Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L' " ART DE LA GUERRE " : DEMOCRATIE POLONAISE EN AFRIQUE

Publié le par Tourtaux

 

Rubrique L’art de la guerre

 

Démocratie polonaise en Afrique

 

Manlio Dinucci

 

Quel modèle de transition démocratique devraient adopter la Tunisie et l’Egypte, à peine libérées des dictatures de Moubarak et Ben Ali ? Pas de doute pour le président Obama : le modèle polonais. La Pologne –a-t-il déclaré le 28 mai à Varsovie- a effectué « un parcours vers la liberté qui a inspiré nombre de personnes dans ce continent et au-delà ». Et de lister ainsi les grands mérites de Varsovie. Avant tout, le fait que « Etats-Unis et Pologne ont forgé un exceptionnel partenariat dans la défense, enracinée dans l’alliance durable de l’OTAN ». Pour la forger encore plus, le président Obama et le président Komorowski ont annoncé que sera déployé en Pologne un détachement de la U.S. Air Force, formé de chasseurs-bombardiers F-16, aux côtés de ceux que les USA ont vendus à la Pologne. Sera aussi réalisé en territoire polonais un site balistique du « bouclier anti-missiles ». En attendant le Pentagone y a déployé des batteries de missilesPatriot. Grands progrès aussi dans le partenariat entre les forces spéciales des deux pays et dans l’entraînement conjoint des troupes (2.600 hommes) que la Pologne garde en Afghanistan sous commandement étasunien. Et on annonce un accord ultérieur qui « réduira fortement les barrières du commerce en articles de défense », en permettant à la Pologne d’importer (en s’endettant encore plus) d’autres armements étasuniens. On comprend ainsi tout l'enthousiasme d'Obama pour le modèle polonais et cette déclaration : « Nous voulons encourager les nations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord qui, surtout en Egypte et en Tunisie, luttent pour la transition vers la démocratie, afin qu'elles bénéficient de l’exemple polonais ». L’encouragement n’est pas que verbal. A Varsovie les deux présidents ont rencontré les « activistes polonais pour la démocratie » qui venaient de rentrer d’une « visite réussie » en Tunisie, conduite par l’ex-président Walesa (honoré, comme Obama, du prix Nobel de la paix). Etant donnés les résultats, ils ont décidé d’envoyer en Tunisie « d'autres experts en transition pour collaborer avec le nouveau gouvernement ». Très apprécié aussi par Obama le fait qu'en Libye, des activistes polonais collaborent avec le conseil de Benghazi pour une « transition politique » du pays, c'est-à-dire pour le renversement du gouvernement de Tripoli. Oeuvre méritoire inspirée par Washington. Elisabeth Sherwood-Randall, influente conseillère d'Obama, a précisé que « des institutions démocratiques étasuniennes, parmi lesquelles le National Democratic Institute (Ndi), sont déjà en train de soutenir l'engagement des Polonais dans les mouvements arabes pour la démocratie ». Ce qu'est le rôle de ces « institutions démocratiques », dirigées et financées par la Cia et quelques autres agences fédérales, le Ndi le confirme quand il écrit que son travail à Benghazi est facilité par le fait que d' « importantes personnalités libyennes avaient déjà participé à ses cours tenus au Maroc et aux Etats-Unis ». L'argent ne manque pas pour ces activités. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement, après avoir démantelé et privatisé les propriétés publiques de la Pologne et d'autres pays de l'Est, débarque en Egypte et en Tunisie en offrant 5 milliards de dollars en échange de « réformes adéquates », qui ouvrent grand les portes aux multinationales et aux bases militaires étrangères. C'est la nouvelle croisade au premier rang de laquelle se trouvent les activistes polonais, fiers de porter sur la poitrine l'emblème d'un F-16 sur fond de dollar.

