Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CALONNES LA ROUGE (62) : LE MOUVEMENT OUVRIER REND HOMMAGE A SES MARTYRS !

Publié le par Tourtaux

Calonne la Rouge : Le mouvement ouvrier rend hommage à ses martyrs !
27887-ouvriers-1.jpg

Une première à Calonne-Ricouart devenue, au fil d’une histoire marquée au sceau de la lutte des classes, Calonne la Rouge !

L’Union locale CGT d’Auchel, la municipalité communiste et son maire André Delcourt, les Amis d’Edward Gierek et les sections PCF du secteur ont, avec le soutien de l’association Front solidaire, rendu un vibrant hommage aux héroïques grévistes de Mai-Juin 1941.

Du 27 mai au 10 juin 1941, 100.000 mineurs du Nord-Pas-de-Calais défièrent l’occupant nazi, le patronat des Mines et l’administration vichyste. Une grève pour du pain, de l’huile du savon mais aussi pour exiger la fin des brimades et des pressions exercées par des porions et ingénieurs des Mines qui savourent alors leur revanche sur 1936.

Le rôle héroïque des « ménagères » qui défilent dans les cités ou bloquent l’accès des puits aux rouffions. La place des travailleurs étrangers, Polonais, Tchécoslovaques, Belges… qui donnent à ce mouvement un caractère de masse et lui permet de s’inscrire dans la durée.

Le rôle incontournable du Parti communiste (PCF) clandestin qui, sous la houlette de militants, comme Auguste Lecoeur ou Julien Hapiot, rompus à la lutte antifasciste en Espagne, impulse la grève avant d’en assurer la propagation à l’ensemble du bassin. 

La répression impitoyable exercée par les nazis qui, en juillet, acheminèrent 244 Gueules noires vers le camp de Sachsenhausen au nord de Berlin… 130 y périrent à l’instar de Simon Afanasjew et Paul Jendryka de Marles-les-Mines, de Georges Delattre, Adrien Delobelle, Jules Pontier, François Salembier (Auchel) ou encore de Léon Lefebvre (Saint-Pierre-les-Auchel) dont le martyr fut évoqué.

Cette grève revendicative, mais aussi patriotique, antifasciste et internationaliste fait assurément partie du patrimoine ouvrier de l’Hexagone.

C’est au son de l’Internationale, poings levés pour certains, qu’après un dépôt de gerbes au pied du monument aux morts, une partie de l’assistance gagna Bruay-la-Buissière, jadis en Artois. Au programme : une action revendicative orchestrée par les communaux CGT du Pas-de-Calais aux portes d’une ancienne friche minière.

Ou tout l’art d’associer les luttes d’hier à celles d’aujourd’hui. Résistance toujours !

[Merci à l'association "Les amis d'Edward Gierek"]

 

http://www.politique-actu.com/osons/calonne-rouge-mouvement-ouvrier-rend-hommage-martyrs/272020/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

HOUDAIN(62): VENDREDI 3 JUIN 18h30 RENCONTRE DEBAT A L'INITIATIVE DU FRONT SOLIDAIRE "LE RACING CLUB DE LENS ET LES GUEULES NOIRES" AVEC MARION FONTAINE, HISTORIENNE ET JACQUES KMIECIAK, JOURNALISTE

Publié le par Tourtaux

HOUDAIN
 

 

MJVA, place de la Marne
 

 

Vendredi 3 juin à 18h 30
 

 

RENCONTRE-DEBAT
 

 

A l’initiative de Front solidaire
 

 

« Le Racing Club de Lens
et les Gueules noires »
 

 

En présence de Marion Fontaine, historienne
 

 

Introduction par Jacques Kmieciak, journaliste
 

 

