Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MEFIANCE DES ARDENNAIS D'ELECTROLUX ET LIQUIDATION JUDICIAIRE DE SODIMEDICAL CONFIRMEE PAR LA COUR D'APPEL DE REIMS QUI BOTTE EN TOUCHE POUR LES 52 EX-SALARIES EN PLEIN DESARROI

Publié le par Tourtaux

 

Electrolux : «On a retourné la situation mais on reste méfiants»

Ardam-20130312.jpgL'intersyndicale a réuni le personnel d'Ardam qui avait décidé, hier matin, de ne pas travailler de la journée.

«Soyons clairs, notre seule priorité, c'est la sauvegarde d'emplois garantis pour les plus jeunes. C'est principalement pour ça qu'on se bat. On ne cautionnera jamais la fermeture de l'usine. Et, sur ce point, on n'a pas à rougir de notre boulot. On peut se regarder dans la glace, car Electrolux, grâce aussi à votre soutien massif - et ça pèse dans la balance !-, a tout de même fait un sacré pas en arrière. Car il faut se souvenir qu'on revient de loin, de très loin…».

Pour calmer la colère de certains et rassurer tous ceux qui semblent manquer de confiance envers Electrolux, voire même de l'intersyndicale, celle-ci s'est engagée à procéder à un référendum sur les mesures qui seront officielles dans deux mois.

L'intersyndicale qui considère que Montebourg est le garant des futurs événements, a, par ailleurs, confirmé que le droit d'alerte sera posé lors du CCE de Senlis.

Reste qu'une partie du personnel a exprimé son scepticisme et mis en garde.

 

http://www.lechatnoir51.fr/article-electrolux-on-a-retourne-la-situation-mais-on-reste-mefiants-116147285.html

Sodimédical-copie-1Depuis le 27 avril 2010, date de l'annonce de la fermeture de Sodimédical par le groupe allemand, les 52 ex-salariés se battent pour conserver leur travail, délocalisé en Chine et en République tchèque.

A chaque fois ou presque, la justice leur a donné raison, annulant, entre autres décisions, plusieurs plans sociaux au motif d'une absence caractérisée de causes économiques.

Le 16 janvier dernier, la cour d'appel de Reims avait même condamné les deux ex-dirigeants de l'entreprise Sodimédical, dont le PDG de la maison-mère.

La cour d’appel de Reims, saisie pour la 2e fois a rendu ce mardi une décision qui confirme la liquidation de Sodimédical 5 mois après la liquidation de l’entreprise en référé le 28 septembre dernier.

Les ex-salariés de l'entreprise Sodimédical de Plancy-l'Abbaye, ex-filiale du groupe allemand Lohman et Rauscher, avaient plaidé lundi 11 février à la cour d'appel de Reims l'annulation de la liquidation judiciaire prononcée par le tribunal de commerce de Troyes en septembre dernier.

Jeudi dernier, la cour d'appel de Paris, saisie par la Cour de cassation, avait déjà invalidé le premier jugement du tribunal de commerce, celui de février 2011, qui avait refusé de liquider Sodimédical. La justice vient donc d'effectuer un formidable tête-à-queue, jugeant coup sur coup exactement l'inverse de ce qu'elle avait jusqu'ici toujours jugé. À l'époque, c'était clair pour tout le monde, Sodimédical n'était qu'une société fictive. Le site de Plancy-l'Abbaye était un simple atelier du groupe Lohmann & Rauscher. S'il voulait le fermer, il devait en payer le prix, à savoir accorder aux salariés un plan social à la hauteur de ses moyens. Il était donc impensable qu'en demandant la liquidation judiciaire, le groupe fasse payer le coût de la fermeture de l'usine à la collectivité.

«S'il est admis que la société Sodimédical fait partie d'un groupe […], elle conserve néanmoins son autonomie juridique», estime la cour d'appel de Reims qui évacue aussi l'idée de la fraude : «Il n'est pas démontré que l'état de cessation des paiements est le seul résultat d'actions frauduleuses de la société Sodimédical et des sociétés du groupe dont elle fait partie». Le tout en étant quand même obligée de reconnaître que les réponses aux appels d'offres étaient bel et bien faites par… Lohmann & Rauscher France.

