COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FEDERATION CGT DES CHEMINOTS SUR LES HAUSSES TARIFAIRES A LA SNCF

Publié le par Tourtaux

Communiqué de presse de la Fédération CGT des Cheminots sur les hausses tarifaires à la SNCF
SNCF : «Après le Big Bang des horaires,
les usagers subissent le Big Boom tarifaire !!! »
A compter du 3 janvier 2012, les usagers du Rail vont subir une nouvelle augmentation des tarifs de 3.2% sur les billets des TGV, des trains interrégionaux, des Téoz, et des trains de nuit Lunéa. La Direction de la SNCF justifie cette hausse par le relèvement du taux de la TVA réduite 5,5 % à 7 %, décidé par le gouvernement, dans le cadre du deuxième plan de rigueur présenté en novembre dernier et par une prévision inflationniste de l’ordre de 1,7%.
Cette hausse tarifaire survient après un changement de service 2012 qui se traduit, pour nombre de voyageurs, par des gares moins desservies, des arrêts supprimés, des correspondances non assurées, des trains supprimés, des horaires qui ne correspondent plus à leurs besoins.
Pourtant, le Président de la SNCF s’est récemment engagé à maintenir des tarifs bas, d’ailleurs il avait déclaré : "Il y a une augmentation de la TVA qui a été votée par le Parlement, mais notre objectif est de garder toujours des prix bas".
Si la SNCF prévoit une évolution de son chiffre d’affaires de +4.7% pour 2012 due à un accroissement des recettes engendrées, ce n’est pas par l’augmentation du nombre de voyageurs transportés, mais par cette hausse des tarifs. Une nouvelle fois les dirigeants de la SNCF, par un tour de passe-passe médiatique, tentent de faire avaler la pilule de la politique d’austérité gouvernementale et de la dérèglementation tarifaire injuste qui favorise les plus aisés.
Les usagers et les cheminots font les frais de cette politique qui tourne le dos aux valeurs du service public, portée par le gouvernement et mise en oeuvre par la Direction de la SNCF. Alors qu’il acte une hausse tarifaire, de nouvelles suppressions d’emplois et une baisse de pouvoir d’achat pour les cheminots, le budget 2012 de la SNCF, présenté en cette fin d’année, prévoit de verser un « dividende » de 230 M€ à l’Etat qui se comporte comme un vulgaire actionnaire.
Usagers et salariés sont confrontés à une politique libérale dogmatique qui a des répercussions dramatiques. Pour l’ensemble des services d’intérêt général, les résultats sont identiques : baisse de la qualité et fortes hausses des tarifs. Pour exemple, les tarifs ont augmenté de 35% pour l’électricité et de 60% sur le gaz, depuis la libéralisation et l’ouverture à la concurrence de ces services publics.
Cette hausse tarifaire s’inscrit dans la logique de la politique gouvernementale. Elle va peser sur le pouvoir d’achat des plus humbles comme l’ensemble des mesures d’austérité prises par ce gouvernement.
La direction de la SNCF doit revenir à une politique tarifaire juste, basée sur le prix kilométrique pour l’ensemble du territoire avec des mesures sociales qui rendent les déplacements accessibles à tous dans le respect des valeurs du service public.
Pour la Fédération CGT des Cheminots, les résultats financiers de la SNCF pour l’année 2011, qualifiés de positifs, doivent servir aux usagers par des tarifs abordables, par des moyens humains et matériels pour un meilleur service public et une amélioration des conditions de vie et de travail des cheminots.

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article