9 mai 1998 : Le Racing-club de Lens remporte, pour la première fois de son histoire, le championnat de France de football. L’ancienne capitale du bassin charbonnier du Nord s’embrase, célébrant, à travers son équipe et la ferveur de ses supporters, la survivance des valeurs du groupe des « Gueules Noires ». « Fiers d’être lensois ! » : l’exclamation est pourtant plus ambiguë qu’il y paraît. Perpétuation effective d’un groupe ouvrier, au-delà de la disparition du monde qui l’avait fondé ? Pure manipulation médiatique, n’occultant guère les transformations d’une équipe en réalité pleinement adaptée aux évolutions contemporaines du football ? Le livre de l’universitaire Marion Fontaine, dessine les mouvements d’un club qui constitue, tout au long du XXe siècle, un lieu conflictuel et changeant. D’abord jouet d’une bourgeoisie établie, il devient ensuite instrument du paternalisme minier, puis support paradoxal d’une appartenance de classe, conspué avant d’être porté aux nues par les militants ouvriers…

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

COMMEMORATION DE LA GREVE DU PUITS DAHOMEY A CALONNE : DISCOURS DE DENIS DUPORGE, SECRETAIRE DE LA CGT D'AUCHEL

Publié le par Tourtaux

 

208872_10150156056612103_620097102_6451020_6436296_n-1-.jpg70e anniversaire de la grève de Mai-Juin 1941 Discours Calonne-Ricouart 27 mai 2011 (UL CGT Auchel)
Discours prononcé par Denis Duporge, secrétaire de l'Union Locale CGT d'Auchel

Le devoir de mémoire de la classe ouvrière est d’honorer la résistance des 100 000 mineurs qui, en mai-juin 1941, ont, pendant deux semaines, fait grève pour des justes revendications, et ce malgré l’oppresseur
nazi qui voulait les asservir et les faire taire, et le patronat des Mines qui profitait de la dissolution du PCF dès septembre 1939, puis de la CGT par les lois pétainistes , pour encore plus exploiter nos camarades, par la force et la répression.

Cette commémoration à Calonne-Ricouart marque après la commémoration de Bruay-la-Buissière le 29 avril dernier et avant celle qui aura lieu demain samedi 28 mai à 18h30 au puits Dahomey de Montigny-en- Gohelle où débuta la grève, le 70ème anniversaire de la terrible répression qui s’abattit sur plus de 400 militants, adhérents de la CGT ou/et de partis progressistes, au printemps 1941.

Avec cette grève, nos courageux et déterminés camarades de la CGT devenue clandestine, qui pour la plus-part étaient aussi membres du Parti Communiste lui aussi devenu clandestin, ont ouvert la voie de la résistance, celle des FTP, des FTP-MOI, des FFI… Un Front de résistance et de sabotages contre l’appareil de production de guerre, qui sera reconnu en 1945 par l’ensemble des puissances alliées contre les fascistes.

Ces mouvements de résistance si différents se sont unis sous l’impulsion de Benoît Frachon, de Jean Moulin, de De Gaulle, de Maurice Thorez... pour créer le Conseil National de la Résistance qui aboutira à d’énormes avancées sociales.

Des droits nouveaux créés et bâtis pour les travailleurs et par les travailleurs, ces mêmes progrès sociaux que le gouvernement d’aujourd’hui tente de détruire pour mettre en place sur fond de re-mondialisation du capital, l’ultra-libéralisme destructeur de droits, de services publics et d’emplois… Un gouvernement qui parle de nos martyrs comme étant les siens alors que de par son action, il les bafoue !

L’ identité syndicale CGT s'est construite sur des valeurs de résistance, de solidarité et d'humanité qui se sont traduites, dans l'histoire de notre bassin minier, par la volonté de lutter ensemble dans les combats de classe autour de grandes causes progressistes locales, nationales et internationalistes… 84 nationalités ont lutté contre le nazisme et ses alliés et on nous parle d'identité nationale ???

Contre la guerre et pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, pour la liberté et les droits fondamentaux, la CGT et le PCF du Pas de Calais ont toujours été de tous les combats avec certains socialistes sincères… Ils le sont encore aujourd’hui sur des principes, des valeurs et des revendications justes qui ne sont pas liées à une "mouvance" politico-syndicale quelconque !

Arrêtés, emprisonnés, torturés, déportés, nos camarades martyrs se sont engagés avec courage et abnégation jusqu’à la mort qui fût parfois atroce et innommable, intolérable et inexcusable… même 70 ans plus tard… nous ne pouvons oublier !

