Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

USA : LE COMMANDANT DES GI's CRITIQUE OUVERTEMENT OBAMA. VERS UN PUTSCH DES GENERAUX US ?

Publié le par Tourtaux

jeudi, 17 juillet 2014 08:47

USA : le commandant des GI's s'insurge contre Obama
USA : le commandant des GI's s'insurge contre Obama

IRIB- Le commandant du Corps des marins a critiqué ouvertement les politiques de la Maison Blanche et du Pentagone. 

Le journal Fiscal Times rapporte que le commandant du Corps des marins, le général James Amos, a vivement critiqué les politiques du président des Etats-Unis, Barack Obama, lors de son discours à l’Institut Brookings. Il  surtout attaqué la décision du président américains d’avoir retiré ses militaires d’Irak en 2011, ouvrant ainsi la voie pour la formation du groupe terroriste de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Le général Amos a déclaré : « Il m’est difficile de croire que nous étions là pour coopérer avec le gouvernement, le Parlement et les ministères irakiens de la Défense et de l’Intérieur, mais que nous avons tout abandonné pour sortir d’Irak. »

Le général Amos  vivement critiqué l’incompétence de la Maison Blanche en ce qui concerne ses engagements internationaux. Il a ajouté : « Certains peuvent croire que nous n’avons plus rien à faire au sujet des choses désagréables et sans importances qui se produisent dans le monde. Mais je vous dis que si vous vous mettez à la place d’autres pays, vous verrez que ces événements n’ont rien de banal ou de sans importance. Autrement dit, vous pouvez vouloir abandonner ces choses-là, mais elles ne vous abandonneront pas. » Le général James Amos a ajouté : « Les Etats-Unis sont le seul pays du monde qui a les ressources et la puissance suffisantes pour agir efficacement dans divers domaines, possibilité qui n’est pas à l’accès d’autres pays de la planète. »

Le journal Fiscal Times a écrit que les déclarations du Corps des marins des Etats-Unis s’expliqueraient en partie par le fait, que le général Amos sera à la retraite cet automne. Cependant, ses propos révèlent l’existence des discussions qui sont en cours dans les milieux militaires des Etats-Unis au sujet du comportement à adopter face aux très nombreuses cries dans le monde. Cela reflète aussi la position d’une fraction du parti républicain qui critique l’isolationnisme, tandis qu’il existe un autre courant au sein du parti républicain qui estime que les intervention successives de Washington aux événements régionaux n’a eu d’autre résultat que des guerres longues et inutiles comme celle de l’Afghanistan.

Le général Amis est d’accord avec le premier courant. Il dit qu’il reflète les inquiétudes des généraux du Pentagone qui estiment que leurs réussites en Irak et en Afghanistan ont été anéanties par les politiques du président des Etats-Unis, Barack Obama. Dans ce cadre, le général Amos fit allusion à l’occupation de la province irakienne d’al-Anbar par les terroristes de l’EIL, tandis que les militaires américains avaient nettoyé cette région de la présence des terroristes en 2010. Il a rappelé que 852 marins américains avaient été tués en Irak et que 8.500 autres y avaient été blessés.

 

Publié dans USA

Partager cet article
Repost0

SECOND COUP DE MAIN DES COMMANDOS PALESTINIENS CONTRE LES SIONISTES

Publié le par Tourtaux

eudi, 17 juillet 2014 07:40

Israël surpris à nouveau par les commando palestiniens!!
Israël surpris à nouveau par les commando palestiniens!!

IRIB- les sources israéliennes confirment les unes après les autres l'opération menée ce jeudi matin
par la Résistance palestinienne contre le point de passage de Soufa . l'opération, deuxième du genre à avoir été menée depuis le début de l'agression sioniste, la première ayant été conduite contre une base navale sioniste, a poussé les autorités israéliennes à proclamer la zone militaire fermée , trois colonnies de Soufa, Hay Salam et Holit. le commando palestinien a tenté de s'infiltrer à Ashkelon. pris de court les militaires sionistes ont tenté de repoussé les commandos sans succès et ils ont été contraints de faire appel aux chasseurs bombardiers !! à la dernière nouvelle, la plupart des membres de ce commando a regagné Gaza via un tunnel sous terrain .