 

Edition de mardi 31 mai 2011 de il manifesto,

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110531/manip2pg/14/manip2pz/304109/

Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LES COLONIALISTES SARKOZY ET CAMERON PREPARENT LE DEBARQUEMENT EN LIBYE

Publié le par Tourtaux

 

Sarkozy et Cameron préparent le débarquement en Libye

 

Manlio Dinucci

 

Au terme du G8, le président français Sarkozy a annoncé qu’il se rendra à Benghazi avec le premier ministre britannique Cameron, car « nous avons les mêmes idées ». Essentiellement une : « La médiation avec Kadhafi n’est pas possible ». Le président Obama a exprimé la même idée : « nous ne lâcherons pas tant que le peuple libyen ne sera pas protégé et l’ombre de la tyrannie disparue ». En termes plus sobres, ils s’apprêtent à occuper la Libye.

Et tandis que le G8 demande à Tripoli « la cessation immédiate de l’utilisation de la force », l’OTAN intensifie les incursions aériennes qui, en moins de huit semaines, ont dépassé les 8.500. Elles partent pour la plupart des bases du sud de l’Italie, approvisionnées par les autres. Pise est continuellement survolée par des C-130J et autres avions cargos qui, depuis l’aéroport militaire (italien, NdT) transportent aux bases méridionales les bombes et les missiles de la base étasunienne de Camp Darby (préfigurant ainsi ce qui se passera quand entrera en fonction le Hub aérien national, par où transiteront tous les militaires et tous les matériels dirigés vers les théâtres d’opération). Que les attaques aériennes soient la préparation du débarquement, est confirmé par l’entrée en action des hélicoptères français Tigres, probablement flanqués d’Apaches britanniques.

Plus significative encore est l’arrivée en Méditerranée d’un important groupe naval d’attaque, guidé par le plus puissant et moderne porte-avions nucléaire de la classe Nimitz, baptisé George H.W. Bush, en l’honneur du président qui en 1991 fit dans le Golfe la première guerre de l’après guerre froide (nous en sommes aujourd’hui à la cinquième). Long de 333 mètres et large de 40, il a à bord 6mille hommes, 56 avions (qui peuvent décoller à 20 secondes l’un de l’autre) et 15 hélicoptères, et il est doté des systèmes de guerre électronique les plus sophistiqués. C’est donc une grande base militaire mobile. C’st aussi une centrale nucléaire mobile : il a deux réacteurs à eau pressurisée PWR A4W/A1G, dont la vapeur actionne les turbines des quatre hélices. Une centrale nucléaire qui, bien qu’ayant à bord des réacteurs plus dangereux que ceux de Fukushima, entrera dans la baie de Naples et dans d’autres ports.

Le porte-avions George H.W. Bush est flanqué d’un groupe de bataille formé de chasseurs torpilleurs lance-missiles Truxtunet Mitscher, des croiseurs lance-missiles Gettysburget Anzioet de huit escadrilles aériennes. Il va renforcer la Sixième flotte dont le commandement est à Naples, se joignant à d’autres unités, parmi lesquelles les sous-marins nucléaires Providence, Floridaet Scranton. S’est joint aussi à la Sixième flotte un des plus puissants groupes d’attaque amphibie, conduit par le Uss Bataan, qui à lui seul peut débarquer 2mille marines, dotés d’hélicoptères et avions à décollage vertical, artillerie et chars d’assaut. Le bâtiment est flanqué de deux autres navires d’assaut amphibie, le Mesa Verde et le Whidbey Island, qui a effectué du 13 au 18 mai une visite à Taranto (Région Pouilles, NdT). Ce dernier a à son bord quatre énormes véhicules de débarquement à coussins d’air qui, avec un rayon d’action de 300 miles, peuvent transporter rapidement jusque sur la côte 200 hommes à la fois, sans que le navire soit en vue. Tout est prêt, donc, pour le débarquement « humanitaire » en Libye. Aux Européens l’honneur de débarquer les premiers, sous l’aile protectrice du porte-avions Bush.

 

Edition de samedi 28 mai 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110528/manip2pg/09/manip2pz/303960/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Publié dans colonialisme

Partager cet article
Repost0