6 MAI JOURNEE DE DEUIL POUR NOTRE PEUPLE

Publié le par Tourtaux

Depuis le 6 mai 2007, date anniversaire de l'élection de  Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, sur la foi de promesses mensongères, la journée du 6 mai est désormais  celle du deuil pour tous les français qui souffrent de la politique du néo-pétainiste et antisocial Nicolas Sarkozy.

L'élection de Sarkozy est illégitime au regard des principes républicains. Son attitude méprisante est indigne de ses fonctions qu'il ne cesse de violer : notamment la laïcité, la souveraineté du peuple contre laquelle Sarkozy a ratifié par la voix parlementaire la constitution européenne, les principes juridiques, maintien en détention de personnes ayant purgé leur peine, traquer les travailleurs immigrés et leurs enfants comme à l'époque de Pétain, application des prétentions du Medef dont l'un des ténors Denis Kessler dit vouloir démenteler le programme du Conseil National de la Résistance.

Nous devons nous attendre à de nouvelles et terribles réformes anti-populaires. La population laborieuse de ce pays ne peut attendre l'échéance électorale de 2012 car à cette date et s'il n'y a pas une riposte puissante et globale, il ne restera plus rien de l'héritage social, laïc et républicain, ni de la capacité de décision du peuple français.

L'expérience montre que les luttes par branches et dans la dispersion ne suffiront pas pour arrêter les casseurs de l'UMP. Sarkozy peut hélas aussi compter sur la complicité d'une prétendue gauche dont certains d'entre elles sont entrés dans le gouvernement d'ouverture de Sarkozy  ou flirtent avec tout ce qui gravite autour.

Face au discrédit de Sarkozy qui ne cesse de s'accentuer, seule une politique radicalement nouvelle, urgente et nécessaire qui mettra en oeuvre une politique fondée sur la souveraineté du peuple français, le rôle central des travailleurs dans la société, le primat des besoins humains sur le profit capitaliste, la coopération entre peuples libres contre la politique fascisante du tandem Sarkozy-Fillon et leurs très proches que sont la Parisot, le Medef, Barroso, Lamy, Trichet, le richissime Strauss-Kahn et autres individus grassement payés pour récompenser leur soutien sans limites au capital.

Oui, le 6 mai est une triste journée pour notre peuple mais aussi pour moi-même, date de mon anniversaire. Nous devons très vite réagir contre les mauvais coups que Sarkozy et ses godillots nous assènent si nous ne voulons avoir à vivre au quotidien un 6 mai à la Sarkozy.
Jacques Tourtaux

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article