Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AHMAD AL CHARGHAWI : POUTINE PEUT-IL CHANGER LA CARTE DU MOYEN ORIENT?

Publié le par Tourtaux

mercredi, 08 janvier 2014 15:09

Poutine peut -il changer la carte du Moyen Orient?
Poutine peut -il changer la carte du Moyen Orient?

IRIB-l'auteur arabe, Ahmad al Charghawi se penche sur le rapport très important de la sécurité fédérale russe
sur les attentats terroristes de Volgograd et sur la réaction du président Poutine qui a menacé de punir les auteurs de tel sorte que la carte du Moyen Orient en soit modifié. selon Panorama  de al Chargh al Ossat qui fait publier l'article, le rapport russe a bel et bien prouvé l'auteur d'au moins l'un des attentats venait d'entrer de la Syrie et que la milice à laquelle il appartenait est soutenue par l'Arabie saoudite. le rapport affirme aussi que les auteurs de ces attaques sont de même obédiance que ceux qui commettent des attentats terroristes en Irak et en Syrie. le rapport met donc en cause de façon implicite Riyad comme auteur des attentats de Volgograd. En réponse à ces découvertes, Poutine a promis ne pas donner trop de temps aux criminels et que sa réponse sera en sorte qu'elle changera la carte du Moyen Orient".

et l'auteur de souligner : "le discours de Poutine est hautement dangereux et ne laisse aucune place à un quelconque commentaire. l'ours blessé a décidé d'infliger un coup cinglant aux terroristes pas seulement pour se venger mais pour déraciner le terrorisme et modifier la carte du Moyen Orient. en termes clairs, les pays qui soutiennent le terrorisme à savoir l'Arabie, le Qatar , la Jordanie devront s'attendre à rencontrer bientôt l'Ange de la mort. les Etats Unis et la France et co. s'en moqueront car ils n'aiment nullement être taxé de complicité avec les terroristes. la question est dès lors celle-ci : qui pourra dissuader le tsar Vladimir de sa décision?
Pour lutter contre le terrorisme, Moscou n'attendra pas les résultats de Genève II . il agira suivant la résolution 1373 du conseil de sécurité émise après les attentats du 11 septembre. cette résolution dit : " tout pays soutenant via ses avoirs, ses armes le terrorisme , qui abrite les terroristes ou qui les laisse transiter via ses frontières , ce pays a transgressé la loi internationale"  c'est suivant cette résolution que les Etats Unis ont attaqué l'Irak et l'Afghanistan et qu'ils envoient aujourd'hui leurs drones assassiner des civils au Pakistan et au Yémén... Peuvent-ils alors interdir à la Russie ce qu'ils font eux depuis si longtemps?
L'Iran , la Russie, la Syrie et le hezbollah n'ont pas besoin de l'autorisation de Genève II pour combattre le terrorisme . ce sont les pays qui ont commencé depuis longtemps leur combat contre la terreur . mais ce qui est nouveau, c'est l'alliance entre la Russie et l'axe de la résistance contre le terrorisme. ce combat Russie/Résistance vise l'Arabie saoudite, le Qatar et la Jordanie mais met de côté la Turquie qui est membre de l'Otan mais Ankara ne sera pas non plus à l'abri des impacts qui aura sans nul doute sa participation à la propagation du terrorisme . désormais le monde assiste à l'émergence d'une nouvelle coalition, celle de l'Iran , de la Russie, de l'Irak , de la Syrie et du Hezbollah face aux takfiris . cette lutte n'a pas besoin de Genève II pour être déclarée ou menée , ni de Genève II ni de Genève XVII!
les combats anti terroristes près des frontières syro irakiens , les succès de l'armée syrienne à Deir Ezzour, la guerre des armées de l'Irak et de la Syrie se déroulent tous sur fond des coordinations étroites entre la Syrie et l'Irak. les deux Etats échangent des informations , des méthodes , des tactiques ce qui marque une réalité : Riyad a échoué à renverser l'Etat syrien et l'Etat irakien. la monarchie jordanienne, allié proche de Riyad n'échappera pas non plus à cette guerre, elle qui abrite et nourrit les takfiris. Quant à l'Arabie saoudite qui agit tel un navire naufragé , on attend voir sa proche disparition. et c'est le sens de la promesse de Poutine : il changera la carte du Moyen Orient avec l'aide sécuritaire,  militaire et de renseignement de l'axe de la résistance ..... les jours difficiles s'approchent pour les wahhabites ...

Publié dans Russie

Partager cet article
Repost0

ALGERIE : LORS DE L'ATTAQUE CONTRE LE SITE GAZIER DE TIGUENTOURINE LES MEDIAS FRANCAIS DONT TF1 ONT ENCOURAGE LE TERRORISME EN ACCUSANT L'ARMEE DONT L'INTERVENTION A SAUVE DES CENTAINES DE VIES

Publié le par Tourtaux

mercredi, 08 janvier 2014 15:21

Algérie: Quand les médias français encouragent le terrorisme!
Algérie: Quand les médias français encouragent le terrorisme!

