8 MAI 1945

Publié le par Tourtaux

Le 8 MAI 1945 est fondamentalement le jour de la capitulation sans conditions de l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler. C'est bien parce qu'il s'agit d'une victoire des peuples sur la barbarie nazie et en aucun cas d'une victoire sur le peuple allemand que cette date est aujourd'hui, plus que jamais, riche d'un message de fraternité, de liberté et de paix.

Toute tentative d'en déformer le sens ne peut que susciter l'indignation des membres de la Résistance, de tous ceux qui sont attachés à cette leçon majeure de l'Histoire comtemporaine.

Aucune ambiguité ne doit dénaturer le sens du 8 MAI 1945. La paix n'est pas un acquis définitif. Parce qu'il en a besoin pour encore exister sur la scène médiatique, les propos récents réitérés par le hideux Le Pen, remettant en cause l'existence des chambres à gaz dans les camps de concentration nazis que l'odieux personnage considère comme un "détail" de l'histoire de la seconde Guerre mondiale sont là pour nous le rappeler.

C'est pourquoi, nous devons nous tourner vers l'histoire pour en tirer les leçons, conscients que la barbarie peut sans cesse resurgir et que tous doivent savoir afin de prévoir et de réagir en conséquence sans béat fatalisme.

Plus l'Humanité s'éloigne de la seconde Guerre mondiale, plus son interprétation dans les ouvrages historiques, les émissions télévisées et les écrits par la presse acquiert de l'importance. Les récits subjectifs ou délibérément altérés des faits causent un préjudice énorme à l'éducation des jeunes générations.

Si le 8 MAI 1945, tous les combats sont terminés sur le front de l'Ouest, ils continuent dans le Pacifique. La capitulation des forces japonaises, sera signée le 2 septembre 1945.

                                                                                     BILAN DE LA GUERRE

Soixante-et-un états, les trois quarts de l'humanité ont été engagés dans la seconde Guerre mondiale : cent dix millions d'hommes ont été appelés sous les armes.

Les sacrifices consentis par les peuples furent énormes. Les pertes humaines (uniquement les morts) ont été de :

                                                                         - Plus de 2O.OOO.OOO pour l'U.R.S.S

                                                                         - 6.000.000 pour la Pologne
                                                                         - 1.706.000 pour la Yougoslavie
                                                                         - 605.000 pour la France
                                                                         - 405.000 pour les Etats-Unis
                                                                         - 357.000 pour la Grande-Bretagne

Cette guerre déclenchée par les nazis, a coûté à l'Allemagne 13.600.000 morts, blessés et disparus. Le Japon a perdu 1.500.000 soldats, 140.000 civils à Hiroshima le 6 AOUT 1945, 74.000 à Nagasaki le 9 AOUT 1945.

La France a eu 200.000 soldats tués au combat, 240.000 prisonniers de guerre et déportés ont péri en Allemagne. Les déportés dans les camps de la mort environ au nombre de 235.000, il y eut 38.000 rescapés. 600.000 autres jeunes Français furent victimes de la déportation du travail. 60.000 Français périrent en pays ennemi, dont 15.000 fusillés, pendus ou décapités pour faits de résistance.

La France perdit également 160.000 victimes civiles, 20.000 fusillés comme résistants ou en réprésailles.

Le prix payé par les peuples est incommensurable : 54.800.000 soldats et civils tués, 90.000.0000 de blessés.

Les leçons de la seconde Guerre mondiale ne doivent pas être oubliées, ni par les générations actuelles, ni par celles à venir.

Ce 8 MAI, Nicolas Sarkozy, président de la République va commémorer le 63 ème anniversaire de la fin de cette terrible tragédie. Puisses-t-il se faire le porteur de la voix de la Raison, de la Sagesse et de la Paix. Nicolas Sarkozy qui, en toute modestie, vient de fêter ses 1 an de pouvoir fascisant et dont l'attitude belliciste envers les nations qu'à ses yeux, il considère comme " rebelles" font craindre le pire sachant qu'il est désormais le plus zélé des alliés de Georges Bush, ce grand criminel de guerre.

