FUKUSHIMA : UN DOCUMENT INTERNE D'AREVA DEMONTRE TOUT LE CYNISME DE L'INDUSTRIEL

Publié le par Tourtaux

Communiqué de presse

Anne Lauvergeon, la n°1 d'AREVA, est actuellement en déplacement au Japon pour « apporter l'aide et l'expertise d'AREVA » dans la gestion de la catastrophe de Fukushima. À cette occasion, le Réseau « Sortir du nucléaire » rend public un document interne d'AREVA qui démontre que, loin de se soucier réellement du sort des Japonais, l'industriel se préoccupe avant tout des impacts éventuels de la catastrophe de Fukushima sur la construction de nouvelles centrales nucléaires... et donc sur son chiffre d'affaire !

Le déplacement d'Anne Lauvergeon, parallèle à celui de Nicolas Sarkozy, relève d'une stratégie de communication, de la part du pays leader sur le marché nucléaire mondial. Il s'agit d'instrumentaliser la catastrophe de Fukushima pour valoriser les technologies nucléaires d'AREVA, sous couvert d'apporter à Tepco une aide pour le moins hypothétique.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce le cynisme dont fait preuve AREVA au moment même où la population japonaise souffre des conséquences dramatiques de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Consultez le document interne d'AREVA (en anglais) intitulé « Impact of Fukushima event on nuclear power sector » en date du 25 mars 2011 en cliquant ici : http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/DocinterneAREVA-25Mars2011.pdf

Ci-dessous deux des extraits les plus significatifs de ce document.

Contacts presse :
François Mativet : 06 03 92 20 13
Opale Crivello : 06 12 40 59 51


TRADUCTION EN FRANCAIS DES EXTRAITS DE CE DOCUMENT INTERNE AREVA :

Page 4 :

Principaux effets attendus de l'évènement de Fukushima sur le secteur électro-nucléaire

  • La plupart des pays engagés dans le nucléaire ou dans un programme de construction ont eu des réactions plutôt rationnelles suite à l'événement de Fukushima
    - L'énergie nucléaire est nécessaire
    - Ne surfent pas sur une vague émotionnelle
    - Des leçons doivent être tirées de la crise japonaise

  • La plupart des pays ont annoncé des contrôles de la sécurité de leurs installations nucléaires existantes:
    - Pour quatorze pays européens, ces contrôles incluront des audits

  • Quelques pays ont déjà annoncé qu'ils reverront leurs standards de sécurité

  • Seule l'Allemagne a annoncé d'emblée des mesures plus rigoureuses à l'égard de leurs installations (fermeture temporaire des sept centrales les plus vieilles, moratoire de trois mois sur l'allongement de leur durée de vie).

  • Les nouvelles constructions – particulièrement celles avec les dates d'entrée en service commercial les plus proches – pourront être reportées pour tenir compte de standards de sécurité et de procédures d'autorisation modifiés.

  • Il n'est cependant pas question – en-dehors du Japon – d'annuler un quelconque programme de construction, ou d'arrêter des constructions en cours


EXTRAITS DU DOCUMENT INTERNE ORIGINAL D'AREVA

Page 4 :

Main potential impacts of Fukushima event on nuclear power sector

  • Most countries with a nuclear installed base and/or a New Build program have had pretty rational reactions following Fukushima event
    - Nuclear energy is necessary
    - Do not surf on the wave of emotion
    - Lessons have to be learned from Japanese crisis

  • Most countries announced safety reviews on their existing NPPs :
    - For 14 European countries, those reviews will include check-ups

  • A few countries have also already announced that they will review their safety standards

  • Only Germany directly announced more stringent measures regarding its installed base (temporary shut-down of 7 oldest plants, 3-month moratorium on lifetime extension)

  • New Builds – especially the ones with the closest CODs – may be delayed in order to integrate amended safety standards / licensing process

  • However there is no question – outside of Japan – to cancel New Build programs or stop current constructions

Lien permanent vers ce communiqué: http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=781


Source : Réseau Sortir du Nucléaire


http://www.dazibaoueb.fr/









Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtauxt 04/04/2011 15:02


Je suis ravi de ta réponse moderateur.
Comme tu dois t'en douter, je savais que ton commentaire visait ce but.
Je partage aussi ton analyse en ce sens et je pense que Simir en sera d'accord sur le fait que le communisme que tous trois nous souhaitons voir exister un jour sur cette planète, n'a en effet
jamais vu le jour.
Des communistes ont essayé mais ont échoué parce qu'ils ont sans doute fait des erreurs.
Je ne sais si nous avons tous trois la même vision de la société communiste que nous voulons mais ce que je sais, c'est que nos convictions sont profondes, honnêtes et justes.


modérateur 04/04/2011 14:18


à Simir :
je n'ai pas écrit, "le communiste a mal géré" le nucléaire mais "le communisme ne gérerait pas mieux", ce qui dit clairement qu'en ce qui me concerne, le communisme n'a jamais existé sur cette
planète que ce soit sous Brejnev ou Gorbatchev.
J'essaie de déterminer qui est pour ou contre le nucléaire, je n'ai jamais cheminé avec des pro-nucléaires ni même des productivistes.


Tourtauxt 04/04/2011 10:04


Bonjour camarade Ardennais simir.
Très juste et pertinente analyse que je partage.


simir 04/04/2011 07:37


Tchernobyl a eu lieu sous l'ère Gorbatchev. Donc prétendre que le communisme ne gère pas mieux le nucléaire que le capitalisme est un peu fort de café. Comme il l'a dit plus tard le révisionniste
Gorbatchev n'a eu de cesse que de détruire le régime communiste donc avec le laisser aller qu'il a encouragé et la pagaille qu'il a crée N'oublions pas que sous Gorbatchev on a revu les queues dans
les magasins. Sous Brejnev un tel laissser aller avec les expériences douteuses qui ont conduit à cette catastrophene se serait jamais produit


Tourtauxt 03/04/2011 20:09


Je constate que rien de concret n'a été mis en oeuvre à la suite de la catastrophe de Tchermobil qui a pourtant tué massivement et continue de le faire bien au-delà de sa région puisque de
nombreuses personnes ont été ou sont encore victimes de cancers en provenance de la catastrophe survenue dans cette centrale.
Je ne sais pas comment dans une société communiste la question du nucléaire serait gérée mais ce que je sais, c'est que dans une société communiste, nous serions débarrassés de l'exploitation de
l'homme par l'homme et la caste des nantis n'existerait plus.
L'avènement d'une société communiste est la raison pour laquelle je lutte depuis des décennies. Je sais bien que je ne connaîtrai jamais cette société où les hommes et les femmes seraient à égalité
mais, comme on dit, l'espoir fait vivre.
Je suis un utopiste qui rêve de vivre autrement, décemment, pour un futur et des lendemains qui chantent pour notre jeunesse.