les bornes d’âges et ainsi, de ne pas aligner l’ARRCO et l’AGIRC sur la réforme régressive de novembre 2010.
De plus, l’accord ne prévoit pas de ressources supplémentaires pour les régimes, alors que le nombre de retraités ne fait qu’augmenter.
Cela va conduire les régimes droit dans le mur du fait de l’impossibilité de financer les droits dans laquelle ils vont se trouver, une fois les réserves épuisées.
L’accord porte de nouvelles baisses des taux de remplacement, la valeur du point étant toujours revalorisée d’abord sur les prix, puis sur le salaire moyen moins 1,5%, ce qui revient au même.
Cette baisse du taux de remplacement est encore plus forte pour l’AGIRC avec une revalorisation en 2011 très en dessous de l’évolution des prix.
La CGT considère donc cet accord comme particulièrement néfaste pour les retraités actuels et futurs.
A la SNCF, ce sont les élections professionnelles qui ont fait la une des médias ces derniers jours en éclipsant temporairement les difficultés rencontrées par les usagers au quotidien.
De ce point de vue, une parenthèse pour que le Conseil d’Administration de la CPRP SNCF soit, une fois n’est pas coutume, informé sur les orientations en cours dans le monde ferroviaire.
Déclaration CGT au CA de la CPRP SNCF du 06.04.11 Page 4
La Direction SNCF et Réseau Ferré de France (RFF) ont décidé d’interrompre totalement les circulations sur l’axe Paris/Toulouse le week-end de Pentecôte (du 11 au 13 juin 2011) afin de réaliser plusieurs opérations d’entretien du réseau.
Cette opération en dit long sur la considération que ces deux établissements publics portent aux usagers de cette ligne d’autant plus que, les déplacements sur un week-end de trois jours sont généralement très importants.
Pour l’heure, l’entreprise ne prévoit pas de solutions de substitution et incite les cheminots des guichets à inviter les voyageurs à reporter leur voyage ou à utiliser d’autres transports.
Cette situation est inadmissible au moment même où le service public ferroviaire SNCF est sous les feux de la rampe médiatique au regard des retards chroniques et des suppressions régulières de trains.
Tout semble organisé pour discréditer le service public SNCF, dont la vocation première est d’assurer les déplacements des biens et des personnes en permanence et en toutes circonstances.
Pour revenir sur l’épisode électoral et malgré les stratégies, les connivences, les tentatives de déstabilisation, les offres téléphonique illégales, les bonbons, les mensonges, les promesses intenables,... les cheminots, en participant massivement aux élections, avec 73.89% de votants, ont confirmé leur attachement au fait syndical et conforté la CGT comme 1ère organisation syndicale à la SNCF avec 39.85 % des voix en DP et 37,37% en CE.
En confirmant la CGT comme première organisation syndicale à la SNCF à plus de 16 points devant la 2e organisation, ils réaffirment leur confiance à un type de syndicalisme qui fait des propositions, mobilise et agit pour améliorer le Service Public SNCF et leurs conditions de vie et de travail.
En votant CGT, ils ont fait le choix de s’opposer aux transformations néfastes que connaît la SNCF, de combattre toutes les régressions sociales et d’opter pour d’autres choix, par un syndicalisme de conquêtes sociales.
En clair, Gouvernement et Direction SNCF n’en ont pas fini avec la CGT et avec la mobilisation des cheminots !
Pour finir cette intervention liminaire puisque les administrateurs CGT interviendront sur les points à l’ordre du jour au fil de ce Conseil d’Administration, nous souhaitons revenir sur le lamentable épisode des décrets retraites déclinant la réforme de fin 2010 dans le régime spécial SNCF, ces derniers étant paru fin mars.
Au delà du fond de ce dossier que la CGT continue de dénoncer et de combattre, le Gouvernement et la Direction SNCF ne sortent pas grandis de ce passage en force digne des plus sombres méthodes.
Qu’aurait ont entendu si ces procédés avaient était utilisé dans un pays d’Amérique du sud ou ailleurs. Déni de démocratie, Gouvernement autoritaire, mépris du dialogue social,…
Pour autant, la CGT avertit le Gouvernement que le dossier est loin d’être clos et que nombre de sujets sont toujours en suspens.
De ce point de vue, la situation des cheminots ex apprentis ou élèves revêt à ce jour un caractère d’urgence.
Déclaration CGT au CA de la CPRP SNCF du 06.04.11 Page 5
Nombre de cheminots concernés partent ou vont partir en retraite prochainement et leur pension une fois liquidée ne pourra être recalculée pour prendre en compte les mesures prévues.
La CGT demande au Gouvernement de prendre rapidement une mesure qui permette de rétablir les cheminots ex apprentis ou élèves dans leurs droits.
Pour la CGT, cette mesure doit prendre la forme d’une validation par le régime spécial SNCF de l’ensemble des trimestres d’apprentissage effectués { l’instar du régime de retraite des Industries Electriques et Gazière (IEG).
D’ores et déj{ et face { l’inertie gouvernementale, la CGT, en appelle { l’intervention des cheminots le 28 avril prochain dans le cadre d’un rassemblement national des cheminots ex apprentis ou élèves devant le Ministère du Travail à Paris.
La Fédération CGT des Cheminots organisera rapidement une interfédérale pour proposer aux autres fédérations représentatives l’unité d’action sur un dossier qui n’a que trop duré.
En espérant que les cheminots ne soient pas obligés de perturber le prochain CA de la CPRP SNCF pour se faire entendre…
Merci de votre attention.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0