Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SALAUDS DE PAUVRES, ATTENTION A CE QUE VOUS BOUFFEZ !

Publié le par Tourtaux

Nouvelle suspicion de contamination à l'E.Coli sur des steaks hachés

le 22 juin 2011 à 16h37 , mis à jour le 22 juin 2011 à 17h48

La société Maison Spanghero a annoncé mercredi le retrait de la vente de steaks hachés, en raison d'une suspicion de contamination par la bactérie E.Coli pathogène, en cours de confirmation.

viande supermaché steak © DR

Alors que quatre enfants étaient toujours hospitalisés à Lille, contaminés par une  bactérie E.Coli présente dans des steaks hachés SEB, une nouvelle suspicion de contamination a été révélée mercredi. Elle porte sur un lot suspect de viande transformée par la société Maison Spanghero. Les produits concernés sont des steaks, des boulettes et de la viande hachée vendus sous les marques "Maison Spanghero", "Steak Country" et "Bien Vu", avec des dates limites de consommation jusqu'au 24 juin. Les produits concernés sont distribués en grande surface - Intermarché, Leclerc, Le Mutant, Lidl, Magasins U... -, et dans des magasins indépendants, surtout dans le sud et le sud-ouest de la France, ainsi qu'en Corse.  


 
Les produits fabriqués à partir du lot suspect doivent être immédiatement retirés des rayons, a indiqué la société, qui précise que la mesure concerne aussi "tous les lots fabriqués le même jour, ou à partir des mêmes matières premières". La société précise que les retraits sont préventifs.
  
Créée en 1970 à Castelnaudary, dans l'Aude, par les rugbymen Claude et Laurent Spanghero, la société Spanghero est spécialisée dans les conserves de cassoulet et dans la viande fraîche transformée.

Un numéro vert a été mis à disposition des consommateurs : 0-800-000-158.   

 

le 22 juin 2011 à 16:37
http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2011-06/nouvelle-suspicion-de-contamination-a-l-e-coli-sur-des-steaks-6547331.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

CGT ET CENTRALISME BUREAUCRATIQUE : CA RESISTE

Publié le par Tourtaux

 

Mercredi 22 juin 2011

 

logo-FSC.jpg

Déclaration FSC

 

La situation économique et sociale est explosive en France et en Europe.

La classe ouvrière et l’ensemble des travailleurs sont profondément frappés et écoeurés par la politique menée par le pouvoir du capital (UE, FMI, gouvernements…), aggravant chaque jour la situation des classes populaires.

 

Dans tous les pays européens, c’est la chasse ouverte contre tous les acquis, ce sont des reculs permanents sur les salaires, les retraites et la protection sociale, l’emploi, les prix, les impôts, ce sont la pauvreté et la précarité qui explosent…. C’est désormais aussi la constitutionnalisation pure et simple des politiques anti-sociales qui est à l’ordre du jour à travers le pacte « euro + »,  suite logique de l’Euro et du traité de Lisbonne.

 

Face à cette situation, les peuples accentuent leurs mobilisations, souvent de manière spontanée, faute d’organisations syndicales ou politiques les représentant.

Au niveau syndical, la Confédération Européenne des Syndicats, organisée et financée par l’UE, n’a en effet eu de cesse depuis sa naissance d’accompagner les mesures anti-populaires au cœur de la construction européenne, d’en appeler à un « dialogue social entre partenaires sociaux », de rabattre toutes les revendications des travailleurs sur des mots d’ordre conformes aux intérêts du grand patronat (« Europe sociale », Flexisécurité, salaires décents, gouvernance économique européenne…) et d’en rester à formuler ses vœux pieux sans jamais soutenir et encore moins créer le rapport de forces.

 

En France, toutes les directions syndicales adhèrent à la CES et à ses pratiques et elles ont mené toutes les mobilisations populaires à l’échec depuis des années. Elles ont sombré lors du dernier conflit de l’automne 2010 sur les retraites. Mais les directions des organisations les plus combatives poursuivent leur œuvre de « recentrage ».

La direction de la FSU a ainsi obtenu d’adhérer à la CES au prix d’incroyables manœuvres antidémocratiques.

