ISRAEL A KIDNAPPE 380 PALESTINIENS EN FEVRIER

Publié le par Tourtaux

           Israël a kidnappé 380 Palestiniens en février

dimanche 4 mars 2012 - 07h:12

Saed Bannoura - IMEMC News

 
Riyadh Al-Ashqar, un chercheur palestinien spécialiste des Affaires des Prisonniers, affirme que le nombre d’arrestations illégales de Palestiniens par les Israéliens dans les territoires occupés a augmenté en février et qu’Israël a kidnappé plus de 380 Palestiniens en Cisjordanie, dans le bande de Gaza, Jérusalem Est occupée et les territoires de 1948.


Al-Ashqar a annoncé dans un communiqué de presse, que parmi les Palestiniens kidnappés en février il y avait 54 enfants et 6 femmes dont une prisonnière qui avait été précédemment relâchée en vertu de l’Accord sur l’Echange de Prisonniers.

Selon lui, 14 habitants ont été kidnappés alors qu’ils travaillaient sur leur terre près de la "clôture de sécurité" israélienne qui longe la frontière entre Gaza et Israël. Des soldats ont aussi kidnappé un malade du cancer du nom de Hikmat At-Taramsy, 48 ans, au terminal d’Eretz (Beit Hanoun) alors qu’il se rendait dans un hôpital israélien avec tous les permis de circulation nécessaires. Il a été relâché plus tard.

La marine israélienne a aussi kidnappé 5 pécheurs palestiniens dans les eaux territoriales palestiniennes et a endommagé leurs bateaux.

Selon Al-Ashqar, des soldats israéliens ont kidnappé 6 Palestiniens qui avaient été libérés aux termes de l’accord d’Echange des Prisonniers contre Shalit, dont Hana’ Shalabi, une prisonnière qui fait la grève de la faim depuis 15 jours pour obtenir sa libération et pour faire annuler un ordre de détention administrative de 6 mois sans qu’on ait pu retenir la moindre charge contre elle.

Une des femmes kidnappées est une avocate et ancienne prisonnière politique du nom de Shereen Al-Esawy ; elle a été faite prisonnière par l’armée qui a fait un raid dans son domicile de Jérusalem Est occupé pour le fouiller.

Les autres sont Mofeeqa Al-Qawasmi (la femme du prisonnier Mohammad Shafeeq Al-Qawasmi), Mona Abu Sneina (la femme du prisonnier politique Hamdan Abu Sneina), et Aesha Mousa Ghannam.

Les 4 prisonniers politiques qui ont été relâchés au titre de l’Accord d’Echange des Prisonniers contre Shalit et ont été arrêtés de nouveau en février sont Ayman Abu Da’oud, Yousef Abdul-Rahman Shteiwy, Mahmoud Adnan Salim, et Rami Abu Haniyya.

Les soldats ont aussi kidnappé 54 enfants, dont Adi Qfeisha, 13 ans, qui a été kidnappé devant son école dans la ville d’Hébron au sud de la Cisjordanie.

En ce qui concerne les attaques contre les prisonniers, Al-Ashqar a annoncé que les soldats avaient fait un raid dans la section n° 7 du camp de détention du Néguev et fouillé les tentes des prisonniers avant de transférer 120 détenus dans différentes prisons israéliennes. Les soldats ont aussi fait des raids dans la prison d’Ashkelon à quatre reprises le mois dernier.

Les prisonniers des prisons de Ramon et de Nafha ont été interdits de visite pour le troisième mois consécutif parce qu’ils faisaient la grève de la faim en protestation des conditions de vie insupportables et des violations incessantes de leurs droits. Les appareils électriques des prisonniers de Ramon leur ont été confisqués ; on leur a aussi interdit d’aller à la cantine de la prison acheter de la nourriture.

Plusieurs détenus ont été mis à l’isolement pendant plusieurs mois et Ahmad Al-Maghribi, l’un d’entre eux, a reçu un ordre de détention de 6 mois pour avoir exprimé sa solidarité avec le prisonnier Adnan Khader, qui a fait une grève de la faim de 66 jours avant qu’Israël ne décide finalement de le relâcher en avril prochain.

Les attaques ne visaient pas seulement les prisonniers mais aussi leurs familles. Dans un cas spécifique, un soldat qui se tenait à un barrage près de Hébron a humilié les femmes et les mères de prisonniers politiques qui se rendaient aux prisons de Ramon et de Nafha pour leur rendre visite.

En ce qui concerne les ordres de détention administrative, les tribunaux militaires israéliens ont ordonné que plus de 50 prisonniers soient mis à l’isolement ; parmi eux se trouvent le reporter palestinien Amin Abu Warda, et le journaliste Amer Abu Arafa. La détention administrative de Abu Arafa a été prolongée de 6 mois pour la seconde fois.

La détention administrative de 30 détenus supplémentaires, dont trois élus, a été prolongée sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux. La détention administrative de Nasser Abdul-Jawad, un élu de Salfit, a été prolongée de 4 mois, celle de Anwar Zboun, un élu de Bethléhem, de 6 mois et celle de Mohammad Al-Natsha, un élu de Hébron de 6 mois.

Pour ce qui est de l’état de santé des détenus, Al-Ashqar affirme que plusieurs détenus ont vu leur santé s’altérer notablement, y compris le docteur Mohammad Sleiby, qui a été transféré à l’hôpital suite à la grave détérioration de sa santé qui s’est manifesté entre autres par des problèmes de diabète et d’hypertension. Le détenu Thabit Al-Mardawy a été transféré à l’hôpital après avoir fait la grève de la faim pendant 10 jours en solidarité avec Adnan Khader.

