Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HAUTS DE SEINE : SOLIDARITE AVEC LES 16 POSTIERS POURSUIVIS EN JUSTICE PAR DES CADRES DE LA DIRECTION DE LA POSTE

Publié le par Tourtaux

tofix_134p-9a108-copie-1.jpg

16 postiers du 92 sont poursuivis en justice par des cadres de la Direction de la Poste des Hauts-de-Seine. Ces postiers sont tous des représentants locaux ou départementaux de SUD et de la CGT. Ils risquent 5 ans de prison et 75000€ d’amende. Et en matière de répression, la Poste n’en est pas en pas à son premier coup d’essai…
Lors de la grève du printemps 2010, les postiers du 92 se sont mobilisés contre la mise en place de réorganisations
qui entraînent à la fois une dégradation du service public, une augmentation des maladies professionnelles, des accidents du travail et des suicides, dans la plus grosse entreprise du pays.
Face à cela, les grévistes ont multiplié les initiatives afin de faire entendre leurs revendications et exiger l’ouverture de négociations, refusées obstinément par la Direction de la Poste pendant plusieurs semaines.
En guise de réponse, la Direction a déployé de nombreux dispositifs sécuritaires : vigiles, police, huissiers…
Puis elle a mise à pied Bertrand Lucas et Yann Le Merrer pour 9 et 18 mois, elle a également cherché à licencier Gaël Quirante, mais a essuyé un refus à la fois de l’Inspection du travail et du Ministre du travail.
Pour finir, la Direction de la Poste tente de maquiller en « séquestration » de cadres l’une des visites du
site de la direction par les grévistes.
Les syndicalistes combatifs du 92 sont un obstacle au rouleau compresseur anti-social de la Direction de la Poste : c’est pourquoi elle veut s’en débarrasser.
La répression qui vise les 16 postiers n’est qu’un exemple parmi d’autres de la répression patronale qui sévit dans la période actuelle (Continental, Dalkia…). Les militantes et militants qui se dressent face à l’arbitraire sont souvent eux-mêmes victimes d’un harcèlement disciplinaire et pénal.
Cette bataille pour les Postiers du 92 est en enjeu pour toutes et tous, contre les multiples atteintes aux libertés. Gagner ce procès sera un encouragement à toutes les résistances sociales.

 

les postiers victimes de la répression dans le 92 :
signez la pétition !
Pendant plusieurs semaines, un mouvement social a touché La Poste dans les Hauts-de-Seine au cours
du Printemps 2010. En cause, la réorganisation de l'activité de distribution du courrier et le projet « facteur d'avenir » qui
met en place des restrictions de personnels, des réductions de tournées, une nouvelle dégradation du service rendu aux usagers avec, entre autre la suppression du principe « un facteur, une tournée » et des conditions de travail aggravées.
Alors qu'un protocole de fin de conflit a été signé, actant le maintien de l'emploi et la transformation de CDD en CDI, La Poste, revancharde, assigne 16 collègues au tribunal de grande instance de Nanterre pour une pseudo séquestration (procès prévu en juin 2011) et sanctionne particulièrement 3 cadres syndicalistes départementaux :
- Un fonctionnaire sanctionné par 12 mois d'exclusion de fonction dont 3 mois avec sursis.
- Un fonctionnaire sanctionné par 24 mois d'exclusion de fonction dont 6 mois avec sursis.
- Un salarié de droit privé pour qui la Direction a décidé le licenciement pour faute grave
L'Inspection du travail, compétente pour les salariés de droit privé, a estimé que les griefs n'étaient pas établis, et a refusé son licenciement. La Poste a fait un recours au Ministre du Travail.
Alors que cette décision devrait remettre en cause toutes les poursuites et sanctions, La Poste persiste dans sa politique anti syndicale et sa volonté de criminaliser le mouvement social.
Nous exigeons que les sanctions et poursuites engagées soient abandonnées.Les signataires expriment leur solidarité avec les syndicalistes sanctionnés ainsi que tous les salariés sanctionnés pour fait syndical à La Poste et dans d'autres entreprises. Les signataires exigent l'abandon des sanctions et poursuites engagées et demande au Ministre du Travail de confirmer la décision de l'Inspection du travail.
premieres orGaNisatioNs siGNataires :
CGt Fapt 92, FsU 92, Gauche Citoyenne 92, Gauche Unitaire 92, Fase 92, aC 92, lDH 92,
Npa 92 N, Union révolutionnaire Communiste de France iDF, sUD poste 92, mpep 92, pCF 92,
ps 92, UD CGt 92.
signer sur :
http://comitesoutien92.rezisti.org/

