Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FACE AUX VELLEITES US ET DE LA COREE DU SUD, LA COREE DU NORD MET SES UNITES DE FUSEES STRATEGIQUES EN ETAT D'ALERTE

Publié le par Tourtaux

 http://www.45enord.ca/2013/03/pyongyang-met-ses-unites-de-fusees-en-etat-dalerte/
Pyongyang met ses unités de fusées en état d’alerte
 
La Corée du Nord fait un pas de plus sur le chemin de la guerre et coupe les communications militaires (Photo: Archives/KCNA)

La Corée du Nord fait un pas de plus sur le chemin de la guerre et coupe les communications militaires (Photo: Archives/KCNA)

 

Suivant les traces de son célèbre père Kim Jong-Il, le dirigeant nord coréen Kim Jong-un a donné l’ordre, vendredi 29, aux unités concernées de se préparer à des frappes de fusées stratégiques contre les États-Unis et les bases américaines dans le Pacifique et en Corée du Sud.

 

L’agence officielle KCNA rapporte notamment des propos de Kim Jong-Un évoquant que dans l’éventualité d’une provocation «téméraire», les forces nord-coréennes «frapperont impitoyablement».

 

Lors d’une réunion d’urgence, dans la nuit de jeudi à vendredi, qui réunissait en plus du dirigeant suprême, le chef de l’état-major de l’armée du peuple coréen, le directeur des opérations et le commandant des opérations stratégiques pour les fusées avec des chefs militaires, Kim «a jugé que le temps était venu de régler les comptes avec les impérialistes américains, étant donné la situation actuelle. [...] Il a finalement signé un ordre sur les préparatifs techniques des fusées stratégiques de l’armée populaire, ordonnant qu’elles soient placées en alerte afin d’être en mesure de frapper à n’importe quel moment le continent américain, les bases militaires américaines sur les théâtres d’opération dans le Pacifique, notamment Hawaï et Guam, et les bases en Corée du Sud »

 

Ce durcissement de ton fait suite au survol du territoire sud-coréen lors d’un exercice par deux bombardiers furtifs B-2 américains, capables de transporter des armes nucléaires.

 

Le chef de la République populaire démocratique de Corée a clairement fait savoir que ces vols sont bien plus qu’une simple démonstration de force. Selon lui, ils équivaux à un «ultimatum [des Américains, ndlr] montrant qu’ils voulaient déclencher à tout prix une guerre nucléaire».

 

De son côté, le secrétaire américain à la défense, Chuck Hagel a déclaré au Pentagone: «Les Nord-Coréens doivent comprendre que ce qu’ils font est très dangereux [...] Nous devons dire clairement que nous prenons très au sérieux les provocations de la Corée du Nord et que nous y répondrons.»

 
 
 

Publié dans L'Asie en lutte

Partager cet article
Repost0

COLERE ET ESPOIR60-ASSEMBLEE MUNICIPALE DE CREIL DU 25/03/2013-RETRAIT DU TITRE DE MAIRE-ADJOINT DE HABIB ABBA-SIDICK

Publié le par Tourtaux

Vendredi 29 mars 2013          

 

                                           colere et espoir

 

 

Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Monsieur le Maire,

 

Dans un instant, cette assemblée aura à se prononcer sur le devenir de ma fonction de Maire-Adjoint de la ville de Creil.

 

La délibération soumise à votre approbation ou à votre désapprobation est initiée par le 3° alinéa de l'article L.2122-18 du CGCT lequel stipule « Lorsque le maire a retiré les délégations qu'il avait données à un adjoint, le conseil municipal doit se prononcer sur le maintien de celui-ci dans ses fonctions »

 

Les considérations m'amenant a être présenté à votre jugement, sont relatées par la délibération, par laquelle il est mentionnée, que j'aurais transgressé une loi discrétionnaire.« Le fait que Monsieur ABBA-SIDICK se soit, non seulement porté candidat contre moi, à la présidence de la CAC mais surtout qu’il ne m’en ait pas au préalable, informé, engendre une situation d’inconfort dans nos relations ».

