COMMUNIQUE DE LA FEDERATION DES CHEMINOTS CGT : SNCF : PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT !

Publié le par Tourtaux

SNCF: Plus rien ne sera comme avant !

 
Après l'action d'avril 2010, plus rien ne sera comme avant !

Nous venons de vivre un conflit dur, atypique qui va laisser des traces...certaines bonnes, d’autres moins.

Commençons par décrypter le coté négatif.


La posture du couple Pépy – Sarkozy


Celui-ci nous dénie le droit de grève en martelant la « ferme attitude » : pas de négociation pendant un conflit.

Mais comment peuvent-ils employer le mot Négociation, eux qui ne tolèrent pas d’être contredis vis-à-vis de leurs orientations ? Qu’appellent-ils négociation : l’enfumage perpétuel, les bavardages stériles pendant des heures ou encore l’acceptation du bradage de l’entreprise, du statut des cheminots, comme ils le font avec les organisations syndicales CFDT, UNSA et ce, pour quelques centimes d’euros ?

Alors, négocier ne serait en fait qu’accepter la fin du fret, la mise à disposition du personnel pour les vautours du privé qui scrutent aujourd’hui sur l’activité voyageur ?

De même, utiliser le mensonge ultra-médiatisé sur la hausse des salaires des cheminots, sur des trafics quasi normaux, sur un pourcentage de grévistes honteusement manipulé, ne grandit pas nos dirigeants, encore moins certains pseudo-syndicalistes, qui se sont montrés au grand jour en se déversant dans les médias accoquinés au pouvoir en place.

Pour la trahison, les coups tordus, les intrigues, le Gouvernement, le Président de la SNCF peuvent compter sur beaucoup de monde (y compris sur des Fédérations se disant révolutionnaires), mais jamais ils ne retrouveront la Fédération CGT des cheminots dans ce jeu de fourbes.

Les cheminots en lutte ont gagné sur plusieurs points, et ça va compter !


Tout d’abord, l’affichage du Président Pépy qui ne concède rien mais qui envoie, dès le troisième jour du conflit, ses Directeurs de Région au charbon pour négocier ; Cette attitude ne trompera personne, tout comme sa 1ère hallucination « la grève s’éteindra au bout de 48h » n’était-elle pas un doux rêve ?

Premier enseignement pour le Président, il a mésestimé le niveau de mobilisation, de colère, mais surtout la prise de conscience des cheminots grévistes quant à ses intentions destructrices.

Le choix machiavélique de casser l’unité syndicale, c’est sans compter sur les cheminots du terrain qui ont su se rassembler fortement autour des militants CGT et mener cette action en toute transparence et démocratie ;

2ème leçon..

Les cheminots grévistes ont bataillé et restent mobilisés sur le fond, c'est-à-dire sur les points durs de la politique menée dans l’entreprise, et cette mobilisation va perdurer.

Enfin, et nous le mesurerons dans les semaines à venir, des bougés significatifs se font jour en matière d’emplois, des OFP, des UO mono-activité ont du plomb dans l’aile...Oui la lutte paie, à plus ou moins long terme, mais le solde est toujours positif.

D’ailleurs,, les 150 cheminots qui ont rejoint la CGT pendant ce conflit l’ont bien compris : pour gagner, il faut augmenter le rapport de force et ne rien lâcher.

C’est ce que s’engage à développer la Fédération CGT des cheminots, avec toutes celles et tous ceux qui aspirent à travailler dans une grande entreprise de Service Public avec un statut renforcé.

Soyons fiers de ce que nous avons fait, car une chose est sûre : ce qui n’est pas écrit d’avance, c’est ce que nous sommes capables de réaliser Tous Ensemble !!

Montreuil, le 27 Avril 2010

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article