La justice n'a toutefois pas dit son dernier mot. Les salariés vont tenter maintenant devant le conseil des prud'hommes de démontrer que le groupe était bien leur coemployeur et obtenir ainsi des indemnités pour leurs licenciements. L'audience est fixée au 25 mars.

 

http://www.lechatnoir51.fr/article-sodimedical-liquidation-judiciaire-confirmee-par-la-cour-d-appel-de-reims-116146731.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

SYNDICAT CGT VINATIER : LA CGT APPELLE A LA GREVE LE 18 MARS. NOUS VOULONS ETRE ENTENDUS, RECONNUS DANS NOTRE TRAVAIL

Publié le par Tourtaux

http://cgt-vinatier.over-blog.com/article-greve-le-18-mars-nous-voulons-etre-entendus-reconnus-dans-notre-travail-116146575.html
Mercredi 13 mars 2013  

dessin

 

Le 18 mars nous appelons tout l’hôpital à faire grève et à interpeller les représentants du ministère qui seront sur le Vinatier. Représentants du gouvernement pour le pacte de confiance et du dialogue social dans la santé et le médico-social. Alors parlons-leur du dialogue social dans notre établissement avec un directeur totalement sourd.

 

Nous ne pouvons rester isolés et silencieux face à ce qui se passe dans notre établissement.

 

La direction méprise la parole des professionnels qui travaillent dans cet hôpital. La collègue de l’UMA mutée de force l’a été car elle osait dénoncer les disfonctionnements de son service.

 

Mais combien d’autres collègues, de médecins ont déjà été victimes de réprimandes, de mutations car ils disaient tout haut ce qu’ils pensaient, ce qu’ils trouvaient incohérent, injustifié.

 

Les pressions, les intimidations faites sur les agents ne peuvent être tolérées. A l’UMA, à la MAS, au DAPELA, dans les unités de l’intra et de l’extra, au DRSP, dans les services techniques et administratifs, nous sommes tous touchés par le manque flagrant de moyens. La Direction veut que nous en faisions toujours plus avec toujours moins et met sur la touche ceux qui osent le dire.

 

Ce n’est plus possible.

 

Les personnels médical et non médical galèrent de partout et se battent quotidiennement pour donner aux patients les meilleurs soins possibles et le meilleur accueil possible malgré les insuffisances nettes de l’institution et des pouvoirs publics qu’ils subissent. Mais la casse de nos outils de travail ne peut continuer ainsi.


A l’UMA les personnels sont toujours mobilisés et continuent à se défendre. Les des conditions de travail y sont catastrophiques. Un danger grave et imminent a été déposé par la délégation CGT du CHSCT hier à la direction :

« L’UMA présente une situation de Danger Grave et Imminent due au risque important de passage à l’acte violent d’un patient.


En effet : -Près de la moitié du personnel en place est constitué de remplaçants. Car 10 agents sont absents sur un effectif de 19.


-Les remplaçants et intérimaires présents tous les jours ne connaissent pas le service.


-L’activité est très importante actuellement, il y a une saturation des lits. Des patients sont hospitalisés dans les couloirs et les salons.


L’absence totale de communication due à la crise actuelle fragilise le bon fonctionnement du service et de l’équipe.

 

Cette situation entraîne une tension palpable dans l’unité qui risque de retentir sur la prise en charge globale des patients. De plus cette tension est incompatible avec l’apaisement que l’équipe doit procurer aux patients en crise.

 

Il est urgent pour diminuer le risque de passage à l’acte d’écouter l’équipe.

 

Aujourd’hui le conflit est nié, c’est dangereux !

Sont concernés par ce DGI tous les intervenants dans l’unité, les intérimaires y compris. Certains ont d’ailleurs dit ne plus vouloir venir travailler à l’UMA car s’y sentant en danger. »

 

Oui nous défendons une psychiatrie de secteur, une psychiatrie de proximité et de qualité.

 

Ensemble préparons l’action du 18 mars.