 

Sans être mon propre avocat, je me permettrai de rappeler qu'en aucun cas notre organisation, Colère et Espoir60 est une dépendance du PS, mais cela nul ne l'ignore ou ne s'en offensera et qu'en l'occurrence, Colère et Espoir60 a décidé de manière autonome, que je serai son candidat à la présidence de la CAC, comme il sied en situation où la démocratie prime. Quoi de plus naturel, même et surtout si nos mouvances sont mitoyennes.

 

Les alliances procèdent d'un certain ordonnancement, mais ne constituent aucunement des allégeances, car elles ne sont que la résultante d'un rapport de force, que le PS a parfaitement appréhendé, en contractant un accord, lors de l'ultime tour du scrutin municipal de 2008, avec le parti communiste, dont nous étions membres, aujourd'hui regrettablement défunt et nos camarades de LO, nous permettant ainsi de former une majorité pluraliste, où chacun s'est exprimé, en ne renonçant jamais à sa nature politique initiale. N'est ce pas le PS, lequel organisera des primaires avec comme objectif de déterminer les divers postulants à la candidature dans les communes abritant plus de 10 000 habitants, à propos des prochaines élections municipales ? Les socialistes creillois auraient pu en être presque les précurseurs, il s'en est fallu de si peu....

 

À ce titre, je considère, encore, que ma candidature à la présidence de la CAC était parfaitement légitime et ne dérogeait nullement à nos engagements pleinement assumés, si nous considérons d'évidence, évoluer dans un environnement démocratique, reconnu et accepté de tous. La démocratie univoque serait une absurdité et d'ailleurs, nous ne serions pas rassemblés en ce lieu, où malgré nos différences idéologiques nous parvenons à tenir des débats apaisés.

 

Néanmoins, je souhaite m’appesantir, de manière à congédier toute ambiguïté, sur l'obligation de courtoisie que requérait pareille situation et à laquelle je me serais soustrait, comme cette délibération le mentionne. Pourtant, il me semble avoir avec certitude, par mail du 6 janvier 2013, averti Monsieur le Maire de Creil, de mes intentions, lequel avec tout autant de civilité, m'a retourné son compliment le jour même. Permettez moi de vous en délivrer la primeur.

 

Le retrait d'une délégation appartient exclusivement à Monsieur le Maire, puisque les dispositions de la loi l'autorisent à se prévaloir de cette prérogative. Toutefois, il est toujours dommageable que la relation politique soit détériorée par l'intempérance, ne s'accordant pas avec les missions que la population de Creil, en nous désignant par le suffrage universel, nous a temporairement délégué.

 

Dans ces conditions, il vous appartiendra chers collègues d'apprécier la pertinence ou l'impertinence des reproches que l'on m'adresse et de vous déterminer comme vos principes vous y inclineront.

 

Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, Monsieur le Maire, je vous remercie de votre attention. 

 

http://colereetespoir.over-blog.com/article-colere-et-espoir60-assemblee-municipale-de-creil-du-25-03-2013-retrait-du-titre-de-maire-adjoint-de-116622562.html

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

NE DITES PLUS HOLLANDE QUI PROMET D'AUGMENTER L'AGE DE LA RETRAITE, MAIS SARKONAZI II

Publié le par Tourtaux

Hollande promet d’augmenter l’âge de la retraite ! (Vidéos 9’’ ; 1’11 ; 11’’)

jeudi 28 mars 2013, par Visiteur (Date de rédaction antérieure : 28 mars 2013).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

NE DITES PLUS HOLLANDE, MAIS SARKONAZI II

 

Hollande promet d’augmenter l’âge de la retraite

 

Enregistré sur France2 le 28 mars 2013 après 20h15

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Pour justifier l’augmentation de l’âge de la retraite, Hollande a prétendu que l’on vit plus longtemps. Ce qui est un mensonge ! Avec la destruction de la sécurité sociale, la destruction des services publics et la diminution perpétuelle du pouvoir d’achat, les gens se soignent de moins en moins bien, et meurent de plus en plus jeunes depuis trois ou quatre ans ! :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1591

 

Hollande ne colonise pas il apporte la civilisation…
comme Jules Ferry !

