FRONT SYNDICAL DE CLASSE : RETRAITES, RESTONS LUCIDES : IL FAUT ANNULER LES PLANS DE RIGUEUR !

Publié le par Tourtaux

Front Syndical de Classe

« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. » H. Krasucki

 

Egalement sur le site du FSC :

- Rubrique Culture : 

- Ouverture d'une page culture sur le site du Front Syndical de Classe
- RUBRIQUE « CULTURE » FSC // N°1 - JUIN 2010


- Luttes :
- Section Cgt Orly Nord. COLLECTIF toujours debout : A CEUX QUI SE POSENT LA QUESTION, ON EST TOUJOURS LA !!! 
- POUR UNE RADIO PUBLIQUE INDEPENDANTE
- Le Postier du Cantal : organe de la CGT FAPT du Cantal

- Pour ceux qui se posent la question comment aider les Postiers du 92 en grève depuis 58 jours quelques petits tuyaux
- Actualité mobilité 22 06 2010 Retraites : -3% du salaire, loi mobilité : -100% du salaire

- International :

- Reflets : la revue de la FSM
- Déclaration du Responsable des relations internationales PAME suite au congrès CSI : Honte au Premier ministre grec
- Intervention du Secrétaire Général de la FSM : George Mavrikos, Conseil Présidentiel- Genève, le 14 Juin 2010
- La FSM a célébré son 65ème anniversaire à Genève

...

A venir : analyse sur le mouvement des sans-papiers et sur les récentes déclarations conjuguées de Monks (CES) et Barroso (UE) expliquant que soit la régression sociale était acceptée par les peuples soit on allait vers des dictatures... (comment mieux décrire le fonctionnement du capitalisme des monopoles et de l'UE supranationale ?).
 

Retraites, restons lucides : Il faut annuler les plans de rigueur !


Apparemment, à gauche il y a unanimité. Tout le monde est opposé à l’actuelle contre-réforme du pouvoir ; en particulier tout le monde s’oppose à la remise en question du droit légal de départ à la retraite, aux 60 ans.

 

Mais à y regarder de plus près ce point de vue est trompeur et ce type d’illusion risque fort de conduire comme par le passé à de lourdes désillusions..

 

Prenons l’exemple de la gauche syndicale et du positionnement des dirigeants de la CFDT (et de la CES !). Certes à leur récent et dernier congrès ils se sont déclarés opposés à la remise en cause des 60 ans.

Soit !

Mais dans la foulée, à 58,9%, répondant à l’appel de leur direction, les délégués cédétistes ont repoussé un amendement qui demandait de renoncer à l’allongement de la durée de cotisation, aujourd’hui fixée à 40,5 ans (41 ans en 2012). Et tout allongement de la durée de cotisation aggraverait le chômage des jeunes et pénaliserait fortement en particulier les femmes et toutes les situations marquées par la précarité.

Tout ceci est donc dans le prolongement direct du positionnement de 2003 et de la trahison du mouvement de l’époque !

 

Du côté de la gauche politique et du Parti socialiste en particulier, les choses sont identiques. Et nous ne parlons pas évidemment d’un Strauss-Kahn dont chacun sait que du haut de sa chaire au FMI il approuve le gouvernement français en constatant « [qu’il]accorde donc à juste titre une attention particulière à une réforme des retraites visant à repousser l’âge effectif de départ à la retraite ».

 

Mais du côté de Martine AUBRY et de la direction du PS les choses ne sont guère différentes, puisque si le PS affirme à présent (contre les déclarations initiales d’AUBRY) le refus de bouger sur les 60 ans, et ne prévoit pas d’allongement de la durée de cotisation jusqu’en 2020. Il se dit par contre, prêt "si nécessaire"à réexaminer ce point à ce moment-là.

 

Car eux aussi veulent rassurer les marchés financiers

 

Et c’est là que le bât blesse !

 

Parce qui ce qui conduit la gauche réformiste syndicale et politique à faire preuve de « réalisme », à consentir à des sacrifices pour les travailleurs et le peuple c’est son acceptation de la nécessité des plans de rigueur et d’austérité et son refus d’affronter les marchés financiers comme on peut le constater en Grèce, au Portugal et en Espagne où les partis socialistes au pouvoir imposent à leur peuple sous l’injonction des banques et des marchés les mesures d’austérité les plus draconiennes infligées depuis plus de 50 ans !

 

Alors que la raison fondamentale de réformer et d’aller vite dans les réformes comme pour les retraites, est de satisfaire les appétits des dits marchés .

 

Alors que depuis des dizaines d’années, ce sont précisément les amputations de salaire, la compression du pouvoir d’achat, la précarité imposée au plus grand nombre, les reculs sociaux qui sont les causes de l’endettement et de la grave crise actuelle !

 

Et maintenant ?

 

Après le succès incontestable du 24 juin dernier, la proposition des directions syndicales d'ouverture d'un cycle de discussions appelle la vigilance,.

70 % des français sont contre le projet, seul son retrait peut aujourd'hui être à l'ordre du jour !

Et seul un rapport de force d’une ampleur historique méthodiquement construit à partir des revendications défendues de la base est en mesure de permettre la victoire des intérêts populaires :

C’est pourquoi nous maintenons les objectifs suivants :

- retrait du projet Woerth-Sarkozy

- Maintien du droit à la retraite à 60 ans et le retour aux 37,5 annuités pour tous, privé et public, ainsi qu’au calcul sur les 10 meilleures années dans le privé et le maintien du calcul sur les 6 derniers mois dans le public (annulation des contre-réformes de 93 et 2003).

- Indexation des pensions et retraites sur les salaires

- Maintien du Code des pensions et des statuts particuliers (annulation de la contre-réforme des régimes spéciaux de 2007)


Et cet été :

- constitution partout où c'est possible de comités unitaires, à la base, de défense des retraites comme cela se fit en 2005 contre la constitution européenne,

 

- préparation de rassemblements le 14 juillet, date symbolique de l'intervention populaire, au lendemain de l'annonce définitive du plan gouvernemental,

 

- préparation d'une rentrée offensive dès la fin août puisque le gouvernement entend soumettre son plan au Parlement le 7 septembre :

 

Manifestation nationale à Paris pour la défense des retraites dès le début septembre avec mise en perspective d'une grève reconductible ?

 

Appel à bloquer les zones industrielles de France, comme la CGT Goodyear demande à la confédération CGT de le préparer ?...

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 30/06/2010 21:24


Si seulement tu disais vrai Cyril. Le blocage du pays, c'est sans doute un des pires ennemis du MEDEF et de la clique au pouvoir.


Cyril LAZARO 30/06/2010 20:42


Le blocage des zones industrielles risque de commencer sous peu après le revers que subissent les salariés de Total à Dunkerque. Ne plus croire aux promesses, telle est la leçon que la pseudo crise
doit nous enseigner.