Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SELON LA RUSSIE, GENEVE-2 A UNE CHANCE DE SUCCES

Publié le par Tourtaux

 

Lavrov : Genève-2 a une chance de succès

 

L’équipe du site

 Il y a des chances de succès pou les pourparlers sur la Syrie la Genève-2, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov  à la chaîne de télévision russe TVC.

Selon Lavrov, « l'initiative russo-américaine est une proposition solide qui a reçu l'approbation de la grande majorité des pays ».

 Cependant, il y a une petite mais influente minorité qui soutient l'initiative « en serrant les dents », sans contribuer à sa mise en œuvre.

 Lavrov estime qu’il a une nécessité de travailler avec cette minorité et « ceux qui sont contre », parce que tout règlement qui ne s'appuyer pas sur le consensus de toutes les parties syriennes, y compris les représentants de Damas, ne peut pas être stable et durable.

Toutes les branches de l'islam doivent participer à la conférence de paix internationale "Genève-2" sur la Syrie, a-t-il ajouté .

"Il faut que toutes les branches de l'islam soient présentes ", parce que la crise syrienne a une dimension islamique, a indiqué le ministre.

La scission au sein de l'islam présente une grande menace pour la sécurité d'une région beaucoup plus vaste que le Proche-Orient, d'après M.Lavrov. Il importe donc que les représentants du monde musulman et d'organisations islamiques prennent part à la conférence Genève-2, selon lui.

Il faut inviter "l'Iran et l'Arabie saoudite, deux pays qu'on associe actuellement avec les sponsors principaux des parties en conflit en Syrie. Qui plus est, l'Iran est considéré comme le leader du chiisme et l'Arabie saoudite comme un leader incontestable des sunnites", a ajouté M.Lavrov.

"Il importe d'inviter une délégation d'Indonésie, le pays musulman le plus peuplé. L'Indonésie, qui se sent responsable de la situation dans le monde islamique, souhaite assister à la conférence de paix sur la Syrie. Il faut en outre inviter les dirigeants de l'Organisation de la coopération islamique qui réunit tous les musulmans", a noté le ministre russe.
Il a précisé que " la Russie est prête à redoubler d'efforts pour persuader l'opposition syrienne à participer à la conférence de paix Genève-2.

"Nous sommes prêts à aider nos collègues occidentaux qui souhaitent que l'opposition syrienne participe à la deuxième conférence de paix de Genève, en profitant de nos relations avec les opposants au régime en place. Nous n'avons jamais interrompu nos contacts avec l'opposition syrienne", a indiqué M.Lavrov.

Il a rappelé que Moscou avait appelé à lancer un dialogue entre les groupes d'opposition syrien dès le début du conflit armé en Syrie.

Selon le journal syrien El Watan, la conférence de paix sur la Syrie baptisée "Genève-2", devrait débuter le 12 décembre. Convoquée à l'initiative de la Russie et des Etats-Unis, elle est censée reprendre les lignes de l'accord international signé à Genève le 30 juin 2012. Ce forum doit réunir à une même table des responsables du régime syrien et de l'opposition pour tenter de trouver une solution politique négociée entre Damas et la rébellion.

Le 11 novembre, la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution syrienne s'est déclarée prête à participer à la conférence de Genève-2 en avançant toutefois plusieurs conditions à sa participation.

Concernant le dossier iranien, Lavrov a affirmé que « l'Iran est prêt à signer un accord avec les « six » .

Les « six » médiateurs internationaux sur le programme nucléaire iranien (Russie, Chine, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France et Allemagne) et l'Iran sont parvenu à un accord. Les parties travaillent sur un document commun, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov .

 « Les points communs ont été déterminés, et il n’y a aucun désaccord fondamental sur les questions à traiter », a ajouté Lavrov. Les « six » devraient retirer des soupçons de l’Iran sur une violation du régime de non-prolifération, a indiqué le diplomate russe.


Par ailleurs, pour ce qui est de la destruction de l'arsenal chimique syrien, "l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé vendredi soir à La Haye avoir adopté un plan détaillé de destruction de l'arsenal chimique syrien.

