CORREZE : LE SYNDICAT CGT DU CONSEIL GENERAL EXIGE LE RETRAIT PUR ET SIMPLE DU PROJET DE REFORME DES RETRAITES ET AFFIRME SON EXIGENCE POUR LA GREVE GENERALE RECONDUCTIBLE

Publié le par Tourtaux

 

Vendredi 10 septembre 2010 5 10 /09 /2010 20:31

13Après la grande journée de mobilisation, manifestations et grèves du 7 septembre, plus d’un français sur deux (55%) estiment que le gouvernement doit céder sur le report de l’âge légal de départ à la retraite.

C’est ce qui ressort du sondage BVA pour Canal+ diffusé aujourd’hui. Il en ressort également que le 7 septembre a été "plutôt un succès" pour les syndicats et l’opposition pour 80% des sondés. Et ils sont plus de six personnes sur dix (62%) à estimer qu’il faut des suites avec d’autres journées d’action.

De tous les départements nous parviennent des courriels appelant à la grève générale et illimitée. Tous les blogs syndicaux relaient cette info, et le débat d’hier soir sur France 2 démontre bien une nouvelle fois que nos retraites sont sacrifiées sur l’autel du libéralisme.

Le 13 septembre prochain, lors de l’A.G de l’UD CGT 19 à NAVES, nous porterons les revendications prises lors de notre dernière C.E du jeudi 9 septembre, à savoir :

·         Clarifier la position de la Confédération quant à l’avenir des retraites ;

·         Retrait pur et simple du projet ;

·         Appel à la grève générale reconductible.

Retraites, salaires, emploi, le tryptique est plus que jamais de mise et nécessite une prise en compte au plus haut niveau de l’Etat.

Les salariés sont las de payer les conséquences d’une crise (retraites, pouvoir d’achat, chômage…) dont ils ne sont en rien responsables !

Le ras-le-cul doit s’exprimer plus fortement que les 24 juin et 7 septembre dernier. En attendant la trop lointaine mobilisation du 23 septembre, nous nous devons de faire monter en pression nos légitimes revendications.

                                                                           Michel CHANCY

 

Par CGT CG19 - Publié dans : RETRAITES

 

http://cgtcg19.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> à Cyril,<br /> Plus de "on peut" ou de "on va" que nous devons absolument remplacer par :<br /> ON Y VA TOUS ENSEMBLE CONTRE LE CAPITALISME ET SES REPRESENTANTS DU GOUVERNEMENT<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> De partout dans la bloggosphère se relaient des appels à la grève générale. Dans vos AG, il faut pousser nos "dirigeants" des UL et des UD à relayer l'info de cette colère qui enfle.<br /> On l'a vu en CORREZE, où les salariés restent à la fin des manifs, comme s'ils avaient envie de repartir de plus belle.<br /> Chômage, retraites, pouvoir d'achat, le ras le bol est général, que l'on soit dans le privé ou le public. Les ballades mensuelles ne suffisent plus, et les militants bouent !<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> C'est bien possible Patrice qu'un con... fédéral déboule pour tenter de casser la dynamique qui commence à s'enclencher pour la grève générale reconductible.<br /> Ne te casse pas la tête avec de tels préjugés.<br /> Le combat de classe que nous devons continuer à mener, va se faire avec ou sans eux.<br /> On n'a pas besoin des conseils d'un Chérèque pour savoir qu'hier, une poignée de parlementaires GRASSEMENT payés, a voté la mort des retraites.<br /> La colère populaire enfle, elle est telle que rien ni surtout pas les branquignoles du syndicalisme des salons feutrés de l'Elysée, ne pourra la stopper.<br /> Je vais te raconter une histoire qui m'est arrivée dans les Ardennes, à Rethel, lorsque j'étais Secrétaire de l'Union Locale CGT.<br /> J'étais tellement naïf que je ne voyais pas ou seulement de façon très minorée que les gugusses de l'UD CGT me rentraient dedans.<br /> Il faut dire que le trésorier de l'UL était tout sauf un cégétiste.<br /> Voilà que lors d'une réunion de l'UL à laquelle devait participer le Secrétaire de l'UD CGT de l'époque, Jean-Louis Joffrin, celui-ci est venu flanqué de deux autres camarades dont Alain Quique,<br /> des PTT. Le troisième, je ne sais plus qui c'était.<br /> En fait, ces trois syndicalistes étaient venus pour me rentrer dedans devant tous les camarades de l'UL présents à la réunion.<br /> Tu penses bien (tous ceux qui me connaissent ne me démentirons pas), que j'ai fait face car je suis de ceux qui ne lâchent jamais.<br /> Etait-ce le rôle de J.L. Joffrin de venir rentrer dans le lard d'un militant qui n'avait pour seul tort que de se battre sur des positions de classe, ce qui visiblement n'était pas pour leur<br /> plaire?<br /> Pour l'ancdote, Jean-Louis Joffrin, retraité, en a repris une louche et bosse à l'Union régionale Interprofessionnelle à Reims et serait une sorte d'adjoint au guignol carrièriste Franjçois<br /> Claverie, celui-là même qui a tenté à deux reprises de me frapper lors d'une manif à Reims.<br /> Je n'en ai pas terminé avec les Ardennes où nous n'avons pas lieu d'être fiers des fleurons actuels que nous a donné notre CGT.<br /> Nous avons la HONTE d'avoir un président du CESR CGT, élu avec des suffrages contre nature.<br /> Nous avons un des bras droits de B. Thibault, Mourad Rhabi, pour qui le grand soir, c'est du cinéma. Il se dit que ce camarade est encore plus réformiste que B. Thibault. Il se dit aussi que Mourad<br /> Rabhi est membre du parti socialiste.<br /> Nous voilà bien lotis pour écraser le capitalisme.<br /> Donc, tu vois, Patrice, lorsque je perçois que des camarades montrent quelques signes de découragements, je leur dit que ma devise est : "Faire face".<br /> Plus les situations sont délicates, donc difficiles, plus j'ai envie de me battre contre elles.<br /> Je combats toute les formes d'injustice et lorsque que quelqu'un me cherche, il me trouvera toujours.<br /> Rappelle-toi d'une chose Patrice : la meilleure défense, c'est l'attaque!<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Toute la nuance est entre le "on peut" et le "on va".<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> parions que l'on verra débarquer dans cette réunion un responsable confédéral apportant la bonne parole pour le 23, le 29, le 7 octobre ( journée de la misère)<br /> <br /> Un autre moyen simple : ne pas faire de compte-rendu de réunion<br /> <br /> Comme l'a dit thibault dans une phrase lourde de sens "On peut aller vers un blocage, vers une crise sociale d'ampleur. C'est possible. Mais ce n'est pas nous qui avons pris ce risque."<br /> <br /> <br />
Répondre