En ce qui concerne la CGT, il est intéressant de noter que le 49ème congrès de la CGT, qui n'a pas été le plus démocratique  de son histoire, a pris au pas de charge la décision d'aligner les structures de l'organisation sur celles de la CFDT et du syndicalisme anglo-saxon où la démocratie syndicale est supplantée par le centralisme bureaucratique qui enlève tout pouvoir de décision aux structures de base. Or, un an et demi après le congrès, ça ne se passe pas comme prévu : les résultats électoraux décevants dans de nombreux secteurs comme à EDF ou à la SNCF, les adhésions loin de suffire à compenser les départs, les claques prises par les listes dites confédérées ou par les fractions mises en place par la Conf’ elle-même pour tenter d'éliminer les listes des syndicats (à Renault-Douai, à l’UDEVE….), tout ceci amène depuis quelques mois une présence plus discrète dans les médias du camarade Bernard Thibault qui ne parle d’ailleurs plus guère de syndicalisme rassemblé.

Si l’on ajoute une résistance à la base qui s’exprime de plus en plus massivement dans les syndicats ou lors des congrès comme ce fut le cas très récemment lors du congrès de l’UD du Pas-de-calais ou de celui de la Fédé commerce et services, il apparaît que l’alignement des structures CGT sur la funeste CES a bien du mal à passer et qu’il y a un monde entre les votes dans les congrès cadenassés et la réalisation sur le terrain.

 

Nos échanges avec un nombre de plus en plus important de structures de différentes corporations nous montrent que la situation évolue et que les résistances à la base de la CGT vont encore se développer en même temps que progressent les luttes pour l’augmentation des salaires (et avec quelque succès, Carrefour en est le meilleur exemple) : nous nous en félicitons.

 

Dans la recherche de l’unité la plus grande, le Front Syndical de Classe continue plus que jamais son travail entamé il y a deux ans pour que la CGT redevienne le syndicat qui a pour analyse que les intérêts des salariés et de ceux qui les exploitent sont inconciliables, pour que la CGT redevienne cette « grande dame » qu’on aime ou qu’on n’aime pas, comme disait Benoît Frachon, mais qu’on respecte.

 

Il en va de l’avenir du syndicalisme et des luttes populaires qui ne pourront gagner qu’en s’appuyant sur des organisations syndicales démocratiques et fortes de leur fidélité aux intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs.

 

FSC, 22 juin 2011

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

GRECE : APPEL URGENT AUX SYNDICATS

Publié le par Tourtaux

 logo-FSC.jpg

 

Chers camarades et amis,

 

Les syndicats grecs, les travailleurs grecs, toute la classe travailleuse grecque ont décidé d'entamer une grève générale de 48 heures durant les jours à venir. Leur action et leur résistance seront déterminantes pour les développements futurs en Grèce et en Europe.

 

Le FSC vous appelle à envoyer des messages de soutien directement à PAME.

 

Courriel : international@pamehellas.gr

 

 

logo PAME

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

44ème CONGRES DU PARTI COMMUNISTE D'UKRAINE (KPU) : " UN PLAN D'ACTION POUR ATTEINDRE LE GRAND OBJECTIF : LA CONSTRUCTION DU SOCIALISME"

Publié le par Tourtaux

Du 18 au 19 juin c'est tenu à Kiev le 44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine sous la présidence du Premier secrétaire du Comité central du KPU, chef de la faction communiste à la Rada d'Ukraine Piotr Simonenko. (Traduction et article de Nico Maury)
44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) :
634 délégués étaient présent ainsi que 31 délégations étrangères des partis communistes et ouvriers et les autres mouvements politiques progressistes, 127 représentants des médias ukrainiens et étrangers.

L'ordre du jour du Congrès 44ème du Parti communiste de l'Ukraine:
1. Le Rapport politique du Comité central.
2. Rapport de la Commission centrale de contrôle.
3. La nouvelle version du programme du Parti communiste de l'Ukraine.
4. Sur les amendements à la charte du Parti communiste de l'Ukraine.
5. Élection du Comité central.
6. Élection de la commission électorale centrale de contrôle.