Zuheir Rasheed Lubbada, détenu dans la prison de Ramla, est cloué au lit à cause de problèmes rénaux et d’une infection contractée pendant la dialyse ; Il souffre aussi d’une cirrhose parce que sa dialyse a été effectuée avec un retard de 7 jours.

Dirar Abu- Seessi, un prisonnier originaire de Gaza, souffre de plusieurs problèmes de santé : coeur, foie, vésicule biliaire, tension et anémie (son taux d’hémoglobine est de 10 et il a perdu 30 kg).

Woroud Qassem, qui est emprisonné à la prison de Ha-Sharon, est incapable de se tenir debout et souffre d’un manque de vitamine D.

Akram Issa, un prisonnier originaire de Naplouse, souffre de problèmes psychologiques et de paranoïa ; Il ne comprend pas ce qui lui arrive.

Al-Ashqar a fait appel à différents groupes de droits humains pour qu’ils fournissent aux détenus palestiniens l’aide et les soins dont ils ont besoin et a demandé au peuple palestinien de soutenir ses efforts pour aider les détenus et de faire preuve d’une solidarité indéfectible.



2 mars 2012 - IMEMC - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.imemc.org/article/63092
Traduction : Info-Palestine.net - Dominique Muselet

 

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=11872 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
@Patrice, si un taux de 25% de citoyens de France était interné politiquement comme l'impose ou l'a imposé le régime israélien au peuple martyr palestinien, y compris à des enfants, sur une
population de 65 millions d'habitants, il y aurait, sauf erreur de ma part, 16 millions et 250 000 personnes internées.
Qui accepterait cela en France?
Répondre
T
@Thami, l'expérience du militantisme PUR permet d'acquérir un savoir de dicernement dans les nombreux domaines qui tutoient notamment la géopolitique, le syndicalisme, au sens propre du terme, la
politique et tout ce qui est humain.
Le PURISME militant, donne une force qui permet d'affronter bien des obstacles, y compris ceux que l'on croit infranchissables.
Je suis un de ces militants très exigeants, surtout envers eux-mêmes. Ceci me vaut d'être très combattu à mon petit niveau mais, que de satisfactions lorsque l'on a le sentiment d'oeuvrer pour une
juste cause.
Les nombreux internautes qui visitent chaque jour mon blog et leurs enrichissants commentaires, sont la récompense du militant.
MERCI!
Répondre
P
un quart de la population palestinienne est passée par les geoles de l'occupant, au mépris du "droit international", dans l'indifférence de l'ONU

Imagine-t-on pareille situation en France ?
Répondre
T
Jacques, ton propos sonne juste. J'ai adoré l'expression "Obama veut son hochet". Voici donc les élections, ce cirque pour enfants attardés. A chaque fois, le monde entier est censé être
directement "concerné", à chaque fois les peuples opprimés doivent en payer les frais. Obama est déjà parti s'incliner devant ses maîtres de l'Aipac.
Répondre
T
Bonsoir Jacques,
Les prisonniers palestiniens, on en parle comme des numéros sans visage… Il s'agit à l'évidence d'une tragédie sans précédent dans l'histoire. En valeur absolue, Israël détient le plus grand nombre
de prisonniers politiques : 11 mille, dont plus de 300 enfants (la Chine en détient parait-il moins de mille).
Depuis l'échange de prisonniers conclu par l'Etat colonial et le Hamas, en octobre dernier, portant sur 477 prisonniers politiques palestiniens, 470 Palestiniens ont été très rapidement capturés en
décembre. Les sionistes ont donc "récupéré" pratiquement le nombre de détenus libérés.
Avant cela, les prisonniers "libérés" et leurs familles ont été soumis au harcèlement quotidien des forces d'occupation.
Que dire de leurs "tribunaux" : quand un Palestinien est accusé de "mettre la sécurité de l’Etat en danger" il est fatalement condamné, même s’il n'y a pas du tout de preuve.
Les prisonniers palestiniens n'ont pas droit à un avocat. Cette mesure est semblable à celle introduite par la minorité blanche en Afrique du Sud du temps de l’apartheid. Les enfants n'échappent
pas à la cruauté : les arrestations sont effectuées au milieu de la nuit, généralement sur simple dénonciation de quelqu’un qui n’est souvent qu’un enfant lui-même... J'entends Obama dire devant
l'Aipac que les USA partagent les mêmes valeurs avec l'entité sioniste. Quelles valeurs ?
Des actes criminels à grande échelle sont commis dans l'indifférence générale des nations. L’observateur en vient à être bouleversé ad nauseam...
Répondre
T


Bonsoir Thami, je suis heureux que tu ais retrouvé la santé. Les détentions injustifiées de prisonniers palestiniens, rappellent étrangement la triste époque des années 40 où les juifs étaient
internés sans raisons par les nazis et voilà qu'à son tour, l'Etat sioniste d'Israël fait subir au peuple palestinien, humiliations, misères et souffrances abominables à l'instar de  celles
que subirent leurs aînés. C'est impensable! Pour les prisonniers, la comparaison avec l'immense Chine illustre bien la réalité.


Dans l'état actuel des choses, je ne vois pas ce qui va pouvoir calmer ces fous de guerres. Je lisais hier une chose effarante, monstrueuse. Obama veut la bombe iranienne. Il n'y a pas de bombe
mais il lui faut sa guerre, son hochet. Plus la date des élections aux USA approche, plus le danger d'un conflit avec l'Iran se précise.


J'ai également lu que les milliardaires qui ont financé la campagne d'Obama, préfèrent voter pour lui que pour un candidat républicain, leur mouvance naturelle. Voilà qui en dit long sur les
élections dans un système capitaliste.


De quelles valeurs parle Obama, ce criminel de guerre?