CESSEZ DE NOUS PRENDRE POUR DES CONS !

Publié le par Tourtaux

Les politiciens de l'ultra gauche, celle qui est paraît-il à la gauche de la gauche et les directions syndicales, plus réformistes les unes que les autres, tout ce foutoir de la politique politicienne, nous, les petites gens, nous l'amalgamons aux syndicalistes ramollis par les années de planques dans les burlingues de leurs confédérations respectives. Nous avons ras le bol de ces énergumènes qui passent leur temps de réunionites en réunionettes pour faire accoucher la montagne d'une souris.

Le Sarkophage peut avoir le sourire. Jeudi dernier à la télé, il les a encore tous roulés dans la farine. Je ne suis pas certain que Sarkozy n'ait pas agi avec le concours de certaines complicités dans la gauche gôche et dans le syndicalisme de caniveaux, style CFDT et j'en passe.

Sortons des sentiers battus et causons un peu des pauvres gens qui n'en peuvent plus alors que tous ces fléaux-là n'en branlent pas une. Ca commence à bien faire les conneries des branquignoles qui ne savent rien faire d'autre que d'être au garde-à-vous devant l'enflure de l'Elysée. Vous ne voyez donc pas, bande de cons, que pour trouver plus cons que vous, il n'est pas besoin d'aller à l'Elysée. Il suffit de regarder comment agissent tous les groupuscules politiques se réclamant soit-disant de l'idéal communiste, celui auquel j'aspire mais, pas drivé par des incapables et calculateurs comme vous.

Pauvres cons, pour reprendre l'expression chère à Sarkozy, vous ne voyez pas que vous êtes la honte du peuple de gauche qui vous retire sa confiance bien mal placée.

Regardez, politiciens véreux, ce que vous êtes en train de faire de notre peuple ! Regardez ces miséreux qui font les poubelles pour survivre! Regardez vos mains pleines de boue et bientôt pleines du sang des pauvres gens dont vous porterez la responsabilité de ce qui va forcément arriver si vous ne bouger pas votre cul. Une politique vraiment ancrée à gauche, une politique au service du peuple, pour le peuple, conduite par des élus du peuple comme nos aînés et pas seulement eux, ne passe pas par la soumission, la collaboration, la trahison comme ne cessent de le faire le PS et toutes les sangsues collées à ses basques.    

Regardez la misère engendrée par les représentants du MEDEF, actuellement au pouvoir avec leurs valets de la gauche caviar, cette fausse gauche qui est bien trop lâche pour oser dire son nom. Regardez ce ramassis de crapules qui gouverne la France et qui n'a pas à s'en faire puisque d'autres partisans d'une gauche qui serait moins ramollie que l'autre, se tirent dans les pattes. Comme beaucoup de braves gens, j'explose.

Regardez donc les Mélanchon, les Laguiller, les Buffet, les Besancenot et compagnie, ils s'assoient tous sur la souffrance des malheureux. Comme des enfants trop gâtés, ils se battent à coups de polochons pour tirer la couverture à eux. Les gens crèvent et ceux qui devraient être aux côtés de ceux qui souffrent se déchirent. Ils sautent sur tout ce qui bouge mais rien ne sort de leurs grandes envolées oratoires. Il me font penser à des coqs sur des tas de fumiers. En attendant, les loqueteux, ce sont nous, classe ouvrière, ce sont nous qui sommes chaque jour davantage paupérisés. Le Sarko n'est pas dingue, il joue avec eux comme la vérole se jette sur le bas clergé. Tout le monde ne peut pas être adoubé par Benoît XVI !

Après la fête des politiques, si on faisait celle des grands syndicalistes qui ne cessent de tourner le dos à cette classe ouvrière qu'ils sont pourtant censés représenter. Que nenni, ils n'en ont rien à foutre de ceux qu'ils renient quotidiennement.

Revenons un peu en arrière mais pas trop loin, on ne s'y retrouverait plus tant nos carrièristes syndicalistes ont bossé pour défendre les intérêts de leurs mandants.

