QUAND LES PATRONS S'ENRHUMENT LES SALARIES TOUSSENT

Publié le par Tourtaux

Lundi 31 août 2009

Par: ( YG)
A lire sur l'excellent blog: "Le Monolecte"

on n'y cause pas comme Corinne Lepage, ouf ! "Alors, ça y est ? Bien rentrés de vacances ? La peau tannée, l'œil vif et le poil brillant ? Ça tombe bien, parce que la rentrée va être chaude bouillante... pas la rentrée sociale, le bon vieux marronnier que l'on nous sert à chaque fin d'été, non, votre rentrée à vous, sur fond de fièvre grippale et de dérogations massives au Code du travail... Parce que pendant que vous jouissiez, à juste titre, de votre repos annuel tellement bien mérité, d'autres ont trimé comme des malades pour vous savonner sous les arpions la planche du retour au turbin, opération déjà bien exténuante et déprimante s'il en est.

Même si vous preniez vos vacances au fin fond du bled, dans une zone blanche ravitaillée par les corbeaux, il ne vous aura pas échappé que la grande affaire du moment c'est l'épidémie, que dis-je,la pandémie de grippe H1N1 qui n'attend que votre retour sous le joug pour fondre sur vous comme la vérole sur le bas clergé breton et menacer par sa virulence les timides prémisses d'une reprise économique ô combien espérée, annoncée, claironnée et qui échappe encore et toujours à toute tentative d'observation, fût-elle avec un microscope à balayage électronique. Car voilà, ce ne sont pas les vilains banquiers, les méchants traders ou même la simple cupidité de toute une petite humanité de profiteurs sans vergogne qui plombent la marche triomphante du libéralisme débridé vers des lendemains qui chantent avec des trémolos dans la voix, non, ce n'est pas non plus l'impuissance ou l'insolvabilité, aussi organisées l'une que l'autre, des grands États face aux conséquences prévisibles d'une dérégulation à la hache de toute la vie économique de la planète qui nous met dans la merde jusqu'au cou, non, c'est la foutue grippe.
Attention ! on ne parle pas là de la petite grippette annuelle qui régule chaque hiver la population des maisons de retraites et de convalescence du monde libre et bien organisé, mais bien de la grippe mondiale, le fléau de Dieu, le virus ultime avec un nom de robot de film de science-fiction, pour coller encore plus les jetons si c'était encore possible."

Par CGT PHILIPS EGP DREUX

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article