Jeudi 14 mars

deux Assemblées générales: une à 10h00 et une à 14h30 au local CGT

Le 18 mars

12h00 Casse-croûte devant le local CGT

13h00 rassemblement et prise de parole devant le local

14h00 action pour aller au centre social interpeller le directeur, le ministère

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

BEZONS (95) : LE RESISTANT PALESTINIEN MAJDI IHRIMA AL-RIMAWI CITOYEN D'HONNEUR DE LA VILLE - LE MAIRE REPOND A LA HAINE DU CONGRES JUIF EUROPEEN

Publié le par Tourtaux

 

France - 13 mars 2013

Le résistant palestinien Majdi IHRIMA AL-RIMAWI citoyen d'honneur de Bezons - le Maire répond à l’attaque et à la haine du Congrès juif européen

Par Agence Media Palestine

 

12 mars 2013 - Ci-dessous, un communiqué de la mairie de Bezons, répondant aux attaques et à la haine du congrès juif européen (*). « Cette haine affichée contre la décision de notre Conseil municipal nous renforce dans notre détermination à défendre la noble et juste cause palestinienne. » Bravo à cette municipalité !

Le résistant palestinien Majdi IHRIMA AL-RIMAWI citoyen d'honneur de Bezons - le Maire répond à l’attaque et à la haine du Congrès juif européen

Dominique Lesparre (au centre), le maire de Bezons, aux côtés de l'épouse de Majdi Ihrima Al-Rimawi, lors de la cérémonie mettant à l'honneur le prisonnier palestinien, le 13 février dernier.
COMMUNIQUE DE PRESSE DE DOMINIQUE LESPARRE

La ville de Bezons, forte d’une tradition de paix, de solidarité et de coopération avec le peuple palestinien, participe au mouvement mondial pour la reconnaissance de l’Etat palestinien.
C’est dans ce cadre qu’elle développe depuis plusieurs années des échanges et tisse des liens d’amitié avec la ville de WEST BANI ZEID, ses habitants, leurs élus.

La décision unanime du Conseil municipal de Bezons, réuni le 13 février dernier, de déclarer Majdi IHRIMA AL-RIMAWI, résistant à l’occupation de son pays, citoyen d’honneur de la ville s’inscrit dans cette démarche.

Qu’aujourd’hui, cet acte de solidarité suscite des réactions hostiles parmi certains partisans de l’occupation des territoires palestiniens n’est pas pour nous étonner.

Dans ma déclaration lors de ce Conseil municipal, j’ai rappelé l’importance des nombreuses décisions de l’ONU, à ce jour jamais appliquées, condamnant l’occupation de la Palestine et mettant en demeure l’Etat israélien d’y mettre un terme.

J’ai rappelé également que nous devions tout entreprendre afin de prendre le chemin d’un retour à la paix au Proche Orient, qui passe par la création de deux Etats. Notre commune, dans cet acte inédit, a souhaité prendre toute sa part à l’élan de solidarité qui, sur la planète, mobilise des millions de citoyens.

Malheureusement, toute critique de la politique des dirigeants israéliens et / ou toute allusion aux souffrances infligées au peuple palestinien sont systématiquement dénoncées comme des actes antisémites par des extrémistes israéliens. Ces derniers allant même jusqu’à entacher la mémoire et l’engagement du regretté Stéphane Hessel.

Je n’oublie pas qu’à ce jour plus de 4. 500 Palestiniens parmi lesquels des femmes, des enfants, des personnes âgées croupissent, la plupart sans jugement, dans les geôles israéliennes, parce que, comme Majdi IHRIMA AL-RIMAWI, ils résistent à l’occupation et à la colonisation de leur pays.

Cette haine affichée contre la décision de notre Conseil municipal nous renforce dans notre détermination à défendre la noble et juste cause palestinienne.