44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) :
Le 44ème congrès du KPU a décidé de remettre à jour le programme du parti issue du 42ème congrès de 1995. Pour les communistes il y a urgence a étudier les modifications de la société ukrainienne. Dans le même temps, les objectifs stratégiques du Parti communiste - la conquête du pouvoir par les ouvriers, la construction de la société socialiste, la relance de l'Union Soviétique sur de nouvelles bases de peuples frères - reste inchangé, les fondements idéologiques et institutionnels sur lesquels le Parti est construit -. Immuable C'est pourquoi le 44ème congrès travaille à une mise en conformité avec les réalités d'aujourd'hui.

« Nous avons essayé de fournir des réponses convaincante, scientifiquement saine à des questions de brûlure, répondant aux préoccupation des communistes, nos sympathisants; es questions font l'objet d'intenses débats au sein du parti et dans la société. » lance Piotr Simonenko dans son discours d'introduction. « Nous avons voulu créer un document qui aurait armé les militants du parti dans le court et moyen terme, un plan d'action réaliste pour atteindre en fin de compte atteindre le grand objectif - la construction du socialisme dans notre pays. »

44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) :
Tout d'abord, le texte décrit les changements majeurs qui sont survenus au cours des dernières années dans le monde moderne (les effets de la mondialisation impérialiste, l'effondrement d'un monde unipolaire, les théories néolibérales, etc).

Une seconde partie démontre l'effet catastrophique de la restauration du capitalisme en Ukraine, puis sur la société ukrainienne, sa structure en classe sociale, la position des principales classes et groupes sociaux, les attitudes envers le KPU, la classe qui a intérêt au changement promis par le Parti communiste. Les tâches que le Parti doit mettre en avant dans la lutte pour le socialisme en s'interrogeant sur le domaine politique, économique, sociale et humain.

44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) :
Mais aussi donner la position du Parti communiste sur de nombreux sujets sensibles, tels que, notamment sur l'élimination de la propriété privée et le dépassement du capitalisme, sur la compréhension de l'équité sociale, sur la lutte pour la démocratie, la lutte pour le socialisme, la politique du Parti dans le domaine de la politique nationale, la langue, culture, religion et autres.

Sur la socialisme, sur les étapes de la lutte pour le socialisme.

Le projet vient du fait que la transition vers le socialisme ne peut pas être un acte momentané, mais passera par plusieurs étapes.

Dans la première étape Parti vise à unir le plus largement possible sur un vaste programme de réformes démocratiques en général dans toutes les sphères de la société et dans la lutte pour obtenir l'élimination des représentants des classes exploiteuses et le retour des travailleurs.

44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) :
La deuxième phase il faudra surmonter les conséquences de la restauration capitaliste, la reconstruction et la consolidation des fondements d'une société socialiste, en particulier la restauration de la propriété publique des moyens de production et système de planification et le contrôle des travailleurs .

La phase ultérieure de la transformation socialiste devra s'affirmer comme une « association, dans laquelle le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous » (Karl Marx, Friedrich Engels).

Les délégués ont aussi apportés des modifications à la Charte du Parti communiste. Notamment dans l'organisation du Komsomol. Sur la possibilité de réintroduction des communistes exclus ou mis à pied après un an. La création du titre de "Héros du Parti" pour les vétérans qui ont plus de 40 ans d'adhésion et enfin fixer tous les congrès tous les 3 ans.

Le 44ème congrès du KPU a adopté une motion condamnant la décision de la Cour constitutionnelle de l'Ukraine à la veille du 70e anniversaire du déclenchement de la Grande Guerre Patriotique (22 juin 1941). Cour qui a condamné l'usage du drapeau rouge, symbole de la victoire du peuple soviétique sur l'Allemagne nazie, pour les célébrations de la seconde guerre mondiale.

Après l'achèvement du 44e congrès du Parti Communiste d'Ukraine, le Comité central du parti a tenu une session plénière. Pierre Simonenko a été réélu Premier secrétaire du Parti Communiste d'Ukraine, Igor Alexeyev deuxième secrétaire.