"Le plan prévoit de transporter toutes les substances chimiques et précurseurs déclarés par les autorités syriennes hors de Syrie d'ici le 5 février 2015. Les matières chimiques les plus dangereuses seront transportées hors du territoire syrien d'ici le 31 décembre 2013", est-il indiqué dans un communiqué de presse de l'OIAC publié à l'issue d'une réunion spéciale.

Les sites chimiques syriens seront détruits du 15 décembre 2013 au 15 mars 2014. Les armes chimiques dont la destruction est jugée prioritaire seront démantelées d'ici le 31 mars prochain et les autres substances chimiques d'ici le 30 juin 2014, selon le communiqué.

L'OIAC ne précise pas quel pays détruira les armes chimiques. Selon le document, le directeur général de l'OIAC Ahmet Üzümcü présentera un plan spécial portant sur les modalités de démantèlement de l'arsenal chimique en dehors de la Syrie, les échéances et les exigences de sécurité, sans fournir d'autres détails.

Selon l'OIAC, plus de 60% de munitions non chargées ont déjà été détruites en Syrie. Toutes les munitions non chargées doivent être démantelées d'ici le 31 janvier 2014.

Damas a déclaré 1.300 tonnes de substances chimiques et précurseurs utilisés pour la production d'armes, ainsi que plus de 1.200 munitions non chargées. Elles ont en outre déclaré 41 installations sur 23 sites pouvant être utilisées pour fabriquer des armes chimiques. L'OIAC a officiellement annoncé le 31 octobre la fin de la première étape de désarmement chimique syrien qui prévoyait la destruction des équipements de fabrication d'armes chimiques déclarés par Damas.

 

Source: Divers

16-11-2013 - 15:48 Dernière mise à jour 16-11-2013 - 15:55

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=140853&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Publié dans Russie

Partager cet article
Repost0

LES ANONYMOUS ESPIONNENT LE GOUVERNEMENT US OU ILS ONT LEURS ENTREES A SON INSU !!

Publié le par Tourtaux

Les hackers Anonymous espionnent le gouvernement américain

 

L’équipe du site


L’organisation de hackers Anonymous a l’accès à des ordinateurs et à des informations classifiées du gouvernement américain au cours d'un an, citent les médias un rapport du FBI américain.

L’Anonymous a commencé à recevoir des données de l'ordinateur du gouvernement américain en décembre 2012. Selon certaines données, ils ont utilisé un défaut du logiciel Adobe Systems.

En particulier, les hackers ont réussi à voler les informations personnelles de 104 000 employés du ministère de l'Énergie et des membres de leurs familles, ainsi que des informations sur 4000 comptes bancaires.

Le FBI a noté que les hackers ont toujours l’accès à des informations classifiées.


Rappelons qu'en Avril 2013, le Hamas avait annoncé que les Anonymous ont piraté le site du Mossad et ont publié les noms de 123 espions israéliens.

Le porte-parole du mouvement a communiqué que les espions démasqués travaillaient notamment dans des bourses des valeurs d'Egypte et d'Arabie saoudite, ainsi que sur des plate-formes pétrolières dans le Golfe et en Libye.

Le Hamas a également rapporté qu'"Israël" publiait lui-même de temps en temps des listes de ses espions qui étaient, en réalité, des hommes innocents. "Israël" mène de telles actions en vue de semer la discorde entre les Arabes.

 

 

Source: Agences

16-11-2013 - 13:55 Dernière mise à jour 16-11-2013 - 13:55

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=140842&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1

Publié dans USA

Partager cet article
Repost0

NETANYAHU ORDONNE A HOLLANDE DE NE PAS FLECHIR FACE A L'IRAN

Publié le par Tourtaux

Netanyahu appelle la France à ne pas "fléchir" face à l’Iran

 

L’équipe du site

Netanyahu appelle la France à ne pas "fléchir" face à l'IranLe Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé vendredi la France à ne pas "fléchir" face à l'Iran dont le programme nucléaire sera au centre de négociations à Genève à partir du 20 novembre.

"Nous espérons que la France ne fléchira pas", a déclaré Netanyahu dans une interview au quotidien Le Figaro à paraître samedi.