 Le plus combatif contre...les salariés : le plus beau, le meilleur, c'est François Chérèque. Comment ça, vous ne le connaissez pas? Ne me dites pas que vous ignorez de qui je parle? Mais si, il est facile à reconnaître, il a une tronche de faux-cul et il abonde toujours dans le sens voulu par le MEDEF et leur laquais Sarkozy. C'est pas compliqué, ce monsieur est contre les grèves. Bien sûr que ça existe des "syndicalistes" anti-syndicalistes. Chérèque et sa centrale syndicale, ils signent tout ce qui fait mal aux pauvres.
Vous croyez que cet individu a un jour goûté aux affres de la misère? Souvenez-vous, c'est récent, lorsque Bernard Thibault a proposé sa journée d'action pour début janvier 2009, c'est encore le Chérèque qui a usé de son influence, (il n'a pas dû avoir beaucoup à forcer son talent), s'est roulé par terre en chialant qu'il ne fallait pas déranger les pauvres patrons et leur laisser le temps de se retourner. Et hop, le tour fut joué pour le 29 janvier.

Ce que n'avaient pas prévu le ténébreux François, Bernard Thibault, ceux de FO, de la FSU, de la CFTC, de Sud, de la CGC, de l'UNSA et tous les autres, c'est qu'il y aurait 2.500.000 manifestants dans la rue. C'est pas compliqué, nous étions tellement nombreux que voilà nos grands dirigeants syndicalistes embarrassés au point qu'ils ne savent plus quoi faire de nous. Ils ont quand même "courageusement" décidé d'attendre le jeudi 5 février que le MATUVU de l'Elysée jacte à la télé pour leur dicter la conduite à tenir. Le Sarko en a profité pour gagner du temps et leur fixer un RDV pour le 18 février, histoire d'user un peu les troupes.

Il paraît même que le Sarko a adhéré à la CFDT. Vous me direz que de la CFDT à l'UMP, le fossé qui les sépare n'est jamais qu'une petite rigole !

Donc le 18 février, le Sarko va calmer les esprits surchauffés des charlots qui ont pour mission rapprochée la défense des salariés ! La prochaine réunion et puis une autre et encore une autre. A ce train de sénateur, on arrivera en juillet ou à la saint jamais et nos acquis se seront envolés. 

Mais Sarkozy et ses boys vont devoir compter sur les syndicalistes de plus en plus nombreux qui refusent l'abandon de leur outil de travail, la perte de leurs emplois, qui veulent vivre décemment au pays et refusent les délocalisations de leurs usines, de leur savoir-faire.

Sarkozy vient d'essuyer un camouflet sans précédent en Guyane. Voilà bientôt trois semaines que la Guadeloupe est paralysée par la grève générale mais, des sources d'informations sûres, nous font part de la concentration de 4 000 militaires, gendarmes et CRS appuyés par des blindés arrivés sur l'île, suivis de cercueils prêts pour le massacre.

En mai 1967, ce sont des dizaines de manifestants qui ont été tirés comme des lapins par les forces de répression de De Gaulle. Comment les habitants de la Guadeloupe auraient-ils pu oublier ce qu'ils craignent de voir à nouveau se renouveler?

La grève générale gagne maintenant la Martinique et c'est très bien. A nous d'en faire autant en France en bloquant tout le pays et le Sarko et sa clique du MEDEF seront vaincus. Ne nous laissons pas manipuler par les directions syndicales réformistes, contraignons-les à assumer leurs responsabilités.

Jacques Tourtaux














  


































    