44ème congrès du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) :

Guennadi Ziouganov pour l'UPC-PCUS
Guennadi Ziouganov pour l'UPC-PCUS

http://www.kpu.ua/ http://www.kpu.ua/

Nicolas Maury
http://www.wmaker.net/editoweb/nicolas_maury/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

MURIEL DICHAMP, PRESIDENTE DE CORREZE CUBA ESTRELLA : LES RELATIONS ENTRE L'ETAT ET L'EGLISE A CUBA

Publié le par Tourtaux

 

Connaître et comprendre Cuba, par Muriel Dichamp, Présidente de Corrèze Cuba Estrella

 

Les relations entre l'Etat et l'Eglise à Cuba

 

Cuba est un pays laïc où la liberté de culte est garantie par la Constitution. La majorité des croyants se réclament du catholicisme et un grand nombre d'églises offrent tous les jours des offices religieux. Mais il y a aussi plus de 70 confessions dont certaines venues d'Afrique avec les esclaves arrachés à leur terre. Pour ceux qui sont allés à Cuba, vous avez inévitablement rencontrés dans les rues, des Cubains habillés tout de blanc. Ce sont des personnes qui professent la Regla de Ocha ou Santeria. Cette religion est née du syncrétisme entre la religion catholique apportée par les conquistadors espagnols et les cultes introduits par les esclaves africains du Nigeria et de l'ancien Dahomey.

Le gouvernement révolutionnaire a confirmé que la véritable liberté de consciences n'est pas possible sans la séparation absolue de l'Eglise et de l'Etat et de l'Eglise et de l'enseignement. Il estime que c'est la garantie du libre exercice du rôle de chaque institution sans interférences.

D'une part, les institutions de l'Etat sont soustraites à l'influence de l'Eglise et de la religion et de l'autre, les institutions religieuses se voient garantir les conditions nécessaires à leurs activités, ce qui leur permet de jouer leur rôle auprès de leurs fidèles.

La liberté de conscience, c'est-à-dire, le droit des citoyens de pratiquer ou non une religion, d'assister au culte de leur choix ou d'être matérialiste ou athée, est ainsi garantie. D'autre part, la loi régit les activités des institutions religieuses : opposer la foi ou la croyance religieuse à la Révolution, à l'éducation, au devoir de travailler ou de défendre le pays, au respect dû aux symboles de la patrie et à d'autres devoirs établis par la Constitution est illégal et passible de sanction.

A Cuba, l'Eglise catholique est propriétaire des lieux de culte, de bons nombres d'institutions d'aide sociale, des séminaires et des résidences ecclésiastiques. Avant la période spéciale, il n'était pas étonnant de voir l'Eglise assumer les frais de réparations très coûteuses de véritables monuments artisitiques et historiques comme la Cathédrale, l'église du Saint-Esprit de La Havane et de bien d'autres en province.

Diverses communautés religieuses féminines et masculines installées dans des monastères, des couvents et résidences remplissent une mission pastorale et d'aide sociale. Parmi les ordres masculins figurent les Dominicains, les Jésuites, les Franciscains, l'ordre de Saint-Joseph de Calasanz et les Capucins. Il y a des congrégations comme celle des Frères de Jésus qui se consacrent au travail social. Parmi les ordres féminins, on compte entre autres, les Petites Soeurs des Pauvres, les Carmélites, les Servantes de Marie, les Soeurs du Service Social et les Soeurs de Saint Vincent de Paul.

Depuis longtemps, des religieux de plusieurs confessions sont membres du Parti Communiste Cubain. Tous ces religieux sont cubains.

Les relations entre les autorités religieuses catholiques et l'Etat cubain se sont renforcées ces dernières années. La visite du Souverain pontife Jean-Paul II en janvier 1998 et l'engagement des autorités religieuses pour la défense des Cinq prisonniers cubains en sont des exemples.

 

 

Fernando, Ramon, René, Antonio, Gerardo

5 cubains injustement emprisonnés au USA

Liberté pour les Cinq, maintenant !

 

Pour signer la pétition qui circule pour la libération des Cinq,

s'adresser à Corrèze Cuba Estrella au 05 55 73 40 41

Publié dans Les Amériques

Partager cet article
Repost0