"Les Etats-Unis demeurent pour nous un allié important, et même le plus important. Mais notre relation avec la France est également très spéciale", a ajouté le Premier ministre israélien interrogé à la veille de la visite dimanche en « Israël » du président François Hollande.

"Sur le dossier iranien, nos deux pays défendent des positions communes depuis de nombreuses années, quelle que soit la majorité au pouvoir, et nous poursuivons ce partenariat essentiel avec le président Hollande. Nous saluons sa position cohérente et déterminée sur le dossier iranien", a-t-il dit.

"Ma conviction est qu'on ne doit pas baisser la garde" face  l'Iran, un régime que Netanyahu qualifie d'"agressif, violent, messianique et apocalyptique".

"Ce pays est en train de se doter de missiles balistiques intercontinentaux, dont le projet d'accord rédigé à Genève ne dit pas un mot", a-t-il déploré. "Pour quoi faire ? Pas pour frapper Israël, ce qu'ils sont déjà en mesure de faire, mais bien pour atteindre Paris ou Londres, Washington ou New York (...) Face à l'Iran, il n'est pas permis d'être faible ou naïf", a-t-il prétendu.

Source: Agences

16-11-2013 - 10:40 Dernière mise à jour 16-11-2013 - 10:40

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=140776&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=22&s1=1

Publié dans Israël

Partager cet article
Repost0

LES RICAINS PRIS A LEUR PROPRE PIEGE : LE GPS !!

Publié le par Tourtaux

Les Américains sont tombés dans le piège GPS

Les Américains sont tombés dans le piège GPSLes experts constatent que les États-Unis sont tombés dans le piège qu’ils avaient tendu à leurs ennemis éventuels. Le GPS (Global Positionning System) est un système de positionnement par satellite, élaboré et réalisé au départ par le Pentagone pour les forces armées américaines. Le système fonctionne grâce aux satellites Navstar. Aujourd’hui, le système GPS est capable de déterminer les coordonnées de position de tout objet partout dans le monde.

Il y a environ un mois, des pirates informatiques, pour faire une blague ou en guise d’avertissement, ont entré dans le système de navigation de la navigation civile les coordonnées de deux navires qui n’existaient pas dans la réalité. Auparavant, cet été, des étudiants de l’université du Texas ont détourné un yacht océanique en simulant le signal satellite GPS sur leur ordinateur portable et en l’envoyant au système à bord, qui bloquaient alors les véritables données. Ni le capitaine ni les équipements à bord ne se sont aperçus de la fraude.

Selon toute vraisemblance, il y a des exemples plus graves de telles « turbulences » parce que des représentants du département de la Défense américain ont évoqué l’étude de l’introduction de modifications au système GPS ou, en tout cas, de sa composante militaire.

Les signaux GPS des systèmes de navigation peuvent être interceptés et modifiés, et les récepteurs eux-mêmes peuvent être mis hors service sans plus de difficultés qu’un autre équipement électronique. Ces éléments sont soulignés par Andreï Massalovitch, président du consortium Inforus et lieutenant-colonel à la retraite du Service des communications spéciales et d’information.

« Ce problème existe bel et bien. Les Américains en sont bien conscients. Cela fait plusieurs années qu’ils s’y préparent, afin d’avoir la possibilité de mettre des systèmes de navigation hors service dans d’autres pays. Ils comprennent maintenant qu’ils sont aussi sans défense. C’est pour cela qu’un nouveau système va être élaboré, et un nouveau groupe de satellites également. Pour qu’un tel système fonctionne, il faut une cinquantaine de satellites environ. »

Selon l’expert, les États-Unis étudient activement les moyens de renforcer la sécurité du système actuel. C’est que des données des systèmes de navigations dépendent non seulement toutes les jeeps, mais aussi tous les dispositifs militaires, y compris les grandes unités de la marine américaine.

Parallèlement, pour Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef de la revue Arsenal Otetchestva (Arsenal de la Patrie), il est évident que les Américains ne peuvent pas se priver du système GPS. Il faut comprendre que l’ensemble GPS-Navstar possède deux segments : le civil et le militaire. Il est donc impossible de parler d’une fin prématurée du système GPS.

