10 MARS 2011 : A L'APPEL DE LA CGT, MOBILISATION DE TOUS LES CHEMINOTS POUR L'AVENIR DE FRET SNCF !

Publié le par Tourtaux

 

   

ce-dp 2011 Depuis fin 2009, avec le « schéma directeur pour un nouveau transport écologique de marchandises » et « l’engagement national pour le fret ferroviaire », la Direction de la SNCF et le Gouvernement nous promettent des lendemains meilleurs avec des TGV Fret et des autoroutes ferroviaires.
Mais dans le même temps, au nom de la rentabilité, des trafics sont donnés aux filiales ou aux entreprises ferroviaires concurrentes, les trafics du lotissement sont abandonnés à la route ou remplacés par une offre multi-lots multi-clients, rigide et inaccessible en terme de prix pour les PME et les TPE qui constituent le tissu économique de la France.

Halte aux dégâts de la libéralisation du ferroviaire

L’ouverture à la concurrence dans le transport de Fret ferroviaire devait, selon les libéraux de tout bord, permettre son développement. Or, jamais aucun bilan officiel n’a été fait sur cette libéralisation, mais les chiffres parlent d’eux-mêmes : en France de 2000 à 2009, le transport ferroviaire de marchandises n’a cessé de régresser, passant de 58 à 33 milliards de tonnes kilomètre (Gtk). La part modale du Fret ferroviaire a reculé de 22 % en 2000 à 14 % en 2009. Cette politique est catastrophique et va à contre sens du report modal nécessaire, prôné par tous nos dirigeants et décidé par la loi Grenelle.
Malgré les beaux discours d’intention, c’est encore la route qui se développe au détriment du rail et de l’environnement.

Stoppons le dépeçage de Fret SNCF

Fret SNCF, avec un déficit de plus de 900 M€ pour un chiffre d’affaires de près de 1 300 M€, a enregistré les plus mauvais résultats de son histoire. Et alors que l’organisation multi-lots multi-clients est en route, le budget 2011 prévoit de transporter 35 Gtk en comptant les filiales, mais pour Fret SNCF, seulement 22 Gtk ! Un niveau historiquement bas.
Tout démontre la volonté d’assécher, d’affaiblir, de siphonner l’EPIC SNCF au bénéfice des filiales.
Pour l’emploi des cheminots, les dégâts sont terribles. Sur l’activité Fret SNCF, les effectifs ont été sabrés de 30 % en quatre ans. La désorganisation engendrée par les plans Fret successifs déstabilise les cheminots de tous collèges.
Sur cet enjeu de société, la CGT a initié l’élargissement de la mobilisation avec des élus politiques, des associations citoyennes, des ONG environnementales. Ce qui a abouti à « l’appel des 365 » et à la création de comités de défense des triages.

Cheminots du public et du privé : tous concernés

Le rééquilibrage massif des modes de transport en faveur du rail doit passer par une réelle maitrise publique. Cet enjeu nécessite que le Fret ferroviaire SNCF bénéficie d’un vrai projet de développement. La SNCF doit garder la maitrise complète du transport, du réseau principal à l’embranchement particulier.
Ensemble, revendiquons :
• La réintégration dans l’EPIC SNCF des activités filialisées
• Le recentrage des filiales du groupe sur leurs activités d’origine
• Le développement de l’ensemble des activités du fret pour répondre aux besoins des entreprises et à l’aménagement du territoire
• La réouverture des installations ferroviaires fermées (gares, triages, plates-formes multimodales) et la création de nouvelles

A la SNCF, mais aussi dans les entreprises ferroviaires, la mobilisation des cheminots doit franchir un pas pour contraindre la Direction de la SNCF et le Gouvernement à changer de politique et créer les conditions d’un développement du fret ferroviaire avec l’entreprise publique SNCF.

Le 10 mars, la CGT appelle les cheminots à agir dans différents sites
sur tout le territoire pour défendre le Fret ferroviaire SNCF.

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article