Enregistré sur France2 le 28 mars 2013 après 20h15

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Mais c’est normal qu’Hollande recherche du fric ; car, non seulement il faut bien qu’il enrichisse les riches avec l’argent des pauvres ; mais, en plus, il lui faut financer les guerres impérialistes. Tiens, à propos de guerres impérialistes, Hollande a justifié la colonisation de la même façon que cela se faisait au dix neuvième siècle : « La France ne colonise pas, elle apporte la civilisation ! » C’est vraiment du Jules Ferry ! Ainsi, nous avons la réponse à la question de savoir pour quelle raison au début de son mandat, Hollande avait rendu hommage à cet odieux personnage :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4138

Par ailleurs, c’est un classique de justifier la guerre par le "terrorisme". Regardez-donc cet extrait d’une BD de Hergé (Tintin) qui explique exactement quelle fut l’excuse prise par le Japon pour envahir la Chine et quelle fut la justification donnée par l’empereur du Japon :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1740

Extrait : « Si nous avons dû, à notre grand regret, envoyer des troupes en Chine, c’est pour défendre la Chine elle-même !… »

Et, il en va exactement de même pour l’invasion de la France au Mali, même si c’est un peu plus subtil (à peine !). Voici les preuves :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4867

 

Hollande avoue ne plus être socialiste

Enregistré sur France2 le 28 mars 2013 après 20h15

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.


Vers une durée de cotisation plus longue pour les retraites

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE92R09320130328?sp=true

 

jeudi 28 mars 2013 23h07

PARIS (Reuters) - L’économie a dominé jeudi l’intervention télévisée de François Hollande, qui a promis la mise en place de la taxe à 75% pour les plus riches via les entreprises et jugé nécessaire l’allongement de la durée de cotisation pour les retraites.

Pendant 75 minutes d’entretien assez technique -une demi-heure de plus que prévu- sur le plateau France 2, le président s’est efforcé d’expliquer la cohérence de la politique menée depuis 10 mois, réaffirmant d’emblée sa "confiance dans la France" pour sortir de la crise.

Trois mois après la censure de la "super taxe" à 75% par le Conseil constitutionnel, il a confirmé la mise en oeuvre de cette promesse majeure de campagne, qui se fera via les entreprises. Elles paieront une contribution de 75% sur la part des salaires supérieure à un million d’euros.

"L’Assemblée générale des actionnaires sera consultée sur les rémunérations et, lorsqu’elles dépassent un million d’euros, l’entreprise aura une contribution à payer qui, toutes impositions confondues, atteindra 75%", a-t-il expliqué, émettant le souhait que cette mesure incite les groupes à modérer les plus hauts salaires.

Sur la question des retraites, le président a mis la balle dans le camp des partenaires sociaux, qu’il s’agisse de la durée de cotisation et de l’indexation, lors du débat qui va s’ouvrir avant la fin de l’année pour assurer leur financement.

Mais il a précisé qu’il faudrait des durées de cotisation plus longues, au risque de braquer les syndicats.

 

ALLOCATIONS FAMILIALES DIFFÉRENCIÉES

 

"Inacceptable", a rétorqué d’emblée sur France 2 le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly. "Ce n’est pas simplement une règle comptable. Il y a d’autres manières de régler le problème des retraites".

Sur un autre sujet sensible, François Hollande a repoussé l’idée d’une fiscalisation des allocations familiales tout en estimant que "les plus hauts revenus ne peuvent pas avoir les mêmes allocations que les plus modestes".

Conscient que le chômage qui vient d’augmenter pour le 22e mois consécutif est la préoccupation majeure des Français, le président a promis un "choc de simplification" des démarches administratives pour les entreprises et appelé à utiliser la "boîte à outils" déjà en place contenant notamment les emplois d’avenir, les contrats de génération et le crédit d’impôt.

Bien que jugé irréaliste par nombre d’observateurs, son objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin 2013 demeure.

"Ce n’est pas un voeu, pas non plus un pronostic, c’est un engagement et une bataille", a-t-il dit.

