CONSEILS DE CLASSE

Publié le par Tourtaux

Bulletin du Pôle de Renaissance Communiste en France à l'adresse des personnels de l'Education nationale

9O OOO suppressions de postes dans les cinq ans à venir ( avec à la clé des licenciements pour " défaut de mobilité " !), casse du statut, allongement de la durée du travail, " lycée à la carte", diminution des horaires de cours (1er et 2ème degré ),  casse de l'enseignement pro, mise en concurrence des établissements, privatisation de fait de l'Université... 

                                     Non à la collusion de Darcozy et du PS pour casser les lycées publics
                                  Oui à l'unité  des lycéens et des profs contre les suppressions de postes
                                               et les contre-réformes Darcos contre l' Education nationale

Confronté à la fronde des lycéens, à la montée des luttes chez les enseignants ( grève du 15 mai, manif nationale du 18, initiatives du 24...), Darcos manie la répression (relance du service minimum, c'est-à-dire d'une pratique de briseur de grève consistant à payer des fonctionnaires territoriaux payés sur les retenues de salaires infligées aux grévistes !) et les manoeuvres de division. Tout en insultant les lycéens en grève traités de bouffons dans le Figaro-magazine, il s'entend avec les dirigeants de la FIDL et de l'UNL pour qu'ils appellent à l'arrêt du mouvement, en échange de saupoudrage de 1500 "assistants pédagogiques" (sous-payés par rapport aux profs, et non titulaires d'un concours de la fonction publique et dont on sait, expérience aidant, qu'ils seront licenciés rapidement).

Or, non seulement le plan Darcos est maintenu, mais cette mesure annoncée va dans son sens, à l'encontre des principes républicains qui fondent le service public d'Education nationale. Ce redéploiement qui équivaut à une déqualification lourde du métier de professeur et qui se traduira à l'arrivée par une forte baisse du niveau de l'enseignement et des diplômes, s'inscrit en effet dans une dégradation à l'anglo-saxonne du contenu du lycée (prenant appui sur "le socle commun" mis en place dans les collèges) qui vise à supprimer quantité de cours et d'options pour les remplacer par un saupoudrage de "répétitions" sans garantie de niveau, avec un déluge de méthodologie plus ou moins vide, de bachotage et sans garantie de CONTENU. Il s'agit là d'un piège pour les jeunes et d'une manoeuvre démagogique, bien dans la ligne de ce qu'avait tenté le ministre PS Allègre pour opposer enseignants et lycéens en promettant à ceux-ci la fin magique des redoublements et " le lycée à la carte", dont les résultats dans les pays anglo-saxons sont catastrophiques en termes de niveau, de culture et d'égalité des chances.

Non seulement cela coulerait les jeunes de milieu populaire, qui n'ont d'autre moyen que les cours pour apprendre des matières et exigeantes sous la direction d'un professeur ayant un fort niveau universitaire (on ne triche pas avec le savoir!), mais cette contre-réforme fera le jeu de l'enseignement privé et patronal dont on gage qu'il maintiendra au maximum les COURS pour attirer "l'élite", pendand que dans un maximum de lycées publics on fera toute l'année du sous-TPE sans contenu en occupant les élèves. A l'arrivée,  le bac dont le niveau resté élevé en France, sera supprimé ou privé de sens, ce qui aidera les patrons à dévaluer encore davantage les salaires (le bac est la base des conventions collectives !).

En outre, la contre-réforme Darcos maintenue avec désormais le soutien de l'UNL/FIDEL aggravera de manière inouie les conditions de travail des profs qui, comme l'avait proposé S. Royal, passeront leur vie au lycée et deviendront des animateurs scolaires dont les connaissances universitaires et l'expérience d'enseignement seront moquées et méprisées. Ils travailleront de plus en plus tout en voyant leur salaire réel baisser, leurs pensions de retraites amputées avec pour seul effet d'aider le ministre à supprimer toujours plus de postes,  à préparer un méga-plan de licenciement pour les enseignants jugés pas assez mobiles et à préparer leur éviction finale au profit de personnel sans statut, moins formés, moins syndiqués, plus dociles et moins rémunérés.

