LA TRAHISON DES COMMUNISTES MUTANTS DE L'AGGLOMERATION REMOISE

Publié le par Tourtaux

Lors de mon article du mardi 23 septembre dernier, je dénonçais un déni de démocratie de la gauche caviar de Reims Métropole. La députée-maire socialiste, présidente de Reims Métropole, Adeline Hazan annonçait la création d'une Taxe des Ordures Ménagères pour Reims Métropole.

Cette taxe a été supprimée en 1978 par la municipalité communiste dirigée par Claude Lamblin. Je ne vais pas revenir sur la totalité de cet article mais simplement sur le fait que je ne me suis hélas pas trompé quant au vote des élus communistes qui, grâce à leur vote avec leurs alliés de la gauche plurielle viennent de nous coller un impôt, une taxe, appelons ça comme on voudra, pouvant aller de 100 à 170 euros par personne imposée, voire 250 à 300 euros et comme cet impôt nouveau s'adresse à tous, il pénalisera également les ménages les plus modestes. Cette taxe variera selon la commune et le quartier d'habitation.

Je viens de lire le compte-rendu du conseil communautaire du 29 septembre 2008. Michel Guillaudeau, conseiller municipal communiste de Reims a fait la proposition d'amendement suivante :

" Le projet de délibération 203-08 concerne les questions des déchets, de l'eau et des transports, c'est-à-dire trois budgets différents. La pratique habituelle est que les débats autour du Budget de la Communauté d'Agglomération s'organisent budget par budget.

Je propose donc que les débats et les votes concernant la délibération 203-08 soient organisés en trois parties distinctes : eau, transports, déchets, dans l'ordre indiqué dans le libellé de la délibération." 

Réponse de la présidente : cela ne me semble pas opportun, les trois sujets étant liés.

En clair, où les élus communistes votaient contre cet impôt appelé taxe pour la circonstance, ou ils votaient pour ou s'abstenaient, ce qui reviendrait au même quant au résultat désastreux pour les contribuables de l'agglomération.

Les communistes Michel Guillaudeau, conseiller municipal de Reims et Jean-Claude Mauduit, adjoint au maire socialiste de Bétheny (qui était absent), ont voté contre cet impôt.

Selon le quodidien régional L'Union de ce jour, les autres élus communistes ont voté pour cette taxe. Je cite : "Adeline Hazan avait pourtant bien tenté dès le départ de mettre la pression sur ceux qui voteraient contre la mise en place d'une taxe d'enlèvement des ordures ménagères... Mais hier soir, neuf conseillers communautaires sont allé à l'encontre et se sont opposés à cette décision.

Le leader du PC, Michel Guillaudeau a ainsi voté contre rappelant que "les Rémois paient déjà pour ce service par le biais d'autres impôts".   

A Bétheny, le communiste Jean-Claude Mauduit s'est également opposé s'interrogeant sur la rapidité de sa mise en place à un taux, "très élevé", 

Les autres élus communistes, de Reims comme d'ailleurs, ont par contre tous voté pour..."

"Diriger l'agglomération, c'est avoir du courage", a insisté la présidente Adeline Hazan. Cette décision n'est ni de droite, ni de gauche..."

Le journal L'Union ajoute : "Pour faire passer la pilule, Adeline Hazan a fait voter trois autres décisions : la réduction de 10% du prix de l'eau à partir du 1er janvier 2009, le gel des tarifs des transports pendant deux ans et l'exonération pour moitié du titre annuel  de transport pour les bénéficiaires de la CMU.



Il est bien évident que l'ancien maire de droite a laissé un cadeau empoisonné mais, les communistes savaient à quoi s'attendre en s'alliant avec les socialistes et les verts lors des dernières élections municipales. En s'accoquinant avec la députée socialiste européenne Adeline Hazan, grande amie de lamartine Aubry et de Lionel Jospin qui l'a parachutée sur Reims, le PCF devait s'attendre à ce que se renouvelle le "je t'aime, moi non plus" déjà patent dans la précédente municipalité où ils avaient été élus avec la gauche caviar sur une liste d'opposition. 

Il faut rappeler qu'Adeline Hazan a fait campagne pour le OUI au référendum et qu'elle et ses amis ont été sévèrement défaits. Il faut aussi rappeler que lors de la forfaiture socialiste qui a permis à Sarkozy de passer en force contre l'avis des 55% de français qui ont dit NON à l'Europe du fric, Adeline Hazan avait annoncé qu'elle voterait comme ses amis socialistes, donc aussi comme l'UMP et les centristes.

Alors que deux élus communistes ont voté contre cette Taxe honteuse qui va frapper douloureusement la population laborieuse, il apparait que les élus communistes n'ont pas eu tous une position cohérente et commune. C'est tous ensemble que les élus communistes devaient rejeter cet impôt. Il n'y a pas d'échappatoire possible, ni d'excuse immaginaire. Les élus communistes n'avaient pas le droit de faire le "coup du lapin" aux habitants de l'agglomération.

Il est parfaitement clair que ce sont les contribuables les plus pauvres qui vont encore être mis en difficulté et que l'on ne vienne pas me dire que le parti communiste n'a pas changé. Ce type d'exemple d'alliance contre nature n'est plus rare désormais.

Quittons l'agglomération Rémoise et regardons autour de nous. Au plan national, 80% des militants ont quitté le parti ou en ont été écartés, évincés d'une manière où d'une autre parce qu'ils n'ont pas accepté la position mutante du PCF. Si celui-ci continue conmme ça après son congrès national prochain, il n'existera plus. Le PS s'en balance puisqu'il oscille tantôt à droite, tantôt à gauche, toujours du côté du plus fort. Le PS n'a plus besoin du PCF puisque celui-ci n'a plus l'audience que lui ont permis d'avoir les militants. 