Publié dans Israël

Partager cet article
Repost0

L'EUROPE N'A PLUS DE SOUS. NOUS NON PLUS !

Publié le par Tourtaux

 
  L’Europe est à cours d’argent
 

Y’a plus de sous, il manque 4,6 milliards pour entretenir ce « rêve » qui nous a été vendu à grands coups de propagande, et au final, le fiasco  n’en est que plus retentissant! Il y aurait bien une solution, en faisant payer les américains pour tous les actes d’espionnage et d’ingérence, cela renflouerait un peu les caisses… ;)

L’Union européenne a besoin d’urgence de 4,7 milliards d’euros pour continuer à payer ses factures, est-il ressorti mercredi d’un débat à Strasbourg lors duquel les eurodéputés ont à nouveau déploré les problèmes budgétaires récurrents des institutions européennes.

Le problème se pose depuis des années. Les Etats membres coupent systématiquement dans les budgets européens, ce qui fait que la Commission européenne n’a pas assez d’argent pour payer les factures des projets que les Etats membres ont eux-mêmes approuvés. Les factures impayées sont reportées à l’année budgétaire suivante et représentent désormais un montant total de 23 milliards d’euros.

Cette année, les eurodéputés ont tiré la sonnette d’alarme avant même les congés d’été. Ils ont lancé mercredi un appel aux Etats membres pour voter en urgence un budget complémentaire de 4,7 milliards d’euros. Cela doit permettre de combler les trous dans plusieurs rubriques budgétaires telles que la politique de cohésion (3,3 milliards d’euros), les programmes de recherche et d’emploi (587 millions d’euros) ou la politique étrangère (651 millions).

Le manque d'argent signifie entre autres que le financement de l'aide humanitaire aux réfugiés syriens est menacé. Le programme d'échange Erasmus est concerné aussi. La commissaire européenne Androulla Vassiliou a également souligné les conséquences pour les PME qui ont participé à des projets européens, ont consenti des frais et attendent maintenant des paiements de l'Europe.

7sur7

 

Source: Journaux

17-07-2014 - 18:14 Dernière mise à jour 17-07-2014 - 18:14

 

 

Publié dans Europe

Partager cet article
Repost0

SYRIE : LA BATAILLE DE QALAMOUNE FAIT RAGE.

Publié le par Tourtaux

La bataille à Qalamoune fait rage.Des villages libanais ont échappé au pire

 

L’équipe du site

La bataille du Qalamoune bat son plein.
Ces derniers jours, cette région tortueuse située à l’ouest de la Syrie, aux confins avec la série montagneuse libanaise orientale a connu des combats violents entre l’armée syrienne et les miliciens du front al-Nosra, branche armée d’al-Qaida en Syrie.
Dernière évolution, les forces syriennes se sont emparées de nombreuses hauteurs qui surplombent la localité libanaise de Ersale, et celles qui surplombent les versants Nord-est et sud-est de la Bekaa.

Au moins 55 tués ont été répertoriés dans les rangs des miliciens, indiquent des sources pour la chaine de télévision al-Manar.
Parmi les tués figure un libanais, membre de la milice terroriste Abdallah Azzam, Ahmad Omar Yakzane, et qui est le bras droit du religieux takfiri Sirajeddine Zreikat.

Quant au nombre des blessés, il dépasse les 150. Un certains nombres d’insurgés ont été faits prisonniers.

Selon le quotidien libanais an-Nahar, le Hezbollah a suivi une nouvelle tactique militaire dans ces combats, celle d’ouvrir plusieurs fronts en même temps, usant d’armes légères et moyennes, alors que les hélicoptères de combat syriens l’escortaient par des raids. Ce qui a permis d’encercler les miliciens.
Selon alHadath News, ces miliciens se trouvent désormais sous la merci de l’armée syrienne et leurs marges de manœuvres rétrécissent de jour en jour.

