EQUATEUR : LES DIX AXES D'UNE REVOLUTION EN MARCHE

Publié le par Tourtaux

La Havane. 22 Novembre 2012

ÉQUATEUR
Les dix axes d'une révolution
en marche

 

Laura Bécquer Paseiro


LE président Rafael Corresa est candidat à un nouveau mandat de quatre ans aux élections prévues le 17 février prochain après avoir été investi officiellement par son parti Alianza Pais (AP). Ainsi, le mouvement qui sert de plateforme politique à la Révolution citoyenne, le concept proposé par Correa en 2007, entend assurer la continuité du processus social que vit ce pays d’Amérique du Sud. L’Allianza Pais a également annoncé le nom du candidat à la Vice-présidence : Jorge Glas qui était, jusqu’à présent, le ministre des Secteurs stratégiques.

Ils travailleront de concert au projet visant à combattre la pauvreté dans leur pays à travers la redistribution des richesses, comme ils l’ont affirmé lors de la Convention nationale de leur parti.

Devant des milliers de partisans, le président a déclaré que des progrès ont été accomplis en ces cinq dernières années, mais qu’il reste encore beaucoup à faire, et que « seul le pouvoir politique en fonction des grandes majorités nous permettra de changer cette réalité afin que cet État bourgeois au service d’un petit nombre, devienne un véritable État populaire aux services des plus pauvres ».

En plus des cinq axes du projet initial, le chef d’État a ajouté cinq axes supplémentaires. Il s’agit de dix objectifs (ou révolutions) qui s’inscrivent dans le cadre du programme social en marche dans ce pays.

Révolution constitutionnelle et démocratique : après l’approbation puis la mise en vigueur de la Constitution de Montecristi, « adoptée à une majorité écrasante par le peuple équatorien en 2008 », et qui a jeté les bases pour la construction d’un nouveau pays, il s’agira de lancer la rédaction des lois en suspens sur les Terres, l’Eau et la Communication.

Révolution économique, productive et du travail : diversifier le modèle de production et changer le modèle d’accumulation de la production. « Notre système est complètement différent de celui que nous avons trouvé à notre arrivée au gouvernement. Notre pays n’est plus gouverné en fonction du FMI mais en fonction des besoins de la citoyenneté, à partir de l’État », a signalé le président.

Les troisième et quatrième objectifs concernent la Révolution sociale et éthique, ainsi que la lutte contre la corruption à tous les niveaux.

Le chef d’État a souligné qu’à tous ces programmes s’ajoute également une Révolution souveraine, dans le cadre de l’unité de la Grande Patrie. Ce point vise à renforcer la gestion des organismes d’inclusion latino-américaine comme l’Union des Nations d’Amérique du Sud (UNASUR) et la Communauté des États Latino-américains et des Caraïbes (CELAC).

Révolution environnementale : s’engager sur la protection de l’environnement. Améliorer les carburants, promouvoir l’usage d’appareils plus efficaces, des moyens de transport alternatifs non polluants, pour une révolution urbaine, écologique et culturelle. « Nous ne voulons plus d’une urbanisation marginale, qui a fait tant de mal, surtout aux plus pauvres du pays », a dit Correa.

Réforme de la Justice : approfondir les changements institués au sein du système judiciaire après l’approbation du référendum de mars 2011. Autrement dit : « inaugurer véritablement la justice ».

Les axes de la Révolution citoyenne sont en marche vers la libération sociale, qui passe par la transformation radicale des vieilles structures sociales et économiques de la société équatorienne.

 

http://www.granma.cu/frances/notre-amerique/22novi-Les%20dix.html

Publié dans Les Amériques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article