20 DECEMBRE A BORDEAUX : MANIFESTATION POUR LA DEFENSE DES EMPLOIS

Publié le par Tourtaux

                 MANIFESTATION POUR LA DEFENSE DES EMPLOIS DANS LA REGION

                                       SAMEDI 20 DECEMBRE 2008 A 10 HEURES

                                        PLACE DE LA REPUBLIQUE A BORDEAUX

Malgré ce qu'en disent le ministre de l'économie, les pouvoirs publics et quelques élus locaux, il n'y a rien dans les annonces de Ford qui puisse rassurer les salariés de Blanquefort. Certes, la direction confirme qu'il y aura bien un repreneur d'ici fin mars 2009. Mais pour combien de temps, pour combien de salariés, avec quels projets industriels ? Ford annonce bien qu'elle assurera une production sur le site jusqu'en 2011, mais pour quelle quantité et donc pour quel effectif ?

Depuis trop longtemps, la direction de Ford nous baratine et nous a habitués à dire des choses qui ont été contredites par la suite. Ce qui ressort de cette réunion ne sont que des déclarations qui n'engagent à rien et et qui ne servent qu'à " rassurer " et à calmer la mobilisation.

Nous alertons sur la situation de l'usine depuis 2001. Notre mobilisation, hors de l'usine, dure depuis 21 mois. Nous sommes en lutte pour la sauvegarde de tous les emplois, il n'est pas question d'accepter un soit-disant compromis comme si c'était plus réaliste.

Nous sommes 1700 salariés sur le site de FAI. Si ce site venait à disparaître, ce sont près de 10 000 emplois qui seraient menacés dans la région. Il y a les sous-traitants et tous les emplois induits. Il y a le site voisin Getrad-Ford (900 salariés) menacé indirectement. Il y a les pertes financières pour toutes les communes de Gironde. 

En clair, la situation serait catastrophique pour toute la région.

De plus, nous ne sommes pas seuls dans le département ou dans la région à être menacés. Que ce soit dans l'automobile, dans l'aéronautique, dans l'intérim, dans le commerce. Mais également dans le public : Enseignement, Poste, Santé... La grande majorité des salariés sont dans une situation d'inquiétude. Avec la crise actuelle, il ne se passe pas un jour sans qu'il y ait du chômage partiel annoncé dans une entreprise et des licenciements dans une autre. 

Dans de nombreuses entreprises (public ou privé) des salariés résistent contre les attaques, contre les reculs que gouvernement et patrons essaient d'imposer. Il y a urgence à riposter, tous ensemble. Il y a urgence à construire la convergence des luttes que nous espérons tous et que nous savons tous primordiale.

C'est pour cela que la CGT Ford appelle à un mouvement large pour la défense des emplois dans la région. Nous souhaitons participer à sa construction. Cela ne se fera pas d'un seul coup, nous le savons bien. Mais il faut bien prendre une initiative, comme cela a pu se faire au Havre le 8 novembre, qui peut être une étape vers un mouvement d'ensemble. Nous appelons donc à une manifestation pour le samedi 20 décembre.

Nous en appelons à toutes les forces militantes, aux syndicats, aux associations, aux collectifs, aux partis politiques, à tous ceux qui sont convaincus qu'il faut réagir unitairement à préparer " tous ensemble " cette journée de mobilisation.

Nous donnons rendez-vous à tous jeudi 4 décembre 2008 à 20 heures au CE de Ford (Blanquefort) pour préparer cette manifestation, ainsi que les jeudis suivants (11 et 18).

Source : COLLECTIF UNITAIRE POUR UN FRONT SYNDICAL DE CLASSE

http://collectif-classe.over-blog.com/article-25277950.html 

 

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux Jacques 06/12/2008 11:06

Chers camarades du syndicat CGT de l'entreprise métallurgique GUIMA-PALFINGER, de Caussade (82), votre commentaire annonçant notamment la suppression de 60 emplois n'apparait pas sur mon blog, peut-être tout à l'heure, je vais immédiatement remédier à cette absence en faisant un article sur les salariés de votre entreprise frappée de plein fouet par ces suppressions d'emplois car, j'estime que lorsque les travailleurs connaissent le drame du chômage, qu'il y ait 1,10,100 ou 1000 emplois supprimés, les misères endurées sont ressenties aussi douloureusement par les familles qui sont touchées, pour le grand bonheur des capitalistes et autres actionnaires qui licencient uniquement dans le but de se faire de l'argent SALE sur le dos de la classe ouvrière. C'est pourquoi, les manifestations du 20 décembre à Bordeaux, celle du 18 décembre à Douai notamment, doivent connaître une affluence de très grande importance.

Salut fraternel.

Jacques Tourtaux