GUADELOUPE : INDECENTE TENTATIVE DE RECUPERATION POLITICIENNE !

Publié le par Tourtaux

Hier, notre camarade Jacques BINO, militant du SNADGI CGT a reçu l'ultime hommage de ses camarades et de la population créole tous unis dans le même combat émancipateur.

Nombreux sont les camarades, les amis sincères de métropole qui auraient, le poing levé et le coeur gros, souhaité accompagner Jacques, dans ses instants de recueillement mais, un aller-retour métropole-Guadeloupe n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Je veux dire ici mon aversion pour certains politiciens qui ont cru bon de profiter de ce grand maheur qui frappe nos frères antillais, pour effectuer un déplacement intérressé, voyage qu'ils ont pu se permettre dans des Antilles attristées par la mort d'un camarade, la perte cruelle de Jacques, tombé au champ d'honneur des combats authentiquement anticapitalistes.

On voit comment en France, des politiciens, et c'est le cas pour le militant avéré de Sud qu'est Olivier Besancenot qui se présente partout comme une sorte de libérateur des consciences, d'homme providentiel au nom de son nouveau parti anticapitaliste, le NPA. Lorsque l'on voit ses tentatives de récupération syndicale là où des syndicats CGT se battent contre un patronat-voyou mais aussi, contre la direction confédérale qui les abandonne à leur sort quand elle ne les traîne pas en justice, je dis que cela suffit !

Récemment, un camarade secrétaire d'un syndicat CGT en guerre contre son patron rétrograde et d'un autre âge, m'a posté un tract où il était fait référence à ce responsable du NPA. J'ai appelé le camarade et lui ai demandé de ne faire référence qu'à notre CGT, ce qui fut fait et m'a permis de mettre l'article sur mon blog.

D'autres militants politiques de gauche sont également actuellement en Guadeloupe. Curieusement, la presse aux ordres de Sarkozy ne voit que le tandem Olivier Besancenot/José Bové et... une autre championne de la politique politicienne : Ségolène Royal ! 

A défaut de Martine Aubry, la cheftaine suprême du  discrédité PS qui a claironné partout à qui voulait l'entendre, vouloir coller à toutes les manifestations revendicatives des travailleurs, c'est Ségolène Royal qui n'a pu résister à l'appel de son coeur politicien. La voilà donc en Guadeloupe pour trois jours. Que vient-elle donc faire dans ces Antilles qui souffrent ? Lorsque l'on sait que le président socialiste du Conseil général et l'apparenté président socialiste du Conseil régional de Guadeloupe mènent ensemble le combat de la défaite en ayant osé demander aux guadeloupéens en lutte pour des conditions de vie décentes, d'assouplir leur combat.
Voilà  les solutions proposées par les socialistes de ce pays à leur peuple en lutte depuis maintenant plus d'un mois. Le mot assouplir prend la forme du mot reddition et il est bien évident que cette population victime des colonisateurs "béké" et du gouvernement fascisant de Nicolas Sarkozy n'est pas décidée à capituler ainsi en rase campagne.
La grande dignité de ce mouvement populaire et la mémoire de notre camarade Jacques BINO l'exigent. 

Lorsque l'on sait comment en métropole se comporte le PS, l'exemple actuel que nous donne la grande amie de Martine Aubry, la maire PS de la Ville de Reims, Adeline Hazan, qui refuse les revendications légitimes des agents municipaux de cette ville et leur impose une politique sociale que refuse le syndicat local CGT des municipaux et dans une certaine mesure le syndicat Sud dont un de ses représentants locaux a dit que son organisation continuerait la grève si les critiques à l'égard des élus politiques locaux cessaient. Le très remuant et omniprésent syndicaliste Sud Olivier Besansancenot "appréciera" comme il convient décemment de le faire.

Je présente mes plus sincères condoléances et j'assure la veuve et le jeune fils de notre camarade Jacques BINO de ma profonde sympathie. Je salues le combat de classe de tout le peuple de la Guadeloupe qui n'est pas seul puisqu'il est rejoint dans la lutte par les frères et soeurs de Martinique, de la Réunion, de la Guyane et de tous ceux qui souffrent de la néfaste politique du gouvernement Sarkozy.