Selon le site d’information libanais elnashra , les régions libanaises limitrophes de cette région ont échappé au pire. «  Des massacres et des enlèvements contre les civils étaient prévus pour semer la terreur parmi la population libanaise des régions frontalières. Une opération préventive a été déclenchée pour y pallier.

An-nahar a publié ce jeudi une menace d’envahir les villages libanais de la Bekaa qui sont le fief du Hezbollah proférée par un certain Amer al-Qalamouni, réputé pour être un militant et directeur du centre médiatique du Qalamoune, proche du Nosra.

Selon al-Qalamouni, qui rapporte les décisions prises par les chefs de milices dans cette région, « des groupuscules de combattants mettent au point des plans pour prendre d’assaut les localités de la Bekaa à travers des unités d’infiltrés .. . Leur objectif consiste à s’emparer de ces localités pendant longtemps, pour déplacer la bataille vers le fief du Hezbollah et lui adresser un virulent message militaire ».

La décision de nettoyer cette région stratégique où sont retranchées entre 3.000 et 5.000 miliciens ne saurait être évitée, d’autant que les miliciens menacent aussi bien le Liban que la Syrie.

L'assaut contre Damas

Dans la capitale syrienne, une tentative de prendre d’assaut la place Abbasine à partir du quartier Jobar, dans la Ghouta orientale s’est soldée par un échec. Cette attaque était prévue pour le mercredi au moment où le président syrien Bachar al-Assad prononçait son discours d’investiture dans le palais présidentiel.

Une source sécuritaire a dit pour le journal libanais al-Akhbar, que « son but consistait à avancer en direction de la capitale le jour du serment, à la demande d’une partie étrangère du Golfe ».

Dans la nuit de mardi à mercredi, un grand nombre de miliciens se sont amoncelés dans un bâtiment situé sur une ligne de démarcation avec l’armée syrienne. Sans tarder, l’armée l’a complètement détruit. Des dizaines de miliciens ont péri.  

Toujours dans la Ghouta, un attentat suicide dans une voiture piégée a été perpétrée mercredi dans le quartier Mliha, au niveau d’un barrage de l’armée syrienne dans le but de briser le blocus qu’elle impose à cette région. Selon al-Hadath news, l’auteur de l’attentat est un membre du Nosra de nationalité marocaine. Il y a eu des victimes dans les rangs des soldats réguliers.


Morek sous les feux


Dans le gouvernorat de Hama, l’armée syrienne a entamé la conquête de Morek, petite localité de près de 14 mille habitants et s’est emparée de son quartier ouest après des combats violents. Morek est le fief des miliciens dans la province de Hama.

 

L'assaut contre Ra's al-Eïn

A l’est de la Syrie, la milice de l’État Islamique (EI-Ex EIIL) a déclenché à partir de ce jeudi une bataille pour s’emparer de la localité kurde de Ra’s al-Eïn située à Hassaké. La bataille a été baptisée « Badr al-Koubra » (en allusion à la bataille menée par le prophète Mohammad contre les impies). La brigade libyenne Bitar y prendra part.

Dans la province de cette localité, 16 miliciens de l’EI ont péri dans une embuscade tendue par la force Krilla , l’élite des forces combattantes des Unités de protection populaires.


l’EI s'empare d'un nouveau champ gazier
   
Par ailleurs et selon l’OSDH, cité par l’AFP, l’EI s’est emparé d'un champ gazier, près du site archéologique de Palmyre, et tué 23 membres chargés de la protection du site.
"Le sort de 340 membres des forces de défense nationale (milice pro-régime), des gardes, des employés et ingénieurs se trouvant sur ce camp est inconnu car ils sont prisonniers, blessés ou enlevés lors de cette opération, qui est la plus importante de l'EI contre les forces gouvernementales", a précisé l'OSDH.
   
Un responsable de la presse de l'EI dans la province de Homs, Abou Bilal, a confirmé à l'AFP, via internet, cette opération au cours de laquelle 12 miliciens takfiris ont été tués. "Cela a commencé par un attentat suicide et nous avons pris huit barrages avant d'occuper le champ gazier. Il y a des dizaines de morts "dans l'autre camp", a-t-il dit.
 Le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi, a confirmé l'attaque.
"Des hommes armées ont pris le contrôle mercredi soir d'une station de gaz et nous avons perdu le contact avec les trois techniciens qui s'y trouvaient".
   "Présents auparavant dans le secteur, les hommes armés ont élargi leur contrôle avec cette nouvelle opération. L'armée tente de reprendre le contrôle. Il ya des combats dans la région et des frappes aériennes", a-t-il ajouté.
   