Par CGT PHILIPS EGP DREUX

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

MEETING A CHAMPHOL (28) POUR LES LIBERTES SYNDICALES SUR CHARTRES

Publié le par Tourtaux

red-flag
POUR LA DEFENSE DES LIBERTES SYNDICALES SUR CHARTRES
MEETING SALLE JEAN MOULIN A CHAMPHOL(Eure et Loir)
JEUDI 9 JUIN 2011 à 20 H.00
A L'APPEL DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET L'APPEL DES 28 PERSONNALITES DU 28

Par CGT PHILIPS EGP DREUX

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

MONTCEAU LECLERC : LES SYNDICATS DENONCENT UNE AMBIANCE DE TRAVAIL DIFFICILE

Publié le par Tourtaux

Leclerc

Mardi 7 juin 2011

 

 

16767 188020289310 808269310 2775776 6240493 s

 

 

 

 

Réunis à l'union locale CGT , délégués du personnel, élus du comité d'entreprise (CE) ainsi que du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ont protesté ce matin contre le peu de place laissée à l'action syndicale par la direction de l'enseigne "Leclerc".

 

 

"Il n'y a aucun dialogue social, nous devons porter nos victoires aux Prud'Hommes" assure une salariée. "La direction demande aux salariés d'effectuer le travail des représentants du personnel partis en heures de formation, ce qui crée des tensions entre employés", dénonce Robert Wattebled, secrétaire de l'union locale CGT de Montceau.

Concernant le climat de travail général de l'enseigne, les représentants du personnel

demandent l'intervention d'un inspecteur du travail.

 

La direction de "Leclerc" n'a pas souhaité s'exprimer avant le retour de son PDG lundi 13 juin.

 

Par Caddyman - Publié dans : Leclerc - Communauté : La grande distribution

 

http://anti.grande.surfaces.over-blog.com/article-leclerc-les-syndicats-denoncent-une-ambiance-de-travail-difficile-75994651.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

BILAN ECONOMIQUE ET SOCIAL 2010 EN CHAMPAGNE ARDENNES

Publié le par Tourtaux

L'Insee de Champagne-Ardenne a rendu public son bilan économique et social 2010. Le chiffre d’affaires de l’industrie augmente de 7 %, celui des transports de 5 % et le tourisme progresse (+ 1,1 % pour l’hôtellerie et + 2% pour le camping). Les revenus des agriculteurs progressent, les rendements en baisse étant compensés par une hausse des prix. Les exportations de champagne gagnent 20 % en 2010.

Malgré la reprise d’activité, les dépenses d’investissement subissent une forte contraction (- 26,5 %), dans des proportions similaires à 2009.

En ce qui concerne l'emploi, «après avoir lourdement chuté en 2008 et 2009», il s'est stabilisé à près de 300 000 salariés. Toutefois, l'intérim, qui gagne 2 300 postes (+ 22 %) en Champagne-Ardenne en 2010, est le seul secteur a tiré complètement profit de la reprise. Les pertes annuelles d’emploi industriel restent lourdes sur l’année avec 2 800 postes de moins, soit une baisse de 3,1 %. En raison de pertes importantes dans les entreprises liées à l’automobile ou au textile, l’Aube et la Marne sont les départements où l’emploi dans l’industrie est le plus en recul, respectivement de - 3,6 % (- 700 postes) et - 3,3 % (- 1 100 postes).

Le chômage s’établissait à 9,4 % fin décembre. La mise en œuvre du contrat de transition professionnelle sur le département des Ardennes et la zone d’emploi de la Marne moyenne, et des cellules de reclassement sur les autres territoires de la région, ensemble de mesures dont au total 1 600 bénéficiaires ont profité, a favorisé l’insertion des publics les plus en difficulté.

Le nombre des dossiers de surendettement déposés passe ainsi de 6 091 en 2009 à 5 960 en 2010. Le surendettement dit passif (causes liées à la perte d’emploi, la maladie, le divorce, etc.) est en augmentation. Il affecte désormais trois quarts des dossiers. Rapporté à la population champardennaise, le nombre de dossiers déposés pour 10 000 habitants est stable en 2010 ; il s’établit à 45 pour 10 000 habitants, contre 34 pour 10 000 au niveau national.

