L'AMERLOQUE MANITOWOC ANNONCE UNE SECONDE VAGUE DE LICENCIEMENTS EN FRANCE

Publié le par Tourtaux

L'Américain Manitowoc annonce un deuxième plan social en France
Par Reuters

ECULLY, Rhône - Le groupe américain Manitowoc Cranes, leader mondial des équipements de levage pour l'industrie du BTP, annonce la suppression de 560 postes en Europe, dont 181 en France, d'ici fin 2009.

Il s'agit du second plan social décidé cette année en France par le fabricant de grues, qui avait déjà annoncé 358 suppressions de postes en janvier.

Manitowoc, dont le siège européen est à Ecully dans le Rhône, justifie ces nouvelles mesures par "l'intensification de la crise" qui touche "très durement le secteur du matériel de chantier et plus particulièrement celui des grues à tour".

Le groupe, qui ne donne aucune précision sur les services visés par cette nouvelle réorganisation, évoque une baisse de 86% en France en un an.

"Depuis janvier 2009, la production des usines françaises se situe en moyenne à 20% de leur capacité totale", estime Manitowoc dans un communiqué.

Un comité central européen est prévu jeudi.

Les syndicats ont accueilli cette annonce avec une grande inquiétude.

"On vient de terminer un premier plan social il y a tout juste cinq jours", s'alarme Alain Morand, délégué CGT au comité d'entreprise. "On repart sur un second, les salariés accusent le coup".

Pour lui, le premier plan était "conjoncturel" mais le second est "plus structurel". "Il concerne la production, aussi bien que les services techniques et administratifs", dit-il.

Outre la crise économique, le délégué CGT met en avant de mauvais choix stratégiques engagés, selon les syndicats, par le groupe, notamment le rachat d'une entreprise de fours de cuisson, Enodis, dont le marché s'est écroulé.

Le P-DG de Manitowoc pour la zone Europe, Moyen-Orient, et Afrique, Philippe Cohet, s'est montré pessimiste sur l'évolution de la situation.

"Les indicateurs économiques dont nous disposons ne laissent espérer aucune reprise significative à court terme et aucun signe de relance majeur sur nos marchés n'est attendu avant 2011", a-t-il déclaré.

Manitowoc, qui a racheté le Français Pothin en 2001, emploie 3.500 personnes dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Catherine Lagrange, édité par Sophie Louet

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article