Malgré une croissance atone, il a assuré qu’il n’y aurait aucune augmentation des prélèvements ni en 2013 ni en 2014, sauf la hausse de TVA déjà prévue pour l’an prochain, soit une augmentation du taux normal de 19,6 à 20%, de 7% à 10% pour le taux intermédiaire et de 5 à 5,5% pour le taux réduit.

Cet entretien télévisé était aussi l’occasion pour celui qu’on n’appelle plus le "président normal" d’asseoir son autorité.

"Je suis en ordre de bataille, je suis le chef de cette bataille", a dit le président, affirmant avoir le "sang-froid" et le "cuir solide" face aux critiques. "J’avance parce que j’ai ce cap : c’est la croissance. Elle doit revenir, c’est une condition essentielle de la cohésion sociale, du retour vers l’emploi et de la confiance du pays en lui-même."

 

"DEUX ANS POUR NOUS REDRESSER"

 

Au plus bas dans les sondages, où sa cote oscille autour de 30%, le locataire de l’Elysée s’est projeté dans l’avenir : "Deux ans pour nous redresser et trois ans pour nous dépasser".

François Miquet-Marty, de l’institut Viavoice, a vu dans le discours "excessivement technique" du président un "manque de lisibilité" mais aussi "une volonté d’apaisement".

"On comprend qu’il faudra faire des efforts mais on ne comprend pas bien ce que ces efforts auront comme effet sur la politique menée", a dit le politologue à Reuters.

Du côté des politiques, la droite s’est montrée sévère, à l’image de l’ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Le seul outil qu’on voit dans sa boîte, c’est les taxes, il n’y a qu’un outil pour lui c’est la fiscalité, toujours plus d’impôts, toujours plus de taxes", a-t-elle déclaré sur BFM-TV.

Pour le vice-président du Front national, Florian Philippot, "on en attendait pas grand-chose, on n’a pas été déçus, on a vu malheureusement une confirmation

qui s’accentue année après année : nous n’avons plus la main sur notre destin".

A gauche, Pierre Laurent a écrit sa déception dans un communiqué. Pour le secrétaire national du Parti communiste, "les mots de François Hollande sont restés totalement déconnectés des urgences sociales et des solutions nouvelles nécessaires".

Elizabeth Pineau, avec Service France, édité par Yves Clarisse

Retraites - Vieillit-on plus longtemps ? NON ! On nous ment ! en voici la preuve :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1591

 

Hollande a rendu hommage à Jules Ferry, POURQUOI ?

http://mai68.org/spip/spip.php?article4138

1 Message

  • François Hollande promet aux juges respect et indépendance

    http://fr.reuters.com/article/topNe…

    jeudi 28 mars 2013 22h53

    par Chine Labbé

     

  • PARIS (Reuters) - François Hollande a promis jeudi aux magistrats français qu’il serait le garant de leur indépendance et du respect qui leur est dû, après des menaces de mort et des attaques adressées au juge Jean-Michel Gentil, après la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

    Dans une intervention sur France 2, le chef de l’Etat est revenu sur les deux affaires politico-judiciaires qui ont fait polémique ces dernier jours : l’ouverture d’une information judiciaire contre son ministre du Budget, Jérôme Cahuzac et la mise en examen de l’ex-président Nicolas Sarkozy.

    Soupçonné de blanchiment de fraude fiscale, le premier a démissionné. Le second, accusé d’abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt par le juge bordelais Jean-Michel Gentil, a dénoncé une décision "injuste et infondée".

    François Hollande a redit sa confiance en Jérôme Cahuzac mais justifié sa démission au nom de l’exemplarité et de la nécessité d’éviter que son ex-ministre soit sous influence.

    Concernant Nicolas Sarkozy, "il est présumé innocent", a poursuivi le chef de l’Etat, qui a en revanche dénoncé les attaques adressées par des proches de l’ex-président, dont son ancien conseiller spécial Henri Guaino, contre le juge Gentil.