Par lechatnoir51 - Publié dans : Politique et social - Communauté : Libertaires

 

http://www.lechatnoir51.fr/article-bilan-economique-et-social-2010-en-champagne-ardenne-75385086.html

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

PEROU : LE TRIOMPHE DE OLLENTA HUMALA, UNE BOUFFEE D'AIR PUR

Publié le par Tourtaux

 

Juan Marrero, Cubadebate
Le triomphe de Ollanta Humala, une bouffée d’air pur

lundi 6 juin 2011

Un nouveau pas dans l’éveil de l’Amérique Latine a eu lieu au Pérou, le peuple ayant décidé d’élire le candidat de l’option « Gana Perú », Ollanta Humala, attaqué et calomnié sans pitié pendant de nombreux mois avant les élections avec les armes les plus troubles de la propagande par les forces de l’Empire, l’oligarchie, et la mafia péruviennes, sans oublier le pouvoir politique, médiatique et financier déployé pour empêcher sa victoire dans les urnes.

A un mois des élections, un article de Cubadebate intitulé « Pérou : élections présidentielles à l’heure cruciale”, nous écrivions :

“Opter pour le changement est le plus sensé, car au moins cela ouvre une porte à l’espérance ; l’autre consiste à revenir au passé et à rester ancré dans le fujimorisme et le néolibéralisme, où les riches continueront à amasser des richesses, mal ou bien acquises, et les pauvres seront pauvres et misérables”.

La victoire de Humala est une bouffée d’air pur pour le peuple péruvien qui dans les dernières décennies n’a connu que des gouvernements dociles à Washington, faisant cadeau des richesses nationales à des intérêts étrangers, imposant la corruption.

Humala signifie un espoir parce que depuis que le commandant indigène est entré dans le paysage politique du Pérou il a montré une sensibilité profonde pour les besoins, aspirations et préoccupations de la population la plus maltraitée de ce pays andin : les pauvres, les indiens, les paysans, les ouvriers, et les femmes au foyer. Il faut croire dans la possibilité qu’à partir du 28 juillet, quand le nouveau gouvernement prendra ses fonctions au palais de Pizarro, l’empire de l’injustice régnant au Pérou depuis des temps très anciens, puisse connaître le début de la fin.

Non pas que nous pensions que la victoire de Humala ouvre les portes d’un coup à un processus révolutionnaire profond et radical au Pérou. Il faut rester très objectif et n’avancer qu’en fonction de la réalité. Dans les circonstances actuelles et si nous prenons en compte les circonstances et les modifications apportées au programme électoral de « Gana Perú », les alliances et les engagements politiques concertés, au Pérou il y aura beaucoup de changements dans de nombreux ordres et à de nombreux niveaux mais sans brutalité. Humala lui-même l’a affirmé dans ses discours de la campagne du second tour.

La victoire a déjà signifié en soi un changement. On a porté un coup à la corruption. Parce que si Keiko Fujimori avait obtenu la majorité, ce qui attendait le Pérou était le retour aux années de pillage et de vol à visage découvert.

Humala a promis de mieux distribuer les immenses richesses du pays, qui se trouvent dans les gisements d’argent, de cuivre, de zinc, d’étain et d’or. Il a aussi promis d’éviter la déprédation et le pillage des ressources. Il lui faudra en tout cas oeuvrer en ce sens pour mettre fin à la pauvreté, à la misère, à l’analphabétisme, l’insalubrité à laquelle reste soumise la majorité sociale du Pérou.

Le Pérou disposera un gouvernement qui s’identifie aux les intérêts des masses pauvres, parmi lesquels les indigènes. Il deviendra ainsi le troisième pays qui fit partie de l’empire Inca à élire des gouvernements populaires et désireux d’agir en faveur des plus pauvres. Evo Morales, en Bolivie, et Rafael Correa, en Equateur, son les deux autres.

Les défis sont nombreux parce que ceux qui ont pillé et exploité les richesses nationales ne veulent perdre ni leurs privilèges ni leur hégémonie.

Mais les peuples de l ’Amérique Latine continuent à s’éveiller… Ils l’expriment dans les urnes et le moment venu pourront aussi le faire depuis les places des grandes villes, comme ils le font aujourd’hui en Espagne, en France ou en Grèce pour rejeter tous ceux qui n’ont d’autre solution à offrir que le néolibéralisme et la démocratie bourgeoise.

Traduction : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve

Source : http://www.cubadebate.cu/opinion/20...

Publié dans Les Amériques

Partager cet article
Repost0