suite de: CAMARADES CHEMINOTS NE LACHEZ RIEN

Publié le par Tourtaux

Réponse faite le 17 novembre 2007 à un camarade contradicteur.

Camarade L.

Je n'accepte pas tes insultes. Il ne faut pas te tromper d'adversaire. 

Lorsqu'en janvier 1964, j'ai pris ma première carte CGT, j'ai toujours été d'une fidélité constante aux idéaux de la CGT. Sache que je suis le premier à souffrir dans ma chair de l'affaiblissement de la CGT provoqué par les apparatchiks et autres petits chefs à leurs ordres. Voilà ce qui sclérose et noyaute de toute parts la CGT. De soit-disant camarades, qui sont bien souvent des communistes blanchis, comme je dis toujours. Il ne faut pas mélanger les genres, comme dirait l'autre ordure de Chérèque, celui qui appelle à la reprise du travail et qui, je l'espère ne sera pas écouté des adhérents de base qui sont en contact direct avec les camarades qui luttent sur le terrain.

A propos de terrain, et pour ta gouverne, je t'informes  que lorsqu'il y a une réunion de syndiqués cheminots retraités, la convocation est postée le jour et à l'heure de la réunion. Où est la démocratie syndicale? Indésirable et juste bon pour payer les cotisations!

Tu dis être communiste. C'est très bien, moi aussi, mais avec une nuance toutefois. Après 40 années de militantisme (de  1958 à 1998), j'ai quitté le parti parce qu'il ne correspond plus à l'idéal pour lequel j'ai donné le meilleur de moi-même. J'ai tout de même de bons rapports avec les camarades qui ont oté leurs oeillères. Dans un autre registre, regarde Arlette Laguiller qui prend un virage à 180 degrés et va aller fricoter avec les socialistes. Elle est communiste. 

Pour ton information et si tu lis notre presse syndicale, je t'invites à "jeter un oeil" sur la page 13 du numéro 1634 du 13/09/06 et sur la page 24 du numéro 1647 du  25/04/2007 du journal "Le PEUPLE", organe officiel de la CGT, que tous les syndicats organisés reçoivent. Tu y liras que l'ouvrier cheminot que je suis a écrit deux livres en 2006. Le premier relate l'histoire pas banale  d'un jeune communiste ardennais qui ne voulait pas faire la guerre au peuple Algérien et qui, pour son opposition à cette guerre en a payé le prix fort. 

Le second  livre relate notamment le vécu  d'un ancien cheminot des manoeuvres, ancien caleur de tête au triage de Reims-Bétheny, une sérieuse référence pour relater les dures et dangereuses conditions de travail des cheminots de l'époque, et bien, sache mon camarade que le bouche à oreilles circule pour m'empêcher de vendre mes livres qui rendent un hommage appuyé aux gens du peuple, aux humbles. Cela dérange les enfoirés carrièristes de ma région Champagne-Ardenne qui ne m'impressionnent pas du tout car ils sont mal placés pour me donner des leçons de syndicalisme. 

Si des camarades sont interressés par mes livres : "Guerre d'Algérie- Souvenirs d'un appelé anticolonialiste" et 
"Le Chemin de l'Honneur d'un Travailleur du Rail", qu'ils s'adressent uniquement à moi directement au
03.26.40.62.15 ou à l'adresse mail suivante jacques.tourtaux@orange.fr

Comme quoi, il faut faire attention de ne pas heurter certaines sensibilités car là, tu as fait mouche, je ne t'en veux pas pour autant.

J'espère avoir répondu à tes interrogations car je n'y reviendrai pas.

Fraternel salut. Jacques Tourtaux 




















































 

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article