LE PATRON DE NUMERICABLE ECRASE UN GREVISTE ET PREND LA FUITE !

Publié le par Tourtaux

Cet après-midi vers 16h45, le numéro 1 de la société Numéricable, tentant de fuir ses responsabilités face à un conflit social majeur, a provoqué un accident grave à l’encontre d’un gréviste, dont la jambe a été écrasée. Il a ensuite pris la fuite avec le chauffeur du véhicule directement responsable de l’accident.

Depuis un mois et demi, les vendeurs à domicile de Numéricable, en grève, dénonçaient la violation de leurs droits sociaux par une direction fermée au dialogue et qui s’efforce de les licencier les uns après les autres sans déclarer un plan social qui leur ouvriraient des droits.

C’est seulement suite à l’occupation du siège par les grévistes, aidés de membres du collectif altermondialiste « les désobéissants », jeudi et vendredi, que des négociations s’ouvraient enfin avec la direction, achevée cependant par une nouvelle rupture vendredi soir. Ce lundi matin, après une nouvelle tentative de la direction de mettre fin à l’occupation du siège par la mobilisation de nombreux vigiles, la promesse d’une rencontre avec M. Pierre Danon, président directeur général de Numéricable, était donnée. Seulement, au lieu d’une rencontre et après qu’un leurre grossier ait été éventé, c’est un PDG dissimulé sur la banquette arrière d’un véhicule banalisé, et tentant de quitter le siège, que les grévistes remarquent, et tentent d’interpeller. Accélérant à une vitesse élevée sur le parking de l’entreprise, le véhicule conduit par le collaborateur de M. Danon heurte Patrick Berol, lui écrasant la jambe et lui infligeant une fracture ouverte du tibia péronné. La police et les premiers secours arrivent rapidement sur les lieux, tandis que les autres membres de la direction de Numéricable (notamment M. Gérolami, numéro 2, et Mme Luciani, Directrice des Ressources Humaines) font fermer les volets pour empêcher leurs salariés de continuer de regarder l’accidenté hurlant. Aucun d’eux ne se présentera au secours du malheureux.

Le véhicule est ensuite recherché par la police et M. Danon retrouvé. Il est finalement auditionné un peu plus tard dans la soirée par la police nationale. Deux plaintes seront déposées pour tentative d’homicide involontaire et délit de fuite.

Demain, les grévistes rencontrent Mme Le Maire de Champs sur Marne, Maud Tallet, et organisent un point presse devant la mairie de Champs Sur Marne, à 10h00.

Contacts :

Xavier Renou, membre du collectif « les désobéissants », témoin des faits. 06 64 18 34 21. [des images (photos et vidéos) sont disponibles auprès de moi et bientôt sur www.desobeir.net]

Mohammed Diallo, gréviste, témoin des faits, 06 21 94 53 68.

www.desobeir.net

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Ce triste exemple ne m'étonne pas et n'est hélas pas rare. Je me souviens et cela remonte à au moins 35 ans en arrière, il s'agissait d'une journée "Ardennes mortes" où à Rethel, 200 manifestants ont bloqué symboliquement le pont du canal. <br /> Alors que je distribuais des tracts aux voitures en attente en provenance de Reims, une voiture conduite par un chauffard a déboîté et a foncé sur moi. Je n'ai eu que le temps de me jeter sur le trottoir de l'école Gambetta(pour ceux qui connaissent l'endroit). <br /> L'auteur de cette agression n'était autre que le plus gros marchand de moutons de toute la région du grand Est et du Nord de la France. Cet individu qui a réussi à s'enfuir habitait Sault-les-Rethel, commune voisine. <br /> J'ajoute que ce monsieur qui était déjà dans le collimateur des cheminots, ma corporation, recevait et expédiait très fréquemment des wagons de moutons aux quatre coins de la France, voire en Europe, fut particulièrement "soigné" et suivi car, il n'était pas rare que ce salopard envoie à ces acheteurs des bêtes mal en point, voire crevées. Par ailleurs, ce fumier était également un très mauvais payeur et, il arrivait souvent qu'il trouvait ses wagons cadenassés par nos soins jusqu'à ce qu'il ait réglé ses dettes.<br /> <br /> Vous avez dit "béké" !!!<br /> <br /> Jacques Tourtaux
Répondre
C
Vraiment , quelle dégringolade sécuritaire nous vivons, toutes les enflures y vont à cœur joie, quand cela va t'il cesser ?
Répondre