    "Les juges doivent être respectés pour leur indépendance. Et ça, j’en suis moi-même le garant comme chef de l’Etat", a-t-il déclaré. "Donc chaque fois que quiconque met en cause un magistrat, je suis moi-même (…) obligé d’agir."

    "C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à la Garde des sceaux de saisir le Conseil supérieur de la magistrature", a-t-il ajouté. "En aucune façon un juge, et ça vaut pour toutes les affaires, ne doit être mis en cause personnellement."

     

  • MENACES DE MORT

     

  • Il a rappelé que si un juge avait commis une faute, il y avait des voies de recours, voire des procédures disciplinaires mais relevant du seul Conseil supérieur de la magistrature.

    Les magistrats attendaient une parole forte du président pour mettre fin à des attaques qu’ils disent incessantes contre leur profession depuis la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

    Le juge Gentil a reçu mercredi un courrier contenant des menaces de mort et une cartouche à blanc.

    Pour les syndicats de magistrats, ces menaces sont la conséquence directe de mises en cause de la justice par des élus de droite, qui ont fait bloc autour de l’ancien chef de l’Etat.

    Ils visent en particulier Henri Guaino, qui a accusé le juge d’avoir "déshonoré la justice" et "sali la France".

    "C’est parce qu’on a de tels propos par des gens qui sont censés représenter les Français que des gens qui sont moins au fait de la justice se sentent autorisés à envoyer ces courriers", a dit à Reuters Virginie Duval, secrétaire générale de l’Union syndicale des magistrats (USM), majoritaire.

    "C’est (Henri Guaino) qui a ouvert le bal et laissé penser qu’on pouvait insulter, injurier, menacer la justice."

     

  • "CLIMAT DE SUSPICION"

     

  • Une analyse partagée par le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, ainsi que par des élus socialistes.

    Les menaces de mort adressées au juge Gentil "font écho au climat de suspicion à l’égard de l’institution judiciaire généré par les propos de certains dirigeants de l’UMP et en particulier par Monsieur Guaino", estime ainsi le député Yann Galut.

    Dans un communiqué, il demande au président de l’UMP Jean-François Copé de "rappeler sévèrement à l’ordre" les auteurs de "ces graves dérapages".

    L’USM a envoyé mardi un courrier au président de la République, lui demandant de profiter de son intervention télévisée pour "renforcer la confiance" des Français dans la justice de leur pays".

    La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a demandé au Conseil supérieur de la magistrature un avis sur l’impact sur le bon fonctionnement de l’institution judiciaire et "la sérénité de la Justice" des attaques contre le juge Gentil.

    Depuis la mise en examen de Nicolas Sarkozy, les syndicats de magistrats disent avoir reçu de nombreux courriers et courriels d’insultes et de menaces.

    Plus de 50.000 messages attaquant l’impartialité de la justice ont été postés ces derniers jours sur la page Facebook de l’USM, précise ainsi un responsable.

    Pour l’USM, cet épisode rappelle la mise en cause par Nicolas Sarkozy, alors chef de l’Etat, de magistrats lors du meurtre de la jeune Laëtitia Perrais en Loire-Atlantique, près de Pornic. Il s’était attiré les foudres de la profession, qui avait reçu de nombreux messages de défiance et d’injures.

    Avec Emmanuel Jarry et Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

COMMUNIQUE DE L'UNION DEPARTEMENTALE CGT DES BOUCHE-DU-RHONE SUR KEM ONE : "IL FAUT DES ACTES !"

Publié le par Tourtaux

Kem One. UD CGT 13 : "Il faut des actes !"
Communiqué de l'Union Départementale CGT des Bouches-du-Rhône :


"Alors que depuis l’annonce par ARKEMA de la cession à G. Klesh de son pôle vinyle, la CGT n’a eu de cesse d’alerter sur les dangers de cette opération, d’autres ont laissé faire, voire accompagné un processus dont ils
connaissaient la nocivité.

Une fois de plus nous avions raison. Klesh est un vautour et ne recherche que son profit. ARKEMA le savait, le groupe doit aujourd’hui assumer ses choix et contribuer à la construction d’une solution qui pérennisera l’activité de l’ensemble des sites et de tous les emplois.