Si lors des dernières élections municipales, certains candidats ont fait d'honorables scores, c'est parce qu'ils se sont présentés drapeau communiste sorti. Partout, où les candidats communistes ont "ramassé une veste", c'est lorsqu'ils ont camouflé leur sigle PCF. 

Le Conseil Economique et Social de notre région Champagne-Ardenne, n'a-t-il pas un communiste, représentant CGT, élu au-delà des suffrages auxquels il pouvait prétendre? N'a-t-il pas été élu par des conseillers appartenant à la mouvance de droite ?

Cet autre membre de ce même Conseil Economique et Social, syndicaliste de son état,  qui a voulu me "mettre sa main sur la gueule" pour reprendre son expression, lors d'une manif où je vendais mes livres à la criée, n'at-il pas lui aussi sa carte au parti ? Je pense et je ne suis pas le seul, que ces communistes-là ne peuvent parler le langage des communistes vrais, celui de Marx, de Lénine, de Pierre Sémard et de tant d'autres de nos bons camarades. 

Ce qui vient de se passer au niveau de l'agglomération Rémoise est très grave. Des élus communistes ont, avec la gauche caviar asséné un coup terrible aux habitants, notamment ceux de condition modeste qui, pour les Rémois vont payer deux fois pour engraisser une entreprise privée. 

Pas de quoi pavoiser, les communistes mutants !
Jacques Tourtaux


























 






   
  

















 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux Jacques 01/10/2008 09:42

Oui, ça devrait être comme tu le dis mais,il y a tellement de choses que nous ne cernons pas parce que nous ne savons pas tout et surtout, nous ne devons pas savoir ou deviner.

Tout d'abord, j'ignore s'ils sont deux ou plus (ce que je crois)à avoir voté cette taxe, puisqu'il y a au moins deux communes qui ont des élus communistes, avec adjoints au maire dans ces deux communes mais, peut-être n'étaient-ils pas tous représentés.

Toujours est-il que par exemple, un jeune élu communiste de Reims est intervenu dans la discussion avec véhémence contre cette taxe inique et, cela n'a pas empêché ce conseiller de voter l'impôt dégueulasse.

J'insiste de nouveau sur le fait que l'ex-maire, de droite, qui ne s'attendait guère à une victoire de la gauche caviar n'a pas fait de cadeaux à ses suivants.

Mais alors, pourquoi ce que les communistes ont fait en 1978 lorsqu'ils ont conquis la mairie : suppression de cette taxe créée auparavant par la droite,n'a-t-il pas été possible ?

Ce n'est pas parce que le rapport de forces n'existe plus que les élus communistes actuels doivent accepter n'importe quoi et, du même coup, faire payer, notamment aux habitants de Reims, deux fois la sentence.

Comme je l'ai déjà évoqué, en Champagne-Ardenne, les choses ne sont pas claires au PCF que j'ai quitté en 1999, notamment en raison d'errements graves que je désapprouvais.

Je le dis dans plusieurs articles, l'appareil du parti cloisonne tout, sclérose tout ce qu'il peut.

L'essentiel étant d'avoir des "militants" aux postes responsables.

Qui a-t-il de glorieux à avoir un communiste embusqué à la tête du Conseil économique et social de Champagne-Ardenne, élu CGT, certes, avec les suffrages de représentants des syndicats, à l'exception de ceux de FO qui n'ont pas pris part au vote, mais aussi, avec la complicité de représentants qui sont loin d'être des amis de la CGT, voire du parti communiste.

Lorsque l'on en arrive à ce stade, je dirais, de la compétition, comme beaucoup de citoyens, je m'interroge ?

Lorsque l'on voit qu'un communiste ardennais est à la fois secrétaire départemental de la CGT et en même temps, président d'une mutuelle régionale, là encore, cela interpelle.

Chacun sait qu'actuellement , le PCF est en pleine mutation et que celle-ci n'est pas forcément appréciée de nombreux communistes cartés ou non;

lorsque l'on sait que cette mutation transforme dangereusement le PCF en un parti d'élus, force est de se poser la question : est-ce qu'il doit le faire à n'importe quel prix ?

Les élus communistes qui ont voté pour ce coup de poignard dans le dos des contribuables locaux, se rendent-ils compte de l'engrenage dans lequel ils se sont engagés et se mettent-ils à la place de ces familles qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts actuellement?

Savent-ils ces communistes que notamment à Reims, des personnes âgées font les poubelles pour survivre et bouffer alors que de temps en temps, un autre communiste va faire une bouffe avec l'enfoiré de l'Elysée.

Comme des milliers d'autres personnes communistes ou non, je me demande ce qui peut bien pousser certains communistes à en arriver à une telle collaboration avec un PS qui oscille plus à droite qu'à gauche, en raison de la perte de crédibilité d'un PCF mutant et qui ne répond plus aux exigeances populaires?
Jacques Tourtaux

caroleone 30/09/2008 20:29

Je comprend ta légitime colère Jacques et j'ai également honte de voir ce que des communistes ont voté. D'une part , pas d'unité de groupe dans le vote, c'est déjà une faute grave à mon avis. Les deux camarades qui ont voté CONTRE se devaient d'inciter leurs collègues a les suivre, pour moi, ces deux autres communistes n'ont rien à faire avec nous, car s'ils votent une taxe pour les ordures ménagères, c'est qu'ils sont certainement plus proches du PS que du PC. D'une autre part, le fait que des communistes fassent partie de la mairie, ils se devaient de tout faire afin d'éviter cette taxe, sinon, à quoi ça sert d'avoir des élus cocos ?