« Le système ne va pas être arrêté parce que le segment civil du système Navstar repose actuellement sur un marché important. Il suffit de mentionner les nombreux systèmes de cartographie, tels que Google Map. C’est un marché de centaines de milliards de dollars. Et, naturellement, pour de telles sommes, il est impossible d’arrêter quoi que ce soit. Cela veut dire que le segment civil peut supporter à lui seul le système Navstar et cela lui est extrêmement profitable. »

Or, pour Andreï Massalovitch, chaque pays devrait avoir un système de navigation et de positionnement autonome. « Tout système dépendant d’un pays étranger est un “cheval de Troie” en cas de guerre ou de toute complication. » C’est pour cette raison justement que, malgré le monopole mondial du GPS, différents États et unions de pays créent leurs propres systèmes de satellites de navigation. Le système russe GLONASS est maintenant totalement déployé : 24 satellites couvrent toutes les régions de la planète et d’autres appareils sont en réserve.

Initialement, le système européen Galileo se reposait surtout sur les besoins du marché civil. En ce qui concerne le segment militaire, il correspond aux standards du Navstar américain.

Beaucoup parlent également du système chinois Beidou. Mais, selon les spécialistes, ce système ne se trouve en fait qu’au stade expérimental. On ignore encore quand il sera mis totalement en service.

Pour les experts, aucun de ceux-là n’est comparable au système GPS-Navstar américain en ce qui concerne une utilisation commerciale. La situation est telle que, si des pays, que ce soit la Russie, la Chine ou l’Union européenne, ne soutiennent pas leur propre système de satellites, ils n’auront aucune perspective d’utilisation commerciale sur le marché mondial. En revanche, ils ont la possibilité d’apprendre de l’expérience américaine afin de ne pas tomber dans leurs propres pièges.

Source: Voix de la Russie

Source: Sites web

16-11-2013 - 10:23 Dernière mise à jour 16-11-2013 - 10:23

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=140765&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1

Publié dans USA

Partager cet article
Repost0

QUATRE ENFANTS PALESTINIENS AGES DE 5 A 9 ANS ARRETES ET MENOTTES PAR L'ARMEE NAZIE ISRAËLIENNE, LES AMIS INTIMES DE LA CLIQUE A HOLLANDE

Publié le par Tourtaux

Des enfants palestiniens interpellés et menottés par l’occupation israélienne

 

L’équipe du site

Des enfants palestiniens interpellés et menottés par l’occupation israélienne (Archives)Quatre enfants palestiniens âgés de 5 à 9 ans ont été interpellés et ont eu les mains attachées pendant plus d'une heure par des militaires de l’occupation israélienne vendredi en Cisjordanie, ont affirmé à l'AFP un militant et des témoins palestiniens.

Selon le coordinateur du mouvement de résistance populaire à Kfar Qaddoum, Mourad Achtaoui, "des heurts ont éclaté après la manifestation hebdomadaire entre des soldats israéliens, des jeunes du village et des volontaires et militants étrangers", et huit personnes ont été atteintes par des gaz lacrymogènes.

"Quatre enfants qui étaient présents dans la zone des affrontements ont essuyé des jets de grenades assourdissantes des soldats israéliens, ce qui les a effrayés", a-t-il ajouté.

"Puis les soldats les ont arrêtés et leur ont attaché les mains derrière le dos au moyen de rubans en plastique", a-t-il poursuivi, identifiant les enfants comme Tariq Hikmet, 9 ans, Hossam Khaldoun, 7 ans, Malak Hikmet, 6 ans, et Ahmad Abdessalam, 5 ans.

Pour sa part, une porte-parole militaire de l’occupation israélienne a expliqué que les soldats israéliens avaient interpellé des mineurs lors d'une émeute dans le village de Kfar Qaddoum, près de Naplouse (nord de la Cisjordanie). Elle a prétendu qu'elle ignorait leur âge, et s'ils avaient ou non été menottés, ajoutant que les soldats ne les avait gardés que peu de temps.

Source: Agences

16-11-2013 - 11:12 Dernière mise à jour 16-11-2013 - 11:12

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=140787

Publié dans Palestine

Partager cet article
Repost0