Leurs revendications légitimes, la liberté pour le Peuple, la fierté d’appartenir à une nation, le maintien malgré de danger de continuer et de faire vivre la CGT et les partis progressistes et leurs histoires de luttes à peine 5 ans après 1936, ont été plus importantes que leur propre vie.

Leur engagement, leur sacrifice ont été exemplaires et porteurs d'un message universel fort: ensemble et malgré les différences et le danger quotidien, on pouvait réaliser des choses exceptionnelles, héroïques, pour de grandes causes humaines telle que de se libérer de l'oppresseur nazi et ses sous fifres du patronat collaborateur.

Camarades, être à Calonne-Ricouart aujourd’hui, c'est être porteur de cet espoir, de cette vérité pour continuer à faire vivre ces exemples d'hommes debout au service de la liberté et de la dignité humaine.

Soyons des milliers pour honorer leur mémoire dans notre mémoire collective de luttes de classe pour bâtir des projets communs au service de tous dans le respect mutuel et pour des siècles sans guerre.

Quelles que soient nos croyances, nos religions, nos affinités politiques et syndicales, nous devons nous retrouver afin de poursuivre les combats d’hier et d’aujourd’hui. Des combats pour l'ensemble de l'humanité, à commencer par le combat pour la Paix alors que la France est engagée dans deux guerres.

Mais aussi les combats qui nous paraissent indissociables, ceux pour la justice sociale et la reconnaissance de chacun dans cette société de plus en plus repliée sur elle-même, où misère, racisme et individualisme gagnent du terrain pour alimenter le fumier malodorant du parti fasciste qui s’affiche sans vergogne.

Oui camarades, le parti fasciste s’affiche sans contrainte tout près d’ici à Hénin-Beaumont ou ailleurs, et même si en façade il paraît s’assagir, le parti fasciste continue à mentir et à vomir la haine des autres. 70 ans plus tard. Le spectre fasciste est là devant nous, à quelques mètres de nous. Les idées de la bête immonde ne sont pas encore détruites, la haine et la volonté d’une supériorité de race ou religieuse sont toujours bien présentes. Et elles se propagent dans les masses populaires comme la gangrène… La CGT combat cette menace avec force et détermination.

Comment est-il possible que des travailleurs tombent dans ce piège démagogique et populiste miné par les mensonges, quand des dizaines de milliers de travailleurs de dizaines de nationalités différentes sont morts en martyrs pour avoir défendu des idéaux d’humanisme, de solidarité et de fraternité ?

Nos mineurs morts assassinés par les hordes nazies portaient des noms d’ici et d’ailleurs, ils étaient nés ici et ailleurs, et pourtant ils se respectaient et s’entraidaient... sans racisme ni haine.

Dénoncés, arrêtés, emprisonnés, torturés, fusillés, déportés, gazés, brûlés… parfois à la fleur de l’âge, nos camarades sont restés dans nos mémoires comme nos héros, nos véritables héros, nos héros-mineurs parmi les 100 000 camarades de la CGT et du PCF tombés face aux fascistes nazis et français.

Camarades, quelle leçon de force de ces travailleurs des mines, frères de luttes de Guy Moquet, de Maïa Politzer, de Martha Desrumaux et de tant d’autres, jeunes et moins jeunes, qui ont mis leur vie totale au risque de la perdre à jamais, au service d'un idéal de liberté et de fraternité.

Quelle leçon tirer de la déportation de nos camarades du secteur, Simon Afanasjew de Marles-les-Mines mort à Wewelsburg en avril 1942, Georges Delattre d’Auchel mort à Dora en mars 1944, Adrien Delobelle d’Auchel mort à Sachsenhausen en décembre 1942, Paul Jendryka de Marles-les-Mines mort à Sachsenhausen en novembre 1941, Léon Lefebvre de Saint-Pierre-les-Auchel mort à Sachsenhausen en mai 1942, Jules Pontier d’Auchel mort à Bergen-Belsen en avril 1944, François Salembier d’Auchel mort à Sachsenhausen en avril 1942… Tous avaient défié l’occupant en Mai-Juin 1941…

Dans notre époque de chaos et de division à l’intérieur même de notre classe sociale dont les intérêts sont fondamentalement opposés à ceux des patrons et des nantis de la finance, l’engagement de nos camarades mineurs, résistants et martyrs, nous invite à être porte-paroles des valeurs de la solidarité, de l'entraide, de la fraternité de classe et du refus de l'exclusion.