REPOSE EN PAIX CAMARADE TON COMBAT CONTINUE !

POINGS LEVES ! TRAVAILLEURS DE TOUS LES PAYS UNISSONS NOUS !

Mardi 24 février 2009, à 11 heures, le syndicat SNADGI CGT appelle les salariés des centres des impôts, partout où cela est possible à se rassembler pour rendre un dernier hommage à leur camarade Jacques BINO, mort au champ d'honneur du combat de classe contre le capitalisme.

Jacques Tourtaux, militant anticolonialiste et CGT 

 
    















































  

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
La dernière trouvaille aujourd'hui n'est pas du charlot de l'Elysée mais de son premier ministre Fillon qui ne veut pas rester bouche bée : Fillon a prévenu ce matin "il n'y aura pas de miracles".<br /> En clair,il veut dire que le gouvernement veut laisser pourrir le mouvement et ainsi acculer les pauvres gens et chercher à provoquer la colère bien compréhensible de ce peuple. <br /> <br /> Ce gouvernement est totalement au service du MEDEF et agit de manière irresponsable et assassine. <br /> Fort heureusement, la Martinique est aussi en grève et la Réunion y entre le 5 mars.<br /> <br /> De mon point de vue, militant ouvrier de longue date, je juge très sévèrement l'attitude des directions syndicales de métropole qui, dès le début du conflit en Guadeloupe auraient dû hautement soutenir fraternellement et syndicalement nos frères et soeurs de ce pays colonisé.<br /> Mon syndicat, la CGT se devait, dès le 29 janvier au soir et après l'immense succès de cette journée, réagir vigoureusement aux attentes exprimées par notre peuple.<br /> Au lieu de cela, l'orchestre continue et jouera une nouvelle partition le 19 mars prochain mais, d'ici là, nos amis guadeloupéens boucleront leur second mois de grève.<br /> <br /> Lorsque l'on est à la tête d'une grande dame sérieuse et responsable comme la CGT, on ne laisse pas un gouvernement fascisant exécuter les basses oeuvres du MEDEF. On ne laisse pas la situation se détériorer aussi gravement. <br /> Le rôle d'un grand syndicat comme la CGT, la mission première d'un syndicat digne de ce nom et auquel j'aspire, est d'être aux côtés des travailleurs, d'être à l'initiative pour empêcher gouvernement et MEDEF de détruire ce qu'il nous reste d'acquis, pour obtenir de nouveaux acquis sociaux.<br /> <br /> Va-t-il falloir que d'autres martyrs aillent s'ajouter au nom de notre camarade tombé sous les balles ennemies de la classe ouvrière, pour que notre CGT redevienne la grande CGT que nos aînés ont façonné et au sein de laquelle nous avons lutté inlassablement et que d'autres camarades des générations suivantes veulent continuer d'assumer. <br /> <br /> La gravité de la situation ne peut pas attendre. Messieurs les dirigeants syndicaux, comportez-vous honnêtement, faites le travail que la classe ouvrière attend de vous. <br /> <br /> Agisser d'urgence pour un soutien ferme et massif aux courageuses populations victimes des "békés" colonialistes et de politiciens ineptes, récupérateurs et au service exclusif des exploiteurs.<br /> <br /> Jacques Tourtaux
Répondre
C
Très vibrant hommage à notre camarade victime du capitalisme et des exploiteurs.<br /> Tu as complètement raison quand tu parles de récupération politique et tu as également raison de le dénoncer car nombreux sont nos concitoyens qui ne verront pas ce genre de stratagème.<br /> Mais nous, militants, ne nous laissons pas berner et savons reconnaitre l'engagement sur le terrain : c'est simple, comme nous y sommes, nous voyons qui dans les "huiles" participe aux manifestations.<br /> Tous des pourris mais le peuple, lui se réveillera et là, ça fera mal.
Répondre
D
Ce n'est pas compliqué,il faut aller voir dans la FAQ (foire aux questions d'OVER-BLOG
Répondre
T
Parce que je ne sais pas faire.
Répondre
D
bonjour mon camarade, pourquoi n'y a t-il aucun lien avec d'autres blogs sur le tien?
Répondre