HOLLANDE (PS) VA RENCONTRER THIBAULT (CGT) : LEURS PREOCCUPATIONS NE SONT PAS CELLES DU PEUPLE DE FRANCE QUI SOUFFRE ET ATTEND AUTRE CHOSE QUE DES DISCUTAILLERIES ENTRE REFORMISTES !

Publié le par Tourtaux

 

 

 

 

Le candidat socialiste a rendez-vous la semaine prochaine avec le secrétaire général de la CGT. La rencontre entre « Bernard » et « François » devrait être l'occasion d'une mise au point pour la centrale syndicale
Bernard Thibault et François Hollande se connaissent de longue date. Pour une raison simple : ils sont parvenus à leurs hautes responsabilités à la même époque : le premier a pris les commandes de sa confédération en 1999 et le second celle de son parti en 1997.

Les deux hommes se rencontreront « la semaine prochaine », selon nos informations. Ils auront de quoi parler, et pas forcément pour se faire des félicitations réciproques. Bernard Thibault estime par exemple que « l'entourage » de « François » est trop sensible aux thèses de la CFDT. Il a noté que les propositions sociales du candidat sont assez compatibles avec celles de la centrale de François Chérèque. Et d'abord sur le sujet qui fâche vraiment à la CGT : les retraites.

En proposant de revenir à la retraite à 60 ans, tout en conservant une durée de cotisations de 41,5 années (pour la génération née en en 1955), François Hollande se cale sur la CFDT. Ce serait pire encore s'il embrayait sur la proposition de François Chérèque de négocier très vite une « réforme systémique », qui instituerait un seul régime par point pour tous les salariés. Pour la CGT, ce projet reviendrait à « rompre le contrat de génération ». L'idée de Hollande de recruter 60 000 enseignants, secteur où la CGT est absente, tout en réduisant les effectifs ailleurs n'est pas non plus rassurante pour la centrale de Montreuil.

Le secrétaire général de la CGT est réticent à toute idée de « pacte social » qui serait scellé après les élections, surtout s'il s'agit de réduire la protection sociale. La CGT analyse la montée des Indignés en Espagne comme le résultat du pacte passé par les syndicats avec le gouvernement Zapatero, qui aurait déconsidéré le syndicalisme aux yeux des jeunes, alors que la CFDT, de son côté, a récemment signé un texte commun avec le Medef sur la « compétitivité » de la France, prônant des adaptations profondes. « Il ne faut pas attendre du syndicat qu'il recule sur sa mission de défense des salariés », conclut-il. Et d'ajouter : « les responsables de la gauche doivent montrer qu'il existe des alternatives au système actuel ».

Cela risque donc d'être frais, d'autant que Bernard Thibault connaît sa carte syndicalo-politique : « les sympathisants de la CFDT ont voté à 50/50 pour la gauche et la droite en 2007. Chez nous, les sympathisants sont à 80% à gauche, toutes sensibilités confondues ». Histoire de dire : regardez qui sont vos vrais amis. 

On est donc loin du Congrès du PS à Dijon, en mai 2003, lorsqu'après le conflit des retraites, les délégués socialistes avaient applaudi debout le dirigeant cégétiste après avoir eu des mots très durs envers la CFDT accusée d'avoir pactisé avec la droite sur la réforme Fillon-Raffarin des retraites.

Effectivement, la CFDT ressent assez bien le dialogue à venir avec le candidat PS. Après tout, François Hollande est un héritier de Jacques Delors, donc de la maison CFTC/CFDT. Avec l'avantage sur Martine Aubry qu'il ne prétend pas faire du syndicalisme à la place des syndicalistes. François Chérèque est même près, sous conditions, à négocier le « contrat de génération » chéri du candidat. « Tel qu'il est, le dispositif proposé pas carrossable, mais nous avons proposé au patronat une réflexion sur la réduction des cotisations des seniors qui resteraient dans l'entreprise. Pour nous, l'argent économisé doit venir aider l'embauche des jeunes », explique-t-il.

 

http://cgt-sca-linselle.skyrock.com/3048690689-Hollande-va-rencontrer-Bernard-Thibault-et-ce-ne-sera-pas-forcement.html

 

Source : Patrice BARDET

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
EN CLAIR, PLACE A LA RUE, C'EST A ELLE DE S'EXPRIMER PUISQUE LE PEUPLE NE PEUT PAS DES POLITICARDS.
Répondre
P
si BT est réticent à toute idée de "pacte social" avec Hollande, c'est qu'il sait pertinemment que la base de la CGT se révolterait illico<br /> <br /> Les camarades de la CGT sont "chauffés à blanc" un peu partout<br /> <br /> Cela, la direction le sait parfaitement, et la bureaucratie syndicale fait ce qu'elle peut pour éteindre l'incendie qui pourrait emporter ce système politique au service du capital<br /> <br /> ça pourrait bien ne pas marcher longtemps, et aucun camarade ne se laissera plus berner comme en 1981, ni n'attendra les élections, et encore moins ne fera confiance à un candidat de cette gôche<br /> bien à droite
Répondre
J
Que dire de plus, si ce n'est que notre peuple est dans les sables mouvants jusqu'au cou.
Répondre
M
Pas de temps à perdre avec ces renégats.<br /> Tous dans le même sac.<br /> Je voudrais rappeler une chose pour ceux qui vont voter en 2012 : tous les candidats aux présidentielles étaient en mars dernier pour la guerre en Libye. Que les militants qui se disent communistes<br /> réfléchissent bien. Une des pierres fondatrices du marxisme est "le droit des peuples à disposer d'eux mêmes". En votant Mélenchon, Hollande ou je ne sais lequel, on se fait COMPLICE des drames<br /> humains qui se déroulent aujourd'hui dans le monde arabe et en Afrique. Les peuples qui viennent de voter l'ont bien compris, voilà pourquoi ils ont boycotté en majorité les élections : ils savent<br /> qu'un véritable changement n'a jamais et ne passera jamais par les urnes.<br /> Un peu plus de Révolution et plus du tout de conformisme, c'est urgent !
Répondre