GRANDE-BRETAGNE : GREVE MASSIVE DES FONCTIONNAIRES POUR LA DEFENSE DE LEURS RETRAITES

Publié le par Tourtaux

Mercredi 30 novembre 2011

Grande-Bretagne:

les fonctionnaires en grève

partout dans le pays

pour leurs retraites

         

 

Des employés de l'hôpital Reine Elizabeth manifestent, le 30 novembre 2011 à Birmingham
 

Mercredi 30 novembre 2011,

Ecoles fermées, hôpitaux et services municipaux ralentis: les salariés du public étaient en grève mercredi au Royaume-Uni, un mouvement dont les syndicats entendaient faire une véritable démonstration de force contre un gouvernement intraitable sur sa réforme des retraites.

  

D'après les organisateurs,plus de deux millions de personnes se sont à joints à cette action  où sont rares les mouvements  sociaux.

 

 Un millier de manifestations étaient également programmées dans le cadre de ce mouvement avec lequel l'opposition travailliste "a pris ses distances" !).

 

Les premiers effets de la grève se sont fait sentir rapidement: des milliers de familles ont dû garder leurs enfants à la maison, les trois quarts des écoles étant touchés. En Angleterre, seuls 13% des établissements fonctionnaient normalement. Le gouvernement a d'ailleurs appelé à la bienveillance les chefs d'entreprise leur demandant d'accepter les enfants de leurs salariés au bureau.

Des piquets de grève ont été installés devant les bâtiments publics, notamment les hôpitaux où souvent seuls les soins d'urgence étaient assurés. Les services municipaux tournaient eux aussi au ralenti, comme les tribunaux.

Des employés manifestent devant l'hôpital de Manchester, lors de la grève des fonctionnaires britanniques, le 30 novembre 2011
 

Certaines compagnies aériennes ont aussi anticipé en annulant des vols.

Dans le cadre de son plan de rigueur, le gouvernement prévoit de repousser l'âge de départ à la retraite dans le secteur public à 66 ans en 2020 - contre 60 ans pour la plupart actuellement - et d'augmenter les cotisations.

 

La pilule a d'autant plus de mal à passer qu'il vient d'annoncer un gel des salaires des fonctionnaires jusqu'en 2013, qui s'ajoute aux 710.000 suppressions de postes d'ici 2017 dans la fonction publique.

 

"Ce gouvernement prend plein d'argent aux plus pauvres", mais "il ne touche ni aux bonus, ni aux banques", se plaignait Russel Challinor, 49 ans, qui participait à un piquet de grève devant une mairie, dans le centre de Londres.

A l'hôpital d'University College, une centaine de personnes étaient installées à l'entrée avec des pancartes proclamant: "retraites: bas les pattes!". Dans la rue, des automobilistes actionnaient leurs avertisseurs

 

INFO REPRISE SUR LE SITE DE JEAN LEVY

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article