Et tout cela pour quoi, sinon pour aider l'Union européenne de Maastricht à obtenir la compression des "dépenses publiques" françaises portant sur le social et le fonctionnement des services publics !

C'est pourquoi le PRCF et la Jeunesse pour la Renaissance Communiste en France condamnent à la fois les suppressions de postes et les gravissimes contre-réformes que prépare Darcos avec l'aide des dirigeants de la FIDEL et de l'UNL, qui sont notoirement pilotés par le PS maastrichien. Rappelons  que ce parti d'"opposition", dont certains ténors siègent au gouvernement, au FMI (DSK) ou à l'OMC (Lamy), a déjà permis, avec ses vassaux de la direction UNEF de casser pour quelques miettes la lutte des étudiants contre la LRU !

Lycéens, ne vous laisser pas pièger ! Dans les formes préservant votre avenir scolaire,  intensifiez l'action en
alliance avec vos enseignants, qui travaillent pour vous au quotidien et que Darcos veut isoler pour que les luttes de mai 2008 ne se transforment pas en un grand "tous ensemble et en même temps" analogue à celui qui fit trembler la bourgeoisie en mai 68 !

Enseignants, détachez-vous du pseudo-discours "moderniste" des partis maastrichiens de l'UMPS qui veulent désocer l'Education nationale laïque pour aligner notre pays sur les normes férocement inégalitaires de la Grande Europe capitaliste et des USA.

Rompons ensemble et en même temps avec la droite de Sarko-Fillon-Darcos, mais aussi avec la fausse gauche du PS, les Allègre, Royal, Julliard, tous également ennemis de "l'exception française", c'est-à-dire de l'héritage humaniste de 1789 et de 1945. Darcos serait sûr d'échouer si le PS et ses satellites "syndicaux" ne lui venaient constamment en aide, comme le font déjà Chérèque, Mailly et bien souvent Thibault sur les autres fronts sociaux. 

C'est le moment de réussir grèves et manifs, en tirant profit du discrédit mérité de Sarkozy et de l'essor des luttes pour l'emploi et les salaires dans le privé et le public.

Défendons l'Education nationale et le statut de la fonction publique ! Comprenons qu'on ne pourra  sauver les acquis républicains sans rompre avec cette UE du capital dont Sarkozy et l'UMPS sont les courroies de transmission : car le jour où les salariés et les jeunes auront majoritairement compris que l'ennemi n'est pas le "communisme" mais le capitalisme euro-mondialisé, les Darcos, Fillon et autres Allègre ne péseront pas lourd face aux millions de jeunes et de travailleurs qui en ont assez de voir casser la France laïque et républicaine au seul profit d'actionnaires milliardaires.

Un rappel utile :
Créé en 1946 par Maurice Thorez,(PCF) ministre d'Etat, pendant qu'Ambroise Croizat (PCF) créait la Sécu et les retraites par répartition, que Marcel Paul (PCF) nationalisait l'électricité, qu'H. Wallon et Joliot-Curie (PCF) reconstruisaient le CNRS et l'Education nationale. Ne comptons pas sur le futur manuel d'histoire officielle franco-allemand mis en place par Chirac et Merckel (!) pour rappeler ce que le progrès social et économique doit en France aux ministres communistes de 1945, époque où le PCF sorti de la Résistance obtenait 29% des voix... Notre peuple n'en finit pas de payer dans sa vie quotidienne les campagnes de criminalisation du communisme de la droite ultra et de la fausse gauche !

A noter également une grande manif interprofessionnelle le 22 mai prochain. Dix organisations syndicales appellent à des grèves et manifestations contre le passage  à 41 ans de cotisations. Les retraités doivent se mobiliser massivement. Qu'on se le dise ! 
Jacques Tourtaux









































































   




 









Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article