IRIB- Si Belmokhtar, le terroriste qui a planifié l'attaque contre le site gazier de Tiguentourine, le 16 janvier 2013,..
et qui porte l'entière responsabilité du lourd bilan qu'a coûté la mise en échec de son plan, a vu le reportage de la chaîne française de télévision TF1 consacrée à cet événement tragique, il a sans doute sauté de joie en constatant que la conclusion de l'émission consiste en une accusation de l'armée algérienne dont l'intervention a pourtant sauvé des centaines d'otages. Au lieu de remercier les forces spéciales de l'Armée nationale populaire qui ont réussi à mettre fin à une prise d'otages monumentale, le reportage de TF1, au contraire, pointe sur elles un doigt accusateur, ce qui signifie, indirectement, un encouragement, qui ne dit pas son nom, aux terroristes. C'est, pratiquement, comme si on les appelait à commettre leurs crimes dans notre pays sans risquer la moindre condamnation, puisque des médias aveuglés par la haine de l'Algérie sont là pour les disculper. A cela s'ajoute la surprenante information concernant la nomination par Paris d'un juge qui serait chargé d'enquêter sur l'attaque de Tiguentourine. Il y a des relents du «qui-tue-qui» qui ne trompent pas sur les intentions d'une telle initiative. Mais lancée après une multiplication de déclarations dithyrambiques à l'égard de notre pays émanant des milieux les plus officiels à Paris, c'est visiblement paradoxal. En fait, l'attitude de la France vis-à-vis de l'Algérie a ceci de particulier : c'est quand Paris multiplie les déclarations mielleuses à notre égard qu'il faut s'attendre à un coup de Jarnac. Mais l'effet de surprise tombe quand on rapproche cette information des efforts que fournit l''armée algérienne pour se moderniser et quand on a à l'esprit la façon dont elle s'y prend pour surveiller et contrôler des milliers de kilomètres de frontières partagées avec des pays soumis à une instabilité qui les empêche même de garantir la sécurité sur leurs propres territoires. Il ne faut pas oublier que c'est cette instabilité à nos frontières qui a favorisé la prise d'otages de Tiguentourine. La menace n'a pas disparu tant que des armes circulent dans ces régions et parmi les groupes terroristes qui opèrent dans les pays voisins, constituant un danger réel sur la stabilité et la sécurité de notre pays. Il n'y a pas que le terrorisme. Sur la frontière avec le Maroc, le risque est tout aussi grand avec les tonnes de drogue qui proviennent de ce pays en liaison avec un mouvement de contrebande, exigeant la plus grande vigilance et le renforcement des capacités de surveillance de notre armée. On comprend pourquoi le tir médiatique à partir de l'autre rive de la Méditerranée est concentré encore une fois sur l'ANP. Le plan est cousu de fil blanc.

http://french.irib.ir/afrique/actualit%C3%A9s/maghreb-moyen-orient/item/309549-alg%C3%A9rie-quand-les-m%C3%A9dias-fran%C3%A7ais-encouragent-le-terrorisme

Publié dans ALGERIE

Partager cet article
Repost0

COUP DUR POUR "ISRAËL" : LA PLUS GRANDE SOCIETE NEERLANDAISE DE GESTION DE FONDS DE PENSION RETIRE LA TOTALITE DE SES INVESTISSEMENTS DES BANQUES DE L'ENTITE SIONISTE

Publié le par Tourtaux

Une firme néerlandaise a retiré ses investissements des banques israéliennes pour leurs activités dans les territoires palestiniens occupés.

La plus grande société de gestion de fonds de pension des Pays-Bas, PGGM, a décidé de retirer l'ensemble de ses investissements de cinq grandes banques de l'entité sioniste. PGGM leur reproche d'avoir des succursales en Cisjordanie occupée et/ou d'être impliquées dans le financement des constructions dans les implantations juives dans les territoires palestiniens occupés.

Il y a quelques jours, la PGGM a informé les banques de sa décision de mettre un terme à ses investissements dans ces institutions étant donné qu'aucune solution n'avait pu être trouvée par le dialogue. La décision a pris effet le 1er janvier.

Le quotidien israélien Haaretz rapporte mercredi qu'une source impliquée dans le dossier a déclaré qu'au cours des derniers mois, le géant des fonds de pension néerlandais a contacté «Bank Hapoalim», «Bank Leumi», «Banque Mizrahi-Tefahot», «First International Bank of Israël» et «Discount Bank» pour les informer que leurs activités dans les implantations sont problématiques du point de vue du droit international.