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Mon petit doigt me dit que pour le Sarko, ça ressemble déjà à une fin de règne !
Répondre
C
Qu'il profite bien de voyager car la chute pourrait être bien plus sévère pour lui que ce qu'il croit...il pourrait éventuellement terminer ses jours à ste hélène comme son copain napoléon
Répondre
T
Tu ne crois pas si bien dire Caroleone, le peuple commence à montrer des signes<br /> de ras le bol et surtout de colère contre ce nul. <br /> <br /> Quand on sait que ce matin, cherchant à faire la nique à Obama, Sarkozy n'a pas pu résister à l'envie impérieuse d'aller parader en Irak avec l'autre guignol Kouchner.<br /> <br /> En attendant, qui banque les voyages exorbitants, c'est nous...<br /> <br /> Jacques Tourtaux
Répondre
C
Il ne faut pas désespérer, le peuple ne s'y trompe pas et s'il n'est pas intéressé par les discours de gauche, c'est qu'il se rend bien compte qu'aucun leader populaire est capable de mener à bien la lutte des classes.<br /> Mais quand le peuple en aura sa claque de toutes ses réformes et de toute cette misère, il prendra l'affaire en main et nous nous suivrons, nous n'aurons pas le choix....le peuple est souverain.
Répondre
T
Bonne question mon camarade! En effet, pourquoi ne pas internationaliser la lutte des classe?<br /> <br /> Ca vient mais des collabos sont là pour ralentir, freiner le développement des luttes dont ils ont si peur. <br /> <br /> Dans nombre de pays d'Europe, ça coince pour le capitalisme. La contestation enfle et va gagner rapidement les 27 Etats qui composent actuellement cette Europe de l'argent sale dont nos peuples ne veulent pas.<br /> <br /> En Amérique, ce n'est déjà plus l'Amérique pour les USA. Ce pays qui est le temple mondial du capitalisme voit celui-ci s'effondrer. Des millions de gens y crèvent de faim, y perdent leur emploi, n'ont pas de protection sociale.<br /> <br /> Les habitants des ex-Républiques soviétiques et ceux de leurs "satellites" comme se plaisent encore à le rabâcher les ennemis du socialisme, disent qu'ils étaient plus heureux dans le système socialisme qu'avec le système en ruines du capitalisme, qu'un affreux jojo pseudo français prétend réformer.<br /> <br /> Il n'existe pas de bon ou de mauvais capitalisme. Il n'est donc pas question de l'améliorer d'une façon ou d'une autre.<br /> <br /> Le capitalisme, il faut l'écraser, l'anéantir entièrement. Il suffit de voir ce qui se passe près de chez nous, voire même en France : le fasciste Berlusconi en Italie, Sarkozy qui en fait tout autant dans notre pays. <br /> <br /> Le fascisme est l'un des tentacules du capitalisme, dans sa forme la plus hideuse et la plus dangereuse pour la paix dans le monde. <br /> <br /> Ce Sarkozy qui nous ramène dans l'OTAN, bras armé de l'impérialisme américain, qui nous impose l'occupation boche en France, plus précisément en Alsace, région autrefois annexée par la bocherie et qui dit que la Merkel n'a pas de nouvelles visées sur l'Alsace et la Lorraine? <br /> <br /> Sarkozy gouverne sur du vent. Même des journaleux qui l'ont encensé le rejettent avec l'écrasante majorité de notre peuple.<br /> <br /> Mais où sont donc nos stratèges syndicaux, les politiques de gauche étant eux, en dessous de tout?<br /> <br /> Ce serait pourtant le moment d'y aller tous ensemble, la colère de notre peuple étant encore montée d'un cran.<br /> <br /> Lorsque l'on évoque l'Union des travailleurs du monde entier car, tout syndicaliste qui se respecte est avant tout un internationaliste, je suis fermement convaincu que l'exemple que nous donne les peuples d'Amérique latine est à imiter rapidement, en fonction bien entendu, des situations existantes dans chacun de nos pays respectifs. Partant de là, nous construiront le socialisme!<br /> <br /> Il ne m'est pas passible de passer sous silence la remarquable lutte victorieuse du peuple guyanais qui vient de donner une leçon au loufoque de l'Elysée.<br /> <br /> Remarquable est également le combat de classe mené par la peuple guadeloupéen tout entier depuis maintenant 20 jours.<br /> <br /> Je souligne que Jego, le secrétaire d'Etat de rien du tout qui a prétendu s'installer sur l'île jusqu'à la fin du conflit vient de quitter subitement les négociations pour repartir voir Fillon. Il reviendra dès que possible, a-t-il dit. <br /> <br /> L' attitude désinvolte de ce sous-ministre n'est à juste raison, pas appréciée des habitants de l'île et comment ne pas faire le rapprochement avec un certain mois de mai 1967 qui n'a rien à voir avec MAI 68, où des dizaînes de manifestants ont été massacrés par les forces dites de l'ordre de De Gaulle.<br /> <br /> Comment interprêter l'arrivée massive (4 000 hommes)de troupes, de gendarmes et de CRS fortement armés, y compris de blindés mais aussi, accompagnés de cercueils en plastic. <br /> <br /> Et si l'autre était reparti en métropole uniquement pour que Sarkozy et ses godillots puissent rôder et tester sur les manifestants la répression. Tout d'abord en Guadeloupe, puis ensuite en Martinique où je salue la lutte de son peuple, lui aussi en grève générale. <br /> <br /> Serait-ce un galot d'essai avant de mettre en oeuvre en France la répression contre les grévistes et pourquoi pas, le temps qu'ils y seront avec l'aide de troupes boches?<br /> <br /> Jacques Tourtaux
Répondre