Gloire à nos martyrs mineurs, résistants, syndicalistes CGT ou membres du PCF, tombés sous le joug du nazisme et de leurs collaborateurs fascistes patronaux.
Gloire à la résistance ! Honneur à leur mémoire et à leur courage !

Ils étaient Mineurs. Ils étaient Français, Polonais, Yougoslaves, Portugais, Espagnols, Italiens. Belges…
Ils ont été fusillés dans les citadelles d’Arras, de Lille, d’Amiens, dans les forts du Vert-Galand à Verlinghem ou du Curgies à Valenciennes, dans les prisons de Cuincy et de Loos les Lille, et dans la forêt de Champigneulles en Meurthe et Moselle, décapités, pendus, affamés dans les camps…exterminés par des barbares dont l’idéologie meurtrière n’est pas morte le 8 mai 1945.

Ils étaient nos camarades, ils étaient des cégétistes, ils étaient des communistes, ils étaient des socialistes... Ils étaient pour la liberté !
Par MJCF du Pas-de-Calais

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

VIVE LA COMMUNE DE PARIS 1871

Publié le par Tourtaux

 

http://www.argotheme.com/organecyberpresse/IMG/cache-343x300/arton911-343x300.jpg
Pour sortir des sentiers battus, une chanson moins connue qui nous parle de la Belle 

Mur-des-Federes_20110528_1275--1600x1200-.JPG

Les Amis de la Commune ouvraient la Marche

 

Bien sûr, des habitués.

Mais aussi des centaines de têtes rencontrées dans les cortèges de 2010.

Mur-des-Federes_20110528_1296--1600x1200-.JPG

la cuvette était bien trop petite pour contenir tout le monde

Mur-des-Federes_20110528_1307--1600x1200-.JPG

Mur-des-Federes_20110528_1310--1600x1200-.JPG

On s'est retrouvé, venant de partout Espagne, Allemagne, italie, Nouvelle Calédonie. Les luxembourgeois et les garibaldiens. Un rouge franc et massif, écarlate était dominant. 

Mur-des-Federes_20110528_1315--1600x1200-.JPG

on a écouté des discours...courts

Mur des Fédérés 20110528 1319 [1600x1200]

De Louise Michel à Rosa Luxembourg, venant de l'Histoire et d'aujourd'hui, elles étaient là, nombreuse

Mur-des-Federes_20110528_1323--1600x1200-.JPG

Et puis on a chanté, fort, souvent beau, parfois faux, mais avec coeur

Mur-des-Federes_20110528_1337--1600x1200-.JPG

Même le soleil à chanté le temps des cerises et l'Internationale

Mur-des-Federes_20110528_1341--1600x1200-.JPG

Divers, rajeunie, déterminé. forte présence syndicale. Le Paris populaire 

Mur-des-Federes_20110528_1310--1600x1200--copie-1.JPG

Depuis bien longtemps le Mur n'avait vu tant de monde

 

Mur-des-Federes_20110528_1373--1600x1200-.JPG

 

Signature massive de la pétition pour obtenir la réhabilitation des communards

Mur-des-Federes_20110528_1371--1600x1200-.JPG

Pas de protocole Chacun y va de son oeuillet rouge, certain d'une rose 

Mur-des-Federes_20110528_1339--1600x1200-.JPG

La Commune n'est pas morte!!

"L'histoire finira par voir clair et dira que nous avons sauvé la République"

Eugène VARLIN, 28 mai 1871, veille d'être fusillé par la bourgeoisie versaillaise 

Par canaille le rouge - Publié dans : Mémoire et Histoire - Communauté : les anti-capitalistes

 

http://canaille-le-rouge.over-blog.com/article-la-belle-a-140-printemps-74991598.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

ETENDRE, APPROFONDIR LE MOUVEMENT, S'ORGANISER !

