SARKOZY COUVRE LES TUEURS DE L'OAS

Publié le par Tourtaux

TOUT REPUBLICAIN QUI SE RESPECTE, TOUT DEMOCRATE DIGNE DE CE NOM

DOIT REFUSER LA REHABILITATION DE L'OAS.

Ce 26 avril 1962, la séditieuse OAS (Organisation de l'Armée Secrète), issue du putsch factieux  d'avril 1961 lançait un mot d'ordre insurrectionnel qui exhortait les Algérois à "s'opposer" jusqu'au bout au pouvoir gaulliste.

Le Cessez-le Feu en Algérie était effectif depuis une semaine. Un rassemblement interdit par les autorités civiles et militaires eut lieu à Alger, sous la direction de l'OAS. Rue d'Isly, ce fut le drame : 46 morts. Une ratonnade dans le quartier Bellecourt prolongea ce drame : 10 algériens en firent les frais et le payèrent de leur vie.

Ce 26 mars 2008, soit 46 ans après, des anciens de l'OAS, appellent à une cérémonie sous l'Arc de Triomphe pour honorer le souvenir des victimes de la fusillade de la rue d'Isly. L' OAS veut s'approprier la mémoire de ceux et celles qu'elle a abusée. Encadrée par d'anciens tueurs de l'OAS, cette manifestation n'a pas sa place à l'Arc de Triomphe, haut lieu symbolique de notre histoire nationale. Ce site prestigieux rend hommage et perpétue la mémoire et le souvenir de ceux qui ont combattu et donné leur vie pour la défense des institutions républicaines et des principes fondamentaux de notre société.

Il faut se rappeler que l'organisation factieuse qu'était l'OAS a tourné ses armes contre la République que celle-ci leur avait confiées. 

A l'instant où j'écris ce texte, l'interdiction demandée de ce rassemblement de la honte ne semble pas avoir eu d'échos auprès des autorités. Lors de sa campagne présidentielle, Sarkozy avait pris l'engagement de conférer la qualité de Mort pour la France aux personnes ayant payé de leur vie les espoirs qu'ils avaient cru devoir placer dans l'OAS le 26 mars 1962.

Cette attribution de la qualité de Mort pour la France aux manifestants du 26 mars 1962 serait ressentie comme une insulte, un affront aux poilus de 14/18 et aux Anciens Combattants et Résistants de 39/45. Conférer un tel statut serait une marque de mépris  à l'égard des soldats tombés sous les coups de l'OAS, qui a accroché à son "tableau de chasse" nombre d'appelés du contingent. 

Cette distinction ne peut s'appliquer à ceux qui ont fait acte d'obéissance à une organisation à la fois terroriste et raciste. Le mot terroriste est tout à fait approprié, ce qui n'était pas le cas pour nos patriotes injustement appelés terroristes en 39/45 et auxquels s'identifiaient les combattants de l'ALN (Armée de Libération Nationale) qui défendaient leur pays contre l'envahisseur colonialiste français. 

La présence des assassins de l'OAS sous l'Arc de Triomphe ce mercredi 26 mars 2008 et la menace de Sarkozy  de tenir sa promesse doivent être vigoureusement dénoncées.

Un anticolonialiste qui a participé  par son refus d'obéissance aux ordres des chefs sur la BA 149 à l'échec des séditieux en avril 1961.
Jacques Tourtaux







   
  

Publié dans guerre d'Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux 06/03/2010 22:31


Bien dit Xuan.


Xuan 06/03/2010 21:53


Comme le disait Mao Tsé toung il y a des morts qui pèsent plus lourd que le mont Taïchan
et d'autres qui pèsent moins lourd qu'une plume.
Les assassins de l'OAS sont "morts pour la France"...colonialiste et impérialiste !
Leur mort ne pèse pas plus lourd qu'une plume.


Tourtaux 04/03/2010 10:07


Le truand qui n'ose pas dire son nom s'appelle
Patrick FONFANA.
Ce courageux m'a passé un mail ce 4 mars 2010 à 0h13. En voici la teneur :
ah bon desolé et je suis ou.
Si tu te repointes, je communique publiquement ton adresse mail.


Tourtaux 03/03/2010 22:22


Dit donc TRUAND 33, tu t'es trompé de site on dirait


le pied noir 03/03/2010 21:18


a tous les anciens de l'oas retrouvons nous me contacter