EQUATEUR : LE PRESIDENT RAFAEL CORREA APPELLE A AVANCER VERS LA SECONDE ET DEFINITIVE INDEPENDANCE - FIDEL CASTRO FELICITE RAFAEL POUR SON DISCOURS COURAGEUX

Publié le par Tourtaux

 

ourra jamais démontrer que les grossiers intérêts matériaux pourront créer des citoyens plus vertueux et honnêtes.

Rafael Correa appelle à avancer vers la seconde et définitive indépendance


• Cuba et l’Équateur renforcent leur coopération


QUITO.— LE président équatorien Rafael Correa a souligné les progrès enregistrés par son gouvernement dans les sphères sociale et économique dans son discours d’investiture pour son second mandat, devant l’Assemblée nationale.


Réélu en février avec 57,17% des voix, Correa a signalé dans son allocution de près de deux heures que l’Équateur a besoin d’une « seconde indépendance contre la pauvreté, les inégalités et l’exclusion. C’est pour cette seconde et définitive indépendance que nous luttons aujourd’hui et que nous avançons, le pays vit des changements profonds et positifs sur les plans économique, politique et social ».


Prenant la parole avant la cérémonie de prestation de serment de Rafael Correa pour la période 2013-2017, la présidente de l’Assemblée nationale Gabriela Rivadeneira a déclaré que « nous comprenons qu’il ne peut y avoir et qu’on ne saurait parler d’une véritable indépendance économique et politique sans justice sociale, et qu’il ne peut y avoir de société juste et égalitaire si la patrie demeure sous le joug du colonialisme ».


Pour sa part, le président équatorien, s’appuyant sur les statistiques de la Commission économique pour l’Amérique latine, a souligné que l’Équateur est l’un des trois pays ayant le plus réduit la pauvreté, qui constitue « la plus grave atteinte aux droits, aux libertés et à la dignité humaine ».


Correa a critiqué le double standard des États-Unis en matière de droits de l’Homme, qu’il a fustigé de « néocolonialisme », rappelant que « cette Amérique digne n’est plus l’arrière-cour de personne ».


Il a renouvelé ses critiques contre le fonctionnement de l’Organisation des États américains. « Le siège de ce mécanisme se trouve aux États-Unis, le pays qui impose un criminel blocus économique, commercial et financier à Cuba, une mesure qui constitue une violation de la Charte de cet organisme », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Il s’agit de la plus grave atteinte au droit international et aux droits de l’Homme ».


Il a également évoqué la question des Îles Malouines, « arrachées par la force à l’Argentine au XIXe siècle, des colonies britanniques situées à plus de 11 000 kilomètres du Royaume Uni, au large des côtes argentines ».


Sur le plan interne, le président Rafael Correa a salué les progrès accomplis par son pays avec la Révolution citoyenne qu’il dirige depuis sont arrivée au Palais de Carondelet, en 2007. « Le capital financier, les bureaucraties internationales et les oligarchies ne font plus la loi chez nous. C’est le peuple équatorien qui commande. Tel est le changement le plus important pour nous », a-t-il dit.


Rafael Correa a prêté serment en compagnie de son vice-président Jorge Glas au cours d’une cérémonie à laquelle assistaient des chefs d’État et de gouvernement d’Amérique latine et d’ailleurs, ainsi que des délégations diplomatiques et des invités.


CUBA-ÉQUATEUR : ÉLARGISSEMENT DE LA COOPÉRATION


Miguel Diaz-Canel Premier vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres de Cuba, a exprimé la volonté de son pays de continuer d’œuvrer au renforcement des liens d’amitié et de solidarité avec l’Équateur, et à l’élargissement de la coopération et de l’intégration entre les deux gouvernements et les deux peuples.


Dans ses déclarations à l’agence Prensa Latina, Diaz-Canel a transmis les salutations de Fidel, de Raul et de tous les Cubains au président Correa, qui entamait un nouveau mandat de quatre ans.


Le dirigeant cubain a signalé qu’il était venu accompagner le président Correa, son gouvernement et le peuple équatorien à l’occasion de la prestation de serment, et pour appuyer la Révolution citoyenne au nom du gouvernement et du peuple cubains.


Diaz-Canel a souligné la convergence de vues entre Cuba et l’Équateur à toutes les parties d’intégration régionale, en faveur de l’unité dans la diversité, rappelant que Cuba fera tous les efforts possibles en faveur de la consolidation de la Communauté des États latino-américains et caribéens. « Cette organisation constitue la tribune la plus importante d’intégration pour l’inclusion des 33 pays de la région, et le soutien de l’Équateur est important en raison du prestige de son président et de la Révolution citoyenne », a-t-il indiqué.


« Cuba continuera d’apporter son soutien à l’Équateur dans la mise en œuvre de ses programmes sociaux », a souligné Diaz-Canel, avant de préciser que les deux pays peuvent procéder à des échanges d’expériences, de technologie et mener des projets conjoints dans de nombreuses sphères.


Le dirigeant cubain a rappelé qu’historiquement l’Équateur a soutenu notre pays dans ses luttes pour l’indépendance, et est rallié à notre cause en faveur de la levée du blocus et de la libération des Cinq.


« La prestation de serment de Rafael Correa et de son vice-président assure la continuité de la Révolution citoyenne en Équateur, et constitue une contribution de l’Alternative bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique (ALBA) à l’intégration et à la consolidation de l’exemple que nous construisons », a conclu Miguel Diaz-Canel


http://www.granma.cu/frances/notre-amerique/30may-Rafael%20Correa.html

 

 


 n o t r e   a m e r i q u e

La Havane. 30 Mai 2013

Félicitations de Fidel au président Rafael Correa


Cher Rafael :


Je te félicite pour ton discours courageux d’aujourd’hui et pour la grande autorité morale et politique avec laquelle tu assumes à nouveau la présidence de l’Équateur.


J’ai perçu la fermeté de ta voix lorsque, de façon irréfutable, tu as condamné le blocus économique exercé contre Cuba.


Quelle que soit la durée de la malheureuse histoire de notre espèce, nul ne pourra jamais démontrer que les grossiers intérêts matériaux pourront créer des citoyens plus vertueux et honnêtes.


La fillette qui aujourd’hui a agrafé l’insigne présidentielle sur ta poitrine démontre le contraire.


« Une idée juste du fond d’une grotte est plus forte qu’une armée », nous a appris l’Apôtre de notre indépendance.


Je te félicite également pour l’hommage juste et émouvant rendu à Hugo Chavez, qui a tant aimé l’Équateur.


Une forte accolade.

Fidel Castro Ruz

Le 24 mai 2013

20h 32.

20h 32.

 

http://www.granma.cu/frances/notre-amerique/30may-Felicitations%20de.html

Publié dans Les Amériques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 05/06/2013 23:20

Rafael est lui aussi un grand président et Fidel l'a très bien perçu