SOUPCONS DE CORRUPTION A L'IMPRIMERIE NATIONALE

Publié le par Tourtaux

Soupçons de corruption à l'Imprimerie nationale: information judiciaire ouverte
(AFP) – il y a 1 heure

 

PARIS — Une information judiciaire contre X pour "corruption d'agent public" notamment a été ouverte dans le cadre d'une enquête sur l'Imprimerie nationale, soupçonnée de corruption dans l'attribution de marchés à l'étranger, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Selon la même source, cette information judiciaire, ouverte début juillet également pour "abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux", a été confiée à la juge d'instruction Françoise Desset, confirmant une information du Parisien.

Elle vise les conditions d'obtention de marchés à l'étranger par l'Imprimerie nationale, qui fabrique des documents officiels comme les cartes d'identité et les nouveaux passeports biométriques.

L'Imprimerie est soupçonnée d'avoir obtenu des marchés en Roumanie, en Géorgie, en Syrie et au Sénégal en échange du versement de pots de vin qui s'élèveraient à plusieurs centaines de milliers d'euros, selon la même source.

Le siège parisien de l'Imprimerie nationale a été perquisitionné les 14 et 22 janvier dans le cadre d'une enquête préliminaire sur des soupçons de corruption dans l'attribution d'un marché en Roumanie, ouverte en 2008 par le parquet de Paris.

Les policiers de la Division nationale des investigations financières (Dnif), en charge de cette enquête préliminaire, avaient perquisitionné le siège de l'Imprimerie nationale au début de l'année, les 14 et 22 janvier.

Les enquêteurs s'intéressaient particulièrement à l'époque à un contrat de dématérialisation des procédures fiscales passé avec la Roumanie en 2001 et 2002. Cette opération avait été signalée début 2008 au parquet par l'Agence des participations de l'Etat.

Le secrétaire général de l'Imprimerie nationale Antoine Paoli avait alors expliqué à l'AFP que "des défaillances dans (leurs) procédures" avaient été identifiées. "Des failles dans nos procédures ont pu permettre le versement de commissions sans que l'on puisse les arrêter", avait-il déclaré.

M. Paoli avait souligné le fait que "le niveau des procédures de contrôle (au sein de l'entreprise) (avait) été relevé".

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
A ce niveau, je doute fort qu'il y ait un jour un aboutissement.
Répondre
C
Il y a des failles, mais depuis on a relevé le niveau de vérification des contrôles. Formidable.<br /> Comment se dédouaner avec des mots d'un dossier embarassant. Espérons que l'enquête ira jusqu'au bout.
Répondre