Le gouvernement doit empêcher qu’une nouvelle fois d’obscurs financiers ne décident de la mort d’un fleuron de notre industrie. Chacun doit le savoir, l’activité vinylique prise dans son ensemble est rentable, créatrice de richesses et d’emplois.

Klesh doit partir, l’Etat doit tout mettre en œuvre pour conserver l’unité et les capacités de production du groupe Kem one.

Pour la CGT, il n’y a aucune fatalité, rien n’oblige le gouvernement à se résigner, tout doit être mis en œuvre pour empêcher un nouveau séisme social. La situation de l’emploi dans notre pays nécessite une politique industrielle de haut niveau avec au cœur la sauvegarde des emplois. C’est pourquoi la CGT revendique la nationalisation temporaire de Kem one.

L’état ne peut rester indifférent au sort de Kem one, l’industrie pétrochimique en PACA étant ainsi faite, c’est l’ensemble des usines de la région qui seront impactées, l’ensemble des activités de sous-traitance, de service, les commerces et bien sûr les Services Publics pourraient eux aussi subir les conséquences de ces choix. Ainsi ce sont plusieurs milliers d’emplois que l’on met en péril.

La mise en redressement judiciaire de Kem one prévoit une période d’observation de six mois, ils doivent être mis à profit pour dégager des solutions industrielles pérennes, la production doit être assurée, c’est la meilleure garantie de préserver l’outil et les emplois.

L’Union Départementale CGT des Bouches du Rhône mettra tout en œuvre pour créer le rapport de force nécessaire pour empêcher la casse de notre industrie pétrochimique et des emplois qu’elle génère."

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LA SAGA DES CONTIS

Publié le par Tourtaux

Mercredi 27 mars 2013

La Saga des Contis au Cinéma

 

Depuis la semaine dernière est sorti un film qui retrace la grande lutte des Contis en 2009 contre la fermeture de leur entreprise.

Nous en avions parlé à plusieurs reprises de cette lutte sur ce blog (tous les articles ont été regroupés sur une page spéciale, ICI).

 

Cela a été une lutte exemplaire, oui, nous le disons exemplaire, même si elle n'a pas été aussi radicale que nous l'aurions souhaité. Il est de bon ton aujourd'hui de critiquer les Contis (par exemple Mickaël Wamen des Goodyear), et Xavier Mathieu pour l'occasion, au nom de la lutte pour des primes en lieu et place de la lutte pour l'emploi.

La critique est juste ("Lutter pour l'emploi ou lutter pour des sous ?"), et c'est un  point essentiel pour le mouvement syndical et ouvrier. Mais à critiquer "en général", on oublie qu'il ne s'agissait pas d'une usine d'avant-garde, que la CFTC (oui, "C", les cathos) était majoritaire, que sous cette influence les ouvriers avaient accepté le plan compétitivité-emploi d'avant l'heure avec le retour aux 40h sans contreparties. C'est bien dans ce contexte que la colère a explosé quand malgré tout l'annonce de la fermeture a été faite, c'est à partir de là, de ce niveau de conscience qu'il faut comprendre la lutte. Sinon, c'est juste un peu facile de ré-écrire l'histoire.

 

Mais on ne pourra pas oublier le combat exemplaire pour faire connaître partout leur lutte, les liens tissés avec les camarades allemands, en précurseurs de la solidarité internationale des travailleurs à construire.

Aujourd'hui, paraît ce film, l'occasion de revenir sur ce combat et les leçons qu'il a porté pour le  mouvement ouvrier, reprises ou pas par les PSA, les Goodyear, Mittal ou Fralib.

Soyons honnêtes : nous ne l'avons pas vu. Mais il va passer dans de nombreuses villes de toutes les régions et nous invitons tous les camarades à y assister et à participer aux nombreux débats prévus, en particulier avec Xavier Mathieu !

 

Le site du film : La saga des Contis

Avec les lieux et horaires de  passage :  ICI

 

LASAGA_PARIS-1.jpg

 

http://ouvalacgt.over-blog.com/article-la-saga-des-contis-au-cinema-116566103.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0