COMMUNIQUE DE LA CSP75

Publié le par Tourtaux

Communiqué de la CSP75

 

Suite aux « infos » parues sur le site « Bellaciao » et circulant sur « pajol » et sur le net,

d’ « un local de la CGT pris pour cible après l’expulsion des sans-papiers de la Bourse du travail »,

et que « les Unions Locales CGT XIV° et XVII° ont été saccagées et ou bombées suite à l'évacuation de la bourse du travail », etc.

et suite à des « commentaires » publiés sur « Bellaciao », attribuant cela aux « milices de la CSP 75 » (sic!),

 

nous démentons toute implication dans ces faits.

Ces commentaires sont calomnieux envers la CSP 75, envers nos camarades et envers les sans-papiers, qui sont des travailleurs honnêtes et surexploités.

Nous n’avons jamais adopté et nous n’adoptons pas de telles méthodes. Nous ne les partageons ni ne les approuvons, d’où qu’elles viennent. Personne parmi nous n’est organisé en « milices » ou en rien de semblable, à la différence de nos agresseurs.

 

Nous demandons formellement au site « Bellaciao », au titre du droit de réponse, la publication de ce communiqué à la suite et avec le même relief que l’article de « Jean, mardi 7 juillet 2009 (13 h 14) ».

 

Paris, le 9 juillet 2009

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 12/07/2009 10:31

Je suis l'un des censurés notamment et malgré moi lorsqu'un camarade retraité CGT avait jugé bien de mettre l'article que je venais de republier sur mon blog :
"Le syndicalisme auquel j'aspire."
C'était d'autant plus gros que la Louve n'a adhérée à la CGT que l'an dernier alors, nous, militants CGT de longue date et ayant fait nos preuves sur le terrain, nous n'acceptons pas.
Jacques Tourtaux

caroleone 12/07/2009 10:21

la censure chez un site qui se dit de liberté d'expression, ça la fout mal....

Tourtaux 11/07/2009 20:33

JE NE VAIS PAS TE RAPPELER QUE NOMBRE DE BONS INTERNAUTES Y SONT CENSURES ET CELA EMPIRE.

caroleone 11/07/2009 20:21

sur bellaciao circule n'importe quoi, cela fait longtemps que je n'y mets plus un œil.