"ALSTOM POWER SYSTEMS : CE JEUDI 24 MARS LES SYNDICATS APPELLENT A UNE JOURNEE D'ACTION CONTRE LA SUPPRESSION DE 4 000 POSTES DANS LE GROUPE

Publié le par Tourtaux

Alstom Power Une journée d’action des salariés le 24 mars

le 22/03/2011 à 00:00 par Jacques Balthazard

Un mot d’ordre d’action le jour du comité central d’entreprise d’Alstom Power Systems au cours duquel il sera question une fois encore des 4000 postes supprimés dans le groupe. Photo Jacques Balthazard

Un mot d’ordre d’action le jour du comité central d’entreprise d’Alstom Power Systems au cours duquel il sera question une fois encore des 4000 postes supprimés dans le groupe. Photo Jacques Balthazard

CGT, CFDT, FO et CFE-CGC d’Alstom Power Systems appellent à une journée d’action ce jeudi 24 mars, alors que se réunit le même jour un comité central d’entreprise extraordinaire. Il sera question une fois encore des 4 000 postes supprimés au sein du groupe.

Programmée le 8 mars dernier, la réunion de ce comité central extraordinaire n’avait pu se tenir, les organisations syndicales ayant préalablement demandé une expertise des comptes du groupe.

Bien que la direction d’Alstom Power Systems ait fait valoir à l’époque que toutes les informations avaient été données lors d’un comité de groupe européen, cette réunion du comité central a été ajournée. Elle se tiendra ce jeudi 24 mars dans un climat social mouvementé. La CGT appelle les salariés d’Alstom Power Systems à « une réaction ainsi que tous les salariés, qu’ils soient du secteur public ou privé, pour qu’ensemble, nous défendions l’outil industriel de notre département ». La CGT fait clairement mention à la menace qui subsiste concernant une centaine de postes de travail. Près de 70 de ces emplois sont situés dans l’atelier des ailettes, qui pourrait disparaître de Belfort.

La CFTC explique sa position

N’étant pas de plain-pied dans ce mouvement, l’union départementale CFTC du Territoire de Belfort s’en explique. « Nous avons, il y a tout juste deux ans, pris nos responsabilités de syndicat responsable, en dénonçant publiquement et en intervenant à tous les niveaux (État, direction, pouvoirs publics, élus locaux), contre une future délocalisation par la direction d’Alstom Power, personne n’a voulu suivre, entendre et soutenir les actions engagées, à la suite des craintes émises par notre organisation. Pire même, la direction a fait publier un démenti dans la presse locale. La CFTC, métallurgie 90, juge toujours inadmissible la suppression de cette fabrication dans nos ateliers belfortains, estime qu’il aurait été préférable d’anticiper sur ce dossier plutôt qu’attendre et voir les décisions prises en défaveur des salariés. Face à ce « laisser-aller » de tous, que la CFTC déplore, et bien que nous ayons été jugés comme « des syndicalistes criants avant d’avoir mal », nous réaffirmons qu’il est moins difficile de soigner un malade que de tenter de réanimer un mort ».

Quant aux syndicats CGT du site d’Alstom et de GE Energy, ils « se félicitent de la position des organisations syndicales d’Alstom, qui à la suite de notre proposition d’action pour le jeudi 24 mars, jour du comité central d’entreprise, proposent à tous les salariés d’agir pour s’opposer à ce mauvais coup. Qui va comprendre qu’en voulant soi-disant se rapprocher des marchés, Alstom ferait fabriquer en Suisse, au Mexique, en Pologne, ou en Angleterre, les ailettes à doigts des cinq prochaines lignes d’arbres qu’EDF vient de nous commander ? C’est ensemble -conclut la CGT- que nous obligerons la direction à retirer son projet ».

le 22/03/2011 à 00:00 par Jacques Balthazard

 

http://www.lepays.fr/actualite/2011/03/22/une-journee-d-action-des-salaries-le-24-mars

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> MAI 68 au Mexique, il faudra que tu nous raconte. Je découvre...<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> Alstom ...Un vieux souvenir. J'ai donné des cours chez Alstom au Mexique. Les employés avaient droit à six jours de congés par an et ne pouvaient choisir les jours. Nos cours avaient lieu dans un<br /> baraquement préfabriqué dans un lieu sordide très tôt le matin. Le matin, à sept heures, il faisait froid, si froid...Le cours commençait par le rituel du café chaud indispensable. J'ai tenu<br /> longtemps ce rituel pour ces employés que j'aimais. Certains se levaient à 4 heures du mat pour venir au cours. On étaient tellement fatigués...une fois j'avais sous mon pull, la veste de mon<br /> pyjama ; c'était le jour de l'inspection pédagogique. Alstom est aussi à la base de l'histoire de mai 68 au Mexique...Je vous en reparlerai plus tard.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Ce qui me choque le plus, c'est que 4 000 emplois vont passer à la trappe et beaucoup d'autres dans le pays alors que sur le plan revendicatif et social, il ne se passe rien au niveau du<br /> développement des luttes qui sont inexistantes de la part des confédérations syndicales parce qu'elles collaborent avec nos ennemis de classe et sont rudement bien contentes qu'il y ait les<br /> cantonales pour noyer le poisson et, qui est ferré dans l'histoire si ce n'est le travailleur?<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Et le pire reste à venir...... Muriel<br /> <br /> <br />
Répondre