Les investissements de la société néerlandaise dans les banques israéliennes s'élèvent à quelques dizaines de millions d'euros. Sa décision est susceptible de nuire à l'image des banques israéliennes, et pourrait servir d'exemple à d'autres entreprises en Europe.

PGGM a affirmé que son opinion était fondée sur un avis consultatif émis par la Cour internationale de justice de La Haye en 2004, qui a déclaré que les implantations dans les territoires occupés sont illégales et contraires à l'article 49 de la Quatrième Convention de Genève. Cet article stipule que «la puissance occupante ne doit pas expulser ou transférer une partie de sa propre population civile dans le territoire qu'elle occupe».

PGGM est la plus grande société de gestion de pension des Pays-Bas et l'un des leaders mondiaux dans ce domaine, avec près de 150 milliards d'euros de fonds de retraite sous sa gestion. L'année dernière, dans le cadre de la révision de sa politique d'investissement pour 2014 , la société a remis en cause ses investissements dans plusieurs banques et entreprises dans le monde, conformément à sa politique de «responsabilité sociale».

Une vague de boycott

les entreprises néerlandaises se sont engagées dans une vague de boycottsAu cours des dernières semaines, les entreprises néerlandaises se sont engagées dans une vague de boycotts, désinvestissements et sanctions contre les entreprises israéliennes. Le mois dernier, la compagnie Vitens a annoncé qu'elle suspendait sa coopération avec la compagnie des eaux d'«Israël Mekorot», en raison de ses opérations dans les implantations de Cisjordanie occupée. Quelques semaines plus tôt, une autre société néerlandaise a annulé un contrat de construction d'une usine de traitement des eaux usées qu'elle avait signé avec la compagnie des eaux de «Jérusalem Hagihon», parce que l'usine devait être située sur la Ligne verte.

Préoccupation

Le ministère israélien des Affaires étrangères est très préoccupé par cette tendance aux Pays-Bas. Les autorités de l'occupation estiment que la récente vague de boycott est causée par une nouvelle politique du gouvernement néerlandais en vertu de laquelle il encourage les entreprises à éviter toute relation d'affaires avec les sociétés qui ont des liens dans les implantations juives dans les territoires occupés.

Source : i24 et rédaction

08-01-2014 | 11:52

 

 

Publié dans Israël

Partager cet article
Repost0

SYRIE : REGLEMENTS DE COMPTES MEURTRIERS ENTRE GROUPES TERRORISTES. UNE CENTAINE DE CES TUEURS SERAIENT PASSES DE VIE A TREPAS

Publié le par Tourtaux

Les combats au sein des groupes armés terroristes en Syrie s'intensifient. Ces querelles intestines ont fait plus de 270 morts depuis vendredi dernier 3 janvier, selon un bilan du soi-disant «Observatoire syrien des droits de l'homme» (OSDH).

 Ce mercredi, le quartier général des extrémistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), àLe QG de l'EIIL à Alep aux mains des «rebelles» Alep, a été repris par le reste des groupes armés. Plusieurs groupes armés ont en effet lancé une attaque coordonnée contre l'EIIL.

«Les combattants appartenant à différentes brigades islamistes ont pris le contrôle de l'ex-hôpital pour enfants, dans le quartier de Qadi Askar [centre], qui était devenu le quartier général de l'EIIL dans la ville», affirme l'ONG.

Mardi, l'EIIL, née au printemps 2013 d'une scission entre l'Etat islamique en Irak (EII) et Jabhat Al-Nosra (JAN), branche officielle d'Al-Qaida en Syrie, a promis d'«anéantir» les «rebelles» contre lesquels il se bat depuis plusieurs jours. Ces combats fratricides, qui ont débuté vendredi, ont fait au moins 274 morts : 129 rebelles et membres du Front Al-Nosra, 99 extrémistes de l'EIIL et 46 civils, selon l'OSDH.

«Aucun de vous ne survivra, et nous ferons de vous un exemple pour tous ceux qui pensent suivre le même chemin», a lancé cheikh Abou Mohammed Al-Adnani, le porte-parole de l'EIIL. Le groupe a aussi mis en garde les membres de l'opposition syrienne, estimant que «la coalition et le Conseil national [syrien, une des composantes de la coalition], l'état-major et le conseil militaire [...] lui ont déclaré la guerre». «Chaque membre de cette entité est une cible légitime pour nous, à moins qu'il ne déclare publiquement son refus de [...] combattre les moudjahidin», a-t-il ajouté.