L'EI contrôle déjà plusieurs champs pétroliers dans la région de Deir Ezzor.
 

Source: Divers

17-07-2014 - 16:59 Dernière mise à jour 17-07-2014 - 18:45

 

 

Publié dans Syrie

Partager cet article
Repost0

LE SCANDALE DE L'ESPIONNAGE US ET LE RETOUR DE L'IMPERIALISME ALLEMAND QUI MONTRE SES MUSCLES A L'IMPERIALISME YANKEE

Publié le par Tourtaux

 
Le scandale de l’espionnage américain et le retour de l’impérialisme allemand

L’exigence du départ du chef des services secrets américains en Allemagne est directement liée à la résurgence de l’impérialisme allemand, systématiquement préparée et propagée par le gouvernement allemand depuis l’an dernier.

Les médias et les partis politiques allemands ont réagi avec satisfaction à la demande du gouvernement allemand que le chef de la CIA à Berlin quitte immédiatement le pays. « Cela marquait un tournant dans l’histoire des relations germano-américaines et un acte sans précédent de protestation contre l’arrogance américaine » écrivait le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Le journal sérieux le plus lu en Allemagne considérait cette mesure drastique comme un pas vers une plus grande indépendance de l’Allemagne et établit un parallèle entre cette décision et le refus de l’Allemagne de participer à la guerre en Irak en 2003 : « L’opposition de Gerhard Schröder à la guerre en Irak il y a douze ans était le premier pas dans l’affirmation de l’indépendance vis-à-vis du principal allié. Ceci est l’étape suivante. »

Selon ce journal, les Allemands ont « un droit d’être traités justement et en égaux dans le partenariat avec les Etats-Unis…. Il faut espérer qu’Obama et ses gens réaliseront qu’ils ne peuvent pas tout se permettre en Allemagne. »

Plusieurs journaux régionaux adoptèrent un ton semblable. « Nous n’accepterons pas d’être traités comme cela : ce message devrait avoir atteint Washington à présent » a déclaré la Nordwest Zeitung.
Et la Neue Osnabrücker Zeitung écrit: « L’humiliation permanente de l’Allemagne par des agences américaines de renseignement hors de contrôle ne peut être ignorée plus longtemps. »

Tous les partis représentés au parlement, en particulier le parti La Gauche ont, eux aussi, salué l’action du gouvernement.

L’expulsion du chef des services de renseignement américains n’était qu’« un premier pas » a remarqué André Hahn, qui siège à la Commission parlementaire de contrôle des services de renseignement pour La Gauche. La chancelière Angela Merkel, devait « expliquer dans une déclaration gouvernementale au plus tard après la pause de l’été comment le gouvernement entendait protéger les citoyens contre la surveillance par les agences de renseignement étrangères et domestiques. »

Ceci est évidemment absurde. L’expulsion du chef de la CIA de Berlin n’a rien à voir avec une protection des citoyens face à l’espionnage. Et le gouvernement allemand serait bien le dernier à les protéger de cette menace. Les agences américaines et allemandes de renseignement collaborent étroitement dans la surveillance tant extérieure qu’intérieure, dans l’espionnage des réseaux de télécommunications au niveau de la planète et même dans le choix des cibles dans les assassinats par drone. Les documents rendus publics par l’ancien employé de la NSA Edward Snowden l’ont clairement montré.

Cette collaboration continue après l’expulsion du chef des services de renseignement. Les porte-parole gouvernementaux des deux côtés de l’Atlantique l’ont souligné en toute occasion. C’est aussi pourquoi le gouvernement allemand s’est strictement opposé à offrir l’asile politique à Snowden ou à lui garantir l’immunité afin qu’il puisse témoigner en Allemagne.

