LES 10 ET 17 JUIN LE GRAND CIRQUE

Publié le par Tourtaux

Voilà que la colérique petite CFTC crache au visage des traîtresses CFDT et CGT et exige que celles-ci retirent leur signature de la "position commune" qui a servi de base au gouvernement pour autoriser les entreprises à remettre à plat les 35 heures. L'ulcérée CFTC qui veut jouer dans la cour des grands ne décolère pas et ajoute "qu'en ayant signé ce texte, les deux organisations syndicales de salariés signataires demandent à tous d'éteindre l'incendie qu'avec le MEDEF,  elles ont contribué à allumer".

Cet argument n'est pas faux. Chérèque et Thibault se rendant compte de leur énorme bévue serrent les fesses mais le couple d'oiseaux rares a, semble-t-il du plomb dans l'aile puisque le nouvel appel à la grève pour le 10 juin dans la Fonction publique est décidé par la FSU, la CGT et Solidaires. La CFDT n'appelle pas pour l'instant. 

Encore une grévette  d'une journée qui va faire perdre de l'argent aux grévistes pour rien et amuser la galerie ministérielle. Où est donc passé le Tous Ensemble réclamé par la population laborieuse toute entière et que refusent d'entendre les "leaders" syndicaux affaiblis par leur discrédit ?

Bernard Thibault qui ne sait plus à quel saint se vouer invite à la moblisation contre la réforme des 35 heures le 17 juin, presque à la veille de la grande démobilisation qu'est la vacance scolaire.

Pourquoi ne pas faire converger les millions de mécontents de ce pays vers un grand mouvement d'ensemble des travailleurs des secteurs publics et privés? Que s'unissent les ouvriers, les pêcheurs, les paysans, les SDF, les étudiants, les sans-papiers, les lycéens, les chômeurs, les rmistes et toutes la population qui n'en peut plus, qui en a marre d'être condamnée à crever à petits feux parce qu'un moins que rien a abusé des plus crédules et des plus vulnérables en leur mentant effrontément pour se faire élire à la présidence de la République. 

Seule l'immense déferlante de tout un peuple en colère pourra éjecter ce gosse de riches de son trône. Si les millions de pauvres de France, si toutes les personnes progressistes éprises de justice sociale et de paix manifestaient ensemble, Sarkozy et son équipe de fossoyeurs de la République ne péseraient pas lourd. Que représentent deux cent familles d'escrocs milliardaires à côté de dizaines de millions de citoyens français? 

Comme en MAI 68 où le formidable mouvement est parti des syndicats ouvriers de base et dont le détonateur en fut la colère étudiante, faisant trembler tous les richards, exploiteurs de la misère, faisons rendre gorge à tous les voyous de la politique politicienne et mensongère. Unissons nos forces en dehors de toutes les tractations indignes de prétendues organisations syndicales ouvrières et là, sans aucun doute, ce fascisant gouvernement qui veut diriger la France à partir de l'intégrisme religieux  rira jaune.

Aux attaques tous azimuts de ce mal élu, répondons par d'immenses manifestations tous azimuts et Sarkozy et son équipe devront se soumettre et subir la vindicte populaire.   

Certes, nous ne réagissons pas tous de la même manière. Certaines couches de la population sont nettement plus touchées que d'autres mais la souffrance des uns va hélas devenir contagieuse pour des millions de personnes, y compris celles appartenant aux classes moyennes. Sarkozy est de ceux qui jouissent des souffrances qu'engendre sa politique suicidaire.
Jacques Tourtaux 
































 

   

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux Jacques 06/06/2008 16:19

Cher camarade Bodmig,

Tu as raison lorsque tu dis que le syndicat est un outil de travail et qu'il appartient aux salariés qui l'utilisent pour se défendre et obtenir satisfaction de nos revendications.

C'est également vrai que le syndicat de base
et ses syndiqués ne sont pas responsables de toutes les misères dont sont victimes les honnêtes gens. Se sont les syndiqués qui doivent façonner le syndicat dont ils ont besoin pour se battre.

Là où je ne suis pas d'accord c'est de dire que nous sommes tous responsables. Nous, les gars de la base, nous faisons ce que nous pouvons mais, nous n'avons pas à endosser les erreurs volontaires faites par les dirigeants syndicaux. Nous ne pouvons pas laisser faire ces réformistes qui, si nous n'y prenons pas garde, vont nous faire perdre tous nos acquis sociaux.

C'est pourquoi, je suis de ceux qui pensent que notre rôle à nous qui sommes des militants syndicaux de base est de tout faire pour mobiliser les forces vives de ce pays que sont les travailleurs.

Je suis persuadé que tu es un bon camarade de terrain et, comme moi, Caroléone et tant d'autres, tu en as assez de cette malheureuse situation dans laquelle, nous les petites gens sommes plongés parce que dans notre CGT il y a beaucoup trop de planqués qui vivent des cotisations des copains.

Je voudrais revenir sur la situation difficile, délicate et dangereuse que vivent nos camarades sans-papiers qui se battent pour leur survie et leur Dignité et, que voit-on? Des directions syndicales qui trainent les pieds et freinent des quatre fers pour empêcher le développement et l'extention des luttes à tous les sans-papiers de France qui, c'est évident, ont le soutien de la population laborieuse de ce pays.

Je ne suis pas fier de nos dirigeants. Par leur comportement, ils volent au secours de Sarkozy qui en profite pour s'engouffrer dans cette voie royale que "nos" dirigeants syndicaux de haut niveau lui tracent.

Il ne faut surtout pas baisser les bras pour montrer à ces guignols que les choses vont tôt ou tard se régler dans la rue.Voilà ce qui leur fait peur tout autant qu'aux riches.
Un retraité CGT cheminot.
Jacques Tourtaux

Bodmig 06/06/2008 15:02

La question est comme tu le dis est ; est ce que les gens sont pret a se mobiliser! Le syndicat est un outil a nous salariés et non salarié de l utiliser. Dire c'est la faute du syndicat c'est n'importe quoi. De toute facon dans ce pays des que quelque chose ne fonctionne pas bien on cherche un responsable... NOUS SOMMES TOUS RESPONSABLE

caroleone 30/05/2008 15:07

Nous sommes le 30 mai, c'est la fin du mis....et notre espoir de grande mobilisation a échouée et tu as raison, les syndicats ont du plomb dans l'aile.
Nous avons malgré tout fait de belles manifs mais comme tu le dis, cela a fait perdre de l'argent aux grévistes et BASTA...
Il y a lieu d'enclancher la vitesse supérieure et j'en ai également marre d'attendre que les syndicats trop mous se remuent.
Est ce que le peuple est prêt à descendre dans la rue ?
Je n'en suis pour ma part, pas persuadée.