Nicolas Sarkozy ferait bien de s'inspirer des propos de l'ancien déporté-résistant et fils de résistant mort sous la torture, Henri Krasucki : "Nous n'avions pas de vanité. Nous avions fait notre devoir. C'est tout ".

"L'humanité a acquis des connaissances, des savoir-faire qui lui donnent des potentialités vertigineuses, mais ne les lui garantissent pas. On voit à quel usage dévoyé et à quelles catastrophes  ils peuvent conduire !  Mais comment ne pas songer à ce que pourrait devenir la planète des hommes, dès lors qu'une volonté transformatrice, lucide, massive, des rapports sociaux, des rapports entre les peuples, imposerait des voies nouvelles, vraiment démocratiques, vraiment coopératives et solidaires? Il y a un fantastique défi à relever, et des motifs de mobilisation, d'invention, d'initiative, de combativité et de création pour maintenant et les temps qui viennent. L'espèce humaine a su faire ou subir des tragédies, mais aussi accomplir des exploits admirables. Ce fut vrai, il y cinquante ans. Pour quelles raisons les générations actuelles ne sauraient-elles pas répondre à leur époque"?

Comme l'a écrit Jacques Duclos :  C'est comme un cri d'espoir et de confiance, destiné à chacun de ceux qui ont fait le sacrifice suprême pour délivrer la France de l'oppression nazie, que lançait Paul Eluard en des vers inoubliables, exaltant la liberté : 

                                                                               Sur les marches de la mort 
                                                                                J'écris ton nom.


Et ce combat pour la liberté, pour la patrie qui fut celui de tant de morts glorieux, est aujourd'hui, dans d'autres conditions, le combat de millions de Français et de Françaises, c'est le combat d'un grand peuple héritier de glorieuses traditions, d'un peuple pour qui le poête semble avoir écrit ces mots évocateurs et lourds de signification :

                                                                                     Je suis né pour te connaître
                                                                                      Pour te nommer
                                                                                      Liberté.

 

Jacques Tourtaux

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Guerre1939-45

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Bonjour mamie,<br /> <br /> Je viens d'aller votre blog que je découvre, ça a de la gueule. Le mien souffre de mes lacunes dans le domaine de l'informatique mais, l'important pour moi, est d'écrire des articles aussi souvent que possible pour crier ma colère de ces gouvernants qui n'en font qu'à leur tête sans se préoccuper des souffrances qu'ils engendrent.<br /> <br /> A plus. Amicalement.<br /> Jacques Tourtaux
Répondre
C
Bonjour Jacques, je découvre ton blog, très bel article, très juste bilan. Mais les leçons de l'histoire apparemment ne servent pas pour les générations qui suivent.<br /> charlotte (mamie sceptix)
Répondre
A
le dernier bilan des historiens en Russie relève plus de trente millions de morts soviétiques.Il est de bon ton de cracher sur le pays des soviets grâce à qui, pourtant, nous sommes là.<br /> En ce 8 Mai pensons à toutes celles et ceux qui furent de ce combat et en particulier à ce premier état socialiste qui apportera la victoire finale le..9 Mai.<br /> <br /> SALUT ET FRATERNITE
Répondre
C
Très bel article comme d'habitude. Il est important de transmettre à nos jeunes une histoire claire et réelle, sans préjugés et ne pas minimiser les détails de celle ci car c'est bien connu qu'avec le temps, nous avons tendance à le faire.<br /> Demain, réunissons nous pour commémorer auprès des derniers résistants la fin de ce carnage.<br /> Les parents ne permettent pas à mon goût à leurs enfants de participer à ces commémorations. Mon fils de 10 ans est habitué à y assister et il se fait un plaisir à chaque commémo de m'accompagner, de chanter la marseillaise et de serrer la main aux anciens d'Algérie. Tout un symbole que les parents laissent partir en ne transmettant pas ces valeurs.<br /> Dommage !!<br /> Car c'est en connaissant l'histoire que l'on construit son avenir et que l'on sait comment l'orienter.<br /> Merci pour cet article et pour ton engagement passé et à venir .
Répondre