Source : agences et rédaction

 

08-01-2014 | 14:17

 

 

Publié dans Syrie

Partager cet article
Repost0

OBAMA CHANGE SON FUSIL D'EPAULE ET ORIENTE SA NOUVELLE STRATEGIE VERS LE JAPON QUI CHERCHE DES CROSSES A LA CHINE ET A LA COREE DU NORD

Publié le par Tourtaux

Le Japon réoriente sa défense sur la Chine et la Corée du Nord


L’équipe du site

Le programme de défense nationale pour la période d’après 2014 publié par le gouvernement japonais a suscité une réaction négative de la Chine. Pékin y voit la renaissance du militarisme japonais. Une telle réaction est tout à fait naturelle car aux termes de ce programme, le Japon rompt définitivement avec l'héritage de la guerre froide, époque à laquelle l'URSS (la Russie) était un adversaire important. Le nouveau programme est entièrement concentré sur les menaces nouvelles : la Chine et la Corée du Nord.

Le programme de défense nationale pour la période d’après 2014 publié par le gouvernement japonais a suscité une réaction négative de la Chine. Pékin y voit la renaissance du militarisme japonais. Une telle réaction est tout à fait naturelle car aux termes de ce programme, le Japon rompt définitivement avec l'héritage de la guerre froide, époque à laquelle l'URSS (la Russie) était un adversaire important. Le nouveau programme est entièrement concentré sur les menaces nouvelles : la Chine et la Corée du Nord.

 A en juger d'après les documents publiés par les Japonais, le pays se propose de procéder à une importante réduction des principales armes de l'armée de terre. Si actuellement, les forces d'auto-défense nippones disposent de 600 chars et de 700 systèmes d'artillerie, il est prévu de réduire le nombre d'armes lourdes à 300 chars et 300 pièces d'artillerie. Compte tenu des dimensions du Japon, on peut reconnaître que les effectifs des unités de l'armée de terre dotées d'armes lourdes seront réduits au minimum absolu indispensable dans l'hypothèse d'une nécessité urgente. Par contre, les Japonais vont augmenter le nombre d'unités d'intervention rapide équipées d'armes légères.

 Le Japon augmentera le nombre de sous-marins de 16 à 22, de destroyers dotés du système anti-missile américain AEGIS de 6 à 8 et celui des chasseurs de 260 à 280. Les unités de missiles sol-air de l'armée de terre seront réarmées. Le Japon est également disposé à accroître notablement les capacités de contrôle de l'espace aérien grâce à des avions supplémentaires de détection et de commandement aéroporté. Les Japonais sont capables d'obtenir une augmentation rapide du potentiel militaire grâce à l'accès aux produits de l'industrie de défense américaine et à leurs propres possibilités financières et techniques.

 Le nouveau programme de défense met l’accent sur la nécessité de créer un potentiel pour mener une contre-offensive sur les îles Senkaku si elles sont occupées par un Etat étranger. Pour ce faire, des navires de débarquement spéciaux seront achetés. En outre, une attention sera accordée aux performances de l'infrastructure militaire japonaise face à une éventuelle attaque balistique. Il a été indiqué que le Japon envisagerait non seulement des mesures complémentaires dans le domaine de la défense anti-missile, mais aussi la mise en place de son propre potentiel de dissuasion et de représailles.

 Cela peut signifier que le Japon optera pour la voie de la Corée du Sud et de Taïwan et développera ses propres missiles de croisière, peut-être sur la base de ses missiles antinavires. La Chine devra alors renforcer la défense anti-aérienne et anti-missile de son infrastructure militaire sur les côtes de la mer de Chine orientale. Bien que les projets de réarmement mis au point par le Japon puissent créer des difficultés pour la Chine dans la zone de la mer de Chine orientale, l'ampleur de la modernisation militaire des deux pays reste incomparable. La Chine est en mesure de porter le nombre de ses missiles de croisière et de leurs vecteurs (navires et avions) à une quantité suffisante pour porter une frappe non-nucléaire momentanée d'une force destructrice immense contre le Japon. Dès à présent les aéroglisseurs Zoubr achetés à l'Ukraine augmentent sensiblement les capacités des troupes chinoises dans la lutte pour les îles éloignées.

 Dans le même temps, aucune des parties ne se fixe pour objectif un conflit armé. La Chine vise à obliger le Japon à reconnaître l'existence d'un différend territorial, à engager les négociations et, à terme, à prendre en considération les intérêts de la sécurité de la Chine. Le Japon tente de limiter la croissance de l'influence chinoise dans la région en s'appuyant sur son alliance avec les Etats-Unis. Les deux parties ont besoin d'armements nouveaux. En premier lieu pour étendre les possibilités de manœuvre politique lors de la solution des problèmes territoriaux.

 

Source: Agences

07-01-2014 - 13:06 Dernière mise à jour 07-01-2014 - 13:06


http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=148927&frid=20&seccatid=193&cid=20&fromval=1

Publié dans L'Asie en lutte

Partager cet article
Repost0