AVEC LES NEW FABRIS TOUS POUR UN ET UN POUR TOUS !

Publié le par Tourtaux

NEW FABRIS,avec vous
Avatar
Par fatizo
 


Comment ne pas partager la colère et l'indignation de ces salariés qui osent réclamer 30 000 euros alors qu'on leur offre grassement 11 000 euros

A l'heure où les patrons qui ont échoués partent avec des millions d'euros

A l'heure où les banques touchent des milliards et refusent de préter. Que font-elles de cet argent?

A l'heure où le secteur automobile touche lui aussi des milliards de l'état (donc de nos impôts) et en profite pour délocaliser

A l'heure où on n'entend plus parler du scandale de l'UIMM, où le délit d'initiés d'EADS va tomber à l'eau, où la réforme de la justice est faite pour dépénaliser le monde des affaires

A l'heure où Sarkozy jouait les zorro l'année dernière en disant qu'il allait sauver Gandrange et qu'il se transforme cette année en l'homme invisible et qu'il laisse tomber ces gens

Oui à cette heure là des gens essayent d'obtenir une misère et il en est pour oser les traiter de voyous, de preneurs d'otages, ou de casseurs mais que disent-ils de ce qui est ci-dessus? Rien ou si peu.

La fête nationale ne serait-elle pas le 14 juillet, ne correspondrait-elle pas à la révolution,alors que des gens essayent d'obtenir quelque chose sans verser une goutte de sang, contrairement aux révolutionnaires, et  on les traite de tout les noms. On sait qui aurait défendu tout ces moralisateurs qui tapent sur ces salariés en 1789, les seigneurs contre les serfs, et ils osent parler au nom de la république. Ils dient qu'il faut respecter la loi, le problème mrs c'est qu'il n'y a pas de loi pour les puissants qui s'en mettent plein les poches, alors arrêtons de se moquer du monde.

Pendant que l'on tape sur ses salariés qui eux, savent très bien que ce n'est pas avec un stage bidon qu'ils vont retrouver une situation, surtout en ces temps de crise, oui pendant ce temps là, les responsables de la crise continuent de s'en mettre plein les poches, alors oui ils sont là les voyous, preneurs d'otages et les casseurs.
Source : http://www.lepost.fr/article/2009/07/30/1640470_new-fabris-avec-vous.html

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 31/07/2009 22:38

Je crois que vous avez raison de penser que la messe est peut-être déjà dite.
Ce qui m'interpelle c'est le fait que la CGT souhaite elle aussi intervenir.
Je suis retraité et syndiqué à la CGT mais je ne cache pas mes divergences profondes avec la hiérarchie qui a prise une fois de plus une décision alors qu'elle sait déjà le résultat final.
En agissant ainsi, la confédération CGT va à l'encontre de ses fondamentaux que sont notamment les luttes de classes. Cette direction réformiste fait la démonstration qu'elle a fait le choix d'accompagner les réformes néfastes à la classe ouvrière qu'elle a pour mission de défendre au lieu de laisser les travailleurs lutter seuls pour défendre leurs emplois.
Jacques Tourtaux

patricia 31/07/2009 20:55

L'opposition vient de saisir le conseil constitutionnel sur la très controversée loi sur le travail dominical qui a été définitivement adoptée par les 2 chambres.lien http://www.20minutes.fr/article/340101/France-Travail-dominical-l-opposition-depose-un-recours-devant-le-Conseil-constitutionnel.phpLes 9 sages (dont Jacques Chirac en tant que membre de droit puisqu'ancien président de la république ) vont devoir s'épancher sur les nombreux griefs soulevés par les députés de gauche qui reprochent à la loi de porter atteinte au droit au repos du travailleur, le droit de mener une vie familiale normale, violation du principe d'égalité des citoyens devant la loi. Selon le quotidien 20 minutes, l'opposition dénonce également«la méconnaissance du principe de clarté et de l'objectif de valeur constitutionnelle d'intelligibilité et d'accessibilité de la loi» et la violation du respect de «la libre administration des collectivités territoriales». Elle semble un peu près certaine d'obtenir au moins partiellement raison devant le conseil constitutionnel, toujours selon le quotidien 20 minutes.

Malheureusement, les griefs relevés sont très vagues et subjectifs. D'autres cimme la notion de l'égalité de traitement est souvent entendue en droit par rapport à une situation comparable et a donc peu de chance d'aboutir.

S'agissant de la libre administration des collectivités térritoriales, il s'agit d'une référence aux dérogations attribuées par le préfet sur la ville de Paris et non le maire.

Nous saurons donc dans quelques semaines si ce projet sera maintenu en l'état. Il est difficile de se prononcer dans l'immédiat tant les décisions du conseil sont marquées par des considérations d'ordre juridiques mais surtout par des influences politiques. En réalité et sauf erreur d'analyse et excés de pessimisme de notre part, la messe est peut être déjà dite, le texte devrait être validé dans son ensemble.A noter la position de la cgt qui souhaite être auditionnée par le conseil lien http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090729.OBS5873/travail_dominical__la_cgt_demande_une_audition.htmlEn lien , vous trouverez l'intégralité du mémoire et des griefs lienhttp://mailing.gsan.org/files/ml_GSAN/PJL-TravailDimanche.pdf . Enfin, nous vous diffusons les grands moments du débat au Sénat (2eme video).

Le clivage est net entre les partisans d'une société consumériste axée autour des grandes surfaces et ceux qui privilégient un mode de vie plus sain qui tiennent compte des exigences de maintien de l'emploi dans les petits commerces, une société respectueuse de la vie familiale qui recherche en permanence un équilibre entre vie professionnelle et loisirs. Par ailleurs certains membres de l'actuel majorité se sont opposées jusqu'au bout au projet de loi malgré les pressions de leur camp. Ils ont fait montre de beaucoup de courage en faisant fi de la discipline parlementaire.. (3eme video)
+d'infos sur

http://alternativesocialelibre.over-blog.com/

TriNiTy 31/07/2009 19:09

Ce que les patrons et leurs larbins (élus, journalistes, police...) doivent savoir c'est que ces hommes-là, il ne faudra plus jamais leur parler du goût du sacrifice, de la valeur travail, de l'effort consenti pour l'entreprise. Et Parisot pourra toujours venir braire pour réenchanter l'entreprise elle aura devant elle des loups.