La vraie raison du conflit avec Washington est la tentative que fait Berlin de revenir sur la scène mondiale en tant que puissance impérialiste majeure. Déjà en janvier, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, avait déclaré que l’Allemagne était trop puissante et importante pour se limiter à « faire des commentaires depuis la touche sur la politique mondiale. »

Peu de temps après, le président allemand Joachim Gauck s’était prononcé en faveur d’un engagement militaire fort de l’Allemagne à la Conférence sur la sécurité à Munich.

Le retour à ses ambitions de grande puissance place l’Allemagne dans un conflit avec les Etats-Unis qui ne sont pas prêts à abandonner de plein gré leur position de seule puissance mondiale. Pour l’instant, cela s’exprime dans le désir « d’être traité justement et en partenaires égaux » par les Etats-Unis. Mais on n’en restera pas là.

La lutte pour les sphères d’influence, les matières premières, les nouveaux marchés et la main-d’œuvre bon marché qui est la source du militarisme ne conduit pas seulement à une attitude plus agressive envers la Chine et la Russie, mais provoque encore des conflits entre pouvoirs impérialistes alliés. Chacun de ces deux éléments peut déboucher sur une troisième guerre mondiale.

Il existe déjà des tensions significatives entre l’Allemagne et les Etats-Unis. Les deux pays ont bien collaboré dans l’installation au pouvoir d’un régime droitier pro-occidental en Ukraine, mais ils ont des divergences quant aux sanctions économiques contre la Russie, qui affecteraient principalement les sociétés allemandes et européennes.

Au Moyen-Orient, l’Allemagne et l’Union européenne prennent de plus en plus leurs distances avec une politique américaine qui a conduit à une débâcle. L’ancien ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer, traditionnellement un proche allié des Etats-Unis, a publié mercredi 9 juillet un article dans la Süddeutsche Zeitung qui qualifiait l’invasion de l’Irak en 2003 de « péché originel » dans l’évolution catastrophique qui eut lieu dans la région ; il y qualifie de «seconde erreur» un retrait « trop vite et trop tôt » des troupes américaines.

L’indignation actuelle des politiciens allemands face à l’espionnage est en bonne partie du spectacle.
Le politicien SPD Karsten Voigt, qui a été de 1999 à 2010 coordinateur gouvernemental pour la coopération germano-américaine déclara dans une interview parue dans l’hebdomadaire Die Zeitque le démasquage d’un espion américain au service de renseignement extérieur de l’Allemagne (BND) n’était pas une surprise.

A la question de savoir s’il a été surpris de voir que les Etats-Unis avaient des espions dans l’ administration gouvernementale et au BND, Voigt répondit: « je ne le savais pas, bien sûr, mais je l’ai toujours supposé. Durant la période où j’étais en fonction dans les années 1990, les ambassadeurs allemands à Washington étaient convaincus qu’ils étaient surveillés. »

Le gouvernement allemand tente délibérément, en jouant l’indignation, d’exploiter l’hostilité largement répandue à la politique étrangère criminelle des Etats-Unis pour faire avancer ses propres intérêts impérialistes et développer les service secrets et les forces armées de l’Allemagne.
Un tel changement de politique signifie que l’impérialisme allemand revient une fois de plus à des traditions qui dépassent de loin les crimes des autres puissances impérialistes. Le gouvernement allemand a non seulement le soutien des partis au gouvernement, la CDU et la CSU conservatrices et le SPD social-démocrate, mais aussi des partis de l’opposition, Les Verts et La Gauche.

Qui a la volonté de lutter contre la surveillance de la population et contre la guerre doit rejeter cette tromperie. Ce n’est pas un développement des services de renseignement allemands qui mettra un terme à l’espionnage de millions de personnes par la NSA, la CIA et d’autres agences américaines, mais seulement la dissolution de tous les services secrets y compris ceux de l’Allemagne.

 

Peter Schwarz

Mondialisation.ca

Article original, WSWS, publié le 12 juillet

Source: Sites web

17-07-2014 - 17:28 Dernière mise à jour 17-07-2014 - 17:28

 

 

 

Publié dans USA

Partager cet article
Repost0