Publié le par Tourtaux

 

logo-FSC.jpg

 

 

Les forces de l’ordre sont intervenues hier au soir pour chasser les "Indignés" de la Place de la Bastille ». A l’instar de ce qui s’est passé à Barcelone.

Nous condamnons fermement cette intervention !

C’est la preuve de l’inquiétude profonde de l’oligarchie au pouvoir que le mouvement s’étende et s’approfondisse en France, en Europe et dans le monde où les peuples sont confrontés à la volonté des classes dominantes de leur faire payer au prix fort les conséquences de la crise de LEUR système.

Ils entendent tuer dans l’œuf l’incendie des révoltes populaires qui surgit et/ou surgira face à tant de malheurs et face à l’arrogance des puissants !

Les travailleurs ont tout intérêt à faire converger leurs propres luttes pour le pouvoir d’achat, l’emploi, la précarité, contre les graves reculs sociaux en matière de retraite, de santé … avec ces mouvements !

 

Parce que ce sont les mêmes politiques, les mêmes plans de rigueur et d’austérité décidés par les mêmes forces économiques et politiques qui sont à l’origine de notre situation et des situations révoltantes et insupportables dans lesquelles nous sommes et dans laquelle se trouve une jeunesse massivement précarisée !

Que ces politiques soient appliquées par les partis socialistes (Grèce, Portugal) ou par la droite (Grande-Bretagne) !

 

Alors oui il faut prendre nos affaires en main sans l’illusion que les élections présidentielles de 2012 puissent constituer un espoir de solution !

Les luttes et l’intervention quotidienne sur le terrain en priorité !

C’est ainsi que se construira aussi une véritable alternative appuyée sur des débats de fonds ne se cantonnant pas aux débats politiciens et aux jeux institutionnels destinés à faire perdurer la domination des puissants !

 

C’est aussi en ce sens que le mouvement amorcé dans les pays arabes (Tunisie, Egypte) en Europe et dans le monde –au-delà bien sûr de fortes caractéristiques nationales et régionales-constitue un espoir pour toutes les forces qui aspirent à des changements radicaux !

 

Pour s’en tenir aux orientations qui se font jour dans le mouvement en France d’après la plate-forme votée à la Bastille vendredi dernier nous apprécions hautement ce qu’affirme le texte et qui déclare :"  Le monde est soumis à des politiques de rigueur imposées par le marché et les organismes internationaux (FMI, BM, etc...). Ceux-ci engendrent chômage de masse et précarité de l'existence. Le Traité de Lisbonne, rejeté par le peuple français le 29 mai 2005, illustre l'imposition antidémocratique de ce type de politiques. Les articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, la base même de la démocratie, sont aujourd'hui bafoués tous les jours partout dans le monde. "

 

Mais, que disent les syndicats, que disent les directions confédérales de ce mouvement ?

Car si le mouvement se dit apolitique, se tient à distance respectable et des "grands" partis –c’est-à-dire de ceux qui alternent au pouvoir appliquent à peu de choses près, les mêmes "recettes"- ET des confédérations syndicales c’est qu’il y a pour ces dernières notamment à s’interroger sur les orientations suivies depuis des années comme nous ne cessons de le répéter.

En ce sens l’apolitisme revendiqué par les jeunes qui entrent en résistance, au-delà même de la recherche d’autres formes d’intervention et de l’usage des nouvelles technologies est le symptôme de l’abandon des orientations de classe à la CGT en particulier et de l’approbation des politiques d’accompagnement du système illustré par l’adhésion à la Confédération Européenne des Syndicats et l’approbation de ses orientations de collaboration !

 

En France aussi, c’est tous ensemble à la base que nous créerons le rapport de forces, en multipliant les initiatives sous toutes les formes possibles (occupations pacifiques des centres-villes, forums, débats civiques, AG de travailleurs, grèves reconductibles…) afin de prendre à la gorge le pouvoir du capital.

 

Banksters, nous ne vous devons rien, nous ne paierons pas votre crise !

Augmentation immédiate des salaires et  pensions !

Le SMIC à 1600 euros nets !

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>