HONTE AUX FOSSOYEURS DU PCF !

Publié le par Tourtaux

Mais qui donc sont ces dirigeants pseudo communistes, sans foi ni loi qui piétinent allègrement ce que des centaines de milliers de communistes ont construit, pour certains camarades, au prix de leurs vies ou de leur santé. Nombreux sont les camarades qui ont donné le meilleur d'eux-même pour que vivre le parti, pour vivre debout et marcher la tête haute. Le PCF a longtemps été redouté, craint et respecté de ses adversaires politiques.

Quand est-il maintenant ?  Comment une chose pareille, ce crime abominable est-il possible ? Il ne faut pas être communiste pour faire subir aux authentiques communistes un tel déshonneur !  

La presse réactionnaire se déchaine contre le Parti Communiste dont la majorité des dirigeants n'est pas digne de s'exprimer au nom des communistes, ceux qui font encore ou ont fait le PCF; celui des luttes contre la guerre du Rif; du parti des fusillés; du parti qui lutta contre la guerre coloniale menée en Indochine avec notamment de vaillants camarades comme Henri Martin; celui du combat contre l'autre guerre coloniale menée en Algérie par de courageux camarades comme Alban Lietchi ou comme notre jeune camarade Daniel Féry qui le paya de sa vie à l'âge de 15 ans.

Quand on a été CDH, que l'on a participé à de nombreuses ventes de masse de l'Huma, manifs diverses à l'appel du glorieux PCF, on ne peut accepter une telle déchéance, on ne peut accepter cet enterrement des valeurs républicaines, laïques et révolutionnaires que nous a inculqué le parti, sans souffrir intensément.

Comment de prétendus communistes peuvent-ils orchestrer, programmer ainsi la fin du PCF? Des fossoyeurs sont donc à la direction du PCF. Il est évident que ces gens-là n'ont que faire de l'idéal communiste, si ce n'est pour l'utiliser à des fins personnelles. Ce sont des hommes et des femmes d'appareil et l'on retrouve les mêmes ou leurs semblables dans les organisations syndicales qui, pour les raisons évidentes que j'évoquent ici  ont perdu toute identité avec la lutte des classes et de masse.

Lorsqu'en 1958, j'ai adhéré au PCF, j'avais une certaine idée de l'idéal communiste. Pour moi qui suis né révolutionnaire mais qui a du tracer son sillon car mon entourage familial ne m'a jamais facilité la tâche, le parti, c'était l'exemple à suivre, le modèle de probité, d'honnêteté. J'ai calqué toute ma vie de militant communiste sur la droiture, la dignité et le respect des humbles. 

Mon oncle Hilaire, vieux cheminot communiste exemplaire m'a initié à ce qu'était le redoutable honneur d'être communiste. Mon oncle m'a dit en 1958 : un communiste doit toujours montrer l'exemple, un communiste doit toujours essayer d'être le meilleur. Voilà ce que je retiens de ma première éducation à l'idéal communiste et c'est ainsi que je me suis efforcé d'appliquer ses principes en m'efforçant de ne pas m'en écarter, ceci jusque fin 1998, où, las des querelles intestines continuelles au sein du parti, j'ai décidé de quitter celui-ci.

Que mes détracteurs et je sais qu'ils sont nombreux ne ricanent pas sournoisement dans mon dos, car ne leur en déplaisent, je reste fidèle à l'idéal communiste de ma jeunesse. Je reste fidèle aux combats pour les libertés que mon oncle m'a enseignés; je reste fidèle aux luttes menées lorsqu'avec le parti et l'UJCF, nous combattions contre la Guerre coloniale menée par de Gaulle en Algérie; je reste fidèle notamment aux combats menés par nos aînés, aux idéaux de lutte contre les fascismes hitlérien et pétainiste; je reste fidèle à toutes les luttes auxquelles j'ai participé avec le PCF.

Désormais, les premiers dirigeants du PCF rament à contre courant, prennent des positions que je ne puis cautionner car elle ne correspondent plus à l'idéal communiste. Mais, j'ajoute que ce n'est pas parce que je ne suis plus encarté au PCF, ni nulle part ailleurs que comme tout communiste qui se respecte, je ne souffre pas intensément de voir le triste spectacle de désolation qui consiste à voir vider une partie des locaux et des biens historiques du PCF par de faux communistes,  encore actuellement à la tête de ce même PCF.

En effet, voire que des locaux du PCFsont ainsi galvaudés, sans oublier les suppressions de postes qui vont en découler, de surcroît situés place du colonel Fabien, l'un des plus prestigieux héros communistes de la Résistance, quelle honte, quel affront fait à ce camarade. Je ne peux m'empêcher de penser à Pierre Semard, à Benoît-Frachon, à Jacques Duclos, à Guy Môquet, à Danielle Casanova. Je pense également à Jean Jaurès, fondateur du journal l'Humanité et à tant d'autres que je ne puis tous citer tant ils sont nombreux et dont le coeur saigne à cause de l'indifférence de certains imbéciles qui, sans états d'âmes saccagent cette grande maison des glorieuses luttes des classes, l'Honneur des communistes.    
Jacques Tourtaux



















   
 






















  

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux Jacques 29/08/2008 18:49

Ne t'inquiètes pas, si rien ne va plus en ce bas monde, une grande lueur d'espoir point à l'horizon. Je suis plus que jamais confiant et convaincu que les choses évoluent à contre sens pour les impérialistes. Il suffit de voir tous ces peuples miséreux qui se dotent de gouvernements démocratiques et ce coup de tonnerre dans le ciel de Colombie où la crapule Uribé est mis au ban des accusés par la plus haute juridiction de son pays. Il faut en avoir du cran pour s'attaquer au criminel et chef des narco-trafiquants de Colombie.

En rejoignant forcément l'oligarchie de son pays, la bête en Cour ne va peut-être pas se presser pour rentrer en Colombie. Après tout, la gazelle s'est fait des amis chez nous. Il y a même un triste individu qui, en notre nom à tous, lui a remis une breloque pour la récompenser de ses énormes mensonges et de ses féaux services.

Ceci dit en passant, notre hôte de l'Elysée continue son programme et voyage beaucoup à nos frais. Il s'est "distingué" dans l'abject lors du récent drame afghan.

A force de nous rabaisser, ce prétentieux sans éducation va finir par se faire moucher.

Comme tu le dis si bien, nos adversaires vont se prendre des retours de manivelles et j'ajoute que je reste plus que jamais confiant et d'une fidélité constante à notre idéal.
Le communisme est la jeunesse du monde.

Cela, personne et surtout pas le glandouilleux Sarkozy ne l'empêchera.
Jacques Tourtaux

caroleone 29/08/2008 17:51

Et oui, c'est comme cela et nous ne pouvons hélas rien y faire...
Je comprends ton écœurement car je suis également très déprimée par tout cela, néanmoins, je veux garder espoir car des retours de manivelles, nos adversaires en auront bientôt.
Je salue au passage ton état d'esprit et ta fidélité envers les idéaux communistes, ton oncle avait bien raison de t'inculquer ces valeurs qui t'ont guidé tout au long de ta vie
.
Avoir des proches communistes n'est pas à la portée de chacun et lorsque nous avons la chance d'en faire partie, nous savons que nous avons les bonnes bases et que ces dernières nous permettrons d'aider autour de nous.