LA FEDERATION CGT DES CHEMINOTS VIENT D'APPRENDRE PAR LES SERVICES DE LA CPRP SNCF QUE DES DIZAINES DE MILLIERS DE CHEMINOTS ET LEURS FAMILLES ONT EU RECOURS AU "MEDICAMENT" MEDIATOR

Publié le par Tourtaux

La Fédération CGT des cheminots vient d’apprendre par les services de la CPRP SNCF que des dizaines de milliers de cheminots et leur famille auraient eu recours au médicament MEDIATOR. Cette affaire réinterroge l’organisation de notre système de santé et la place que le service public doit y jouer.
Les scandales sanitaires se succèdent. Après l’affaire du sang contaminé, des hormones de croissance, c’est la campagne surdimensionnée de la grippe qui a occupé le devant de la scène pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques. La Fédération CGT des cheminots attend toujours des explications de la part du Ministère de la Santé après deux courriers sans réponse.
A chaque enquête, l’influence de l’industrie du médicament et des produits de santé est mise en cause, révélant que des décisions politiques ou administratives sont prises dans le sens de l’intérêt de cette industrie avant celui de la santé publique.
Cette succession de scandales sanitaires relance le débat sur la place centrale que doit reprendre le service public en matière de formation des professionnels de santé, de recherche en santé, de publication scientifique, d’information et d’éducation des malades, de contrôle public, de la place de l’Assurance maladie dans l’organisation du système de santé, d’un pilotage politique et administratif indépendant et désintéressé.
La CGT rappelle l’urgence de remettre de la démocratie sociale au centre de l’organisation du système de santé et de protection sociale.
Notre association de consommateurs, INDECOSA CGT, s’engage déjà dans l’organisation de victimes du Médiator. La Fédération CGT appelle les cheminots concernés à se mobiliser et à s’organiser en contactant les structures départementales INDECOSA CGT (www.indecosa.cgt.fr).
La CGT rejette l’idée d’accord amiable ou d’une voie d’indemnisation qui reposerait sur les finances publiques et les finances de la Sécurité sociale et qui contribuerait à limiter l’obligation de réparation incombant au laboratoire SERVIER.
La CGT demande au Ministre de la Santé la mise en place d’un grand débat public sur la politique du médicament, transparent pour la population.
La CGT revendique la constitution d’un pôle public du médicament.
La Fédération CGT des cheminots sera attentive aux recherches
de la CPRP SNCF sur les cheminots potentiellement exposés
sur les 5 dernières années et exige la mise en oeuvre d’un dispositif de suivi médical gratuit dans les cabinets médicaux SNCF.
Montreuil, le 27 janvier 2011

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

TourtauxjRacEc4ESTjIcdLj 31/01/2011 23:16


Alors là Cyril, elle est lumineuse ta trouvaille


Cyril LAZARO 31/01/2011 21:44


Ils nous tuent pour notre bien!


TourtauxjRacEc4ESTjIcdL 31/01/2011 19:16


C'EST BIEN UNE DES MULTIPLES RAISONS POUR LESQUELLES IL FAUT TUER LE CAPITALISME


Papy Mouzeot 31/01/2011 18:54


Si la justice française fonctionnait à la mode US comme le souhaite Ben Sarköly, il va en prendre pour combien le vieux Servier avec la moitié de la population française qui a été empoisonnée ?
Entre 2000-2200 ans de taule ?
Pour une fois, je pense que lui couper la tête serait lui rendre service. Faudrait lui faire avaler une centaine de boîtes de ses cachetons de la mort et le foutre en taule pour le regarder
souffrir à son tour cette vieille crevure !


TourtauxjRacEc4ESTjIcdL 31/01/2011 18:16


Je n'ai rien à rajouter si ce n'est que les cheminots sont des nantis, c'est bien connu pour leurs détracteurs.
Pour plus amples informations sur la vie des cheminots, se renseigner auprès de la châtelaine Françoise Laborde. Elle en connait long, notamment sur la vie des cheminots dans la Résistance.