CAMOUFLET DES FARC POUR SARKOZY

Publié le par Tourtaux

Considéré comme le ministre des Affaires étrangères des FARC, Rodrigo Granda a déclaré jeudi qu'aucun otage ne serait libéré autrement que dans le cadre d'un échange avec des guérilleros emprisonnés. Cette déclaration intervient alors qu'une mission envoyée par la France tente d'approcher Ingrid Bétancourt, l'otage Franco-colombienne qui serait gravement malade.

Les guérilleros n'acceptent pas de libération unilatérale. L'agence ANNCOL, proche des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a qualifié jeudi "d'ingénu" le président Nicolas Sarkozy qui, sans accord préalable avec les combattants des FARC a pris la décision d'envoyer une mission humanitaire.

Le farfelu Sarkozy semble "ignorer" que les guérilleros ont déjà payé un lourd tribut dans cette guerre où s'affrontent des gens du peuple en armes aux puissances d'argent représentées en Colombie et pour le grand malheur des colombiens par Uribé, l'homme des pires traîtrises.

Alors que des négociations en vue d'une libération d'otages (dont Ingrid Bétancourt) étaient à un stade avancé, les FARC ont subi lâchement de lourdes pertes. Raul Reyes, leur numéro 2 et ses compagnons ont été vilement assassinés avec la complicité d'un Georges Bush, du félon Uribé et d'un peut-être naïf Sarkozy. Les FARC ne sont pas dupes. Ils ne veulent pas tomber dans un nouveau piège et perdre encore d'autres combattants.

Les FARC savent également que Sarkozy est un ardent défenseur du capitalisme, qu'il est de droite et qu'ils ne sont pas sûrs de sa sincèrité. Ils ont bien raison de se méfier de cet "ingénu". L'écrasante majorité des français en sait quelque chose. Nous allons même en savoir beaucoup plus dans la journée puisque l'arrogant s'apprête à nous donner un nouveau tour de vis, par le biais de l'annonce de quelques 140 mesures d'austérité. Les FARC ont tout à fait raison d'être sur leurs gardes.

"Mouché", Sarkozy se refuse au moindre commentaire. L'homme est dangereux. Il vient de réintégrer la France dans l'OTAN qui n'est autre que le bras armé de l'impérialisme mondial. De son propre chef, Sarkozy a décidé d'envoyer de nouvelles troupes en Afganistan pour faire la guerre au terrorisme, selon la formule de circonstance. 

Sarkozy tente de redorer son blason comme il peut. Ingrid Bétancourt sert d'appât à ce petit président dont l'égocentrisme n'a pas de limites. Que lui importe la mort de guérilleros, seule compte sa mégalomanie.

 Hugo Chavez, personnage clef dans cette dramatique affaire est relégué aux oubliettes par un Sarkozy qui se veut dominateur. Son appel "solennel" lancé au chef des FARC ressemblait à une leçon donnée par un maître à son élève. Est-ce ainsi que l'on négocie? Nombre de personnes censées ont ressenti cette intervention comme une nouvelle extravagance d'un Sarkozy à la recherche d'un nouveau soufle. 

Rodrigo Granda, ministre des Affaires étrangères des FARC a aussi notamment déclaré : "ils sont nombreux à demander la libération des "otages" mais nombreux aussi à oublier que les nôtres, les fils des pauvres qui ont lutté comme combattants de l'armée du peuple pour la justice sociale, sont dans des conditions pires que les prisonniers aux mains des FARC".

Sarkozy et Uribé discutent entre copains du sort de vies humaines en danger dans cette partie de l'Amérique du Sud qu'est la Colombie. Sarkozy procède de la même façon avec notre peuple qu'il cherche à étouffer avec des mesures antisociales pour asseoir sa dictature. Mais, comme les guérilleros colombiens en lutte pour se libérer du joug du fascisant Uribé, il n'est pas dit que les français qui viennent très majoritairement et démocratiquement de le démontrer dans les urnes, ne vont pas redresser la tête et descendre dans la rue.

En effet, ce n'est pas avec la gauche caviar qui aboie avec les loups, tant pour le Tibet que contre les guérilleros colombiens que la solution à nos problèmes va surgir. Seule la rue va nous permettre d'exprimer haut et fort notre Résistance à ce régime qui bafoue nos Droits Légitimes.
Jacques Tourtaux  



   






























Publié dans Les Amériques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article