Bezons, le 11 mars 2013


(*) "France: Bezons crée la polémique en faisait «citoyen d’honneur» un prisonnier palestinien", RFI.fr, 12.03.2013

Source : Agence Media Palestine

 

http://www.ism-france.org/communiques/Le-resistant-palestinien-Majdi-IHRIMA-AL-RIMAWI-citoyen-d-honneur-de-Bezons-le-Maire-repond-a-l-attaque-et-a-la-haine-du-Congres-juif-europeen-article-17957

Publié dans Palestine

Partager cet article
Repost0

ALI LMRABET : OBSCURE ARABIE

Publié le par Tourtaux

Obscure Arabie

Ali LmrabetL’Arabie saoudite a exécuté ce matin sept jeunes hommes dont l’âge moyen tourne autour de la vingtaine. Ils ont été fusillés sur une place publique d’Abha, dans la province d’Asir. L’un d’eux, devait être crucifié. Leur crime ? Avoir dévalisé des joailleries quand ils étaient mineurs, en 2005. Ont-ils tué le bijoutier lors de leurs cambriolages ? Non ! Ont-ils violé la fille ou la femme du ciseleur d’émeraudes ? Non et non… C’étaient des petits voyous de quartier vivant dans l’une des rares provinces pauvres de cet obscur royaume qui allaient chercher de l’argent facile en cambriolant autrui. Ils méritaient d’être châtiés pour avoir volé les biens d’autrui, mais pas d’être exécutés.

 

D’autant plus que dans ce pays, et d’autres de la région, on peut violer et assassiner ses enfants et être « puni » de seulement quelques mois de prison. Rappelez-vous il y a quelques semaines l’histoire de cet imam pédophile et assassin qui après avoir violenté, tué et brûlé sa propre fille, est sorti libre de la prison après avoir payé une grosse amende. De l’argent. Parce que sûrement la solidarité entre religieux dans ce royaume moyenâgeux gouverné par une famille de suceurs de pétrole qui s’appuient sur une théocratie religieuse qui a fait de l’Islam un outil de répression, a été plus forte que la justice.

 

J’imagine ce qu’aurait dit un certain ministre de l’intérieur français si ces exécutions avaient eu lieu en Iran. Je devine la colère et l’effroi du monde « civilisé », scandalisé, si ces mises à mort injustes s’étaient déroulées dans un parking iranien.

 

Après avoir vu comment le président iranien Mahmoud Ahmadinejad était maltraité publiquement par le président du Majlis, une scène inimaginable dans la plupart des pays arabes dépendants du bon vouloir de l’Amérique, je commence à croire, à mon grand regret, que le monde arabo-musulman est divisé en deux. Ceux à qui on permet tout, ou presque, parce qu’ils sont les alliés et les chiots de l’Amérique, et les autres. Ceux qui refusent le diktat et la vision du monde de l’Oncle Sam.

 

Ce qui ne veut pas dire que ces derniers soient meilleurs que les premiers.

 

Alors que nos frères et sœurs, musulmans et pas musulmans, sont traités comme des esclaves dans la plupart des pétromonarchies du Golfe persique, nous sommes toujours à l’affût de la moindre incartade des mollahs de Téhéran.

Je ne connais aucun étranger à qui on retient son passeport quand il arrive en Iran. Je connais des dizaines de cas d’artisans et de petits entrepreneurs marocains privés de leur document de voyage à leur arrivée dans un pays « frère » du Golfe pour les garder enchaînés le temps de leur séjour sur place. Quand ils ne sont pas simplement privés de leur argent, fruit de leur labeur acharné loin de leur patrie.

 

Après avoir rassuré, la semaine dernières, les parents des sept suppliciés de ce matin, le prince Mitab, fils du pas bon du tout roi Abdallah, a déclaré à ceux qui demandaient la commutation de la peine (et non la clémence !), que « la justice d’Allah devait s’appliquer ».

 

C’est fait. Mais pourquoi impliquer dieu dans la barbarie humaine ?

 

Ali Lmrabet

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=25920

Publié dans L'Asie en lutte

Partager cet article
Repost0

COMAGUER SUR RADIO GALERE : " PAS DE DROIT INTERNATIONAL SANS RESPECT DES PEUPLES " - RENCONTRE AVEC ROBERT CHARVIN CE MERCREDI 14 MARS DE 20H A 21H30

Publié le par Tourtaux



COMAGUER SUR RADIO GALERE

http://www.radiogalere.org  







« Pas de droit international sans respect des peuples »



Rencontre avec Robert Charvin



Professeur émérite de droit international, doyen honoraire de la faculté de droit et de sciences économiques de Nice





Mercredi 14 Mars

de 20h à 21 h 30 sur

http://www.radiogalere.org

Publié dans colonialisme

Partager cet article
Repost0