AIR FRANCE SUPPRIME 5120 EMPLOIS

Publié le par Tourtaux

- le 21 Juin 2012

 

Air France supprime 5120 salariés pour redécoller

La compagnie aérienne a annoncé jeudi matin son intention de supprimer plus de 5000 postes. Une mesure qui fait suite à son plan « Transform » pour alléger ses coûts et réduire sa dette. La direction promet de ne pas avoir recours à un plan de licenciement… à condition que les syndicats ratifient ses propositions.

La direction de la compagnie aérienne Air France-KLM a confirmé jeudi matin son intention de supprimer 5120 postes d’ici décembre 2013, afin de limiter ses dépenses. Une coupe qui représente environ  10% de sa masse salariale. Pour y parvenir, la compagnie compte sur 1700 départs naturels (retraites, réorientations…), soit un peu moins que le précédent chiffre escompté (2400) par la direction. Cette dernière envisage donc un plan de départs volontaires pour les 3 400 postes indésirables restants. Pour le moment, la direction réfute toute intention de licenciement, sauf en cas d’échec des négociations en cours avec les syndicats. Mais ce contrat ressemble fort à du chantage : « Si les nouveaux accords sont signés, les modalités de traitement des sureffectifs excluront le recours à des départs contraints d'ici fin 2013 » a prévenu Air France lors de son comité central jeudi 21 juin.

Temps partiels et plannings réorganisés
Pour cela, la société entend encourager durant l’année à venir les départs à la retraite anticipée et volontaires. Les postes concernés en priorité seront ceux du personnel au sol, estimés à 32 000 sur les 53 000 salariés que la compagnie compte au total. Les emplois du secteur industriel devraient également faire partie de cette mesure. Les effectifs du personnel naviguant (steward et hôtesses) devraient être en partie réduits grâce au non-remplacement des départs naturels. En revanche, leurs emplois du temps vont être réorganisés pour améliorer leur productivité.
Quant aux postes des pilotes, également en sureffectifs, ils seront régularisés grâce à des temps partiels mensuels et des mises à disposition d’un an ou deux pour d’autres compagnies.
La compagnie doit présenter son plan de transformation final jeudi 28 juin. Les syndicats auront jusqu’à début juillet pour ratifier les propositions.

Interrogé sur Europe 1, le ministre du Travail Michel Sapin a dit « encourager » les négociations: « Pour arriver à cette adaptation, il y a un dialogue social au sein de l'entreprise. Je ne sais pas si ce dialogue social aboutira, à lui tout seul, mais ça passe par la discussion entre la direction de l'entreprise et les organisations de salariés ». Michel Sapin a également déclaré que l’Etat -actionnaire à 15% de la compagnie aérienne-  « regarde ce que la direction propose, et […] encourage ce dialogue qui devrait permettre, je l'espère, que l'entreprise retrouve l'équilibre financier » sans être « dans des plans de licenciements secs, avec des gens mis à la rue. Ce n'est pas la question qui se pose ici ».

Air France veut voler dans les plumes de la concurrence
Air France espère ainsi réduire ses coûts -hors carburant- de 20%. En janvier, Air France-KLM avait déjà annoncé un plan de transformation sur trois ans pour réduire sa dette nette de deux milliards d’euros et rééquilibrer son budget. La hausse des prix du carburant et l’arrivée sur le marché des compagnies à bas prix ont infligé à la compagnie tricolore des pertes de l’ordre de 800 millions d’euros en 2011, et sa dette s’élève désormais à 6,5 milliards.
Outre ses coupes budgétaires, la compagnie veut développer sa filiale low-cost Transavia. Elle espère également regagner la fidélité de ses clients Business et prévoit pour cela un plan d’investissement d’environ 600 millions d’euros sur trois ans. « Le plan de transformation ne se limite pas à un plan de réduction des coûts » a expliqué le directeur général commercial d’Air France Bruno Mathieu.

Charlotte Helias

http://www.humanite.fr/social-eco/air-france-supprime-5120-salaries-pour-redecoller-499280

 

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
la CGT est le seul syndicat à n'avoir pas signé l'accord de méthode prévoyant expressément de réduire les coûts salariaux.<br /> <br /> <br /> Les syndicats faux culs vont pousser des cris maintenant que le coût social de leur signature est connu.<br /> <br /> <br /> On connait la chanson : ce sera la faute du vilain pdg (leur signature, c'est du passé....) , et ils proposeront des pansements pour les laissés pour compte de cette guerre économique. Ils feront<br /> oublier leur responsabilité écrasante d'avoir "calmé le jeu", évité les grèves avec quelques soporifiques bonnes paroles, avec cet accord marché de dupes<br /> <br /> Voila ce qui se prépare partout si l'accord "compétitivité-emploi" est signé par le MEDEF, CFdT, CGC, CFTC, FO qui court derrière, avec un PS et un gouvernement qui entérineront cette saloperie,<br /> délitement du code du travail encore trop protecteur pour ces messieurs, capitalistes ou valets serviles du capitalisme
Répondre
T
<br /> <br /> C'est tout à fait ce qui va se produire et malgré les luttes acharnées de camarades de la CGT, celles-ci sont isolées par les "camarades" des autres OS signataires d'accords scélérats.<br /> <br /> <br /> Ces hécatombes de salariés arrivent aussitôt la présidentielle comme l'avait demandé Sarkozy au patronat. Dans la foulée d'Air France, la même même chose va arriver à l'usine d'Aulnay, dans<br /> l'automobile qui risque de fermer, jetant les travailleurs à la rue pour ne parler que de ces deux cas.  Pour les gros patrons, ça plane avec toujours plus de profits.<br /> <br /> <br /> <br />